Séductions spirituelles

Rick-Warren

Le livre de Rick Warren: «Une Vie, une Passion, une Destinée»

Une sérieuse mise en garde

Le livre de Rick Warren: «Une Vie, une Passion, une Destinée» déshonore la nature même de Dieu

Note de La Trompette : Nous publions des extraits de cet article pour mettre en garde ceux qui sont intéressés par le livre de Rick Warren, livre traduit en français, qui se trouve en vente dans la plupart des librairies chrétiennes de la francophonie.

            « Une Vie, une passion, une destinée » est plus qu’un best-seller : c’est aujourd’hui un mouvement », affirme un éditeur américain. Parlant du programme de sa méga-église, l’auteur lui-même déclare : « C’est un réveil, ou bien un miracle… Dans les cinquante états des USA et dans dix-neuf autres pays, plus de douze mille églises ont déjà pris part au « Voyage spirituel de quarante jours » que nous proposons. Au dire de beaucoup de ces églises, dans tout le cours de leur existence aucun autre événement n’a eu sur elles un pareil impact ». Rick Warren a également crée « Pastors.com », une communauté planétaire sur l’Internet, pour servir et guider des ministères dans le monde entier. Plus de soixante mille pasteurs sont abonnés au service Rick Warren’s Ministry Toolbox

           Dans le monde entier, des milliers de pasteurs et de responsables chrétiens répercutent à leur tour cette influence qu’exerce Warren sur son empire. Depuis la sortie de son livre en septembre 2002, au moins dix-huit millions d’exemplaires se sont vendus aux USA, sans compter les traductions dans de nombreuses langues. Des milliers d’églises utilisent ce livre et le matériel d’accompagnement pour organiser des opérations spéciales, appelées « Voyage de quarante jours. » L’ouvrage se compose en effet de quarante chapitres visant à expliquer en quarante jours les cinq buts de la vie…

            En page 145, cette thèse est formulée comme suit : « Il [Dieu] a crée l’église pour pourvoir à vos cinq besoins fondamentaux qui sont : un but dans votre vie, des gens pour vous entourer, des principes pour vous guider, une profession [de foi] à partir de laquelle marcher, et une puissance sur laquelle vous appuyer. Il n’y a aucun autre lieu sur la terre où vous puissiez trouver tous ces bienfaits réunis en même temps. » (L’original, page 136, dit bien : « aucun autre lieu ». N.d.T.)…

           Warren s’est complètement fourvoyé à propos de ces « besoins fondamentaux ». En nous appuyant sur l’autorité de la Bible, nous pouvons affirmer que le tout premier besoin de l’homme est d’être justifié de manière parfaite devant le Dieu Très Saint. Comme propitiation pour les actes de péché et pour la nature pécheresse d’un être humain, Dieu n’accepte que la justice du Christ Jésus : rien d’autre. La Bible parle constamment de ce besoin premier, de cette vérité fondamentale, mais Warren le passe complètement sous silence quand il examine « les besoins les plus profonds ». Se hâtant d’écarter le  dessein de Dieu, il s’attache à des méthodes humaines ; cela revient à céder à la toute première tentation que décrit la Bible. Satan avait fait croire à Eve qu’en mangeant d’un fruit, elle réaliserait une aspiration spirituelle : « Le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3:5)…

            Par nature nous sommes tous « des enfants de colère » (Ephésiens 2:3), coupables devant le Dieu Très Saint. Chacun de nous a donc besoin d’une justice parfaite pour paraître devant Lui… Warren réduit la conviction de péché à un état dans lequel on se punit inconsciemment soi-même. Voici ce qu’il en dit : « Beaucoup de gens sont conduits par la culpabilité… Leurs mauvais souvenirs les hantent. Ils laissent leur passé déterminer leur futur. Souvent, à leur insu, ils se punissent eux-mêmes en sabotant leurs succès personnels. Quand Caïn a péché, sa culpabilité l’a coupé de la présence de Dieu, et l’Eternel lui a dit « Tu seras errant et vagabond sur la terre » (page 28 du livre)… Warren ne reconnaît pas à la culpabilité un caractère personnel ; il ne reconnaît pas que chacun a besoin, en tant qu’individu, de la justice parfaite de Christ et de Son sacrifice parfait. Il parle de s’estimer soi-même, et de découvrir son identité… Il annule complètement, par là, son propre discours sur « la rébellion orgueilleuse ». Son livre et son mouvement défendent constamment l’estime de soi et l’identité personnelle. Cela revient en fait à cautionner cette « rébellion orgueilleuse » dont Warren dit qu’elle entraîna notre chute et celle de Satan. De telles contradictions internes rendent le livre difficile à analyser, mais c’est justement à cause d’elles qu’il faut l’examiner de près…

            L’estime de soi est un élément clé du programme de Warren… On oublie alors que la nature humaine est déchue, coupée de la vie de Dieu ; on oublie que l’homme est mort dans ses transgressions et dans ses péchés, et que son unique espérance est extérieure à lui, en Christ Jésus seul. Warren a beau déclarer que son livre n’est pas « egocentrique », il insiste constamment sur la nécessité de développer l’estime de soi, et il ne cesse de stimuler l’interêt que porte le lecteur à sa propre personne…

            Le « salut par soi-même », qui s’appuie sur la valeur de l’homme et sur la dignité humaine, fait partie intégrante de la pensée humaine naturelle. On le retrouve dans toutes les religions émanant de l’homme ; il est au centre du message propagé par le livre de Warren, au centre du mouvement que ce livre a suscité. S’opposant à la Bible, la doctrine de Warren nie le caractère totalement dépravé de la nature humaine, et donc la nécessité absolue de la grâce divine…

            Un des péchés les plus flagrants de Warren et de son mouvement est le manque de respect pour la nature du Dieu Très Saint, du Tout-Puissant. Le chapitre 11 : « Devenir les meilleurs amis de Dieu », donne l’impression que Dieu a des besoins : en page 91, on lit : « ce Dieu tout-puissant aspire à être votre meilleur ami ! » Dieu, donc, désirerait intensément cette amitié, Il soupirerait après elle : autrement dit, Il aurait besoin d’être votre Ami. Mais non, l’amour divin par lequel Dieu a donné Son Fils Unique est un amour entièrement sacrificiel et désintéressé. Il ne dénote pas l’ombre d’un manque chez le Seigneur: il est simplement l’effusion totale de Son amour parfait. Dieu manifeste Son amour envers des pécheurs indignes, mais cela ne signifie nullement que Dieu ait besoin de ces pécheurs pour satisfaire une quelconque aspiration personnelle ! Les termes employés par l’auteur donnent de Dieu une fausse image.

            Warren amplifie cette grave erreur en s’appuyant sur la « New Living Translation », une « traduction » récente qui dénature complètement le sens d’Exode 34:14. En voici l’équivalent français : « C’est un Dieu qui désire passionnément entretenir des relations avec toi » (Exode 34:14, cité en page 93 du livre). En réalité, le texte biblique dit que la jalousie et la passion du Seigneur sont dirigées contre tous ceux qui voudraient rendre un culte à un autre dieu : la Bible condamne totalement ce culte. « Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu ; car l’Eternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux. » Fait significatif, Warren omet le début du verset : « Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu. »Quand la Bible qualifie Dieu de « jaloux », elle exprime Sa ferveur pour le culte véritable qui est dû à Son saint Nom. Elle exige qu’on s’attache à Lui seul. Au moyen de cette « traduction » faussée, Warren donne l’impression que le Tout-Puissant serait pris d’engouement, de passion pour le lecteur de son livre. L’auteur affirme donc exactement le contraire de ce que dit la Bible, et flatte l’homme au lieu de le placer devant la vérité divine au sujet de la dépravation humaine. Il fait passer pour une vérité divine l’idolâtrie que ce verset condamne. Tout au long du livre, l’auteur dégrade la nature de Dieu au moyen de traductions qui tordent les Ecritures…

            Le programme de la méga-église de Warren comporte un autre élément sinistre : il exige un engagement à rester dans l’unité ecclésiale. Les membres s’engagent au moyen d’un « contrat d’alliance ». « A l’Eglise Saddleback, tous les membres signent un contrat qui comprend une promesse de préserver l’unité de notre communauté. En conséquence, jamais l’assemblée n’a connu de conflit qui nuise à la communion fraternelle » (page 180). Dans son autre ouvrage, « l’Eglise, une passion, une vision », Rick Warren précise : « Tous ceux qui désirent adhérer doivent suivre un cours pour se préparer à devenir membres, et ils doivent signer un contrat d’alliance. Les membres s’engagent par là à participer financièrement, à servir dans le cadre d’un ministère, à partager leur foi, et à suivre les responsables… Ceux qui ne respectent pas ce contrat d’alliance perdent la qualité de membres. Chaque  année, nous retirons des centaines de noms de nos registres » (The Purpose Driven Church, page 54, trad. libre).

            Warren a mis au point un programme qui amène les nouveaux membres à une pleine soumission : quatre cours obligatoires pour tous ceux qui veulent adhérer. On a là une structure pyramidale inspirée du monde des affaires, à caractère hiérarchique. L’accent qui est mis sur le pasteur et sur les conducteurs fait penser à la structure hiérarchique de l’autorité catholique romaine. Le règlement intérieur de l’Eglise de Saddleback précise : « Par ‘Pasteurs’, nous entendons le Pasteur Principal et les pasteurs ayant reçu l’ordination dans son équipe de direction ; cette équipe est choisie et nommée par le Pasteur Principal, sous sa seule responsabilité, de temps à autre. » L’article 4 de la Section 6 de ce règlement stipule : « Un membre peut être révoqué si sa vie et sa conduite ne sont pas en accord avec le contrat d’alliance, quand il devient un obstacle à l’influence exercée par l’Eglise dans la communauté ».

            Tout comme l’Eglise romaine, Warren piège les foules avec un faux évangile, puis il les contrôle par le « contrat d’alliance. » Il explique que ce contrat est comme l’alliance entre époux dans le mariage

            Mettre l’engagement envers une église sur le même plan que les vœux de mariage est inadmissible. Les vœux de mariage ont été institués par Dieu dès la création ; mais jamais la Bible ne laisse entendre que Dieu aurait institué des vœux d’obéissance envers les pasteurs d’une église. Même les Pharisiens, qui imposaient au peuple de si pesants fardeaux, n’ont jamais exigé qu’on se soumette à eux par des vœux semblables à ceux qui lient les époux entre eux. Il est honteux d’exiger cette obéissance-là, car depuis le commencement elle est exclusivement due à Dieu dans le cadre du mariage. Il faut donc démasquer ces vœux du « contrat d’alliance », et dévoiler leur véritable nature...

            Warren a trouvé le moyen d’exercer un contrôle sur des âmes d’hommes et de femmes. Il fait croire aux gens qu’en faisant vœu de fidélité à l’église, ils sont engagés devant Dieu par un vœu comparable à ceux du mariage. Voilà un outil suprêmement utile pour les bâtisseurs d’empires. En l’occurrence, des personnes non averties et non sauvées se laissent attirer dans un système par des versets bibliques truqués et corrompus. Par des techniques de persuasion, on leur fait croire qu’ils doivent faire vœu de rester loyaux envers ce système. Ces hommes et ces femmes ne tardent pas à croire qu’à cause de leur vœu et de cette « alliance », ils pèchent contre Dieu si jamais ils critiquent l’église. Par le moyen des vœux, ce système ecclésial contrôle les consciences de ses membres…

            La politique de Warren étant de favoriser la croissance de l’église sans tenir compte de la doctrine, il ne faut pas s’étonner de voir des églises catholiques telles que St. Michael the Archangel à Cary en Caroline du Nord prendre part avec enthousiasme à ce programme de croissance trompeuse… On trouve un autre exemple dans la région de Chicago : « Plus de 200 églises participent au ‘Voyage spirituel de 40 jours’. » Certaines l’ont adopté pendant le Carême. Parmi elles se trouve la paroisse catholique de St.Walter, à Roselle… La ressemblance avec Rome ne réside pas seulement dans la méthode qui permet de contrôler les âmes. Warren cautionne des techniques de prière contemplative ; il cite notamment le Frère Laurent, ce mystique catholique, et déclare que ce dernier nous donne « de bonnes idées ». Frère Laurent n’était pas seulement un catholique traditionnel ; ses enseignements rappellent aussi ceux de l’hindouisme dans la Bhagavad-Gita, et les techniques de beaucoup d’auteurs du Nouvel Age. Warren le cautionne. Il conseille aussi de régler la prière sur la respiration : voici ce que Warren conseille :

« Beaucoup de Chrétiens règlent leurs prières sur la respiration à différents moments de la journée. On choisit une phrase courte, ou une simple expression qu’on peut répéter en l’adressant à Jésus dans un seul et même souffle : ‘Tu es avec moi.’ ‘Je reçois ta grâce.’ ‘Je dépends de toi.’ ‘Je veux te connaître.’ ‘Je t’appartiens’. »

            Cela fait des siècles que les mystiques catholiques règlent ainsi leur prière sur leur souffle. C’est une des formes catholiques du mysticisme grec antique, et cela rappelle les mantras hindous. Dans « Une Vie, une Passion, une Destinée », Warren cite avec approbation la célèbre mystique catholique Madame Guyon (p. 207). Il approuve aussi St. Jean de la Croix, et Henri Nouwen, qui est prêtre catholique, mystique, psychologue et œcuméniste (p. 116, p. 286). Il approuve chaleureusement Mère Térésa (p. 134, p. 245). Warren propage donc ces techniques trompeuses, qui ne font qu’exacerber le fléau du mysticisme qui menace à présent les chrétiens. Ce fléau donne à croire qu’on peut accéder à une union consciente avec Dieu en-dehors de la Personne du Christ Jésus, de Sa Vie unique, et de Son sacrifice. Le monde aime et accepte ce programme mystique, qui est une abomination devant Le Seigneur Dieu…

            Warren a suscité un mouvement qui séduit les foules ; il les trompe quant au sens même de l’Evangile du salut. D’innombrables personnes croient sincèrement avoir reçu Christ comme Sauveur de leur âme ; en réalité, elles s’appuient sur un rituel conçu par l’homme ; elles se sont engagées par « alliance » envers une église, et ont fait vœu de tenir cet engagement…

            Ceux qui croient véritablement dans le Christ Jésus, le Seigneur, et dans Son Evangile doivent prendre à cœur cet avertissement solennel de l’Apôtre Paul : « Ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt dénoncez-les » (Ephésiens 5:11).

Source : une traduction de http://www.latrompette.net/

 La « nouvelle onction » des années 90 vient des profondeurs de Satan (1/2)

Article de Stephen Pratel – (En deux parties).

Date : Novembre 1998 – Mis à jour en mai 1999
L’original anglais se trouve sur le site 
http://www.banner.org.uk
Article
 traduit par Henri Viaud-Murat, publié autrefois sur le site Internet paroledevie.org (site fermé depuis Août 2007).

Quel vent souffle sur nos têtes ? (1/2)

L’auteur analyse en profondeur les mouvements de réveil actuels. Sans négliger certains aspects positifs, il dénonce clairement les grands dangers courus par le Mouvement de Pentecôte en Amérique, et sans doute dans le monde. TABLE DES MATIERES : 1. Le danger de la torpeur. 2. Réalisez-vous ce qui se passe ? 3. Une expérience ‘inhabituelle.’ 4. La grande mascarade. 5. Eprouvez…! Eprouvez…! 6. Nous avons besoin de conducteurs. 7. Une dose d’intégrité.

Note de Tricia Tillin, de Banner Ministries : Cet article en deux parties est le fruit d’une recherche approfondie et équilibrée sur l’actuel mouvement de « réveil. » Il m’a été adressé par Stephen Pratel, pasteur des Assemblées de Dieu. Il n’est pas un « témoin hostile » de ce mouvement. Le début de l’article pourrait même vous faire croire qu’il est trop en faveur du « réveil. » Cependant, son récit de témoignages vécus dans des églises ouvertes au « réveil » est passionnant. Finalement, cet article est essentiel pour comprendre clairement quel est l’esprit qui agit dans ce mouvement.

  • Le danger de la torpeur.

La torpeur peut être mortelle. Il y a quelques années, j’ai entendu une histoire qui l’illustre parfaitement. Cette histoire racontait quelle était l’une des manières utilisées par les Eskimos de l’Alaska pour tuer les loups qui envahissent leur territoire. Les loups peuvent être nuisibles et dangereux pour ceux qui vivent dans ces solitudes. Ils peuvent même représenter un danger mortel. Dès qu’il a découvert un loup près de son campement, l’Eskimo choisit une chèvre dans son maigre troupeau. Il la tue en l’égorgeant, pour laisser le sang couler sur la lame d’un couteau de chasse effilé. Le sang, en coulant sur la lame, gèle aussitôt en raison des températures arctiques, et finit par recouvrir entièrement la lame. Quand la lame est ainsi entièrement recouverte de ce « capuchon de sang » gelé, l’Eskimo fixe ensuite son couteau dans la neige, la lame vers le haut, à l’extérieur de son campement.

Après le coucher du soleil, les loups s’aventurent dans la nuit. Ils sont attirés par l’odeur de sang frais et s’approchent de la lame cachée. Finalement, un loup s’approche du couteau, commence à le sentir prudemment, et lèche le sang gelé. Se croyant en sécurité, le loup lèche la lame d’une manière plus agressive. La lame est bientôt débarrassée de son capuchon de sang, et commence à entamer la langue du loup. Comme sa langue a été insensibilisée par la température du sang gelé, le loup ne se rend pas compte qu’il se coupe. Il commence à lécher son propre sang. Excité par le goût du sang chaud, le loup redouble d’ardeur pour lécher la lame. En peu de temps, le loup se fatigue, est pris de vertige, et ne sait plus ce qu’il fait. Quelques heures plus tard, il meurt, vidé de son sang. Il l’a littéralement absorbé lui-même, jusqu’à se faire mourir. Ce tableau est assez horrible, mais me permet d’illustrer une vérité importante. Je pose donc la question : « Allons-nous réaliser ce qui se passe ? »

Cet article est une lettre ouverte à tous ceux qui envisagent de visiter, ou qui ont déjà visité, une église qui se trouve dans le « fleuve » du mouvement actuel de réveil. Bien que j’y développe toute une série d’objections et d’inquiétudes, mon article n’a pas été conçu pour critiquer ce mouvement. Je précise également, bien que je puisse nommer certaines églises ou certains lieux, que ma réflexion dépasse ce qui peut se faire ou se dire dans une église particulière. Après avoir lu mon article, j’espère que vous aurez une vue plus large de ce qui se passe aujourd’hui dans l’Eglise. Je veux poser des questions et faire des observations, celles que tout Chrétien devrait considérer comme importantes à la lumière de ce mouvement. C’est pourquoi je considère mon article comme une lettre personnelle, même si elle est plutôt longue. Il se passe aujourd’hui des choses étonnantes. Il semble que notre globe soit visité par un réveil sans précédent. Il existe une faim plus grande de Dieu dans l’Eglise, et il semble que le Ciel y réponde d’une manière extraordinaire.

Au milieu des événements terribles qu’elle traverse, j’affirme que l’Eglise éprouvera toutes les choses que nous voyons et entendons, à la lumière de la Parole de Dieu. Quand on parle de prophétie, 1 Thessaloniciens 5:19-21 nous donne un équilibre merveilleux, et nous montre comment rester en accord avec la Parole de Dieu. Je vous encourage à lire ce passage avant d’aller plus loin. Ces versets résument ma position sur ce problème :

« N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon. »

Je vous engage à prier avant de continuer votre lecture. Demandez au Saint-Esprit de vous conduire et de vous guider.

L’Eglise éprouve aujourd’hui un immense besoin de réveil. Les gens recherchent un rafraîchissement. Ils veulent recevoir « plus » de Dieu. Trop de Chrétiens sont frustrés, désillusionnés et désespérés. Ils agissent comme s’ils étaient affamés de Dieu. C’est la raison pour laquelle certains se jettent aveuglément dans des expériences nouvelles, sans les éprouver. Ils se mettent donc, et mettent l’Eglise, dans une situation périlleuse. Ces gens sont comme le loup de mon histoire. Leur faim les pousse à agir, mais obscurcit leur capacité de jugement. Ils ne se rendent donc pas compte de ce qui se passe en réalité. Dès que quelque chose leur « semble » bon, ils l’acceptent et « l’avalent » sans hésiter.

L’excitation qui accompagne le réveil, associée au désespoir des gens, semble les aveugler en grand nombre à la vérité. Il en résulte que des milliers de Chrétiens, pour ne pas dire des millions, abandonnent ce que la Bible nous commande de faire : éprouver chaque expérience, chaque enseignement, et chaque esprit, à la lumière de la Parole de Dieu. Ils sont tellement convaincus qu’ils ont besoin d’une expérience extatique avec Dieu qu’ils gobent avec ferveur tout ce qui passe à leur portée, sans se soucier de vérifier si ce qu’ils avalent est bon ou mauvais.

Quand on cherche le « réveil à tout prix, » et que l’on néglige de contrôler ce qui se passe, peut-on dire que ce soit une attitude saine ? Où cela mènera l’Eglise ? Si le Seigneur tarde à venir, quelle sera la situation dans dix, quinze, ou vingt ans ? Nous devons répondre à ces questions. Le chemin de l’histoire est jonché des ossements de ceux qui ont péri, spirituellement et physiquement, parce qu’ils ont aveuglément emprunté des sentiers interdits. Dieu nous ordonne de ne pas laisser notre faim et notre désespoir nous conduire dans la séduction. La véritable bénédiction d’un réveil apporte à l’Eglise et à chaque Chrétien la vie, la santé et la stabilité. Non pas seulement le sentiment d’une bénédiction, mais sa réalité. Quand on n’éprouve pas les expériences, on court un grand danger : si ce réveil ne vient pas de Dieu, c’est une séduction. Et cette séduction ne peut provenir que de deux sources : de la chair, ou de notre adversaire, le diable. Ne vous y trompez pas, il s’agit d’une affaire sérieuse !

Toute séduction spirituelle est une forme de torpeur. Quand on est plongé dans une séduction, le discernement est émoussé, engourdi. Les sensations procurées par les premières expériences sont irrésistibles et délicieuses. Il en résulte que ceux qui vivent de telles expériences n’éprouvent plus aucun désir de contrôler leur validité. Puisqu’ils se sentent bien, cela doit être bon. Cependant, avec le temps, ils éprouvent un besoin de plus en plus intense d’éprouver les mêmes sensations. Bientôt, tout ce qu’ils ont déjà vécu ne leur suffit plus. Il leur faut toujours quelque chose de nouveau. Leur vie ordinaire leur paraît bien pâle en comparaison de leurs expériences, alors que diminue même l’excitation provoquée par ces expériences. Ils deviennent alors de véritables « drogués » de l’expérience. L’expérience devient leur raison de vivre.

Ces enfants de Dieu recherchent alors désespérément des expériences plus fortes, ou de nouvelles expériences, passant sans cesse du ravissement à la dépression. Souvent, ils sont complètement inconscients du fait qu’ils ont accepté des doctrines mélangées, ou même de fausses doctrines. Ce processus peut s’étaler sur des années. La fin, pourtant, est toujours la même : le découragement, la confusion, et la destruction. Ce que je dis ne vient pas de mon imagination. En tant que Chrétien, et Pasteur, je suis passé moi-même par ce processus. Mais, grâce à la patience des Ecritures, et à l’aide de témoins fidèles, j’ai été protégé et délivré par le Seigneur de cette séduction. Je prie que mon article puisse aider ceux qui sont encore prisonniers de ce cycle.

Je crois au réveil. Plus encore, je crois en Celui qui donne et soutient le réveil, en Celui qui marche au milieu de Son Eglise et qui la garde. Il s’agit de Jésus-Christ notre Seigneur, du Grand Dieu et Sauveur. A moins que vous soyez un jeune converti, personne n’a besoin de vous expliquer qu’un réveil est chose complexe. Je ne suis pas un expert en matière de réveil, et je ne cherche pas à l’être. Je ne suis pas obsédé par la recherche d’un réveil, ni par la détection des faux réveils. Je n’ai aucun diplôme élevé ni doctorat. Je suis un simple pasteur. Mais j’ai de sérieuses inquiétudes. Mon désir est d’aimer et de servir Jésus-Christ de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma force. J’espère que cet article vous encouragera à faire de même.

L’Eglise a besoin de retourner à l’endroit où elle ne sera pleinement satisfaite que par Jésus-Christ Lui seul. Cela ne signifie pas que nous devions être déçus de la manière dont l’Eglise a progressé. Loin de là ! Mais nous n’avons pas encore tout donné au Seigneur. Nous n’avons pas encore utilisé tout ce qu’Il nous a donné. Pour employer un langage simple, je dirai que l’Eglise, en Amérique, s’est trop longtemps contentée de naviguer le long des côtes. Elle doit se diriger vers l’endroit où elle sera en pleine sécurité, en Christ, pleinement satisfaite en Lui.

Un vieux cantique dit ceci : « En Christ seul je place ma confiance, et je me glorifie dans la puissance de la Croix. Dans toute victoire, que l’on dise de moi que ma source de force, et ma source d’espérance, est toujours Christ seul ! » S’il en était ainsi, la plupart des problèmes rencontrés aujourd’hui par l’Eglise s’évanouiraient. Les Chrétiens, au lieu de rechercher désespérément quelque chose de plus, se tiendraient sur les Paroles de Celui qui est le Pain de Vie, et qui a dit dans Jean 6:35 : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Trop de Chrétiens recherchent ou dépendent d’une expérience pour valider leur relation avec Dieu. Les expériences viennent et s’en vont. On peut passer par les moments de grandes bénédictions et de moisson abondante, de miracles étonnants et d’expériences incroyables. Cependant, notre vie chrétienne ne peut être fondée sur ces choses. Notre fondement doit être la foi et non l’expérience. Si l’on accepte que l’expérience soit le fondement de notre vie spirituelle, nous irons vers un désastre ! En tant que Chrétiens, nous ne pouvons trouver une pleine satisfaction qu’en Christ seul ! Etes-vous venu vers le Pain de Vie ? Croyez-vous en Lui ? Ou, plutôt : Avez-vous faim et soif ?

Quand nous recherchons le Royaume de Dieu et Sa justice, nous passons par de nombreuses expériences. Quand nous les traversons, nous devons nous rappeler que nos paroles, notre conduite, ce à quoi nous croyons, tout cela doit être en accord avec les vérités de la Parole de Dieu, et confirmé par elles. La Bible seule doit être notre « règle de foi et de conduite. » C’est le rocher creusé dans lequel doit couler de flot de chaque véritable réveil. Si une expérience quelconque ne peut pas se glisser dans ce passage étroit, il faut sérieusement l’examiner, voire la rejeter.

L’amour pour Dieu, pour Sa Parole, et pour Son Eglise, me pousse à poser ces questions. Chacun de nous doit examiner sérieusement ce que nous devons faire pour répondre aux défis de ce nouveau réveil. Où en sommes-nous ? Etes-vous déjà au milieu du fleuve ? Etes-vous à la recherche du fleuve ? Etes-vous spirituellement desséché ? Etes-vous satisfait de votre religion ? Ou êtes-vous heureux en Jésus ? Vous repaissez-vous de Sa présence ? Etes-vous sauvé, sanctifié, comblé ? Marchez-vous avec votre Sauveur dans une relation d’amour avec Lui ?

Au milieu de toute cette excitation, des activités de la vie, et de la recherche du « réveil, » j’espère que cet article vous aidera à vous placer dans la bonne perspective. Je prie que vous gardiez votre doigt sur ces pages, et vos yeux sur Christ. Restez fidèle à la Parole de Dieu. Examinez ce qui se passe, et décidez par vous-même. Soyez ouvert à l’action du Saint-Esprit, mais examinez TOUTES CHOSES. Retenez ce qui est bon. Il est important que vous soyez prêts à faire cela. Si ce réveil et les controverses qu’il entraîne ne sont pas encore parvenus chez vous, préparez-vous ! Cela va venir ! Etes-vous prêt ? Vous devez l’être !

  • Réalisez-vous ce qui se passe ?

Vous vous demandez peut-être en lisant cet article : « Est-ce une si grosse affaire ? Ce sont juste quelques gens qui déraillent ! » Ou : « C’est une nouvelle mode, elle passera comme les autres ! » Je vous prie de me lire attentivement, et d’examiner à nouveau ce mouvement de réveil. Il s’agit de bien plus qu’une nouvelle mode. Il se passe quelque chose de bien plus important.

Pour être clair, nous devons sérieusement envisager que ce phénomène, souvent appelé « Fleuve du Réveil, » présente un certain nombre de failles graves et probablement fatales. Avant de rejeter mon article, en disant : « Encore un gars qui critique le réveil ! », je vous suggère de me donner une nouvelle chance. Je mène un combat de tranchées, comme vous. Je ne parle pas du haut de ma tour d’ivoire théologique. Je ne viens pas de vivre une profonde expérience sur ma montagne. Nous sommes dans la vie réelle. Ce que j’écris peut vous faire réfléchir. On entend de nombreux témoignages merveilleux provenant de tous les endroits où coule ce réveil. Cependant, il se passe aussi des choses qui méritent une interrogation sérieuse. Je pose la question : « D’où viennent ces choses qui méritent l’interrogation ? » Sont-elles causées par des problèmes de personnalités et des faiblesses humaines ? S’agit-il d’une contrefaçon satanique ? S’agit-il d’un véritable mouvement de Dieu ? Est-ce quelque chose d’autre ? Est-ce un mélange de ce qui vient de Dieu et de ce qui vient de Satan ?

Il faut reconnaître que la personnalité humaine joue toujours un rôle dans n’importe quelle réunion. En outre, ce rôle n’est pas nécessairement mauvais. Un nombre incalculable de réunions sont exclusivement animées par les émotions et l’influence de la nature humaine. Ce n’est que l’un des aspects de notre nature déchue. Toutefois, la personnalité, les émotions, et nos faiblesses humaines ne deviennent un problème que lorsqu’elles violent la Parole de Dieu et amoindrissent Christ. Je pense que nous serons d’accord sur le fait que beaucoup de choses que nous avons vues dans l’Eglise, au fil des ans, ont été influencées par ces choses, la plupart du temps dans une bonne intention. Nous pourrions encore les appeler « les œuvres de la chair. »

Quand on y réfléchit, on peut trouver vraiment étonnant que Dieu accepte encore d’œuvrer au milieu de nous ! Mais notre étonnement disparaît quand nous nous rappelons que c’est ce que Paul veut dire quand il proclame : « Car je n’ai point honte de l’Evangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit » (Rom 1:16). C’est l’Evangile qui change les vies et qui libère les pécheurs ! Mais le fait de passer par la nouvelle naissance et d’entrer dans le Royaume ne nous donne pas le droit d’accepter sans discuter n’importe quel ministère ou n’importe quelle personne. Quel que soit le succès apparent d’un ministère ou d’une personne, ils doivent tous passer le test de 1 Jean 4:1 : « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. »

Ceci étant dit, quand on examine soigneusement beaucoup de réunions de réveil actuelles, on voit qu’il y a bien plus que des simples manifestations de la chair ou de la nature humaine. Il est évident qu’un esprit puissant et très dynamique anime ces réunions. Ceux qui pensent que les manifestations étranges ou les erreurs observées dans ces réunions ne sont attribuables qu’aux émotions ou à la nature humaine n’ont pas étudié la question d’assez près. La vraie question que nous devons nous poser est celle-ci : « Quel esprit est donc à l’œuvre ? » C’est ma préoccupation essentielle. S’il s’agit d’une séduction, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une séduction « humaine. » Il s’agit d’une séduction provoquée par notre éternel ennemi, Satan (2 Cor. 2:11).

On peut voir sans aucun doute dans de nombreuses églises les signes d’un véritable réveil, ou de ce que nous pensons qu’un véritable réveil devrait être. L’exemple le plus frappant est celui de l’Assemblée de Dieu de Pensacola, en Floride. Cette église connaît des réunions de réveil presque ininterrompues depuis 1995. Des milliers de personnes font chaque jour la queue pour assister à ces réunions. Beaucoup sont venus de nombreuses fois. Certains ont effectué des milliers de kilomètres pour retourner dans cette église. Il y a des témoignages de vies miraculeusement transformées et délivrées du péché. On raconte que plus de 130.000 personnes y ont accepté Christ comme leur Sauveur. Ce mouvement de réveil de Pensacola est connu pour prendre fermement position contre le péché, et met en avant le besoin d’être sauvé. Beaucoup de gens répondent à cet appel.

Ce sont véritablement les signes impressionnants d’un réveil. Mais quand on ne se contente pas des grands titres et du fruit constaté dans ces centres de réveil, on remarque aussi un certain nombre de signes très préoccupants. Certains me diront alors : « D’accord, mais ne jette pas le bébé avec l’eau du bain ! Nous devons manger le fruit et rejeter le noyau ! Il vaut mieux un feu un peu violent que pas de feu du tout ! »

Comme réponse, je dirai ceci : « Où avez-vous jamais vu Dieu raisonner ainsi ? Voyez-vous, quelque part dans la Bible, Dieu approuver ou accepter que le même arbre produise à la fois du bon et du mauvais fruit ? Où avez-vous vu les fausses prophéties acceptées en même temps que les vraies ? Où avez-vous vu Dieu tolérer que l’on mélange du feu étranger à Son feu sacré ? » La réponse est simple : « Jamais, pas une seule fois ! »

Réfléchissez un moment à cela ! Avons-nous atteint le point où nous acceptons et négligeons les erreurs commises, pourvu que l’on ait le réveil ? La morale de l’Eglise doit-elle s’adapter aux circonstances ? Pouvons-nous sacrifier l’intégrité de la Bible aux expériences du réveil ? Il est vrai que tout ministère commet des erreurs. Mais ceux qui ont la charge de prêcher et d’enseigner la Parole de Dieu ont la responsabilité de veiller à ce que leurs enseignements restent en plein accord avec tout le conseil de la Parole de Dieu. S’ils font une erreur, ils doivent la corriger. Soit la Parole de Dieu est l’unique source de notre foi et de notre conduite, soit elle ne l’est pas. Nous DEVONS lutter pour que l’intégrité et la vérité de la Bible soient respectées quand il se produit un réveil. On a dit que l’Esprit de Dieu n’agit JAMAIS en dehors de la Parole de Dieu. Je crois qu’il est temps pour nous de mettre ces paroles en pratique. Au milieu de tout cela, nous devons aussi éviter le piège dans lequel sont tombés les Ephésiens, c’est-à-dire abandonner notre premier amour. Jésus doit rester notre premier amour. Ne laissons rien ni personne prendre Sa place.

Laissez-moi vous dire que Dieu n’a jamais permis à Son peuple de piocher ici ou là dans Sa révélation pour découvrir la vérité. Israël a-t-il eu le loisir de faire le tri des commandements que lui avait donnés Moïse ? A-t-il été autorisé à faire le tri des prophéties reçues par Esaïe ou Elie ? Les apôtres ont-ils fait le tri des paroles de Jésus-Christ ? L’Eglise primitive a-t-elle toléré les mélanges ou le feu étranger, en écoutant les enseignements des apôtres ? Non, bien entendu ! Les paroles que j’ai citées plus haut (« Ne jette pas le bébé avec l’eau du bain, » etc…), peuvent être considérées comme acceptables au milieu une réunion charnelle ou des manifestations du réveil, ou dans une discussion. Mais elles ne sont pas inspirées par Dieu. Ce sont des raisonnements charnels qui ne doivent avoir aucune place dans la Maison de Dieu. Le fait qu’il y ait un peu de levain éparpillé dans ce réveil doit être une preuve suffisante qu’il se passe quelque chose de foncièrement mauvais.

Jésus nous a prévenus que de nombreux faux docteurs se manifesteraient à l’approche de la fin. Il a aussi parlé des faux christs qui s’infiltreraient dans l’Eglise, en accomplissant beaucoup de signes et de prodiges. Il nous a aussi dit qu’ils seraient convaincants, au point de séduire même les élus, s’il était possible (Matthieu 24). Il est intéressant de constater que les Pentecôtistes, les Charismatiques, et même parfois les Chrétiens Evangéliques, ne peuvent pratiquement pas avoir le courage ou la volonté d’identifier les faux docteurs et les fausses doctrines dans l’Eglise. Est-il ridicule de le dire ? Essayez de me donner une liste de cinq faux docteurs ou prophètes clairement identifiés comme tels dans l’Eglise aujourd’hui. Je parle de faux docteurs ou de faux prophètes qui ont été désignés comme tels par l’ensemble du corps pastoral de cette nation, et pas des quelques individus qui ont pu être identifiés au niveau d’une église locale. Ce n’est pas une tâche très facile, n’est-ce pas ?

Notre cœur et notre esprit doivent pouvoir exercer un discernement clair. PERSONNE n’est à l’abri de la séduction. C’est pourquoi l’apôtre Jean nous demande d’éprouver les esprits (1 Jean 4). Les Gnostiques sont presque parvenus à détruire l’Eglise primitive. Leurs « connaissances spéciales » n’étaient que de l’hérésie. Elles ont semé la désolation dans l’Eglise. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Nouveau Testament est essentiellement consacré à l’enseignement. Il s’efforce de corriger des erreurs, et comporte de nombreux avertissements concernant les faux docteurs, les fausses onctions, et les faux enseignements. Jésus, Pierre, Paul et Jean ont mis en garde l’Eglise contre leurs agissements. Il est insensé d’ignorer les avertissements répétés de l’Ecriture à ce sujet.

On a dit qu’il s’est passé également beaucoup de choses étranges et discutables au cours du réveil d’Azuza Street. Ces manifestations étranges et ces enseignements discutables peuvent-ils légitimer les erreurs et les excès observés dans le réveil actuel ? Rappelons-nous que les Assemblées de Dieu ont été créées à Hot Springs, dans l’Arkansas, et PAS à Azuza Street. Nous devons également noter que beaucoup des erreurs commises à Azuza ont été corrigées et rejetées par les pères fondateurs des Assemblées de Dieu. Nous avons derrière nous des décennies d’étude de la Bible, ainsi que l’expérience nécessaire pour discerner la vérité de l’erreur. Puis-je suggérer que le meilleur moyen de juger le « réveil » actuel est de le comparer au ministère de Jésus-Christ, qui était oint de l’Esprit sans mesure, ou à ce qui s’est passé le jour de la Pentecôte, ou encore à ce que dit toute la Parole de Dieu ? Je dois dire que ma propre torpeur est en train de disparaître. J’ai compris que tout n’était pas si bon. Qu’en est-il pour vous ? Réalisez-vous ce qui se passe ?

  • Une expérience « inhabituelle. »

En novembre 1997, un pasteur a été invité à parler du réveil lors d’une convention pastorale locale des Assemblées de Dieu. Ce pasteur fut présenté comme une figure centrale du mouvement actuel de renouveau. La journée était consacrée aux pasteurs et responsables d’églises, et la réunion du soir était ouverte à tous. Je me suis rendu aux réunions des deux après-midi et de l’une des soirées. J’aimerais partager deux événements que j’ai vécus au cours de ces réunions. Je les cite dans le seul but d’illustrer l’une des erreurs les plus graves commises dans ce mouvement de réveil.

Cet orateur avait insisté sur le fait qu’il croyait qu’il s’agissait partout du même mouvement de Dieu, et du même esprit de réveil à l’œuvre, que ce soit en Angleterre, à Pensacola, à Toronto, ou dans le Kentucky. Il a dit également que les divers responsables de ce réveil étaient tous « unis dans l’esprit. »

Voici le premier événement :

Au cours de la réunion du mardi, l’orateur a fait divers commentaires sur le fait qu’une « nouvelle onction » était descendue sur le peuple de Dieu, et que les pasteurs devaient l’accepter et ne pas l’empêcher de se répandre. Il nous a ensuite rappelé comment ceux qui entouraient l’aveugle Bar Timée lui ont demandé de se tenir tranquille, lorsqu’il criait à Jésus. Après quelques autres commentaires, il a invité la salle à louer le Seigneur. Les pasteurs présents se tenaient sur l’estrade. Tout le monde a commencé à louer. C’était une louange victorieuse et puissante. A beaucoup d’égards, c’était vraiment glorieux. Puis, j’entendis comme un bruit de dispute à l’arrière-plan. J’ouvris les yeux, mais ne remarquai rien. Puis j’entendis à nouveau ce bruit. Je ne pouvais pas reconnaître les paroles qui étaient prononcées, mais elles manifestaient de l’irritation. Elles venaient de l’estrade. Je regardai à nouveau, mais ne vis rien d’anormal. Quelques secondes plus tard, j’entendis distinctement ces paroles : « ASSEZ ! TAISEZ-VOUS ! FERMEZ-LA ! » J’ouvris les yeux et je vis que c’était l’orateur qui criait en s’adressant à nous, les pasteurs, qui étions sur l’estrade. C’était lui qui nous demandait de « la fermer. »

Au début, j’ai cru qu’il nous demandait de nous taire pour que l’assemblée seule loue le Seigneur. J’ai pensé à son commentaire sur la « nouvelle onction » qui était descendue sur le peuple de Dieu. Mais l’orateur s’avança ensuite sur le devant de l’estrade, et commença à crier en s’adressant à tout l’auditoire. Quand je compris qu’il parlait à tout le monde, et n’avait nullement l’intention de s’arrêter, je jetai un coup d’œil sur ma montre. Il cria pendant près de trois minutes : « Assez ! Taisez-vous ! Fermez-la ! Ne vous occupez pas de Dieu ! Arrêtez de louer ! » Pendant ce temps, la plupart des gens ont continué à louer. Puis il s’arrêta de crier, et l’assemblée s’arrêta de louer. Je ne sais qui s’arrêta le premier. Mais il ne se mit nullement en peine de nous expliquer pour quelle raison il avait ainsi crié pendant près de trois minutes, et d’une manière aussi impie. J’hésitai entre trois conclusions : 1. Il essayait de nous montrer que rien ne devait nous distraire de notre recherche de Dieu. 2. Il essayait de manipuler l’auditoire et de le contrôler en jouant sur les émotions. 3. Il était l’instrument conscient ou inconscient de Satan, pour nous empêcher de louer le Seigneur, et introduire la dérision et la confusion dans la Maison de Dieu.

Ceux qui l’ont entendu crier ainsi ont été empêchés de louer véritablement le Seigneur. Ils ont été embarrassés, peut-être chagrinés. Tous attendaient que l’orateur s’explique. Après tout, n’était-il pas l’homme du « véritable » fleuve du réveil ? Ne possédait-il pas ce dont nous avions besoin ? Cela avait été abondamment répété tout au long du séminaire. Cela produisit de la confusion et du trouble. Cela ne fut en aucun cas édifiant ni constructif. Au pire, il s’agissait d’un blasphème contre le Saint-Esprit. Qu’aurait-on pensé d’un prophète ou d’un sacrificateur qui aurait jailli dans le Temple, au moment du sacrifice ou de la louange, et qui aurait hurlé : « ASSEZ ! TAISEZ-VOUS ! FERMEZ-LA ! » Au mieux, il s’agissait d’une intervention complètement insensée. A ma connaissance, personne ne lui a rien dit à ce sujet pendant toute la réunion. Personne ne l’a questionné. Personne ne lui a demandé de s’expliquer. On lui a permis de continuer. Mais, bon ! C’est le réveil, n’est-ce pas ?

Voici le second événement :

Environ vingt minutes après cet épisode, l’orateur nous dit qu’il allait nous enseigner quelque chose d’important, et nous a demandé d’être très attentifs. Il demanda au responsable de la louange de l’assemblée de monter sur l’estrade. Il lui demanda de fermer les yeux et de faire comme s’il louait Dieu. Le responsable s’exécuta et commença à louer. L’orateur versa alors un peu d’eau dans la bouche du frère qui louait. Bien entendu, celui-ci eut un haut-le-cœur et se mit à tousser. Il recracha même un peu d’eau. La plupart des gens se mirent à rire. L’orateur dit alors : « Dites-moi ce qui s’est passé ! » Le responsable de la louange répondit : « Je ne pouvais pas louer Dieu et boire en même temps ! » L’orateur s’écria : « C’est juste ! Comment pouvez-vous espérer boire cette nouvelle onction de Dieu, tant que vous émettez des sons dans votre bouche ? » C’était une réflexion surréaliste, mais ce que je raconte n’est pas une exagération de ma part. C’est ce qui s’est réellement passé.

C’est ce genre de choses qui déséquilibrent les gens mentalement. Ce sont des formes subtiles, mais bien réelles, de manipulation. Il faut appeler ces choses par leur nom. Ce n’est pas du théâtre. C’est la recherche du « sensationnel. » Il est parfois bon de dramatiser et de faire un peu de théâtre. Parfois cela est hors de propos. L’Eglise a le droit d’être créative quand elle présente l’Evangile, surtout quand elle s’efforce d’atteindre ceux qui sont perdus. Paul, par exemple, le dit clairement dans 1 Cor. 9:22 : « Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. » Les méthodes ne sont jamais parfaites. Elles sont même rarement inspirées. Mais, quelle que soit la méthode, la doctrine ou l’enseignement présentés DOIVENT être conforme à la Bible. Ce qui nous a été expliqué lors de ce second événement était une HERESIE. S’il ne s’agissait que d’un incident isolé, cela ne produirait pas trop d’impression. Cela aurait sans doute glissé par-dessus ma tête. Mais il ne s’agit pas d’un incident isolé. Il est essentiel que vous compreniez ce que je dis ici. Si vous êtes conscient de ce type de manœuvre, vous remarquerez que ce genre d’enseignement est donné dans de nombreux endroits où coule ce « fleuve. »

De nombreux conducteurs ou partisans de ce « fleuve de réveil » ont proclamé ou insinué la même chose que cet orateur. Cela revient à dire carrément : « Buvez, absorbez cette onction ! Vous n’avez pas besoin de louer, ni de louer, ni de réfléchir, ni de contrôler, ni de crier « Jésus » ou « Alléluia » ! Certains disent même que nous n’avons pas besoin de parler en langues. Restons juste silencieux, ou disons : « Plus, plus, plus, le feu, le feu, le feu, l’onction….. ! » Contentons-nous de boire ! Ne questionnons pas, n’examinons rien, n’éprouvons pas l’esprit. Contentons-nous de « sentir » la présence de Jésus et de « recevoir. » Bien que cela paraisse insensé, certains sont même allés jusqu’à dire : « La louange et la prière gênent la réception de l’onction et de la bénédiction. » En réponse à ce genre de théologie, à cette pratique, l’Eglise devrait dire, d’une manière claire et nette : « Désolé, mais je ne suis pas d’accord ! »

Toutes les pratiques étranges dans ce mouvement de réveil sont de plus en plus justifiées par cet argument : « Dieu est en train de faire une chose nouvelle. » Pour ceux qui « nagent dans le fleuve, » c’est un changement complet de manière de penser. Par conséquent, presque TOUT ce qui se dit ou se fait est accepté sans hésitation. Si vous mettez en question et que vous résistez, même honnêtement ou sincèrement, vous êtes aussitôt qualifié de pharisien et de religieux. On vous dit que c’est vous qui résistez aux Ecritures, et que vous êtes sans doute tellement lié par le péché, que votre crainte d’être dévoilé vous fait rejeter « l’onction. » J’ai moi-même entendu prononcer toutes ces accusations. Les partisans du « réveil » forment une élite spirituelle. Ils font parfois preuve d’un mépris complet pour ceux qui ne se jettent pas dans le « fleuve. » Cette attitude est bien loin de celle que des Chrétiens devraient manifester envers leurs frères. Affirmer que ceux qui rejettent Toronto ou Pensacola sont des pharisiens complètement desséchés spirituellement, cela revient à manifester une attitude arrogante, offensante et injuste. C’est triste à dire, mais une telle attitude n’est pas l’exception dans ce « réveil. » Elle est la règle. Bien sûr, il existe de vrais pharisiens. Mais traiter de pharisiens ceux qui remettent en question ce mouvement, même légèrement, c’est faire puissamment pression pour les intimider. Nous avons le devoir de dévoiler l’erreur dans la vie ou les enseignements de ceux qui se proclament Chrétiens. En même temps, nous ne devons jamais nous arroger le droit de juger les motivations de leur cœur. Ne leur collons jamais de telles étiquettes affreuses. Nous devons tous cesser de nous invectiver.

Que ce soit dans les grandes conventions, dans les petits groupes, ou même dans les foyers et dans les relations de couple, ceux qui résistent au « réveil, » ou qui le mettent en question, sont isolés, intimidés, et traités en ennemis. Comment est-il possible que l’Eglise laisse faire, et ne tienne pas compte d’un tel comportement ? Galates 5 met vivement en lumière le contraste entre le fruit de l’Esprit et les œuvres de la chair. Relisez ce passage, et demandez-vous quel fruit est produit dans ce type de comportement.

Quand nous discutons de nos expériences concrètes, nous devons nous rappeler que Dieu a parfois demandé à Son peuple, dans le passé, de faire des choses inhabituelles. Par exemple, Ezéchiel a dû se coucher sur le côté pendant 390 jours (Ezéchiel 4). Je suis sûr que Dieu pourrait encore demander à certains de Ses serviteurs de faire des choses étranges. Mais nous devons aussi nous rappeler que ces choses inhabituelles ou étranges ont toujours été l’exception et non la règle. Ces comportements ne devaient pas constituer une norme, comme l’a fait remarquer George Wood. La Bible nous montre également que ces expériences étaient presque exclusivement vécues par des individus et non par des foules.

Veuillez aussi remarquer que dans mon récit des événements vécus avec cet orateur invité dont j’ai parlé plus haut, je n’ai pas mentionné un certain nombre de choses bizarres, comme, par exemple, le fait que cet orateur était accompagné de deux pasteurs assistants, qui faisaient des sauts de grenouille devant l’estrade pour appuyer son discours ! Je n’ai pas non plus insisté sur d’autres manifestations extrêmes que j’ai observé dans toutes sortes de réunions de « réveil. » Car il s’agit exactement de cela : des manifestations, des réactions, des illustrations, et du sensationnalisme. Notre préoccupation essentielle doit être le message, le contenu substantiel et, surtout, la nature de l’esprit qui agit derrière toutes ces manifestations. Au milieu de toute cette excitation, nous ne devons pas nous centrer sur l’examen des expériences ou des manifestations étranges. Nous devons examiner la qualité de la « nourriture » qui nous est présentée. Certes, il est difficile de ne pas s’occuper exclusivement des choses étranges qui se passent, mais il le faut. En réalité, les manifestations ne constituent pas le problème en elles-mêmes. Elles ne sont que des symptômes de quelque chose de plus profond.

Quand Jésus parle de ce qui va se passer devant le trône du jugement, dans Matthieu 7:22, il nous montre que beaucoup de gens croiront avoir servi Dieu. Mais ils se trompaient, car ils n’ont pas vécu selon les critères fixés par Dieu. Jésus n’a pas dit que ceux qui seraient séduits, et qui se retrouveraient dans cette position, seraient en petit nombre. Il a dit qu’il y en aurait beaucoup. Ceci vous devrait vous parler avec force, si vous êtes un Chrétien pentecôtiste ou charismatique. Même si vous connaissez bien ce passage, relisez-le. Demandez au Saint-Esprit s’il s’applique à votre vie ou à votre église. Nous devons examiner soigneusement tous ces nouveaux « réveils. » Ecoutez bien tout ce qui se dit, réfléchissez à ce que cela implique, observez ce qui se pratique. Etudiez les Ecritures pour contrôler si ce qui est dit ou fait est bien conforme à la Parole de Dieu.

Vous nagez peut-être dans le « fleuve. » Vous en avez peut-être seulement entendu parler. Mais, que vous croyez ou pas que ce mouvement vienne de Dieu, vous devriez tous être plus ou moins comme les Béréens. Personne aujourd’hui dans l’Eglise ne peut avoir la moindre excuse pour ignorer ce que dit la Parole de Dieu. Cet article est le fruit de mes inquiétudes, à cause de ce que je lis dans la Parole de Dieu. Je veux être clair. Personne ne doit se contenter de ce que j’affirme. Chacun doit découvrir la vérité par lui-même. J’espère que vous examinerez et que vous éprouverez ce que j’ai écrit ici. Attachez-vous à la Parole. Je vous supplie de faire de même en ce qui concerne tout réveil, tout mouvement, et toute expérience. La bonne réputation d’un « réveil » ou les bons témoignages donnés par une personne sont importants, mais aucune personne, aucun réveil, aucun mouvement de Dieu ne doivent échapper à un examen attentif, à la lumière de la Parole de Dieu. C’est le SEUL moyen de contrôle que nous avons. Assurons-nous de bien l’utiliser.

  • La grande mascarade.

Beaucoup d’articles ont été écrits sur ce réveil. La plupart ont attribué les erreurs et les excès de ces mouvements à « un enthousiasme sincère mais déplacé, » ou à « des émotions excessives. » Mais nous pouvons considérer une autre possibilité. Si nous acceptons de considérer comme vrais les discours de Jésus, de Paul, de Pierre et de Jean sur les faux prophètes et les esprits mensongers, si nous croyons que nous n’avons pas à lutter contre la chair, mais contre les principautés et les puissances, si nous croyons que Satan hait l’Eglise, et s’efforce de se présenter en ange de lumière pour la séduire et la détruire, alors nous devons nous poser la question suivante : « Se peut-il que ce réveil soit une contrefaçon ? » Si nous sommes honnêtes, la réponse sera : « Oui ! » Mais ne vous contentez pas de ce que je vous dis. Relisez ce que Jésus a dit à ce sujet, et décidez par vous-même !

Ce « fleuve de réveil » semble agir au niveau de l’âme et du corps, pas au niveau de l’Esprit de Dieu. Il engloutit complètement les émotions et le corps, en les contrôlant parfois complètement. Les expériences semblent surtout concerner les désirs et les pulsions de base, ce qui procure un plaisir extrême à la chair. Ceux mêmes dont le corps est tordu, parcouru de spasmes, de frissons, et de mouvements complètement inhumains, ne manifestent ni regrets, ni inquiétude, ni sujets de plainte. L’euphorie est si puissante que personne ne s’occupe plus ni de décorum, ni de décence ni de réputation. Dieu peut-Il inspirer tout cela ? Certes, il est possible de répondre : « Oui ! »

En effet, de même que Satan peut infiltrer l’Eglise et imiter l’œuvre du Saint-Esprit, il est possible que Dieu agisse d’une manière non-conventionnelle au milieu de Son peuple. Mais dire qu’il est « possible que Dieu agisse » n’est pas suffisant pour nous permettre d’être certain de ce qui se passe. C’est pourquoi nous devons éprouver les esprits. D’une part, nous ne devons pas répéter l’erreur d’Israël, qui n’a pu discerner l’heure de sa visitation. L’aveuglement d’Israël fut tragique pour son histoire. Certes, nos sensibilités religieuses et nos traditions ne doivent pas nous empêcher de recevoir les bénédictions de Dieu. Dieu est Dieu. Il est capable de faire ce qu’Il veut, où Il veut, et comme Il veut. Mais, d’autre part, cela ne signifie pas que tout ce qui prétend venir de Dieu doive être accepté sans discussion. Nous devons éprouver toutes choses à la lumière de la Parole de Dieu. Si quelque chose vient de Dieu, cela ne pourra être détruit. Sinon, s’il s’agit d’une mascarade de Satan, nous pouvons espérer que cela sera découvert et détruit.

Certains disent : « Comment Satan peut-il conduire des âmes au salut ? Ne travaillerait-il pas contre lui-même ?  » Avant de poser cette question, ou avant d’y répondre, examinons la question d’un peu plus près. 2 Corinthiens 11:4 dit ceci : « Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. » Dans Marc 13:22-23, il est écrit : « Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s’il était possible. Soyez sur vos gardes : je vous ai tout annoncé d’avance. »

En nous appuyant sur ces passages, on peut affirmer que Satan sait se déguiser pour prêcher un faux Evangile, pour manifester un esprit mensonger, faire de faux miracles, et pour annoncer un faux Christ. Il en résulte que de fausses conversions pourraient faire partie de cette mascarade. D’après ces passages, il n’est pas trop difficile de croire que des gens puissent accepter un faux Evangile et mettre leur foi en un faux Christ. Cela doit impliquer quelque part une sorte de conversion. Jésus a dit : « Soyez sur vos gardes. » Il est temps pour nous de prendre les paroles du Seigneur au sérieux. On a dit pendant des années que certains ministères s’exerçaient sous une « fausse onction. » Bien que beaucoup de gens acceptent ce que disent ces ministères, ils refusent pourtant d’aboutir à une telle conclusion. Sauf quand il s’agit des Mormons, des Témoins de Jéhovah, ou des sectes, peu de gens étudient le problème des faux prophètes. » Nous attribuons souvent les erreurs soit à des hommes sincères qui commettent quelques excès, soit à des charlatans et des imposteurs. Nous passons d’un extrême à l’autre. Une telle attitude, en soi, devrait nous faire poser des questions. J’ai l’impression que nous ne pouvons même pas imaginer que la séduction puisse s’introduire dans l’Eglise. Réveillons-nous ! Examinons tout ce qui se passe dans ce mouvement, et demandons-nous s’il s’agit vraiment, comme certains le prétendent, d’un esprit mensonger ou d’une fausse onction. Est-il possible que nous ayons laissé Satan bâtir une telle forteresse au sein même de l’Eglise ? Avons-nous le courage d’envisager cette éventualité ? Allons-nous enfin examiner à fond les choses, pour les approuver ou les rejeter définitivement ?

Etes-vous conscient de ces choses ? Fermez-vous les yeux sur les erreurs, parce que certaines choses qui viennent de ce mouvement sont bonnes ? De grâce, examinez ce que la Parole de Dieu dit au sujet des vrais et des faux prophètes et de leurs enseignements, et agissez en conséquence. Certains pourront me dire : « Mais si l’Eglise agissait selon ces critères, tous les ministères devraient être rejetés comme faux, ou corrigés ! » Si cela était nécessaire, faisons-le ! Que pourrions-nous faire d’autre ? Fermer les yeux et espérer que cela s’arrangera ? Continuer à manger le fruit et à rejeter le noyau ? Laisser les feux sauvages tout embraser ? Laisser le bébé patauger dans de l’eau sale ? Si nous n’agissons pas, nous serons responsables de laisser ces choses continuer à se produire. Il est temps de considérer la Parole, d’apporter tous les changements et corrections nécessaires, et d’exhorter les autres à faire de même.

  • Eprouvez… Eprouvez !

Depuis longtemps on a laissé à l’expérience subjective personnelle le soin d’examiner ce qui est bon et ce qui vient de Dieu. Alors que cela devrait être la prérogative d’une foi fermement enracinée dans la PAROLE DE DIEU. L’Eglise, qu’elle soit Pentecôtiste, Charismatique et Evangélique, pour ne pas parler du monde, a peu à peu laissé l’expérience devenir l’instrument de discernement de la vérité. Il faut abandonner cette tendance, si nous ne voulons pas mettre en cause l’intégrité de la Bible.

Vous avez peut-être déjà entendu dire que la meilleure manière de reconnaître une contrefaçon et de connaître parfaitement l’original. C’est ainsi que les banquiers et les changeurs reconnaissent la fausse monnaie. Ils connaissent tellement bien la vraie monnaie qu’ils peuvent aisément reconnaître la fausse. Ils s’attachent donc à étudier à fond l’original. Etudier toutes les contrefaçons possibles serait une tâche sans fin, car il n’y a pas deux contrefaçons semblables. Alors que l’original est toujours le même ! Il est pourtant essentiel de savoir que des contrefaçons circulent.

Si les banques ignoraient qu’il existe des contrefaçons en circulation, elles pourraient rencontrer de sérieux problèmes. Elles ne tarderaient pas à être envahies par la fausse monnaie. La fausse monnaie n’a aucune valeur et n’est bonne qu’à être brûlée. Il en est de même en ce qui concerne le Royaume de Dieu. Il existe un véritable Esprit, et de véritables enseignements, et il existe des contrefaçons.

Les faux prophètes étaient majoritaires dans l’Ancien Testament. Ils ont représenté un réel problème dans l’Eglise primitive. Cela ressort clairement des nombreux avertissements que donne l’Ecriture. En outre, Jésus nous a avertis qu’à mesure que la fin approche, ce problème allait empirer. Est-ce que l’Eglise le croit encore ? Le croyez-vous ? Si c’est le cas, pourquoi semble-t-il n’y avoir pratiquement personne pour dénoncer aujourd’hui les faux docteurs et les fausses doctrines ? Bien plus, pourquoi l’Eglise Pentecôtiste ou Charismatique ignore-t-elle, ou rejette-t-elle, les rares Chrétiens qui osent se lever pour dénoncer les faux docteurs, les faux évangiles et les faux prophètes ?

Jésus Se trompait-Il, quand Il annonçait que ces problèmes allaient empirer ? S’il y a une grande mascarade au milieu de l’Eglise aujourd’hui, si un autre Evangile est annoncé, et si un autre esprit est à l’œuvre dans l’Eglise, c’est que Satan mène la danse ! Il est temps pour l’Eglise d’arrêter de danser !

Certains pourraient alors nous rappeler les paroles de Gamaliel : « Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire » (Actes 5:38-39). Cette déclaration présente une certaine logique, mais nous devons considérer si elle s’applique à la situation actuelle. Après tout, la religion des Mormons, celle des Témoins de Jéhovah, ou celle de l’Islam, ne viennent pas de Dieu. Elles continuent pourtant à prospérer. De même, le Mouvement « Jésus seul, » qui enseigne une fausse doctrine, n’a pas encore été détruit !

Rappelons-nous que Gamaliel n’était pas Chrétien. C’était certainement un Juif dévot et un homme honorable, mais il n’était pas converti à Jésus. La Bible rapporte ses paroles, mais sans les approuver expressément. Nous devons savoir faire cette distinction. Prenons quelques exemples. La Bible rapporte aussi les paroles de Satan, quand il a tenté Jésus. Elle parle aussi des magiciens du Livre de la Genèse, qui pouvaient changer des bâtons en serpents. Elle parle aussi de Balaam dans le Livre des Nombres. Personne ne peut douter de la réalité de ces paroles ou de ces personnes. La Bible en parle, mais ne les approuve pas. Il en est de même pour Gamaliel.

Il n’est pas sage de laisser passivement des enseignements et des pratiques non-bibliques se répandre, sans les corriger. Nous devons nous lever en toute humilité, mais remplis d’assurance, et utiliser l’autorité de la Parole de Dieu pour renverser « les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu » (2 Cor. 10:5). Il est temps que cette mascarade s’achève et que l’Eglise recommence à éprouver les esprits. Même si cela détruit votre mouvement, ou vous cause beaucoup de problèmes, réfléchissez bien à cela : Que vaut-il mieux pour des responsables qui se tiendront un jour devant le Trône de Dieu ? Avoir été prudents, avoir été lents à accepter de nouvelles doctrines et de nouvelles expériences, ou avoir pris la responsabilité de conduire le peuple de Dieu dans la séduction ? Dieu honorera toujours les cœurs sincères qui cherchent la vérité.

Certes, l’Eglise attribue souvent les erreurs et les excès à un enthousiasme déplacé. Mais il faut ajouter qu’il est insensé de laisser se perpétuer ces erreurs sans les corriger. Nous devons corriger même les erreurs commises sincèrement. Sinon, elles ouvriront la porte à de nouvelles erreurs. Toute erreur est comme une semence. Si nous ne l’examinons pas et si nous ne la corrigeons pas, elle grandira et produira de nouvelles erreurs. Et des mauvaises doctrines finissent toujours par produire des mauvaises actions.

L’action de ces erreurs peut s’étaler sur plusieurs générations, ou sur plusieurs années seulement. Mais chaque étape successive franchie dans l’erreur éloignera toujours plus l’Eglise de la Parole de Dieu et, finalement, de Dieu Lui-même. Qui devrait être chargé d’apporter ces corrections ? En premier lieu, les Anciens, les Surveillants, les Responsables principaux, les Pasteurs, et tous ceux qui occupent des postes de responsabilité. Si ces conducteurs abandonnent leurs responsabilités, ils ne laissent aux Chrétiens de base qu’une alternative : l’apostasie ou la révolution ! Il vaut bien mieux que les conducteurs de l’Eglise s’impliquent et examinent toutes choses, puis corrigent ou approuvent ce qui doit l’être. N’êtes-vous pas d’accord ?

  • Nous avons besoin de conducteurs.

Il y a quelques années, l’un des dirigeants nationaux des Assemblées de Dieu a déclaré que les Assemblées de Dieu devaient adopter des méthodes « plus charismatiques. » Au cours d’une convention, s’est tenu un forum où l’on a beaucoup discuté pour savoir si les églises charismatiques extérieures au Mouvement de Pentecôte se développaient plus vite que les Assemblées de Dieu, dans les mêmes villes. On a dit que le succès de ces églises charismatiques était dû à leur croissance rapide, à la qualité de leur louange, et à leurs réunions très vivantes, et qu’il était temps que nos églises fassent de même. Il semble donc, dans certains endroits, que les Assemblées de Dieu abandonnent leur attachement traditionnel à la Parole de Dieu, pour accepter de nouvelles expériences de « réveil. » La raison est simple : nous, Assemblées de Dieu, nous nous sentons trop marginalisés dans les milieux charismatiques. Nous avons l’impression de devenir des Chrétiens de deuxième classe. Nous pouvons supporter d’être rejetés par les Orthodoxes, les Catholiques ou les dénominations traditionnelles. Nous pouvons supporter d’être rejetés par les Baptistes ou les Evangéliques. Mais pouvons-nous supporter d’être rejetés par les « nouveaux » Charismatiques, qui nous traitent souvent d’un air supérieur ?

Tout au début du Mouvement de Pentecôte moderne, il y a eu un certain nombre d’excès, et d’abus de doctrines. Quand ces choses se sont passées, les Assemblées de Dieu ont pris la juste attitude, et ont fini par déclarer que beaucoup de ces choses étaient des hérésies. Par exemple, le Mouvement « Jésus seul, » le Mouvement de Signes et des Prodiges, le Mouvement de la Pluie de l’Arrière saison, le Mouvement de la Manifestation des Fils de Dieu, le Mouvement gnostique et a-millénariste du Royaume Maintenant, et d’autres mouvements Charismatiques, ont tous été rejetés par les Assemblées de Dieu. Pourtant, tous ces Mouvements n’ont pas disparu, ni leurs doctrines, ni leurs pratiques, ni ce que nous pourrions appeler leur « culture. » Pour certaines raisons, et d’une certaine manière, il semble que toutes les erreurs acceptées par les Mouvements se soient infiltrées, et, parfois, aient envahi les Assemblées de Dieu. Ce « fleuve de réveil » actuel semble être une résurgence de beaucoup de ces anciennes erreurs. Elles ont simplement été emballées différemment pour être mieux acceptées. Il suffit que vous fassiez quelques recherches sur ces mouvements et ces doctrines, et vous découvrirez de nombreuses similitudes.

Regardez : des œuvres comme « Heritage USA » ou le « Club PTL » (Praise The Lord) représentaient ce que le Pentecôtisme pouvait faire de mieux en matière d’extravagance et de matérialisme. Leurs responsables n’arrêtaient pas de dire que « les Chrétiens Pentecôtistes en ont assez de bricoler, et de se réunir dans des églises minables de banlieue. Ils méritent d’avoir ce qui se fait de mieux, et nous allons le leur offrir ! » Le Centre Heritage-PTL était même devenu l’une des attractions touristiques les plus belles et les plus fréquentées des Etats-Unis. C’était un endroit dont tous les Pentecôtistes pouvaient être fiers. Mais il représente aussi l’un des abus les plus notoires et les plus grossiers de l’annonce de l’Evangile de tout le vingtième siècle, et une honte pour l’intégrité du ministère. Le mouvement de réveil actuel, avec toutes ses variantes, pourrait bien représenter quelque chose de similaire, et avoir les mêmes effets dévastateurs sur l’expérience spirituelle et la notoriété des Assemblées de Dieu. L’excitation, la puissance et les manifestations sont très attirantes. Nous en avons besoin pour nous refaire de la publicité. Nous voulons être à la pointe du progrès !

Se peut-il que les Assemblées de Dieu, par leur obsession à insister sur des expériences passées, et par les regards d’envie qu’elles portent sur le « succès » apparent des mouvements charismatiques, aient laissé entrer en elles un poison mortel ? Avons-nous été séduits au point de penser que c’est justement ce qu’il nous fallait ? Est-ce que les Assemblées de Dieu ne sont pas en train de se vider du Sang de Christ, parce qu’elle veulent se mettre à la page du réveil ? Il est temps pour les responsables de dévoiler les boucs et les loups ravisseurs qui se sont glissés au milieu du troupeau. Il est temps d’exiger l’intégrité doctrinale. Je ne dis pas que tout est mauvais dans ce « fleuve du réveil. » Je crois que personne n’a l’autorité suffisante pour dire cela. Ce Mouvement véhicule cependant un nombre significatif d’erreurs et d’excès. C’est de cela dont nous devons nous occuper.

Je prends l’exemple des Assemblées de Dieu d’Australie. Comme elles ont accepté ce « réveil » et les erreurs qui l’ont précédé, elles sont parvenues au point où elles acceptent à présent de s’ouvrir à la théologie du « Royaume Maintenant. » (NdE : Cette théologie enseigne notamment que la terre doit être entièrement conquise et transformée pour Christ, avant que le Seigneur ne puisse revenir sur la terre. C’est le « Millénium maintenant, » par opposition à la doctrine traditionnelle d’une grande apostasie et d’un jugement divin devant précéder le Millénium). Les dirigeants des Assemblées de Dieu australiennes, lors de leur Convention Nationale de mai 1999, ont proposé, à propos du retour de Jésus-Christ, que les termes « imminent » et « avant le Millénium, » soient ôtés de leur confession de foi, et que tout ce qui concerne le Millénium soit effacé de leur constitution. Les Assemblées de Dieu australiennes vont aussi changer leur appellation, pour s’intituler à présent Eglises Chrétiennes Australiennes. D’autres changements controversés sont aussi en cours. Ces changements n’ont pas été introduits par une petite fraction des Assemblées de Dieu, mais par toute la direction centrale du mouvement. Tous ces changements doctrinaux n’ont jamais été présentés aux églises. Mais les conducteurs du mouvement ont demandé et reçu l’autorisation d’ordonner comme pasteurs tous ceux qui avaient accepté ces nouvelles doctrines sur le retour de Christ et le Millénium.

Je crois que les prochaines Assemblées de Dieu à introduire ces changements seront les Assemblées de Dieu des Etats-Unis. Cela peut se passer dès aujourd’hui, ou l’année prochaine. Mais je crois que si le réveil actuel se poursuit sans être éprouvé, nous verrons de tels changements se produire bientôt en Amérique. Laisser les erreurs et les excès se manifester, ou les attribuer à la chair, a constitué et constitue une faute. Nous devons examiner toutes choses et tenir ferme à ce qui est bon. Nous devons corriger, réprimander, exhorter, et, bien sûr, restaurer ceux qui n’acceptent pas ou n’adhèrent pas à la saine doctrine. Il est grand temps de dénoncer les contrefaçons, les fausses doctrines, les esprits séducteurs, et les faux docteurs. Si un seul responsable principal de la Pentecôte osait se lever pour parler fermement et avec autorité, cela aurait un impact extraordinaire. Qui voudra pendre ce risque ? Si vous occupez un poste important au sein des Assemblées de Dieu, je vous supplie de parler de ces problèmes. Si vous êtes pasteur des Assemblées de Dieu, priez et prenez position pour la vérité. Exigez que le réveil s’accompagne d’intégrité. En 1993, le Comité national des Assemblées de Dieu pour la Vie Spirituelle a publié un rapport. Il comportait l’une des déclarations les plus mémorables jamais faites en ce qui concerne le réveil. La voici : « L’Esprit de Dieu n’entre jamais là où la Parole de Dieu n’entre pas. » Oh, puissions-nous à nouveau vivre et agir dans une pleine confiance en ces paroles !

  • Une dose d’intégrité.

Aucune église n’est parfaite. Cependant, même si aucune église ne sera parfaite avant le retour de Christ, ce n’est pas une excuse pour négliger ce qui ne va pas. Dieu nous demande et nous ordonne de dispenser droitement Sa Parole. Les dernières paroles que Christ a adressées à l’Eglise sont rapportées dans les lettres aux sept églises de l’Apocalypse. Dans ces lettres, Jésus insiste sur toute une série d’avertissements et de bénédictions. Bien que ces lettres soient adressées à sept églises bien précises, leur message s’applique à toutes les églises et à tous les Chrétiens, de toutes les époques.

Relisez-les et étudiez-les. Quant à vous, identifiez et notez quelle est la seule qui ne reçoit que des louanges et des bénédictions, sans AUCUN mot d’avertissement ni de reproche. Lisez ce que Jésus dit à cette église, et comparez à ce qu’Il dit aux autres. Comparez ensuite ces sept églises à l’Eglise aujourd’hui. A quelle église aimeriez-vous appartenir ?

Aujourd’hui, l’intégrité n’est qu’un mot sur les lèvres de beaucoup de gens. Voici comment le Grand Dictionnaire Américain « Heritage » définit ce mot :

In-té-gri-té : 1. Adhésion ferme à un code strict de morale ou d’éthique. 2. Etat de ce qui est intact. 3. Qualité ou condition de ce qui est entier, complet, intact, sain.

A mesure que le temps a passé sur l’Eglise, nous avons laissé notre vie se refroidir. Nous nous sommes habitués au confort et nous sommes remplis d’une fausse confiance. Pourtant, ce n’est pas le feu étranger qu’il nous faut ! Nous avons besoin du Feu du Ciel ! Nous avons besoin d’un Feu pur, purificateur et puissant, qui ne s’occupe que de vérité et d’intégrité. Jésus a dit que le Saint-Esprit était l’Esprit de Vérité. S’il y a de l’erreur et du mensonge dans l’Eglise, cela ne peut pas venir du Saint-Esprit. Il est temps pour nous de revenir à notre norme d’INTEGRITE spirituelle et doctrinale. Il est vrai qu’il y a quelques bonnes choses dans ce « réveil, » mais l’ensemble laisse largement à désirer, surtout dans ce domaine de l’intégrité biblique et spirituelle.

Relisez Matthieu 7:15-23, et voyez ce que Jésus dit à propos du fait de « jeter le bébé avec l’eau du bain, » ou de « manger le fruit et jeter le noyau. » Notre approche moderne du discernement spirituel et doctrinal ne passerait jamais Son test. Il est temps de secourir le bébé et de le retirer de son eau sale, de vider la cuvette, de la nettoyer, de la remplir à nouveau de l’eau pure de la Parole. Il est temps de dégainer l’épée à double tranchant de la Parole, et de séparer les jointures et les moelles. Il est temps d’éteindre les feux sauvages avec l’eau de la Parole. D’ailleurs, cette eau n’éteindra jamais le feu de l’Esprit ! C’est là notre responsabilité en tant que Chrétiens, et surtout en tant que conducteurs.

Nous ne devons pas accepter d’utiliser les véritables machines à faire de la publicité commerciale et même politique que beaucoup de mouvements ont mises en place pour promouvoir et défendre leurs réveils. Je voudrais bien croire que ce mouvement actuel est de Dieu, mais je ne veux pas fermer les yeux sur les erreurs, les abus et le manque d’intégrité. Relisez la définition de ce mot. L’Eglise ne peut pas espérer bien se porter si elle ferme les yeux devant les abus, en espérant que tout va s’arranger. La Parole de Dieu est immuable. Elle nous offre les moyens de juger, et la sagesse nécessaire pour éprouver toutes choses.

Satan est un maître dans l’art de faire passer un mensonge pour la vérité. Il acceptera d’enseigner 99 vérités, s’il parvient à nous faire croire un seul mensonge qui nous conduira dans la séduction. Il sait tordre la vérité pour lui faire perdre son intégrité. Il l’a fait dans le Jardin d’Eden. Il a essayé de le faire en tentant Jésus dans le désert. Il n’a certainement pas modifié sa tactique aujourd’hui. Ce verset de Galates 5:9 pèse très lourd : « Un peu de levain fait lever toute la pâte. »

J’espère que cet article vous poussera à vous arrêter pour réfléchir et pour examiner. Ne le faites pas dans un esprit de jugement, mais faites-le avec un cœur pur, en ayant pour seul objectif d’honorer et de glorifier Jésus-Christ, et de suivre le sentier étroit de Sa Parole. Finalement, un Evangile truffé d’erreurs, associé à un manque d’intégrité spirituelle, ne feront qu’ouvrir la porte à la séduction et à l’apostasie dans l’Eglise.

Il se peut que nous n’aimions pas le « sale travail » d’avoir à dénoncer le mensonge et l’erreur. Mais les faits sont les faits. Examinez ce qui se passe autour de vous. Eprouvez tout ce qui est dit et contrôlez si cela est conforme à la Parole. Si les autres ne contrôlent pas dans la Parole, faites-le ! Si vous ne savez pas par où commencer, commencez par lire les passages suivants : 2 Pierre 2:1-3, 1 Timothée 6:3-12, 2 Timothée 4:3-5, Deut. 18:20-22, Jérémie 23:16-18, et Ezéchiel 13:1-23. Si vous découvrez quelque chose qui n’est pas en accord avec la Bible, restez aimable et honnête dans votre approche. Nous devons toujours dire la VERITE avec AMOUR. Sinon, cela ne fera qu’augmenter les problèmes.

L’Eglise doit-elle fermer les yeux sous prétexte qu’elle vit des expériences ? Allons-nous permettre à nos propres expériences personnelles de prendre dans notre vie une autorité supérieure à celle de la Parole de Dieu ? Sur quoi fondons-nous notre foi ? Sur nos expériences personnelles, ou sur la Parole de Dieu ? Nous ne pouvons pas laisser des questions sans réponse, ni laisser des erreurs sans les corriger, sous prétexte qu’il se passe quelque chose de bon. L’Eglise a besoin de retrouver l’intégrité. J’espère cet article a pu vous faire du bien, et vous aura fait comprendre que la plupart de ces « réveils » sont fondamentalement identiques. Dans l’ensemble, ils emploient les mêmes méthodes, s’abreuvent à la même source, offrent les mêmes expériences, et produisent les mêmes manifestations.

On ne peut négliger les faits. A première vue, certains réveils peuvent sembler différents des autres, et mettre l’accent sur des points différents. Le comportement des conducteurs ou des assemblées peut sembler différent, mais, sous la surface, la plupart de ces réveils sont identiques. De plus en plus d’églises plongent chaque jour dans ce « fleuve. » De plus en plus se passionnent par ce réveil, et le recherchent avec ardeur. Sous beaucoup d’aspects, l’église de l’Aéroport de Toronto a offert un modèle pour la plupart des réveils de ce type qui se sont passés aux Etats-Unis.

Je pense que c’est aussi le cas pour le « réveil » de l’église de Pensacola, bien qu’il présente beaucoup de points positifs. Il en est de même pour les Croisades « Amérique, réveille-toi, » organisées à l’initiative de Pensacola. Ce n’est que la « Bénédiction de Toronto » sous l’uniforme des Assemblées de Dieu. Je ne rejette pas cette église, mais nous devons reconnaître la vérité. Quand on étudie la question d’un peu plus haut, on réalise que tous ces réveils sont très semblables. On s’en rend encore mieux compte quand on voit le grand nombre d’églises différentes qui acceptent ce réveil. Les similarités sont frappantes, similarités de discours, de doctrines, d’expériences. Il m’apparaît très clairement que ces églises sont toutes passées par le même moule.

La deuxième partie de mon article traitera en profondeur de mes sujets d’inquiétude et des problèmes que j’ai observés dans ce mouvement de réveil. Notez bien que ces problèmes ne se retrouvent pas tous au niveau de chaque église qui passe par ce réveil. Ce sont des choses dont j’ai été témoin. En outre, mes sujets d’inquiétude ne concernent pas le fruit, bon ou mauvais, produit par le réveil. Les manifestations et le fruit sont d’importants indicateurs pour juger de la validité d’un mouvement. Mais nous devons les mettre de côté, en comprenant que ce ne sont que des symptômes, et non la cause des problèmes. Dans votre lecture, ne laissez jamais ni mes observations, ni vos opinions, ni vos expériences personnelles, prendre la place de la Parole de Dieu comme unique instrument de discernement. Après tout, croyez-vous qu’un fruit puisse être bon, si c’est un poison qui le produit ? Ne vous y trompez pas, la Doctrine est importante !

————————–
FIN DE LA PREMIERE PARTIE – Suite dans la DEUXIEME PARTIE.

Stephen PRATEL – Rédigé en novembre 1998 – Mis à jour en mai 1999.

La « nouvelle onction » des années 90 vient des profondeurs de Satan (2/2)

Article de Stephen Pratel – (En deux parties).

Date : Novembre 1998 – Mis à jour en mai 1999
L’original anglais se trouve sur le site http://www.banner.org.uk
Article traduit par Henri Viaud-Murat, publié autrefois sur le site Internet paroledevie.org (site fermé depuis Août 2007).

Quel vent souffle sur nos têtes ? (2/2)

La Parole de Dieu occupe souvent une place secondaire.

Dans de nombreuses réunions du réveil actuel, la Parole de Dieu n’est ni exposée ni proclamée. Parfois, la Bible n’est même pas ouverte. Les Ecritures sont certes citées et l’on en parle, mais elles sont rarement lues, ni clairement proclamées. A la place de la prédication de la Bible, on trouve des myriades d’histoires, de témoignages, d’illustrations visuelles très vives, des allégories, des passages de l’Ecriture cités sans précision ou hors de propos. Tout cela est grossièrement servi, dans le but d’engager les auditeurs à accepter et à rechercher cette nouvelle expérience. Certains conducteurs du réveil ont même dit : « La Parole de Dieu ne suffit pas… » « Nous avons assez entendu de prédications… »  » L’église est devenue obèse. Ce qu’il nous faut, c’est une démonstration de puissance… »

On a de plus en plus tendance à prêcher sans avoir recours à la Bible, à raconter des histoires, ou à parler à propos de la Bible. Si l’on examine cette tendance sur les soixante dernières années, il me semble que l’Eglise a bien été poussée à s’engager dans cette direction. Lentement, progressivement, des églises autrefois fondées sur les Ecritures se sont égarées. L’histoire prouve que l’absence de la prédication de la Parole de Dieu a toujours abouti à des ténèbres spirituelles. Dans les grandes dénominations, la Parole de Dieu est rabaissée. Son inspiration littérale est même ouvertement remise en question. En un mot, la Bible a été marginalisée.

C’est ainsi que dans beaucoup de ces réveils modernes, on a marginalisé la Parole de Dieu en la négligeant. On ne la renie pas, on ne la remet pas en question, comme dans les grandes dénominations, mais on la remplace par des dons vocaux divers, par des manifestations et des expériences. On entend parfois cette déclaration : « Tout ce que Dieu a fait ou dit, tout ce qu’il fera ou dira, n’est pas écrit dans la Bible ! » Au lieu de se lever et de dire : « QUOI ? ? ? C’EST DE L’HERESIE ! », les gens s’exclament : « OUAH ! ! ! QUELLE REVELATION ! » Frères et Sœurs, c’est un désastre ! Vous n’avez peut-être pas remarqué cette tendance, mais je vous exhorte à ouvrir les yeux. Vous serez surpris de constater combien ces choses sont fréquentes. Ceci nous conduit à nous poser des questions importantes : L’Eglise n’a-t-elle fait que gratter la surface de la Parole de Dieu ? Avons-nous fini d’en découvrir toutes les richesses ? Avons-nous épuisé ces richesses ? La Bible doit-elle être complétée par autre chose ? Avons-nous réellement reçu trop d’enseignements de la Parole ?

La réponse à ces questions est manifestement : « NON ! » Pourquoi donc tant de Chrétiens abandonnent-ils la Parole de Dieu ? Pourquoi tant de Chrétiens ayant plongé dans ce réveil marginalisent-ils et banalisent-ils les enseignements de l’Ecriture ? De plus en plus d’églises font « sauter » la prédication, parce que les moments de louange et de « prière » sont tellement puissants ! Beaucoup d’églises ont abandonné l’enseignement de la Parole, pour passer à des messages très illustratifs, ou à de simples paraphrases de l’Ecriture. L’Eglise a besoin de PLUS d’enseignements bibliques, pas de moins ! Pourquoi tant de Chrétiens recherchent-ils des « révélations nouvelles et fraîches » ? Pourquoi ont-ils soif d’entendre des histoires ou des récits allégoriques ? Pourquoi prend-on des passages de l’Ancien Testament pour les faire complètement sortir de leur contexte et les appliquer à ce qui se passe dans le « réveil » ? Pourquoi n’enseigne-t-on plus l’Ecriture en vérité et avec autorité ? Faut-il écarter ou marginaliser la vérité, pour que le mensonge soit bien accueilli ?

Certains se vantent du fait qu’ils n’ont plus besoin d’entendre des prédications. Ils n’acceptent que la louange ou le « moment du ministère. » Ils pensent que c’est merveilleux. Certes, cela peut être le cas à l’occasion. Mais quand cela devient la règle, cela finit par détruire la stabilité et l’intégrité spirituelle de l’Eglise. Les expériences nourrissent les sens, mais ne produisent aucune stabilité. Elles ouvrent la porte à la séduction. Dans 2 Timothée 3:16-17, il est écrit : « Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. » C’est la Parole de Dieu et non l’expérience qui peut rendre le Chrétien accompli.

Des messages stimulants, même bien construits et assaisonnés de quelques références bibliques, ne peuvent pas remplacer un enseignement clair et systématique de la Parole de Dieu. Certains utilisent la Bible comme un simple moyen d’illustrer une vérité spirituelle, ou l’idée qu’ils veulent présenter. C’est l’inverse qu’il faut faire. N’utilisons pas la Bible pour illustrer ce que nous prêchons. Nous devons retourner au souci constant des pères fondateurs de nos Assemblées de Dieu : « MONTRE-LE MOI DANS LA BIBLE ! » Sinon, nous finirons certainement par tomber dans la séduction et l’apostasie.

Jésus-Christ n’est pas proclamé comme Seigneur.

J’ai visionné des bandes vidéo pendant des heures. J’ai assisté à des réunions et des séminaires, j’ai lu beaucoup de livres et d’articles concernant ce réveil, et je me pose constamment la question : « Mais où est notre Sauveur béni ? » Sauf dans quelques Croisades « Awake America » (Amérique, réveille-toi) organisées par l’équipe de Pensacola, vous n’entendez pratiquement jamais proclamer : « Jésus-Christ est Seigneur ! » Nous n’entendons pas souvent non plus mentionner la Seigneurie de Christ, et le caractère central de Jésus. Certes, « Jésus » est bien mentionné, mais ce sont surtout le SAINT-ESPRIT et les manifestations qui retiennent le plus l’attention.

Cette pratique n’est pas du tout équilibrée. Elle est contraire aux Ecritures. Jésus a dit que le Saint-Esprit rendrait témoignage de Lui. Certains ont même dit avec assurance : « L’Ancien Testament était l’époque du Père. Le Nouveau Testament est l’époque du Fils. Mais nous sommes à l’époque du Saint-Esprit. » Si l’Evangile de Jésus-Christ était bon pour l’apôtre Paul, l’un des auteurs de la Bible, et pilier de l’Eglise primitive, il doit être bon pour nous ! Les expériences vécues dans un réveil sont secondaires, comparées à Celui qui a été percé pour nous. C’est LUI qui est le Commencement et la Fin de tout ce que nous disons et faisons. C’est LUI qui est le personnage central de notre vie. Toutes choses ont été créées par Lui et pour Lui. Nous devons veiller à nous placer dans cette perspective !

Un autre enseignement assez fréquent dans ce réveil consiste à mettre en avant l’humanité de Christ. On dit qu’il était un « Homme Oint. » Certains ont même dit : « Si Jésus a pu faire des miracles, c’est pour la seule raison qu’Il était oint du Saint-Esprit. » Certains prédicateurs ont même été jusqu’à dire que Jésus avait la possibilité de pécher, et que, si le Saint-Esprit ne L’avait pas aidé, Il serait tombé dans le péché ! D’autres prétendent que si Jésus n’a pas péché, c’est qu’Il a exercé Sa volonté pour ne pas pécher. Ils disent que c’était possible pour Lui de pécher, mais que cela n’est pas arrivé.

Toutes ces insinuations tendent à faire oublier que Jésus est pleinement Dieu. On Le rabaisse à notre niveau, en le réduisant à l’état d’un simple « homme oint. » Le thème de mon article n’est pas Jésus-Christ, et je ne suis pas un théologien. Mais dire que Jésus aurait pu pécher revient à dire que Dieu pourrait pécher. Il est vrai que Jésus a été tenté en toutes choses sur la terre. Il a été confronté à la tentation comme nous, mais, en tant que Dieu incarné, Il ne pouvait pas pécher parce qu’il était Dieu. Dire qu’Il pouvait pécher revient à dire qu’Il n’est pas pleinement Dieu. Cette attitude est dangereusement proche d’un reniement de Jésus. Alors, croyez-vous que Jésus aurait pu pécher ? Mon frère, ma sœur, j’espère que vous tenez notre Sauveur en très haute considération !

Il est très fréquent dans ce réveil d’adorer et de mettre continuellement l’accent sur le Saint-Esprit, en rabaissant la Seigneurie de Jésus-Christ, ou mettant en question Sa divinité. Nous devons prendre conscience de ces enseignements impurs et nous tenir en garde contre eux. Jésus nous a dit que beaucoup de faux docteurs et de faux prophètes viendraient en Son nom, mais qu’Il ne les aurait pas envoyés. A mesure que nous voyons la fin des temps approcher, il est plus que jamais nécessaire que l’Eglise reste calme, soit sur ses gardes, et exerce son discernement. Nous DEVONS éprouver tous les esprits, et tout comparer à la Parole de Dieu. Rejetons tout ce qui ne proclame pas clairement que « Jésus-Christ est Seigneur, » et refusons tout ce qui est contraire à la saine doctrine.

Il faut vider son esprit et fermer sa bouche pour recevoir.

L’un des enseignements les plus étranges de ce réveil consiste à dire : « Pour boire l’eau de ce fleuve, ou pour recevoir toute « onction » associée à ce fleuve (onction de combat, par exemple), il faut rester silencieux et s’ouvrir complètement. » Presque tous les conducteurs de ce mouvement insistent là-dessus. Sans l’ombre d’un doute, cet enseignement est une HERESIE. Où et quand Dieu demande-t-Il à Son peuple de ne pas Le louer ? Dieu nous a-t-Il jamais demandé de ne plus raisonner ni réfléchir ? Esaïe lui-même appelle les pécheurs à « venir et à plaider » (Esaïe 1:18).

Certes, nous ne devons pas marcher en suivant nos raisonnements humains. Notre relation avec Dieu est fondée sur la foi. La Bible dit que la foi vient en réponse à l’audition de la Parole de Dieu. Cette Parole est entendue par nos oreilles, puis captée par notre cerveau. Mystère des mystères, Dieu fait en sorte que la foi jaillisse dans notre cœur, nos pensées et notre volonté, et nous répondons à Son amour. Puis la foi aboutit à la confession de notre bouche. Je crois que la foi et l’incrédulité commencent dans nos pensées. Toute expérience véritable avec Dieu exige l’usage de notre pensée. On le voit dans la vie de tous les grands personnages bibliques. Pourquoi devrait-il en être autrement aujourd’hui ? Sans réfléchir, la foi est impossible.

En outre, la Bible nous montre clairement que la louange et l’adoration s’expriment TOUJOURS par la bouche. Cela fait FUIR Satan et exalte le Dieu Tout-Puissant. Cela libère l’homme. Dieu habite au milieu des louanges de Son peuple. Le Ciel est l’habitation de Dieu. Il est continuellement rempli de louanges et d’adoration, qui s’expriment de manière audible. Quand Jésus pénétra à Jérusalem, peu avant d’être crucifié, il fut accueilli par des tonnerres de louanges. Elles étaient tellement puissantes, en cet instant où Dieu visitait les hommes, que s’ils s’étaient tus, les PIERRES elles-mêmes auraient crié. Les grands événements de l’histoire de l’Eglise ont toujours été accompagnés d’une expression vocale de louanges et d’actions de grâces.

Est-il possible que Dieu soit incapable de remplir notre esprit, si notre bouche Le loue ? Peut-Il être limité par un acte physique de louange ? Certainement PAS ! La Bible nous exhorte fortement à ouvrir notre bouche, quand nous recevons le salut, quand nous sommes baptisés dans le Saint-Esprit, ou quand nous communions avec Dieu dans la prière et la louange. « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Romains 10:9).

Les partisans du réveil nous disent : « Je ne sais pas pourquoi le fait d’ouvrir la bouche empêche l’onction d’entrer, mais c’est réel ! Il faut l’avoir expérimenté pour le comprendre. » Mais cette réponse n’est pas satisfaisante.

D’une certaine manière, je comprends très bien pourquoi la louange et la prière peuvent nous empêcher de recevoir cette « onction. » J’ai souvent observé cette étrange pratique. J’ai souvent entendu des gens me demander de me taire, d’arrêter de faire du bruit, et de recevoir simplement. J’ai souvent lu ou entendu dire que cela se pratiquait fréquemment. Ecoutez-moi bien, Chrétiens : c’est SATAN qui veut fermer la bouche à l’Eglise !

Quand on vous demande de vous taire, quand on vous dit que si vous dites « Alleluia » ou « Merci Jésus, » cela bloque la bénédiction, quand vous devez arrêter de réfléchir et abandonner votre volonté pour recevoir l’onction, cela ne peut pas venir de Dieu ! Pourtant, certains ignorent ces violations de l’Ecriture et font valoir leurs expériences. Finalement, tout revient à la question : « Que choisissez-vous : l’expérience ou la Parole de Dieu ? »

Une onction transférable.

On croit en général dans ce réveil que la bénédiction ou l’onction peut ou doit se transmettre ou se transférer de personne à personne. Cela se fait surtout par un attouchement, mais aussi par le seul fait d’être en présence d’une personne qui a reçu l’onction. On a vu parfois la personne « ointe » prier pour quelqu’un en faisant des sortes de « passes » avec ses mains, autour de la tête ou du corps de cette personne, afin de lui transmettre l’onction. Ou alors, « l’oint » lui tapote le front ou la poitrine, en répétant : « Le feu ! » ou « Plus, plus ! »

Par rapport à cette pratique, nous devons poser certaines questions, dont la réponse me semble claire : Le Saint-Esprit doit-Il Se soumettre à quelqu’un pour être transmis ? NON ! Un Chrétien habité par l’Esprit peut-il transférer « plus » d’Esprit à quelqu’un ? NON ! Puisque le Chrétien est le Temple du Saint-Esprit, peut-il recevoir quelque chose de plus d’un autre Chrétien ? Là encore, NON ! Les partisans de ce réveil croient-ils donc que cette manière de transmettre l’onction soit le seul moyen d’être rempli du Saint-Esprit ? Je remarque avec intérêt que le parler en langues est étrangement négligé par ce réveil.

Si les partisans du réveil ne disent pas que cette manière de transmettre l’onction soit la seule, pourquoi donc se laissent-ils si souvent aller à reprendre, intimider ou critiquer ceux qui font preuve de prudence, qui mettent en cause cette méthode, ou qui la refusent ? Pourquoi font-ils tant pression sur les gens, pourquoi ont-ils recours à l’intimidation pour que les gens se soumettent à cette pratique ? Pourquoi serions-nous obligés d’aller dans une église de « réveil, » ou d’être en présence d’une personne « ointe, » pour obtenir « plus » de Dieu ? Certains prétendent que c’est l’expérience du réveil qui permet de répondre à ces questions. Ils ne peuvent expliquer pourquoi, mais disent que « cela marche ainsi » !

Comment peut-on affirmer qu’un Chrétien qui prie, qui étudie la Parole, qui marche par l’Esprit, qui aime le Seigneur, et qui se garde pur dans sa marche, puisse rejeter Dieu parce qu’il met en question cette expérience ? Cela ne tient pas debout ! Tozer a dit ceci : « Je suis un Chrétien de la Bible. Si un archange, aux ailes plus grandes qu’une constellation et brillant comme le soleil, venait me révéler une vérité quelconque, je lui demanderais qu’il me la montre dans la Bible. S’il ne peut me la montrer dans la Bible, je lui dirais poliment : Désolé, mais tu n’as pas emmené tes références, retire-toi ! » Il est temps de retirer certaines choses de nos pratiques !

Personne ne peut parfaitement comprendre la nature, le caractère et la manière d’agir de Dieu. Mais enseigner que l’onction se transmet de cette manière n’a AUCUN fondement biblique. On ne le voit nulle part dans le Nouveau Testament. Les Chrétiens ne devraient donc pas pratiquer cela aujourd’hui. Peut-être pourrait-on agir ainsi quand on a affaire à des inconvertis, qui n’ont pas le Saint-Esprit en eux. Par exemple, le boiteux, à la Belle Porte du Temple, a été guéri au moment où Pierre lui a pris la main. Cet homme, qui n’était pas sauvé, se mit à courir, à sauter et à louer Dieu. Mais le Nouveau Testament ne dit pas qu’une telle pratique doive être la règle. Certains citent l’exemple de Timothée, qui a reçu un don par l’imposition des mains de Paul. Toutefois, quand on examine soigneusement le cas de Timothée, on s’aperçoit qu’il s’agissait de quelque chose de complètement différent de ce qui se pratique dans le réveil actuel. Paul et les anciens ne lui ont pas imposé les mains pour qu’il reçoive un don. Mais c’est le Saint-Esprit qui a donné un don à Timothée quand Paul et les anciens lui ont imposé les mains. C’est une prophétie qui l’a révélé. (Voir 1 Tim. 4 et 2 Tim. 1).

Il y a une grande différence entre :

– Imposer les mains à quelqu’un en priant Dieu de le bénir, de l’aider ou de répondre à ses besoins, en croyant que le Saint-Esprit le remplira et lui donnera Sa puissance,

et :

– Imposer les mains à quelqu’un dans le but précis de lui transférer une onction spécifique, en attendant une manifestation bien définie.

La première pratique est biblique, et a toujours été admise dans l’Eglise. Elle permet à Dieu d’être Souverain, car nous avons compris qu’Il peut faire infiniment plus que tout ce que nous pouvons demander ou penser. La seconde pratique cherche à transférer une bénédiction ou une expérience bien précise. On attend une manifestation connue d’avance. Elle est dangereuse, et anti-biblique. A mon avis, elle est proche du BLASPHEME.

Certains citent aussi Elisée, qui a reçu d’Elie une double portion de son onction. D’abord, aucun des deux n’était habité par le Saint-Esprit. Ils n’étaient pas les Temples de l’Esprit. Ils n’étaient pas sanctifiés par le sang de Christ. Ils n’étaient pas nés de nouveau, ni baptisés dans le Saint-Esprit. Toute onction biblique est un don spécial de Dieu pour accomplir une tâche précise. Il s’agissait d’un don particulier fait par Dieu à ces prophètes, pour qu’ils accomplissent une œuvre bien définie. Cela se passait avant la Croix. Aujourd’hui, ce même Saint-Esprit, qui avait oint Elie et Elisée, habite DANS CHAQUE CHRETIEN.

Jésus a dit que l’Esprit du Seigneur était sur Lui. Nous savons que cette même onction est aussi sur tous ceux qui croient en Son nom. C’est grâce à la présence du Saint-Esprit que le Chrétien peut accomplir de grandes choses. Jésus a dit que nous ferions de plus grandes choses que Lui. Non pas parce qu’un homme nous aura transféré une bénédiction, mais parce que nous croyons en Son nom, et parce que nous sommes remplis et habités par Son Esprit. Elie et Elisée avaient besoin d’une onction spéciale de Dieu pour accomplir leurs exploits. Nous n’avons besoin d’aucune onction spéciale en tant que Chrétiens. Nous devons simplement croire en Son nom (Marc 16:7). Cela ne remplace pas le Baptême dans le Saint-Esprit ni les dons de l’Esprit. Mais c’est la foi en Christ qui donne au Chrétien l’accès à l’onction du Saint-Esprit. Jésus a clairement dit : « Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru… » Il suffit de croire en Lui pour voir des miracles.

En outre, Elie n’a pas « touché » Elisée pour lui « transférer » quelque chose. C’est Dieu qui a transformé la vie d’Elisée et qui lui a donné Sa puissance. Ce n’est pas Elie. Cela nous amène tout naturellement à parler des os d’Elisée. Dans 2 Rois 13, il est écrit qu’un homme mort a ressuscité quand son corps a touché les os d’Elisée. On dit qu’il s’agissait là d’un « reste » d’onction qui a été transférée. Nous ne connaissons pas tous les détails de cette histoire.

S’agissait-il d’une « onction résiduelle » dans les os d’Elisée, ou Dieu a-t-Il choisi de ressusciter cet homme dans un but précis ? Cette expérience est unique, totalement isolée dans la Bible. Elle ne parle nulle part ailleurs d’autres os ayant une telle puissance. Nous pouvons donc en conclure, sans risque de nous tromper, que Dieu a choisi d’agir ainsi, à ce moment précis, parce qu’Il avait un plan bien défini. Avant et après cet événement, les os d’Elisée ont été comme les os de n’importe quelle tombe. Même s’il y avait peut-être une onction résiduelle, la Bible ne le dit pas précisément. Comme J. Vernon McGee, ce grand enseignant de la Bible, l’a souvent dit : « Quand la Bible est silencieuse, nous devons nous taire ! »

On a souvent répété dans ce réveil que ce « transfert d’onction » était REEL, et NECESSAIRE POUR QUE LE REVEIL SE PRODUISE, que nous l’acceptions ou non. Je ne doute pas que ce transfert soit réel, mais est-il de Dieu ? Croire qu’un « transfert d’onction » soit nécessaire pour que Dieu agisse revient à nier l’omnipotence, l’omniscience et l’omniprésence du Seigneur. Aussi, quand vous entendrez parler de « réveil, » informez-vous pour savoir si quelqu’un dans cette église n’a pas reçu un « transfert d’onction » quelque part ! Si c’est le cas, vous rencontrerez sûrement beaucoup des autres problèmes dont je parle dans cet article. Il y aura là bien plus qu’une coïncidence !

CE REVEIL SE REPAND COMME UN VIRUS ! C’est horrible de parler ainsi, direz-vous ! Mais c’est l’un des principaux dirigeants de ce mouvement qui l’a dit ! Pour lui, c’était bien sûr quelque chose de positif. Il vous suffit de vous informer un peu sur ce réveil actuel pour voir à quel point tout se tient comme les maillons d’une chaîne. Tout remonte à la même source. L’onction est transmise de personne à personne, d’église à église, de ministère à ministère. CE REVEIL FAIT SA PROIE DE CEUX QUI SONT DESESPERES ET BRISES. Pour la plupart, ces désespérés recherchent désespérément un attouchement, une sensation, une expérience. Ils ne semblent pas rechercher désespérément le pardon ou une grâce, ni faire preuve de l’humilité du brisement devant leur déchéance. Jésus a dit à Ses disciples d’attendre la promesse du Père. Jésus a dit aussi que nous ne devions pas courir dans tous les sens pour Le chercher. Quand allons-nous prendre Ses paroles au sérieux ?

En parlant de Son retour, Jésus nous a clairement avertis de ne pas nous rendre ici ou là, sous prétexte que nous entendons dire qu’Il s’y trouve. Nous pouvons être certains que ce ne sera pas Lui, et Il nous demande de ne pas bouger. Ce principe peut s’appliquer au réveil actuel. Dieu est un Dieu local ! Il nous donne toujours ce dont nous avons besoin, là où nous sommes. Son Esprit est comme un courant d’eau souterrain. Toutes les églises peuvent s’abreuver à la source de vie là où elles se trouvent ! Les Chrétiens n’ont pas besoin d’aller chercher de l’eau ailleurs ! L’Eglise doit écouter les avertissements du Seigneur. Ne vous laissez pas intimider, au point d’accepter que l’on vous rassemble comme des troupeaux, pour recevoir une onction des mains d’un homme ! Ce problème, avec les conséquences qu’il entraîne pour l’Eglise, est trop important pour qu’on l’ignore.

Confusion, manipulation, intimidation.

Ce sont des techniques souvent présents dans les réunions du réveil actuel. On peut le constater partout, mais surtout lorsque le réveil commence à être introduit dans une église. Dès que le réveil est accepté, ces techniques diminuent considérablement. On fait des allusions constantes à ceux qui sont encore enfoncés dans l’ordre établi et dans les « traditions. » Ceux qui résistent au réveil sont souvent rabaissés, invectivés, ou sévèrement critiqués.

On assiste aussi, plus récemment, à des réactions « d’apitoiement » à l’égard de ceux qui résistent. On reste arrogant, mais on manifeste de la « sympathie » pour ceux qui n’ont pas encore plongé dans le fleuve.

Ecoutez-moi bien ! Je crois que la plupart des conducteurs du réveil sont sincères dans leur désir de voir le réveil dans l’Eglise. Mais les méthodes qu’ils utilisent sont mauvaises. Elles laissent les faibles, les fatigués et les désespérés continuer à désirer ce qu’on leur offre. La foi est une ferme assurance en Christ, une démonstration des choses qu’on ne voit pas. Au lieu de cela, on fait miroiter une expérience transmise par ceux qui ont déjà reçu cette nouvelle onction. On peut se tromper sincèrement. Il n’empêche qu’on se trompe !

Les gens qui viennent à ces réunions entendent toutes sortes de témoignages sur ce que Dieu a fait au cours des réunions précédentes. On les met au défi de recevoir les mêmes choses dans leur vie. Ils entendent des remarques désobligeantes à l’adresse de « ceux qui passent leur temps à chasser les hérésies et à douter. » Ils voient les gens tomber comme s’ils avaient été électrocutés. Ils voient des choses étranges, et entendent des bruits bizarres. Mais, puisqu’ils sont dans une église, cela doit être bon ! « C’est sûrement ça, le réveil ! » C’est étrange, mais ça semble bon. On leur dit : « Si vous êtes ouverts, vous allez recevoir la bénédiction ! Si vous résistez, si vous doutez de cette expérience, même un tout petit peu, vous allez « attrister » le Saint-Esprit et rater la bénédiction ! » De telles manipulations sont incessantes.

Quand vient le « moment du ministère, » (c’est ainsi qu’on appelle, dans le réveil, le moment où les gens s’approchent de l’estrade pour recevoir l’onction), les gens sont dans une confusion complète. Ils aiment Dieu, mais il leur semble que quelque chose ne va pas. Ils se disent : « Est-ce que je fais partie de ces « religieux » ? Est-ce que j’aime vraiment Dieu ? » Ils sont très troublés : « Regarde tous ces gens… ! Et tous ces témoignages… ! Je dois être vraiment loin de Dieu… ! Est-ce que je dois me lever, ou non ? » Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette description ? Si vous avez déjà assisté à de telles réunions, et si vous vous êtes posé des questions, vous savez très bien ce que je veux dire !

Les gens sont pétrifiés à l’idée qu’on puisse dire qu’ils sont des pharisiens, ou qu’on puisse les désigner comme des opposants au réveil. Qui voudrait être accusé de blasphémer ou de résister au Saint-Esprit ? La pression exercée pour que le réveil soit accepté sans discussion est énorme. Il est clair que si vous commencez à éprouver les esprits, à poser une question, ou si vous hésitez à vous lancer dans le fleuve, on va vous faire les gros yeux et vous considérer comme spirituellement mort. Car on vous a bombardé de phrases comme celles-ci : « Plongez dans le fleuve ! Abandonnez-vous ! Laissez-vous porter par le courant, où qu’il aille ! » C’est très tentant, surtout quand on est jeune dans la foi, faible, immature et mal affermi. Les Chrétiens affamés, battus, et épuisés sont attirés par ces expériences. Nous sommes aussi à une époque où la plupart des Chrétiens ne connaissent pas la Bible. Je crois que nous vivons une époque dangereuse.

Dans le monde actuel, si vous dites quoi que ce soit de négatif contre les homosexuels ou les gens d’une autre race, on vous traitera immédiatement de raciste ou « d’homophobe. » La plupart des gens sincères et honnêtes préfèreront rester silencieux, par crainte d’être rejetés et affublés de tels qualificatifs. C’est ce silence qui a plongé notre pays dans un véritable désastre social. Chaque fois que ceux qui veulent honnêtement aborder un problème sont ainsi étouffés, on garde ce problème dans un placard, et l’on permet au mal de triompher. Si l’on veut résoudre les problèmes, il faut en parler librement, au grand jour.

Il en est de même quand nous essayons d’aborder le problème du réveil dans l’église. C’est un sujet brûlant dont bien peu acceptent de discuter. S’il y a une discussion, elle aboutit souvent à exaspérer l’irritation et l’esprit de jugement, d’un côté comme de l’autre. Les invectives sont fréquentes, et les attaques personnelles abondent. Je prie que nous puissions surmonter ce problème, et rechercher la vérité dans l’amour. Toute forme d’intimidation et d’esprit de jugement doit être bannie, si nous voulons conserver notre intégrité biblique et spirituelle. L’église doit pouvoir dépasser ce comportement charnel. Nos critiques doivent être réservées à l’examen des fruits, des enseignements et des pratiques. Dieu seul a le droit de juger les motivations des cœurs.

On donne des ordres au Saint-Esprit.

C’est l’un des aspects les plus troublants et les plus fréquemment observés dans ce mouvement. On a recours à deux invocations, qui sont sujettes à caution :

« Viens, Saint-Esprit ! »

« Plus, plus, Seigneur ! »

Une réunion de « réveil » se déroule en général de la manière suivante : louange, prédication, parfois un appel à la conversion, puis, vers la fin de la réunion, avant d’inviter les gens à s’avancer pour recevoir la bénédiction ou l’onction, on prononce cette invocation : « Viens, Saint-Esprit ! »

Considérerez les questions suivantes : Pour quelle raison fait-on cette invocation ? Pourquoi demande-t-on à la foule de la répéter, alors qu’il y a déjà eu la prière, la louange, l’adoration et la prédication ? Si Dieu habite au milieu des louanges de Son peuple, si Jésus a promis d’être au milieu de nous, quand deux ou trois sont assemblés en Son nom, si le Saint-Esprit est l’Esprit de Christ, si la foi vient de l’audition de la Parole de Dieu, et s’il est vrai que l’Evangile conduit à la vie, pourquoi donc invoquer le Saint-Esprit pour qu’Il vienne, puisqu’Il est déjà présent ? S’Il n’était pas encore présent pendant la réunion, quel esprit était donc présent pendant la louange, la prière et la prédication ?

Il n’y a que trois réponses possibles à ces questions. La première, c’est que les dirigeant ne font que singer innocemment ce qu’ils ont déjà vu faire ailleurs, sans se rendre compte de ce qu’ils disent. La seconde, c’est que cette invocation serait le seul moyen de faire agir Dieu d’une manière souveraine dans nos réunions. Il faudrait en quelque sorte Lui adresser une invitation spéciale, considérée comme nécessaire. La troisième, c’est que « l’esprit » invité est autre que le Saint-Esprit. Si cette dernière possibilité est la bonne, nous devons comprendre que cet « autre esprit » est invité précisément au moment où l’on se prépare à recevoir « l’onction, » ou, comme l’a dit un évangéliste de ce mouvement, au moment « réellement valable. » Je remarque en passant que c’est à ce moment précis que se produisent en général la plupart des manifestations bizarres.

Si mon point de vue est le bon, cela veut dire que cet « autre esprit » est à l’origine de toutes les manifestations étranges, des prophéties, des doctrines et des démonstrations de puissance que l’on constate dans ces réunions. En outre, il est possible que l’esprit que l’on invoque à ce moment précis ne puisse pas être présent, ou agir librement, pendant la louange, la prière ou la prédication qui ont précédé. Ce qui expliquerait pourquoi on insiste tant sur la nécessité de faire silence pendant que l’on reçoit l’onction. Je sais que ces paroles vont provoquer la controverse, et peuvent paraître déplacées. Je n’affirme pas qu’il s’agit d’un fait certain. Mais on a trop longtemps laissé cette question sans réponse. QUELQUE CHOSE NE VA PAS !

Ma seconde préoccupation est d’entendre constamment : « Plus, plus, Seigneur ! » Je n’accepte pas l’idée qu’il soit nécessaire, à ce moment précis, de répéter cette phrase. Le fait de faire des « passes » avec les mains sur le visage ou le corps des personnes, en répétant sans cesse : « Plus, plus, plus, Seigneur ! Le feu ! Le feu ! Le feu ! », ressemble trop à ce qui se pratique dans le Nouvel Age. En outre, ce sont de vaines répétitions. Il est important de souligner que les responsables de ce mouvement considèrent ces pratiques comme nécessaires, et que l’on peut les rencontrer PARTOUT où ce réveil se répand.

L’invocation : « Plus, plus, Seigneur ! » revient tout à fait à donner un ordre au Saint-Esprit. On répète sans cesse cette phrase, en priant pour une personne, jusqu’à ce que l’effet désiré soit atteint. Il y a des exceptions, mais si nous sommes honnêtes, nous devons reconnaître que cette pratique est très fréquente. Le fait de crier : « Plus, Seigneur ! » n’est nullement mauvais en soi. Nous voulons tous recevoir davantage du Seigneur. Mais qui sommes-nous pour prier pour quelqu’un en lui faisant des « passes » et en répétant : « Plus, plus » ? C’est comme si vous n’arrêtiez pas de harceler votre mère pour qu’elle donne plus de biscuits à votre frère ou à votre sœur. Je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais ma mère n’aurait pas tardé à me dire : « Stop ! » Alors qu’il serait si simple, pour votre frère ou votre sœur, de demander tranquillement à maman : « Maman, veux-tu me donner encore des biscuits, s’il te plaît ? » Je sais que mon illustration est un peu faible, mais j’espère vous avoir fait comprendre ce que je voulais dire : nous avons le droit de demander « plus » pour nous-mêmes, mais nous n’avons pas le pouvoir de faire descendre ce « plus » sur les autres.

J’ai entendu dire que de nombreux responsables ou Chrétiens avaient reçu l’instruction de ne pas prier au nom de Jésus, mais de se contenter de répéter : « Plus, plus, Seigneur ! » J’ai entendu dire cela il y a plus d’un an, mais j’avais alors rejeté ces paroles, pensant qu’elles étaient le fait de mécontents. Pourtant, en novembre 1997, j’ai vu un homme avoir publiquement recours à ces deux invocations. Pourtant, il prétendait être approuvé par les dirigeants du Mouvement des Assemblées de Dieu, et se présentait comme l’un des conducteurs principaux de ce réveil. Je compris alors que ces pratiques erronées avaient pu se glisser dans les Assemblées de Dieu. Je décidai alors d’étudier de plus près l’influence de ce réveil au sein des Assemblées de Dieu.

Est-ce à cela que l’Eglise, et plus particulièrement les Assemblées de Dieu, croient aujourd’hui ? A Dieu ne plaise ! Quand nous voyons ces choses se passer, notre cœur devrait s’écrier : « Jésus, arrête tout cela ! » Connaissons-nous ce à quoi nous croyons ? Avons-nous épuisé ce que Dieu nous a donné ? Avons-nous épuisé Sa Grâce, Ses promesses et Ses bénédictions ? Avons-nous usé jusqu’à la corde le message de l’Evangile et Sa puissance ? N’est-ce pas plutôt Dieu qui devrait nous dire : « Je veux plus de toi » ? Cela me semble irrespectueux et arrogant, alors que nous avons tragiquement abandonné ou négligé ce que Dieu nous a déjà donné, de Lui dire : « C’est tout ce que Tu nous a donné ? Donne-m’en plus ! Donne-moi quelque chose de nouveau, de plus frais ! »

La première fois que j’ai constaté ces étranges pratiques, c’était en 1992, quand l’un de mes meilleurs amis a été envoyé par son église (ce n’était pas une Assemblée de Dieu) pour « répandre cette nouvelle onction de Dieu. » Cela se passait des années avant les mouvements de réveil actuels. A l’époque, cela m’avait troublé, comme cela me trouble toujours aujourd’hui. Puis, au cours des six dernières années, j’ai vu cette pratique se répandre dans toutes les églises charismatiques. Mais je ne les avais jamais constatées dans les Assemblées de Dieu, jusque vers la fin de 1997.

Il est intéressant de noter que Kathryn Kuhlman pratiquait des choses semblables. Elle avait l’habitude de dire : « Maintenant, je vais vous présenter à mon ami… » Elle invitait alors le Saint-Esprit à « venir. » Elle encourageait aussi son auditoire à faire de même.

Une attitude arrogante.

Ceux qui résistent à ce mouvement sont souvent traités avec arrogance, raillerie, condescendance et impatience par les partisans de ce réveil. Ils sont même souvent menaçants. De nombreux responsables de ce mouvement ont même fait des déclarations scandaleuses à cet égard. Ils ont dit que toutes les églises qui rejettent ce réveil sont des « déserts spirituels. » Ils ont lancé des attaques personnelles et n’ont pas hésité à railler et intimider publiquement leurs détracteurs. Un évangéliste du mouvement a même prononcé en avril 1997 une prophétie « de la part de l’Eternel, » en déclarant : « Tous ceux qui mettent en doute le réveil ou qui le rejettent seront retranchés. Leur ministère se desséchera. Ils doivent être considérés comme déchus et séparés de Christ. Ils ne doivent pas être restaurés tant qu’ils ne seront pas bouillants pour ce que Dieu est en train de faire. » Il est juste, toutefois, de reconnaître que l’une des raisons de leur attitude est due aux horribles attaques dont ils ont souffert de la part de ceux qui s’opposent au réveil.

A ma connaissance, John Kilpatrick a été le seul, parmi tous ceux qui ont prononcé des paroles dures, à avoir reconnu et regretté la fausse « prophétie » qu’il avait prononcée contre Hank Hanegraaff, un critique du réveil. Dans l’ensemble, les discours ne volent pas très haut.

Il est arrivé que des pasteurs ridiculisent leurs diacres, ou des membres fidèles de leur église, parce que ces derniers mettaient en doute ce mouvement de réveil. Ils sont presque toujours qualifiés de « religieux, de morts spirituels, de possédés du diable, ou de rétrogrades invétérés. » On ne dit jamais qu’ils sont des Chrétiens sincères et craignant Dieu. On pourrait citer de nombreux exemples de telles attitudes, mais cela risquerait de nous éloigner des vrais problèmes. Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille d’acheter le livre de Michael Brown : « Let No One Deceive You » (Que personne ne vous séduise) et celui de Hank Hanegraaff : « Counterfeit Revival » (Une contrefaçon de réveil). Je sais qu’il est de bon ton de critiquer ce réveil et ses conducteurs. Je n’approuve pas pleinement les deux livres que je vous conseille, mais ils vous donneront un bon aperçu des positions extrêmes des deux bords.

Cette intolérance envers ceux qui refusent cette « nouvelle manière de penser, » et l’affirmation que ceux qui rejettent ce réveil rejettent Christ, ne sont absolument pas justes. Le fait de parler d’une « nouvelle manière de penser » signifie que les partisans du réveil considèrent comme dépassé tout ce que l’Eglise a considéré comme valable dans le passé. A présent, l’Eglise doit passer à de nouvelles expériences et à une nouvelle conception de la vie chrétienne. Tout est pareil, mais tout a changé ! On le voit le mieux dans ce que l’on appelle « l’interprétation prophétique des Ecritures. » Cela signifie que Dieu serait en train de révéler à Ses prophètes modernes de nouvelles vérités dans Son ancienne Bible. Ils disent que c’est cela, la « nouvelle manière de penser, » ou le « changement de paradigme. » Il est intéressant de savoir que le Nouvel Age, le Mouvement Wicca (Magie Blanche), et l’Occultisme en général, parlent aussi depuis des années de « changement de manière de penser, » ou de « changement de paradigme. »

Certains affirment qu’il n’y aura plus d’autre mouvement de réveil, que celui-ci est le dernier. Si vous n’êtes pas au milieu de ce fleuve, vous n’êtes plus avec Dieu. Si vous rejetez ce mouvement, c’est à vos risques et périls. Vous risquez de perdre votre salut ! De telles affirmations n’ont aucun sens ! Nous entendons souvent dire : « Dieu est en train de sortir de la boîte où L’avaient enfermé les traditions religieuses ! » Mais ceux qui disent que ce mouvement est le SEUL VRAI et le DERNIER ne font que CREER UNE NOUVELLE BOITE ! ! ! Quelle boîte pourrait donc emprisonner Dieu ? Comme il est insensé de penser cela !

Voici encore quelques questions : Que veulent réellement dire les partisans du réveil ? Quelle est cette nouvelle vérité que nous devons accepter ? Qu’est-ce qui est essentiel au salut ? Faut-il mettre ce mouvement sur le même plan que le salut ? Est-ce en lui, et en ses commandements, que nous devons placer notre foi ? Est-il aussi important que la première venue de notre Seigneur Jésus-Christ ? Est-ce une nouvelle Pentecôte ? Une nouvelle effusion du Saint-Esprit ? Ce mouvement est-il alimenté par la chair ou par Satan ? Est-il destiné à détruire l’efficacité durable de l’église, en causant de profondes divisions ? Est-il vrai que le fait de rejeter ce réveil revient à rejeter Christ ?

Nous avons beaucoup de raisons de nous faire du souci. Mais ne jugeons d’aucune manière ceux qui sont convaincus que ce mouvement est de Dieu. De même, les partisans de ce réveil ne doivent en aucun cas juger ou condamner ceux qui le rejettent. Nous pouvons ne pas être d’accord, et nous devons dénoncer les erreurs de doctrine. Mais nous ne devons pas être animés par un esprit de jugement, ni prêter aux autres des mauvaises intentions. Dieu seul peut juger les cœurs.

Le jour de la Pentecôte, Pierre a affirmé que c’était l’accomplissement de la prophétie de Joël. Je crois que les Ecritures déclarent que nous sommes toujours dans les derniers jours. Jésus baptise toujours dans le Saint-Esprit. Je rejette cette idée qu’il pourrait y avoir une nouvelle effusion du Saint-Esprit, différente de celle qui s’est produite à la Pentecôte. Il n’y a aujourd’hui rien de moins, mais rien de plus. La moisson a commencé ce jour-là. Elle continuera de la même manière jusqu’au retour de l’Epoux. Je vous encourage à relire Actes 2 dans tout son contexte. Vous remarquerez que Pierre y fait une déclaration réellement apocalyptique. Ce passage nous montre que ce qui s’est passé le jour de la Pentecôte, il y a près de 2.000 ans, continuera jusqu’au Jour Glorieux du retour du Seigneur, quand Jésus reviendra sur la terre, et que tout œil le verra. Je ne vois aucune « nouvelle vague » annoncée, aucune « nouvelle dispensation. » Pierre se serait-il trompé ?

Dieu a parlé de diverses manières avant la venue de Christ. Mais, à présent, toutes choses sont pour Christ et par Christ. Nous n’avons besoin que de Son message, de Son expiation, de Son Evangile, et de Son Esprit. Il n’y a rien d’autre en Dieu. Christ est l’Héritier et le Créateur de toutes choses. Oui, nous passerons à « autre chose, » mais ce sera l’enlèvement de l’Eglise, lors du retour de Christ. L’Eglise ne peut que redécouvrir ce qui a été négligé ou abandonné. Il n’y a RIEN DE NOUVEAU. Celui qui est nouveau, c’est Celui qui est venu il y a 2.000 ans. Son nom est Jésus !

Nous pouvons rejeter sans crainte tout ce qui se prétend « nouveau, » toute « nouvelle » révélation, pratique ou doctrine. Le Saint-Esprit est toujours le même que l’Esprit répandu le jour de la Pentecôte. Enseigner qu’il y a plusieurs « niveaux » en Dieu est une erreur manifeste. C’est une idée étrangère à la Bible, et occulte dans ses origines. Etudiez les Ecritures par vous-même sans vous contenter de ce que j’affirme. Si vous pouvez me montrer dans la Bible qu’il y a plusieurs « niveaux » en Dieu, que l’on peut recevoir de nouvelles révélations en dehors de la Bible, ou que la Bible annonce clairement un grand réveil dans la fin des temps, (alors qu’elle annonce en réalité une grande apostasie), je suis prêt à vous écouter.

Les liens cachés.

Mon article ne concerne pas spécialement le réveil de Pensacola. Mais je vais à présent parler d’un problème propre à ce réveil. Vous ne le considérez peut-être pas comme important, mais je ne suis pas de votre avis. Quand ce réveil a éclaté, on a affirmé partout, et spécialement au sein des Assemblées de Dieu, qu’il n’avait AUCUN lien avec le réveil de Toronto, ni avec le ministère de Rodney Howard-Browne. On nous a dit : « Ce qui se passe à Pensacola n’a absolument aucun rapport avec Toronto, ni avec aucun autre réveil. C’est un mouvement de Dieu entièrement spontané. » Les faits prouvent qu’il n’en est rien.

Si vous ne le savez pas, sachez que la femme du pasteur de Pensacola est allée deux fois à Toronto avant ce fameux jour de la Fête des Pères de juin 1995. Le responsable de la louange est aussi allé à Toronto, où il a été « béni, » avant d’occuper son poste à Pensacola. Finalement, Steve Hill, Evangéliste du mouvement de Pensacola, a reçu un « transfert d’onction » d’un pasteur, en Angleterre, qui l’avait lui-même reçu à Toronto. Tout cela est étroitement lié au réveil en Argentine, et aux croisades de Rodney Howard-Browne.

Pourquoi est-ce important ? Parce qu’au moment où a éclaté le réveil de Pensacola, on commençait à se poser beaucoup de questions sur le réveil de Toronto et les croisades de Rodney Howard-Browne. Tout ce qui s’est passé à Toronto, les manifestations, les enseignements et tout le reste, avait même abouti à faire exclure du Mouvement Vineyard l’église de Toronto. La raison principale invoquée pour motiver cette exclusion (présentée plus tard comme une démission), fut le fait que les responsables de Toronto refusaient d’éprouver la validité de ce qui se passait dans leurs réunions. Ils avaient comme principe de base : « Recevez tout sans vous poser de questions. »

Quand a éclaté le réveil de Pensacola, la première question posée par les pasteurs d’églises locales fut : « Y a-t-il un rapport avec Toronto ? » On leur répondait toujours : « Non ! Absolument aucun rapport ! C’est un mouvement souverain de Dieu, entièrement nouveau. Il est dû au fait que cette église a prié et jeûné pendant deux ans et demi. » On a aussi raconté qu’il s’agissait de l’accomplissement d’une prophétie donnée peu auparavant par David Yonggi-Cho. A cette époque, la plupart des églises de Pentecôte avaient rejeté le mouvement de Toronto ou, tout au moins, avaient une attitude extrêmement réservée. C’est toujours le cas aujourd’hui. Cependant, depuis un an environ, on s’est efforcé de gommer les rapports entre ces deux réveils. Au cours d’une récente croisade « Awake America, » (Amérique, réveille-toi) (NdE : Ces croisades sont organisées par les responsables de Pensacola, pour répandre le « réveil » dans toute l’Amérique), croisade tenue à Niagara Falls, dans l’Etat de New York, en octobre 1998, il n’a été fait aucune mention de Toronto. Ceci est remarquable, car Niagara Falls se trouve tout près de Toronto.

Il est vrai que les responsables de Pensacola ne sont pas les mêmes que ceux de Toronto. Mais les rapports entre les deux réveils sont évidents. Il n’y a peut-être pas de rapports officiels entre les deux églises, mais il existe un rapport spirituel étroit. Cela a été d’ailleurs reconnu par les responsables des deux églises, comme par d’autres partisans du réveil. Ce qui est important, c’est de remarquer que les liens spirituels entre Pensacola et Toronto semblent avoir été volontairement sous-estimés, tant que le réveil de Pensacola n’a pas été pleinement accepté par de nombreux membres des Assemblées de Dieu. A présent, ce qui avait été naguère nié est reconnu occasionnellement.

En janvier 1999, la femme du pasteur de Toronto et l’un des responsables du mouvement « River Church » (Eglise du Fleuve) en Angleterre ont été les orateurs principaux de la conférence des femmes chrétiennes « Arise Deborah » (Déborah, réveille-toi !). Cette conférence s’est tenue à l’Assemblée de Dieu de Pensacola. La femme du pasteur de Pensacola a clairement témoigné qu’elle avait reçu sa bénédiction à Toronto, et que Dieu était en train de réunir ces trois courants (Pensacola, Toronto, et le mouvement River Church), pour former un fleuve puissant qui allait balayer toute la terre. J’ai regardé la vidéo de cette réunion. Je ne peux pas me décider à décrire tout ce que j’ai vu sur cette vidéo ! Mais l’unité d’esprit entre Pensacola, Toronto, et River Church est évidente et réelle.

Quel est donc le problème ? C’est que la plupart des pasteurs et responsables des Assemblées de Dieu, même encore aujourd’hui, pensent qu’il n’y a aucun rapport entre Pensacola et Toronto. Est-ce que cela vous intéresse de savoir qu’il y a un rapport ? Si c’est le cas, tirez-en vos propres conclusions. En tout cas, je suis certain que CE N’EST JAMAIS DIEU QUI EST A L’ŒUVRE DANS LA SEDUCTION. Recherchons ardemment la vérité.

Il faut expérimenter et être présent.

Les partisans de ce mouvement disent souvent : « Il faut que vous alliez à l’une de ces réunions de réveil pour pouvoir juger valablement. » Cela semble un bon argument raisonnable, mais il suffit de réfléchir un peu pour voir que cela n’est pas le cas. Appliquons ce raisonnement à d’autres situations. Pourrions-nous en dire autant en ce qui concerne les Témoins de Jéhovah ou les Mormons, l’Islam, la drogue, le Nouvel Age, ou le Ku Klux Klan ? Ce serait ridicule de raisonner ainsi ! Devons-nous fréquenter une mosquée ou nous droguer pour nous en faire une opinion personnelle valable ? Pour cela, nous pouvons valablement nous contenter des informations sérieuses que nous pouvons réunir, sur les pratiques ou les doctrines de ces groupes.

Mes objections et mes préoccupations résultent de ce que j’ai personnellement observé, entendu, vu et expérimenté. Mes opinions sont personnelles. Je n’ai copié personne, je ne singe personne. La Parole de Dieu est notre seule règle de foi et de conduite. Point final. Nous devons simplement veiller, écouter, et examiner toutes choses, en les comparant à ce que dit la Parole de Dieu. Nous saurons alors si elles viennent de Dieu ou non. Est-ce mal d’éprouver les choses ? Attristons-nous le Saint-Esprit si nous le faisons ? Allons-nous irriter Jésus-Christ, si nous examinons un mouvement ou une expérience à la lumière de la Parole de Dieu ? Relisez 1 Corinthiens 14:29-33 : « Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent ; et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise. Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés. Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes ; car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Comme dans toutes les Eglises des saints. » Décidez à présent.

Que l’on soit allé ou pas dans l’une de ces églises de réveil, cela n’a pas d’importance. Ce n’est pas le problème essentiel. Si vous êtes allé dans une réunion de réveil, ou si vous avez accepté ce réveil, je vous exhorte, au nom de notre Seigneur et par Sa grâce, de contrôler toute doctrine, toute pratique, et toute expérience personnelle, en les comparant à ce que dit la Bible. Si vous choisissez de ne pas aller dans l’une de ces réunions, regardez des vidéos, lisez des livres et des interviews. Ne dépendez pas de l’opinion d’autrui. Si vous allez à l’une de ces réunions, restez ouvert à Dieu, et soyez pleinement décidé d’éprouver toutes choses par la Parole.

Ne laissez pas votre capacité de réflexion au vestiaire. Soumettez-la à la Parole de Dieu, soyez dans la foi. Soyez toujours prêt à tester les choses. Ne dites pas : « J’y vais comme ça, pour voir. Mais je n’ai pas le temps de faire des recherches… J’y vais, et je vais expérimenter moi-même, pour voir. » Voici mon conseil : « N’y allez pas, si vous n’avez pas le temps de vous informer d’abord, ou si vous n’êtes pas décidé à tout éprouver par la Parole de Dieu. » Ces expériences sont très puissantes, très attirantes. Si vous y allez sans vous être préparé, vous pouvez très bien être emporté. Je vous exhorte à faire comme les Béréens, à connaître la Parole, à connaître la vérité, à faire confiance à Christ, et à regarder à Lui seul pour tous vos besoins. Il est tout ce dont nous avons besoin. Il veut, et peut nous toucher là où nous sommes.

Pas besoin de repentance pour être béni.

Dans la plupart des cas, il me semble que ce réveil touche tout le monde sans distinction, quelle que soit la vie que l’on ait pu avoir avant de nous rendre à ces réunions. Tous ceux qui sont « ouverts » peuvent recevoir l’onction. Que l’on soit dans le péché ou non, que l’on soit Chrétien ou non, tout ce qu’il faut, c’est être ouvert. Tous ceux qui ont le cœur ouvert sont acceptés. Personne n’est intouchable. Seuls ceux qui résistent ou qui doutent de la véracité du réveil semblent être « intouchables. »

Beaucoup d’inconvertis sont jetés à terre, dans le repos de l’Esprit, au cours de ces réunions. Si tous ces gens se relevaient convertis à Christ, ou transformés par la puissance de Dieu, je n’aurais rien à dire. Malheureusement, la vérité, c’est que beaucoup des inconvertis qui passent par ces expériences ne passent ni par la repentance, ni par la conversion, ni par une transformation. Dans l’Ecriture, il se produit toujours un rafraîchissement spirituel quand on se repend et quand on se tourne vers Dieu (Actes 3:19). Peu de ces églises de réveil font de la repentance un thème principal de leurs messages. C’est l’exception et non la règle.

Ce qui compte réellement dans ces églises, ce sont les expériences. On vous dit : « Ne transformez pas le bien en mal ! Ne soyez pas légaliste ! Ne vous attendez pas à ce que tous ces gens vivent des vies saintes et sanctifiées ! Acceptez simplement de passer par cette expérience ! Recevez l’onction ! » Si vous pouvez passer par cette expérience, si vous recevez l’onction, si vous recevez quelque chose de « nouveau, » PLUS RIEN D’AUTRE ne compte ! Une telle attitude conduit l’Eglise au désastre aujourd’hui. Je ne condamne pas tout ce mouvement. Mais la vraie question que nous devons poser est la suivante : « Que dit la Parole de Dieu sur toutes ces choses ? »

Conclusion.

En conclusion, je voudrais dire ceci : je ne suis pas ligoté par la tradition. Je connais l’action du Saint-Esprit, et je ne suis pas fermé à Son action. Je n’ai aucun « grand héritage Pentecôtiste » à défendre. JE SUIS POUR LE REVEIL. Mais je ne peux rester silencieux et laisser une possible séduction s’emparer de ma communauté. Je répète que le problème, ce ne sont pas les manifestations bizarres. C’est une question secondaire. Le problème, ce sont les doctrines, la Parole de Dieu, la Vérité, et l’esprit qui agit dans ce mouvement. Ce ne sont pas les manifestations.

Vous pourrez me dire que vous avez été à Pensacola, à Toronto, ou dans d’autres réunions semblables, et que vous n’avez rien remarqué de mauvais. Mais, après avoir lu mon article, je vous demande de réétudier la question. Si, après cela, vous ne constatez aucun des problèmes que j’ai mentionnés, GLOIRE A DIEU ! Mais si vous voulez aller dans l’une de ces réunions, éprouvez les esprits, soyez ouvert à la vérité, confiez-vous en Christ, et dépendez de la Parole de Dieu. Je crois que vous remarquerez alors bien des choses que j’ai soulignées.

Lorsque le livre « Embraced by the Light » (Enveloppé dans la Lumière) est sorti, il est apparu comme un témoignage puissant, émouvant et attirant concernant la vie après la mort. Beaucoup de Chrétiens l’ont lu et ont été complètement conquis. Pourtant, quand on le lit attentivement, on s’aperçoit qu’il est rempli d’erreurs, d’hérésies, et de fausses doctrines. Beaucoup ont été séduits. Mais quand on leur a montré ces erreurs, beaucoup de Chrétiens ont alors réalisé que ce livre était rempli d’enseignements mormons et du Nouvel Age. Satan ne dort pas, lui ! Il est intelligent et habile.

Quant à moi, je suis peut-être plus lent à comprendre que la moyenne, mais il a fallu que je lise ce livre trois fois pour me dégager de son contenu émotionnel et attractif, et discerner les mensonges qu’il contenait. Tout ce qui remue trop nos émotions et notre âme doit être sujet à caution. C’est le cas de ce réveil.

Satan sait que nous avons besoin de voir, d’entendre et de sentir. Il a sans doute planté beaucoup de semences capables de nous faire désirer ces expériences de « réveil. » Il est un lion rugissant. Il apparaît en ange de lumière, cherchant dans toute la terre ceux qu’il va pouvoir dévorer, en les capturant par ses mensonges et ses séductions. La Parole de Dieu nous enseigne que Satan essayera d’introduire la séduction partout où il le peut. AUCUNE église, AUCUN mouvement, AUCUN pasteur n’est à l’abri de la possibilité d’être séduit. Cela est arrivé à Adam et Eve, aux Galates, et au tiers des anges. Cela peut donc nous arriver, à vous et à moi. C’est pourquoi il est écrit dans 1 Jean 4:1 : « N’ajoutez pas foi à tout esprit. » Il nous faut pour le moins rester sur le qui-vive, être sages, et sensibles à tout ce qui se passe. Ne nous laissons pas aller à la torpeur. Sinon nous finirons comme le loup dont j’ai parlé.

Permettez-moi de partager l’une des expériences les plus bizarres de ma vie chrétienne, lorsque j’étais Pasteur Assistant. Mon église avait des rapports avec le Centre Régional de Formation d’une grande association d’évangélisation. Le responsable de ce Centre était membre de notre église. En 1988, la direction de cette association fut infiltrée par une secte d’apparence chrétienne. Cette secte commença à œuvrer au sein du Centre Régional de Formation, comme au sein de plusieurs églises locales, dont mon église. Leur plan était d’infiltrer toutes les églises locales, au moyen de cette association d’évangélisation, qui travaillait déjà avec toutes les dénominations. Ce qui est réellement effrayant, c’est qu’il existait un véritable plan, avec des listes de gens à contacter, et le détail de la méthode d’infiltration.

Cette histoire est très complexe. Mais il suffit de dire que nous avons été en présence d’une vraie contrefaçon démoniaque, accompagnée de puissantes expériences spirituelles. Les gens de cette secte croyaient vraiment qu’ils appartenaient à un véritable mouvement inspiré par Dieu, et qu’ils étaient les seuls détenteurs d’une vérité qui pouvait sauver l’Eglise. Cela finit par beaucoup de souffrances, et l’œuvre de Dieu a subi de grands dommages. Nous devons donc comprendre que la possibilité qu’un esprit séducteur s’introduise dans l’Eglise EST TRES REELLE.

Si vous n’êtes pas d’accord, vous devez savoir que je ne suis pas le seul à dire cela. John Kilpatrick, pasteur de l’Assemblée de Dieu de Pensacola, raconte une expérience semblable dans son livre : « When the Heavens Are Brass » (Quand les cieux sont d’airain). Il décrit un événement qui illustre comment il s’est rendu compte que Satan a tenté d’infiltrer son église en utilisant une contrefaçon. Lisez-le vous-mêmes.

Nous entendons souvent dire que « chaque fois qu’il y a quelque chose de vrai, il existe aussi une contrefaçon. » S’il en est ainsi, pourquoi ignorer les contrefaçons, et agir comme si cela n’était pas important et ne méritait aucune correction ? Pourquoi personne ne se lève pour dénoncer les erreurs ? Qui dira les choses comme elles sont ? Comment les gens vont-ils faire la différence entre ce qui est authentique et ce qui est une contrefaçon ? Quelles mesures allons-nous prendre ? Je dis que ces mesures devront être trouvées dans la Parole de Dieu.

Soumettons nos désirs et nos expériences à la Parole. Elle ne change jamais, ne chancelle jamais. Rien d’autre que la Parole ne doit être utilisé pour évaluer ce réveil. Certains prétendent que si nous étudions ce réveil de trop près, nous allons le tuer. C’est faux, si c’est réellement un réveil qui vient de Dieu. Un vrai diamant résiste à toutes les attaques. Si vous croyez vraiment que ce réveil est vrai, vous n’avez pas à vous inquiéter ! Mais si vous répondez honnêtement, par la Parole de Dieu, à toutes les questions posées dans cet article, vous aurez les réponses ! je prie pour que vous soyez motivés à étudier la Parole de Dieu et à contrôler toutes choses par elle. La Parole de Dieu est une lampe à vos pieds. Il est temps de laisser sa lumière éclairer notre sentier. Servez-vous de cette lumière avec confiance.

Même les erreurs causées par la chair ont besoin d’être corrigées. Laissez la Parole de Dieu contrôler toutes vos expériences. Si vous remarquez la moindre chose qui ne va pas, ne vous engagez pas plus loin, tant que les Ecritures ne vous auront pas donné une pleine confirmation. 1 Thessaloniciens 5:19-21 dit ceci : « N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon. »

Ce qui se passe est soit le plus grand réveil de toute l’histoire du monde, soit la plus grande séduction que l’Eglise ait jamais connue. Il est même possible que ce soit le début de la Grande Apostasie. Il n’y a rien entre ces deux choix ! ! ! Personne n’aimerait croire qu’il s’agit d’une séduction. Mais nous devons en accepter la possibilité. Pour le savoir, il nous faudra un grand courage, de la prière, de l’intégrité, et une pleine consécration à la Parole de Dieu. Si vous êtes partisan du réveil, et si vous avez des réponses bibliques claires à mes questions, je serais ravi de vous entendre. Le vrai problème, je le répète, ce ne sont pas telle ou telle église, tel ou tel ministère. Ce sont les pratiques et les enseignements douteux. Il s’agit d’éprouver les esprits à l’œuvre dans ce mouvement, de découvrir et de corriger une possible séduction.

Dans son livre intitulé « Revival » (le réveil), Martin Lloyd-Jones écrit : « Nous avons besoin d’une effusion de l’Esprit de Dieu. Mais il est clair que l’Esprit de Dieu ne peut Se répandre que sur ceux qui honorent Sa vérité. Le Saint-Esprit ne peut pas rendre honneur à un mensonge. Il ne peut pas honorer une négation de la vérité… Si nous voulons la bénédiction du Saint-Esprit, il est clair que nous devons être certains que ce que nous croyons est conforme à Sa vérité. » Je ne pourrais pas trouver de meilleures paroles pour conclure cette expression de mon cœur. Que Dieu vous bénisse ! Puissiez-vous continuer à louer et à servir Celui qui est digne de tout Honneur et de toute Gloire !

Que la Grâce et la Paix vous soient accordées, au Nom de Jésus-Christ notre Seigneur, le Roi qui vient bientôt.

FIN DE LA DEUXIEME PARTIE

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :