Des scientifiques affirment que le vaccin ARNm de Pfizer peut causer une maladie neurodégénérative mortelle.

Des scientifiques affirment que le vaccin ARNm de Pfizer peut causer une maladie neurodégénérative mortelle.

Cet article a été écrit par Janet Phelan et publié à l’origine sur Activist Post.

Un récent article publié dans la revue scientifique Microbiology and Infectious Diseases soutient que le vaccin Pfizer Covid à ARNm pourrait contenir des prions à l’origine de la maladie neurodégénérative mortelle, parfois appelée maladie de Creutzfeldt-Jakob ou maladie de la « vache folle ». L’article, intitulé « COVID-19 RNA Based Vaccines and the Risk of Prion Disease« , a été publié en janvier 2021 et a été délibérément ignoré par les principaux médias, qui se sont efforcés d’encourager les personnes à se faire vacciner.

L’article est signé par J. Bart Classen, MD, et analyse le vaccin Pfizer à ARNm :

La séquence d’ARN du vaccin ainsi que la cible de la protéine de spike ont été analysées pour leur potentiel à convertir les protéines intracellulaires de liaison à l’ARN, la protéine de liaison à l’ADN TAR (TDP-43) et la protéine Fused in Sarcoma (FUS), dans leurs configurations pathologiques de prion. Les résultats indiquent que l’ARN du vaccin possède des séquences spécifiques qui peuvent inciter la TDP-43 et le FUS à se replier dans leurs configurations pathologiques de prion.

L’article poursuit en indiquant que « le repliement de TDP-43 et de FUS dans leurs conformations prion pathologiques est connu pour causer la SLA, la dégénérescence du lobe temporal antérieur, la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurologiques dégénératives ».

En d’autres termes, le vaccin ARNm de Pfizer peut avoir la possibilité de transformer les cerveaux en bouillie.

Loin de susciter une quelconque réflexion ou des appels à la réévaluation du vaccin Pfizer, les médias ont largement ignoré cet article.

Les auteurs poursuivent en notant « …que les vaccins ARNm sont conçus avec une séquence modifiée qui remplace deux acides aminés adjacents dans le secteur de fusion par une paire de prolines. Cela est fait intentionnellement afin de pousser la protéine à rester dans son état ouvert et de rendre plus compliquée sa fusion avec la membrane. Cela nous semble être une étape dangereuse vers un mauvais repliement pouvant conduire à une maladie à prions. »

Contagion des non vaccinés ?

L’article aborde également les préoccupations relatives à l’élimination  » des vaccins et fournit une validation scientifique des préoccupations selon lesquelles les vaccinés peuvent potentiellement infecter les non-vaccinés avec une maladie à prions. L’article indique que « On a beaucoup parlé sur Internet de la possibilité que des personnes vaccinées provoquent des maladies chez des personnes non vaccinées se trouvant à proximité. Bien que cela puisse sembler difficile à croire, il existe un processus plausible par lequel cela pourrait se produire par la libération d’exosomes par les cellules dendritiques de la rate contenant des protéines de pointe mal repliées, en complexe avec d’autres protéines de prions reconformés. »

Dans le but d’obtenir des réponses scientifiques éclairées à l’article du Dr Classen, ce journaliste a contacté de nombreux scientifiques travaillant dans le domaine de la neurologie et menant des recherches spécifiques sur les prions, dont plusieurs cités par Classen dans les notes de bas de page de son article. Aaron Gitler, Oliver King, Katannya Kapeli ou d’autres personnes contactées pour obtenir une réponse. La FDA a également été contactée pour un commentaire et n’a pas répondu.

Un article récent révèle qu’une maladie neurodégénérative ressemblant à la maladie de la « vache folle » semble être apparue au Nouveau-Brunswick, au Canada, et indique que « Dans une note de service du 5 mars adressée aux organisations représentant les médecins, les infirmières et les pharmaciens du Nouveau-Brunswick, le Dr Cristin Muecke, médecin en chef adjoint de la santé, a déclaré que son bureau enquêtait sur un ensemble de cas de « syndrome neurologique progressif d’étiologie » ou d’origine inconnue. Les cas présentent « de nombreuses similitudes avec la maladie de Creutzfeldt-Jakob », a-t-elle précisé, mais les tests ont jusqu’à présent permis d’exclure les maladies à prions connues. »

Source: Alt-market.us

Traduction & ajouts: Divulgation.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils