Faites-vous vacciner – ou autrement

Faites-vous vacciner – ou autrement

Faites-vous vacciner – ou sinon,
la gauche veut faire de la vie un enfer pour les non-conformes.
Par Mark Tapson

Mark Tapson est le boursier Shillman sur la culture populaire pour le David Horowitz Freedom Center.

Rien ne déclenche autant les démocrates que le non-respect de leur programme collectiviste, car malgré tous leurs fanfaronnades sur la sauvegarde de la démocratie des partisans fascistes de Trump, et sous leur mince vernis de « tolérance et d’inclusion », les progressistes sont des totalitaires. La moindre résistance à leur vision transformatrice et utopique suscite une rage autoritaire. Exemple concret : la gauche a perdu patience avec les Américains qui résistent à la vaccination COVID-19.

Fin juin, le chiffon de propagande The New York Times a publié un article d’opinion dont le titre signalait la frustration croissante de la gauche face aux sceptiques du vaccin : « Vaccine Mandates Are Coming. Bien.” Le week-end dernier, The St. Louis Dispatch a publié une lettre qui a capturé l’humeur des totalitaires encore plus honnêtement. Il s’intitulait « Assez déjà. Punir ceux qui refusent le vaccin.

Samedi dernier sur CNN, Leana Wen, ancienne présidente de Planned Parenthood, a tenté de faire valoir de manière coercitive que la vie devrait être rendue difficile pour ces déplorables récalcitrants qui n’ont toujours pas cédé à la pression sociale et gouvernementale croissante pour recevoir un vaccin. “Il doit être difficile pour les gens de rester non vaccinés”, a déclaré Wen d’un ton chauve. « En ce moment, c’est un peu le contraire. Fondamentalement, nous devons faire de la vaccination un choix facile. »

On pourrait penser que quelqu’un qui dirigeait une organisation dont le mantra était “mon corps, mon choix” serait plus favorable aux Américains qui sont à juste titre réticents à accepter un vaccin d’urgence autorisé mais non approuvé par la FDA pour lutter contre un virus pour lequel le taux de survie oscille autour de 99%. Mais non. La gauche est déterminée à décider quel choix vous devez faire et quand.

“Il est temps pour Biden de plaider en faveur des exigences en matière de vaccins”, a écrit Wen le 6 juillet au radical Washington Post, où elle contribue à l’opinion. Elle a poursuivi en déplorant que la célébration du 4 juillet à la Maison Blanche “aurait pu être une chance de montrer que la vaccination n’est pas seulement une décision individuelle, mais une décision qui affecte la santé des autres – y compris ceux déjà vaccinés”. C’est étrange : les déjà vaccinés ne devraient-ils pas être insensibles à la santé des autres ?

Le complexe des médias de divertissement diabolise les récalcitrants comme étant trop stupides pour voir la sagesse d’accepter sans poser de questions le vaccin gratuit et facile du gouvernement. Moronic Joy Behar, co-animateur haineux du festival de longue date The View, a récemment estimé que les adolescents devraient être autorisés à se faire vacciner sans le consentement de leurs « parents ignorants » non réveillés. C’est drôle comme la gauche essaie toujours de creuser un fossé entre les enfants impressionnables et leurs parents non progressistes, comme leur offrir une contraception ou une hormonothérapie pour les aider à commencer la transition vers un sexe différent.

Mardi sur OutFront sur CNN, l’ancienne secrétaire à la Santé et aux Services sociaux de l’administration Obama, Kathleen Sebelius, a déclaré que les Américains qui n’ont pas reçu leur « Fauci ouchie » ne devraient pas être autorisés à aller travailler ou à côtoyer des enfants, et devraient être limités dans leurs mouvements.

“Nous sommes dans une situation où nous avons un vaccin extrêmement efficace, des choix multiples, des lots disponibles, gratuitement, et nous avons des gens qui disent simplement:” Je ne le ferai pas “”, s’est plaint Sebelius. Elle n’a pas mentionné la raison pour laquelle les gens “ne le feront pas”: le vaccin que le gouvernement et les médias s’entendent pour forcer les Américains à accepter a causé de nombreux problèmes de santé graves et des milliers de décès, et les complications à long terme sont un problème complet. inconnu aussi. Près d’un quart (23%) des personnes vaccinées déclarent avoir eu des « réactions négatives », selon un sondage de The Economist/YouGov.

Sebelius et ses collègues totalitaires ne comprennent pas que les Américains épris de liberté ont une résistance instinctive à la pression et à la menace du gouvernement, en particulier lorsque ce gouvernement a fait preuve d’une incompétence mortelle dans la gestion de la pandémie, et lorsque ses « experts » médicaux ont un l’ordre du jour et contredisent et/ou refusent régulièrement de se conformer à leurs propres recommandations.

“Je pense qu’il est temps de dire à ces gens, ce n’est pas grave si vous ne choisissez pas de vous faire vacciner”, a poursuivi Sebelius, avec un comportement rappelant celui de l’infirmière Ratched de Vol au-dessus d’un nid de coucou. « Vous ne pouvez pas venir travailler. Vous n’aurez peut-être pas accès à une situation où vous allez mettre mes petits-enfants en danger, où vous pourriez les tuer, ou vous pourriez les mettre dans une situation où ils vont transmettre le virus à une personne à haut risque positionner.”

Si, après avoir examiné toutes les preuves et pris en compte votre état de santé personnel, vous choisissez de refuser le vaccin et de tenter votre chance avec le virus, la gauche collectiviste veut que vous soyez puni pour le bien de la société dans son ensemble, car ils ne approuver la liberté individuelle. Sebelius, Wen, Behar et leurs compagnons totalitaires veulent que vous ne puissiez pas gagner votre vie, que vous soyez limité dans les endroits où vous pouvez aller et que vous ne soyez pas en contact avec les enfants – probablement même les vôtres.

Sebelius a ajouté : « Je veux enlever mon masque. Je veux pouvoir vivre ma vie avec la vaccination, et en ce moment, je me fais attaquer par des gens qui disent : « Je ne veux pas me faire vacciner ». » Si le vaccin est si « sauvagement efficace », comme affirme-t-elle, pourquoi les vaccinés doivent-ils continuer à être masqués et vivre dans une telle peur de contracter le virus ? Pourquoi doivent-ils vivre totalement isolés des non vaccinés ? Des questions comme celle-ci ne donnent pas beaucoup de confiance aux sceptiques vis-à-vis des vaccins.

Le fait est que la pandémie de COVID-19 concerne le contrôle de la population par le gouvernement, et ce depuis le tout début, lorsqu’elle a été saisie par la gauche comme stratégie pour torpiller les chances de Donald Trump aux élections de 2020. Maintenant que les démocrates détiennent les rênes du pouvoir politique, ils continuent de l’utiliser pour manipuler les Américains afin qu’ils vivent dans la peur et acceptent de plus en plus le contrôle du gouvernement sur tous les aspects de leur vie. La gauche totalitaire doit exagérer et perpétuer la menace de ce virus. Cela leur donne du pouvoir.

Et cela leur permet de diaboliser, d’identifier et de cibler leurs opposants politiques. Dans une menace pas si voilée, l’administration Biden veut envoyer des chemises brunes – euh, des représentants de la communauté locale – de porte en porte à travers l’Amérique comme les Témoins de Jéhovah, prétendument pour s’assurer que tout le monde est informé de la facilité de se faire vacciner ( « Avons-nous mentionné que c’est gratuit ? »). La vraie raison est de se mettre littéralement face aux non-conformes. Selon un nouveau sondage, seulement 57% du propre parti de Biden approuve ce plan manifestement invasif (mais seulement 31% le désapprouvent). Les électeurs non affiliés désapprouvent 56% à 33%, et les républicains désapprouvent par une marge de 74 à 20% (ce 20% est décevant).

Il ne s’agit certainement pas de nier ni même de diminuer la gravité réelle de contracter COVID-19. Les individus doivent prendre des décisions prudentes et apolitiques concernant le vaccin par rapport à leur propre état de santé – et cette décision doit et doit être respectée. Le problème est que la maladie a été tellement politisée par la gauche qu’il est presque impossible de discerner sa réalité au milieu de la panique, de l’intimidation et de la désinformation médiatique qui l’entourent. Une chose est sûre cependant : ce n’est pas la seconde venue de la peste noire.

Le danger primordial n’est pas COVID-19 mais la militarisation par la gauche, d’abord du virus lui-même, et maintenant du vaccin pour celui-ci.

Article original

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils