Des experts tirent la sonnette d’alarme sur les risques de vaccination de masse

Des experts tirent la sonnette d’alarme sur les risques de vaccination de masse

Lettre à l’éditeur

Par des ONG de santé et de consommateurs

 

Virologue et microbiologiste environnemental de premier plan depuis 30 ans et impliqué dans le développement de vaccins humains depuis 23 ans avec diverses grandes sociétés pharmaceutiques, le Dr Geert Vanden Bossche prévient que le programme mondial de vaccination au milieu de la pandémie mondiale fait plus de mal que de bien.

Exprimant de véritables inquiétudes si la vaccination était la bonne chose à faire contre ce coronavirus mutant super intelligent, il a déclaré : « Si vous partez en guerre, assurez-vous d’avoir la bonne arme au bon moment contre l’ennemi que vous comprenez suffisamment. »

Il prévient en outre que la vaccination :

  • Crée plus de cas asymptomatiques pour propager le virus car les vaccins n’empêchent pas l’infection et la transmission ;
  • Supprime simplement les symptômes du COVID-19 et peut prévenir les hospitalisations et les décès. Mais à quel prix ?
  • ne stimule que les anticorps spécifiques de l’antigène induits artificiellement et non les cellules tueuses naturelles (NK) nécessaires pour neutraliser efficacement le coronavirus ;
  • Permet aux anticorps spécifiques de l’antigène, qui peuvent ne pas fonctionner sur de nouvelles variantes, de rester en permanence et de rivaliser avec, de saper et même de détruire les cellules NK guerrières capables et fidèles ;
  • Aide à créer de nouvelles variantes et « enseigne » au virus sur « l’évasion immunitaire virale » ; et
  • C’est une situation de « perdant-perdant » qui est dangereuse à tous les niveaux, soulignant que faire face au coronavirus et à la pandémie doit être basé sur la science.

Bref, si nous ne sommes pas prudents, l’humanité – confrontée à une « catastrophe mondiale sans égale » – souffrira de façon exponentielle de ce virus « empereur ».

En juin 2020, Ken Frazier, PDG de Merck, a imploré la nécessité de mieux comprendre le coronavirus avant de se précipiter pour une solution rapide via les vaccins. (Merck est l’étalon-or pour le développement de vaccins et a produit quatre des sept vaccins réussis dans l’histoire du monde)

Merck a été assez honnête pour abandonner son programme de développement de vaccins COVID-19 contre ce virus « empereur » en mutation pour se concentrer sur un traitement ou un remède.

Le directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis a déclaré dans un rapport de CNN le 2 mars que les gains réalisés aux États-Unis, y compris la vaccination par l’ARNm, pourraient être anéantis par de nouvelles variantes. Cela confirme l’avertissement du Dr Bossche.

Les National Institutes of Health (NIH) du gouvernement américain ont confirmé que le vaccin à ARNm est une forme de thérapie génique, une approche qui peut présenter « de graves risques pour la santé, tels que la toxicité, l’inflammation et le cancer ».

Déjà, il existe de nombreux cas signalés dans le monde concernant des décès inexpliqués et des effets secondaires graves après la prise du produit Pfizer.

Étant constructifs et basés sur l’avertissement révélateur du Dr Bossche, nous appelons le gouvernement et ses agences compétentes à :

  • Envisagez de toute urgence de reporter, si nécessaire, le programme de vaccination par l’ARNm pour vraiment limiter les dommages à long terme ;
  • Faites une analyse honnête des « avantages par rapport aux risques » pour chaque vaccin acheté sur la base des informations les plus récentes (il est INJUSTE de regrouper ces vaccins car tous les vaccins ne sont pas égaux. Nous ne sommes PAS anti-vaccins mais des vaccins pro-SAFE );
  • Tenir sa promesse de NE PAS forcer – directement ou indirectement – ​​la vaccination, en particulier avec le vaccin expérimental à ARNm, qui constitue une infraction au Code de Nuremberg ; et
  • Envisagez (après une étude) d’utiliser des vaccins plus appropriés, beaucoup plus sûrs et éprouvés, tels que l’utilisation de la technologie des virus inactivés ou atténués, tout en choisissant le bon moment pour appliquer le programme de vaccination.

Par conséquent, nous exhortons le gouvernement à approuver immédiatement l’ivermectine, un « médicament miracle » réutilisé qui est facilement disponible, très sûr et efficace pour prévenir et traiter le COVID-19 et à financer également un programme d’ivermectine à faible coût.

Nous sommes conscients que l’ivermectine représente une menace financière majeure pour certaines grandes entreprises pharmaceutiques et malheureusement. L’ivermectine est discréditée et diabolisée par des personnes ayant des intérêts égoïstes, dont les opinions biaisées doivent être sérieusement rejetées.

En fait, l’ivermectine a déjà fait ses preuves depuis plus de 40 ans. Le gouvernement n’a rien à perdre en approuvant immédiatement l’ivermectine en Malaisie, en tant que médicament prescrit. Il n’est pas nécessaire d’attendre les essais cliniques car les gens meurent rapidement et sont infectés par COVID-19.

Nous déclarons clairement ici que nous n’avons aucun intérêt direct ou indirect dans la fabrication, la vente ou la distribution d’ivermectine. – 12 mars 2021

Signataires :

  • Centre de recherche sur le Covid, Kuala Lumpur
  • Persatuan Pengguna Islam Malaysia (PPIM)
  • Patriote Persatuel Kebangsaan (PATRIOT)
  • ONG Gabonaise Islam (GNI)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils