Conférence de presse de Vladimir Poutine après sa rencontre avec Joe Biden

Conférence de presse de Vladimir Poutine après sa rencontre avec Joe Biden

Après s’être entretenu avec Joe Biden, le président russe, Vladimir Poutine, a répondu aux questions des journalistes, russes et occidentaux (contrairement à son homologue américain qui n’a accepté aucun journaliste russe dans sa conférence de presse). Voici la traduction complète de la conférence de presse de Vladimir Poutine.

*

Vladimir Poutine : Chers amis, Mesdames et Messieurs, bonjour !

Je suis à votre disposition. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de faire de longues remarques préliminaires. Les sujets sont probablement bien connus de tous : stabilité stratégique, cybersécurité, conflits régionaux, relations commerciales, et nous avons également parlé de la coopération dans l’Arctique.

S’il vous plaît, posez vos questions.

Question : Bonsoir !

Peut-être pourriez-vous nous dire quels sont les sujets que vous avez abordés le plus en détail ? En particulier, je suis très intéressé par la question ukrainienne – dans quel contexte a-t-elle été discutée, la situation dans le Donbass a-t-elle été discutée, la possibilité pour l’Ukraine de rejoindre l’OTAN a-t-elle été discutée ?

Et une dernière chose : avant les discussions, il y avait de grandes attentes liées au retour des ambassadeurs des deux pays dans leurs capitales. En particulier, votre assistant Iouri Viktorovitch Ouchakov a dit que c’était possible. De telles décisions ont-elles été prises ? Et comment se sont déroulées les négociations en général ? Merci.

Vladimir Poutine : En ce qui concerne le retour des ambassadeurs à leur poste – l’ambassadeur américain à Moscou et l’ambassadeur russe à Washington – nous avons convenu que cette question a été résolue et qu’ils retourneront à leur poste de manière permanente. Que ce soit demain ou après-demain est une question purement technique.

Nous avons également convenu que le ministère russe des Affaires étrangères et le département d’État américain se consulteront sur tous les aspects de la coopération diplomatique. Il y a beaucoup de choses à dire. Il me semble que les deux parties, y compris les États-Unis, sont déterminées à trouver une solution.

Quant à l’Ukraine, oui, ce sujet a été abordé. Je ne peux pas en parler en détail. Mais d’après ce que j’ai compris venant du président Biden, il est d’accord pour dire que les accords de Minsk sont la base d’un règlement dans le sud-est de l’Ukraine.

En ce qui concerne l’éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’OTAN – ce sujet a été abordé « en filigrane ». Il n’y a pas grand-chose à discuter ici.

De manière générale, ça donne quelque chose comme ça.

Question : Monsieur le Président, vous avez dit que l’un des sujets était la stabilité stratégique. Pouvez-vous nous dire plus en détail quelles sont les décisions prises sur cette question ? La Russie et les États-Unis vont-ils reprendre ou entamer des discussions sur la stabilité stratégique et le désarmement, et en particulier sur START-3 ? Est-il prévu d’entamer des négociations sur sa prolongation, peut-être pour en revoir les paramètres ou, plus généralement, pour signer un nouveau traité dans ce domaine ? Merci.

Vladimir Poutine : Les États-Unis et la fédération de Russie ont une responsabilité particulière en matière de stabilité stratégique dans le monde, étant donné que nous sommes les deux plus grandes puissances nucléaires en termes de nombre d’ogives, de têtes nucléaires, de nombre de vecteurs et de qualité et de sophistication de nos armes nucléaires. Nous sommes conscients de cette responsabilité.

Je pense qu’il est clair pour tout le monde que le président Biden a pris la décision responsable et, à notre avis, parfaitement opportune de prolonger le traité START-3 de cinq ans, c’est-à-dire jusqu’en 2024.

Bien sûr, cela soulève la question de la suite des événements. Nous avons convenu d’entamer des consultations au niveau interinstitutionnel sous les auspices du département d’État américain et du ministère russe des Affaires étrangères. Les collègues au niveau opérationnel décideront de la composition de ces délégations, du lieu et de la fréquence de ces réunions.

Question : Bonsoir. Matthew Chance, CNN. Merci de m’avoir donné la parole.

Tout d’abord, pouvez-vous décrire comment s’est déroulée votre rencontre avec le Président Biden ? Était-il constructif ou hostile ? Deuxièmement, concernant les cyberattaques : en avez-vous discuté ? Avez-vous pris des engagements sur la cybersécurité et sur l’Ukraine ?

Vladimir Poutine : Tout d’abord, une évaluation générale. Je ne pense pas qu’il y ait eu d’hostilité. Au contraire, notre réunion s’est déroulée, bien sûr, dans le respect des principes, sur de nombreuses positions nos opinions divergent, mais, à mon avis, les deux parties ont fait preuve d’un désir de se comprendre et de chercher des moyens de faire converger les positions. La conversation a été très constructive.

En ce qui concerne la cybersécurité, nous avons convenu d’entamer des consultations sur cette question. À mon avis, c’est extrêmement important.

Maintenant, il s’agit de savoir qui doit assumer quelles obligations. Je veux vous informer sur des choses qui sont connues, mais pas du grand public. Des sources américaines – j’ai juste peur de mélanger les noms des organisations, Peskov vous le précisera plus tard – affirment que le plus grand nombre de cyberattaques dans le monde provient du cyberespace américain. Le Canada arrive en deuxième position, suivi de deux pays d’Amérique latine, puis du Royaume-Uni. Comme vous pouvez le constater, la Russie ne figure pas sur cette liste de pays à partir desquels le plus grand nombre de cyberattaques de toutes sortes sont lancées dans le cyberespace. C’est le premier point.

Deuxièmement, au cours de l’année 2020, nous avons reçu 10 demandes des États-Unis concernant des cyberattaques contre des installations américaines – comme le disent nos collègues – à partir du cyberespace de la Russie. Deux demandes de ce type ont été faites cette année. Toutes ces questions – tant l’année dernière que cette année – ont reçu une réponse complète de la part de nos collègues.

La Russie, pour sa part, a envoyé 45 demandes de ce type à l’agence américaine compétente l’année dernière, et 35 au cours du premier semestre de cette année. Nous n’avons pas encore reçu une seule réponse. Cela montre que nous avons du travail à faire.

La question de savoir qui, dans quelle mesure et sur quoi doit prendre des engagements doit être décidée au cours du processus de négociation. Nous avons convenu d’entamer ces consultations. Nous pensons que la cybersécurité est extrêmement importante dans le monde en général et pour les États-Unis en particulier, et pour la Russie dans la même proportion.

Par exemple, nous sommes au courant de cyberattaques contre une société de pipelines aux États-Unis. Nous savons également que la société a été contrainte de payer cinq millions aux maîtres chanteurs. D’après mes informations, une partie de l’argent a déjà été récupérée dans les portefeuilles électroniques, et une autre partie non. Qu’est-ce que cela a à voir avec les autorités gouvernementales russes ?

Nous sommes confrontés aux mêmes menaces. En particulier, par exemple, [une attaque] contre le système de santé de l’une des principales régions de la fédération de Russie. Nous voyons, bien sûr, d’où viennent les attaques, nous voyons que ce travail est coordonné depuis le cyberespace américain. Je ne pense pas que les États-Unis, les autorités officielles soient intéressées par ce genre de manœuvres. Nous devons simplement mettre de côté toutes les insinuations, nous asseoir au niveau des experts et commencer à travailler dans l’intérêt des États-Unis et de la fédération de Russie. Nous en avons convenu sur le principe et la Russie y est prête.

Matthew Chance : Donnez-moi le micro – une partie de la question reste sans réponse. Merci beaucoup de l’avoir ramené.

Avez-vous pris l’engagement de mettre fin aux menaces contre l’Ukraine ? Vous savez qu’il y a eu des exercices par la fédération de Russie. Et la deuxième partie de la question : avez-vous pris l’engagement de mettre fin aux attaques contre l’opposition en Russie, en ce qui concerne Alexeï Navalny ?

Vladimir Poutine : Je n’ai pas entendu cette partie de la question : soit elle n’a pas été traduite, soit vous y avez réfléchi et avez décidé de poser une deuxième question.

Quant aux engagements concernant l’Ukraine. Nous n’avons qu’une seule obligation : faciliter la mise en œuvre des accords de Minsk. Si la partie ukrainienne est prête pour cela, nous irons dans cette direction, sans hésiter.

À ce propos, je voudrais attirer votre attention sur ce qui suit. En novembre dernier, la délégation ukrainienne a présenté son point de vue sur la manière dont elle pense que les accords de Minsk devraient être mis en œuvre. Regardez-le, ce n’est pas un document secret. Premièrement, il y est écrit [dans les accords de Minsk – NDLR] qu’il faut, tout d’abord, soumettre des propositions sur l’intégration politique du Donbass dans le système législatif ukrainien et dans la Constitution, et pour ce faire, il faut modifier la Constitution elle-même, c’est écrit. Deuxièmement, la section de la frontière entre la fédération de Russie et l’Ukraine située dans le Donbass commence à être gérée par les troupes frontalières ukrainiennes dès le lendemain des élections – article 9.

Que propose l’Ukraine ? Elle a proposé que la première étape soit le retour des forces armées ukrainiennes sur leurs sites de déploiement permanents. Cela signifie que les troupes ukrainiennes doivent entrer dans le Donbass – c’est le premier point. Deuxièmement : ils ont proposé de fermer cette section de la frontière entre la Russie et l’Ukraine. Troisièmement : organiser des élections trois mois après ces deux étapes.

Il n’est pas nécessaire d’être avocat, ni d’avoir reçu une éducation spéciale pour comprendre que cela n’a rien à voir avec les accords de Minsk. Cela contredit complètement les accords de Minsk. Quelles sont donc les obligations supplémentaires que la Russie peut assumer ici ? Je pense que la réponse est claire.

En ce qui concerne les exercices, nous effectuons des exercices sur notre territoire, tout comme les États-Unis effectuent de nombreux exercices sur leur territoire. Mais nous ne menons pas d’exercices en traînant nos équipements et notre personnel jusqu’aux frontières des États américains. Malheureusement, nos partenaires américains le font en ce moment même. Ce n’est donc pas la partie américaine qui doit s’en inquiéter, mais la partie russe. Mais cela fait aussi l’objet de discussions et de clarification des positions.

À propos de notre opposition non systémique et du citoyen que vous avez mentionné. Tout d’abord, cette personne savait qu’elle violait la loi en vigueur en Russie. Il devait pointer régulièrement en tant que personne ayant été condamnée deux fois à une peine avec sursis. En toute connaissance de cause, je tiens à souligner que, ignorant cette obligation légale, ce monsieur est allé se faire soigner à l’étranger, il n’était alors pas tenu par les autorités de pointer. Dès qu’il est sorti de l’hôpital et qu’il a diffusé ses vidéos sur Internet, cette obligation est réapparue. Il ne s’est pas présenté, a ignoré l’obligation légale – il a été mis sur la liste des personnes recherchées. Sachant cela, il est revenu. Je suppose qu’il s’est délibérément mis dans l’embarras pour être arrêté. Il a fait ce qu’il voulait faire. Alors, de quoi pouvons-nous parler ici ?

Quant aux personnes comme lui et à l’opposition systémique en général, malheureusement, le format de la conférence de presse ne nous permet pas d’en parler en détail, mais je voudrais dire ce qui suit. Écoutez, je pense que je ne dirai rien de compliqué, ce sera compréhensible. Si vous trouvez la possibilité de transmettre cela objectivement à vos téléspectateurs et auditeurs, je vous en serai très reconnaissant.

Les États-Unis ont déclaré la Russie comme leur ennemi et adversaire, le Congrès l’a fait en 2017. Il existe des dispositions dans la loi américaine selon lesquelles les États-Unis doivent maintenir les règles et l’ordre de la gouvernance démocratique dans notre pays et soutenir les organisations politiques. C’est dans votre loi, la loi américaine. Posons-nous maintenant une question : si la Russie est l’ennemi, quelles organisations l’Amérique soutiendra-t-elle en Russie ? Je pense que ce ne sont pas des organisations qui renforcent la fédération de Russie, mais des organisations qui la restreignent, et c’est un objectif publiquement déclaré des États-Unis. Ce sont donc les organisations et les personnes qui contribuent à la politique américaine concernant la Russie.

Comment y faire face ? Je pense que c’est clair : nous devons faire preuve de prudence. Mais nous agirons uniquement dans le cadre de la loi russe.

Question : Pavel Zaroubine, VGTRK.

Je voulais juste continuer sur ce thème. Nous sommes également tous témoins aujourd’hui de la rhétorique constante du côté américain concernant les soi-disant prisonniers politiques en Russie. Avez-vous parlé de Navalny lors de vos entretiens avec Biden ? Et comment cela a-t-il été discuté, si cela a été le cas ?

Il y a une autre question importante. Naturellement, nous avons tous été témoins du fait que, pour ainsi dire, la nouvelle ère des relations russo-américaines au début de la présidence de M. Biden a commencé par des remarques très grossières à votre égard. À cette occasion, cela a-t-il été, peut-être, expliqué ? Merci beaucoup.

Vladimir Poutine : Le président Biden a évoqué les droits de l’homme et les personnes qui pensent représenter ces préoccupations en fédération de Russie. Oui, nous en avons parlé à son initiative – c’est le premier point.

Deuxièmement, concernant les déclarations brutales. Que dire ? Nous connaissons tous ces déclarations. Après cela, le président Biden m’a appelé, nous nous sommes expliqués. J’ai été satisfait de ces explications. Il a suggéré que nous nous rencontrions – c’était son initiative. Nous nous sommes rencontrés et, je le répète, la conversation a été très constructive. J’ai une fois de plus eu la preuve que le président Biden est un homme très expérimenté, c’est tout à fait évident. Nous avons parlé avec lui en tête à tête pendant près de deux heures. Tous les dirigeants ne peuvent pas avoir une conversation aussi détaillée en privé.

Quant aux accusations diverses, rappelez-vous que la même question a été posée à son prédécesseur et qu’il l’a esquivée. Le président américain en exercice a décidé de répondre de cette manière, et sa réponse était différente de celle de M. Trump.

Vous savez, en principe, pour tout ce qui se passe dans nos pays, d’une manière ou d’une autre, les dirigeants politiques et les hauts fonctionnaires sont responsables – quant à savoir qui, où et quoi est à blâmer, qui est un assassin. Il suffit de voir que des personnes sont tuées chaque jour dans les rues des villes américaines, y compris des dirigeants de différentes organisations. Dès que quelqu’un dit un mot, ils se font tirer dans la poitrine ou dans le dos. Que vous soyez avec des enfants ou simplement une autre personne – je me souviens qu’une femme a quitté sa voiture, a couru et a reçu une balle dans le dos. D’accord, ce sont des affaires criminelles. Prenez l’Afghanistan : 120 personnes ont été tuées en une seule frappe, et des participants à des mariages massacrés – une fois, deux fois. Disons que c’est une erreur, ça arrive aussi. Mais les tirs de drones ou d’hélicoptères sur des civils en Irak, qu’est-ce que c’est ? Qui en est responsable ? Qui est un assassin ?

Ou les droits de l’homme. Écoutez-moi, Guantánamo est toujours opérationnel. Il ne respecte rien du tout : ni le droit international, ni les lois américaines – rien, mais il existe quand même. Les prisons de la CIA qui ont été ouvertes dans différents pays, y compris des États européens, où la torture a été utilisée – qu’est-ce que c’est ? S’agit-il des droits de l’homme ? Je ne pense pas que ce soit le cas, n’est-ce pas ?

Il est peu probable que quiconque dans cette salle soit d’accord pour dire que c’est ainsi que les droits de l’homme sont protégés. C’est la pratique de la realpolitik. Et nous, sur la base de cette pratique, en comprenant que cela a été et peut être fait, nous développons notre attitude envers ce dont je viens de parler, y compris envers ceux qui reçoivent de l’argent de l’étranger pour défendre les intérêts de ceux qui les paient.

Question : Mourad Gazdiev, RT.

Une question sur l’Arctique. Vous avez dit que vous en aviez parlé. Les États-Unis accusent depuis longtemps la Russie de militariser l’Arctique, tout comme ses alliés. Récemment, en mai, le secrétaire Blinken nous a fait part de ses préoccupations concernant les actions de l’armée russe. Qu’est-ce qui a été dit exactement ?

Vladimir Poutine : Oui, nous avons discuté de ce sujet dans le format élargi et de manière très détaillée. Il s’agit d’un sujet très important et intéressant, sachant que le développement de l’Arctique en général et de la route maritime du Nord en particulier présente un grand intérêt pour les économies de nombreux pays, y compris des pays non mitoyens.

Ces préoccupations du côté américain concernant la militarisation n’ont absolument aucun fondement. Nous ne faisons rien là-bas qui n’ait pas été fait en Union soviétique. Nous restaurons l’infrastructure qui avait été complètement détruite. Oui, nous le faisons à un niveau moderne : infrastructure militaire, infrastructure frontalière et, ce qui n’existait pas, infrastructure liée à la protection de la nature. Nous créons une base pour le ministère des Situations d’urgence, ce qui signifie la possibilité de sauver des personnes en mer, que Dieu nous en préserve, ou de protéger l’environnement.

J’ai dit à nos collègues que je ne vois pas de raison de s’inquiéter. Au contraire, je suis fermement convaincu que nous pouvons et devons coopérer dans ce sens. La Russie, comme les États-Unis, est l’un des huit membres du Conseil de l’Arctique. La Russie préside le Conseil de l’Arctique cette année. En outre, il existe un détroit bien connu entre l’Alaska et le Tchoukotka : les États-Unis sont d’un côté et la Russie de l’autre. Tout cela devrait nous inciter à unir nos forces.

La situation concernant l’utilisation de la route maritime du Nord est régie par le droit international. En fait, il y a deux instruments principaux : la Convention sur le droit de la mer de 1982, je crois, et le Code polaire, qui se compose de plusieurs documents et a été ratifié en 2017. J’ai attiré l’attention de nos partenaires sur le fait que nous, la Russie, avons l’intention d’adhérer pleinement à ces normes juridiques internationales. Nous n’avons jamais violé quoi que ce soit.

Nous sommes prêts à aider tous les pays et entreprises intéressés à développer la route maritime du Nord. Aujourd’hui, on dit que la navigation se déroule en toute confiance pendant six mois, mais en fait, la durée est plus longue et, à mesure que le climat change, elle durera pratiquement toute l’année, grâce à la mise en service de nos nouveaux brise-glace, dont le Leader. La Russie possède la flotte de brise-glace nucléaires la plus puissante au monde. Il y a une forte demande dans ce domaine.

Permettez-moi de vous rappeler que la Convention sur le droit de la mer traite de ce qui décrit le régime juridique des eaux mondiales, en particulier : les eaux intérieures, la mer intérieure, la mer territoriale, la zone contiguë, la zone économique exclusive et les eaux internationales. La mer intérieure est ce qui se trouve en quelque sorte à l’intérieur du territoire. Ensuite, la mer territoriale c’est 12 milles nautiques, la zone contiguë – plus 12 milles nautiques supplémentaires. Dans la mer territoriale, l’État côtier est tenu de laisser passer pacifiquement les navires, y compris les navires de guerre. Cela nous pose-t-il un problème ? Nous sommes pour.

Quant à la mer intérieure, elle bénéficie d’un régime spécial et nous ne sommes pas obligés de fournir quoi que ce soit à qui que ce soit. Pour information, il existe cinq zones de mer intérieure de ce type : le golfe de l’Ob, la baie de l’Ienisseï, et ainsi de suite – cinq golfes en tout, ou baies, comme nous les appelons. La longueur totale de cette route est de presque mille miles nautiques, 960 miles, je crois. C’est notre droit souverain de laisser passer les navires ou non. Mais nous n’abusons pas de ce droit ; nous accordons [le passage] à tous ceux qui le souhaitent.

L’année dernière, nous avons reçu un millier de demandes. Je pense que seules dix demandes ont été rejetées, et il s’agissait pour la plupart de navires battant pavillon russe, qui, selon nos organes de surveillance compétents, ne répondaient pas aux exigences du Code polaire. Et le Code polaire définit à son tour des qualités ou des exigences pour les différents navires et les dispositifs techniques qui s’y trouvent.

Si nous travaillons tous ensemble, y compris les pays concernés et peut-être surtout les pays du Conseil de l’Arctique, pour résoudre toutes ces questions – et il y a des questions qui nécessitent un examen supplémentaire – je ne doute pas que nous trouverons toutes les solutions, toutes les réponses. Je ne vois pas un seul problème que nous ne puissions résoudre.

Question : Bonjour, Vladimir Vladimirovitch !

De bonnes relations, ou du moins des relations satisfaisantes, entre la Russie et l’Amérique ont toujours été une garantie de stabilité et de paix dans le monde. Nous avons maintenant le type de relation que vous avez décrit avant cette réunion. Biden est d’accord avec vous. Vous dites maintenant : le respect mutuel, la tranquillité ambiante et la convivialité étaient les compagnons de cette conversation.

Avant la réunion, vous avez parlé des « lignes rouges », de la notion de « lignes rouges » pour la Russie. Il est évident que les Américains ont aussi des « lignes rouges ». Est-il possible de s’entendre maintenant sur une politique de « non-franchissement » des lignes rouges ? Cela s’applique à tout, dans tous les domaines – ce « non-franchissement » qui améliorerait ou du moins stabiliserait nos relations. Merci.

Vladimir Poutine : Je peux vous dire que, dans l’ensemble, nous comprenons ce dont parlent nos partenaires américains, et ils comprennent ce dont nous parlons lorsque nous parlons de « lignes rouges ».

Je dois vous dire franchement que nous ne sommes pas allés aussi loin et avec autant de détails pour souligner et séparer les choses. Mais sachant que nous sommes convenus de travailler sur la cybersécurité et la stabilité stratégique au cours de ces consultations, ainsi que, accessoirement, sur un travail commun dans l’Arctique et dans certains autres domaines, je pense que tout cela devrait progressivement faire l’objet de nos discussions et, je l’espère, d’accords.

Question : Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre.

M. Biden a déclaré à plusieurs reprises qu’il répondrait aux cyberattaques de la Russie si elles ne cessaient pas. Si ce n’est pas un secret, qu’a-t-il dit ? Des menaces, peut-être ? Que feront les États-Unis si la Russie ne s’arrête pas ?

Et une question sur Alexeï Navalny. Sa fondation anti-corruption a été mise hors la loi, elle a été déclarée organisation extrémiste, et toute personne qui y participe ne peut pas être élue. Pourquoi avez-vous peur de ça ? Et de quoi avez-vous peur ?

Vladimir Poutine : Je vais répéter ce que j’ai déjà dit sur les différents agents dits étrangers et sur les personnes qui se positionnent comme une opposition non systémique. J’ai déjà répondu à vos collègues, je pense que c’était CNN, mais je suppose que c’est la loi du genre de le dire en répondant directement à votre question. Je vous en prie, je le referai avec plaisir.

Les États-Unis ont adopté une loi en vertu de laquelle ils ont annoncé qu’ils soutiendraient certaines organisations politiques en Russie. Dans le même temps, ils ont déclaré que la fédération de Russie était un ennemi, affirmant publiquement qu’ils freineraient le développement de la Russie. Alors, quelles organisations politiques les États-Unis et les autres pays occidentaux soutiennent-ils en Russie, s’ils les payent aussi ? En clair, tout comme les Américains dans les années 30, nous les avons déclarés agents étrangers, mais leur travail n’est pas interdit, ils peuvent travailler.

Le fait d’être déclaré agent étranger ne met pas fin aux activités d’une organisation. Si une organisation est de nature extrémiste, c’est une autre histoire. L’organisation que vous avez mentionnée a publiquement appelé au trouble de l’ordre public, a publiquement impliqué, ce qui est illégal, des mineurs dans des manifestations de rue – ce qui est interdit par la loi russe – et a publiquement donné des instructions sur la manière de préparer, par exemple, des « cocktails Molotov » afin de les utiliser contre les forces de l’ordre, tout en affichant l’identité de policiers.

L’Amérique vient d’être confrontée à des événements très difficiles après les faits bien connus, après le meurtre d’un Afro-Américain et la création de tout le mouvement Black Lives Matter. Je ne vais pas commenter cela maintenant, je veux juste dire : le fait que nous ayons vu des pogroms, le fait que nous ayons vu des violations de la loi et ainsi de suite – nous sympathisons avec les Américains et le peuple américain, mais nous ne voulons pas que cela se produise sur notre sol et nous ferons tout ce que nous pouvons pour empêcher que cela se produise. Et la peur n’a absolument rien à voir avec ça.

Voulez-vous ajouter quelque chose ? S’il vous plaît. Donnez-lui le micro, s’il vous plaît.

Journaliste : Vous n’avez pas répondu à la question. Regardez, tous vos opposants politiques – un est tué, un autre jeté en prison. N’est-ce pas un signal à la société que vous ne voulez pas de compétition politique équitable ?

Vladimir Poutine : À propos de qui est tué ou jeté en prison. Après les élections, des personnes sont entrées au Congrès américain avec des revendications politiques. Des poursuites pénales ont été engagées contre 400 personnes, qui risquent une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 20, voire 25 ans. Ils sont déclarés terroristes nationaux et accusés de plusieurs autres crimes. Soixante-dix personnes ont été arrêtées immédiatement après ces événements, et 30 d’entre elles sont toujours en détention. On ne sait pas non plus pour quels motifs, puisque personne parmi les autorités des États-Unis ne nous en informe. Plusieurs personnes y sont mortes, l’une des participantes a été abattue sur place par un policier, et elle n’avait pas menacé le policier avec une arme. La même chose se produit dans de nombreux pays. Je tiens à le souligner une fois de plus : nous compatissons à ce qui s’est passé aux États-Unis, mais nous ne voulons pas permettre que la même chose se produise chez nous.

Question : Bonjour ! Dmitri Larou, journal Izvestia.

A-t-il été possible de parvenir à un accord avec la partie américaine sur le retour de certains Russes qui purgent leur peine dans des prisons américaines ? Si c’est le cas, quand cela va-t-il se produire ? Merci.

Vladimir Poutine : Nous en avons parlé. Le président Biden a soulevé cette question concernant les citoyens américains incarcérés en fédération de Russie, et nous en avons discuté. Il est possible de trouver certains compromis. Le ministère russe des Affaires étrangères et le Département d’État américain y travailleront.

Question : Bonjour ! Mikhaïl Antonov, chaîne de télévision Rossia 1.

Vous avez dit que vous avez discuté de la question du commerce avec Biden – c’est probablement l’agenda le plus positif qu’il puisse y avoir. Les entreprises des deux pays sont intéressées par le développement du commerce. Quelles perspectives voyez-vous pour cela ? Merci.

Vladimir Poutine : Cela ne dépend pas de nous, cela dépend de la partie américaine. Nous n’imposons aucune restriction. Je pense qu’après l’introduction de certaines restrictions dans le domaine économique, en termes de commerce, les États-Unis n’ont pas perdu moins que la Russie. Oui, cela a affecté notre développement à certains égards et, dans ce sens, les États-Unis ont atteint leur objectif de freiner la Russie, mais il n’y a absolument rien de critique ici. C’est le premier point.

Deuxièmement, en ce qui concerne l’intérêt des entreprises américaines. La plus grande délégation au Forum économique de Saint-Pétersbourg, 200 personnes, est la délégation américaine. En raison des restrictions qui ont été imposées, y compris aux entreprises américaines, certains Américains ont quitté notre marché avec des pertes et ont confié cette activité à leurs concurrents d’autres pays ; nous en avons parlé. Alors, quel est l’intérêt ? Il n’y a pratiquement aucun intérêt, et il y a des pertes.

Notre chiffre d’affaires commercial avec les États-Unis s’élève aujourd’hui, je crois, à 28 milliards de dollars. Au premier trimestre de cette année, il a augmenté de 16,5 %. Si cette tendance se poursuit, je pense que tout le monde en profitera. Nous en avons parlé.

Question : Ann Simmons, du Wall Street Journal. Monsieur le Président, je vous remercie de me donner l’occasion de poser une question.

Vous avez rencontré le Président Biden il y a quelques années quand il était vice-président. Il a dit qu’il vous avait regardé dans les yeux et qu’il n’y voyait aucune âme. Vous avez dit : « cela signifie que nous nous comprenons ».

Dites-moi, s’il vous plaît, l’avez-vous regardé dans les yeux ? Et qu’avez-vous vu ? Avez-vous vu un homme avec qui vous pouvez travailler ? Le président Biden vous a-t-il invité à la Maison Blanche ? Si oui, avez-vous accepté d’y aller ? Merci.

Vladimir Poutine : Le président Biden ne m’a pas invité à lui rendre visite. Je n’ai pas encore fait une telle invitation non plus. Il me semble que pour de tels voyages, pour de telles rencontres, pour de telles visites, les conditions doivent être réunies.

Quant à « regarder dans l’âme », y voir ou ne pas y voir quelque chose – ce n’est pas la première fois que j’entends cela. Pour être franc, je ne me souviens pas d’une telle conversation, mais j’admets qu’elle a échappé à mon attention. Mais si vous me demandez quel genre d’interlocuteur et de partenaire est le président Biden, je peux vous dire que c’est un homme très constructif, équilibré, comme je m’y attendais, très expérimenté, cela se voit immédiatement.

Il a évoqué un peu sa famille, ce dont sa mère lui parlait – ce sont des choses importantes. Elles ne semblent pas être directement pertinentes, mais elles montrent néanmoins le niveau ou la qualité de ses valeurs morales. Tout cela est assez intéressant, et je pense que nous parlions globalement le même langage. Cela ne signifie pas nécessairement que nous devons regarder dans notre cœur et dans nos yeux et se jurer amour et amitié éternels – pas du tout. Nous défendons les intérêts de nos pays et de nos peuples, et ces relations sont toujours de nature pragmatique.

Question : Andreï Kolesnikov, journal Kommersant. M. le Président, aviez-vous de nouvelles illusions concernant les résultats de cette rencontre ?

Vladimir Poutine : Je n’en avais pas d’anciennes, et vous parlez de nouvelles. Où avez-vous entendu parler d’illusions ? Il n’y a pas d’illusions et il ne peut y en avoir.

Question : Bonjour ! Pavel Remniov, chaîne de télévision Zvezda. Monsieur le Président, deux questions également. Avez-vous parlé au président Biden du changement climatique mondial ?

Et la deuxième question concerne les médias américains. Vous avez récemment donné une grande interview à NBC. Pensez-vous qu’il est juste que vous donniez des interviews aux médias américains, alors que les présidents américains ne donnent pas d’interviews à nos médias ? Trouvez-vous l’impact de ces entretiens positif si vos propos sont constamment déformés et, franchement, traités avec peu de respect ? Merci.

Vladimir Poutine : Vous savez, les distorsions, les malentendus ou, au contraire, les attaques – c’est la pratique des relations internationales aujourd’hui. Je me suis habitué à cela il y a longtemps, et nous vivons tous avec depuis des décennies.

Quant à savoir qui donne quelles interviews, c’est au dirigeant ou au camp respectif de décider s’il veut offrir quelque chose de plus aux gens. C’est ce que nous essayons de faire, mes entretiens avec la presse américaine sont précisément liés à cela.

Quant aux activités de nos médias en général : par exemple, le président Biden a soulevé la question du travail de Svoboda et de Radio Free Europe en Russie, que nous avons déclaré être des agents étrangers. J’ai l’impression que les membres de la délégation américaine ne savaient pas qu’avant – nous n’avons que deux médias de ce type qui travaillent pour des publics étrangers, Russia Today et Sputnik – avant cela, la partie américaine les a déclaré agents étrangers dans leur pays, leur a retiré leur accréditation, et ce que nous avons fait, l’a été en réponse à cela. Dans le même temps, Russia Today se conforme à toutes les exigences du régulateur américain et de la loi, s’y enregistre en conséquence, etc, bien qu’elle rencontre un certain nombre de problèmes en matière de recrutement de personnel, de transactions financières, etc.

Nous n’avons pas de tels problèmes et, malheureusement, les médias américains ne respectent pas entièrement les exigences de la loi russe. Nous nous sommes expliqués sur ce point. J’espère que nous serons en mesure de travailler par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères sur cette question également.

Question : Galina Polonskaya, Euronews.

Nous avons tous vu comment vous avez serré la main de Joe Biden au tout début. Ma question est la suivante : avez-vous réussi à atteindre un nouveau niveau de compréhension mutuelle et, surtout, de confiance avec le président américain ? Pensez-vous qu’il soit réaliste, à ce stade, d’atteindre un nouveau niveau de relations, qui soit absolument clair, transparent, sur ce que les deux pays veulent atteindre ?

Vladimir Poutine : Vous savez, Léon Tolstoï a dit un jour : dans la vie il n’y a pas de bonheur, il n’y en a que des étincelles, chérissez-les. Il me semble que dans une telle situation, il ne peut y avoir de confiance de nature familiale, mais les « étincelles » de celle-ci, je pense, ont jailli.

Question : Ivan Blagoï, Pervyi Kanal.

Le thème du coronavirus est, bien sûr, l’un des sujets les plus importants sur la planète en ce moment. Ce sujet a-t-il été abordé lors de la rencontre avec le président américain ? Si oui, quelles sont les perspectives de collaboration avec les Américains pour lutter contre cette maladie ? Pourrait-il s’agir d’une reconnaissance mutuelle des vaccins ?

Vladimir Poutine : Nous avons mentionné ce sujet, mais seulement en passant.

Comme vous le savez, sous l’administration précédente, nous avons répondu à une demande du côté américain et avons même envoyé notre équipement là-bas en tant qu’aide humanitaire. L’Amérique est un pays grand et puissant, et ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent, mais à l’époque, ils avaient cruellement besoin de systèmes de respiration artificielle. Nous l’avons fait, comme vous le savez, de manière complètement désintéressée. Nous sommes prêts à coopérer dans ce domaine à l’avenir, mais nous n’en avons pas parlé en détail aujourd’hui.

Question : Il y a trois ans, vous avez rencontré le président Trump, entre autres. Depuis cette rencontre, les relations entre les pays se sont encore détériorées. Y a-t-il des facteurs qui vous permettent d’espérer que cela ne se reproduira pas ? Avons-nous atteint le point le plus bas dans nos relations avec les États-Unis à partir duquel nous pouvons remonter ? Merci.

Vladimir Poutine : Il m’est difficile de le dire maintenant, car toutes les actions liées à la détérioration des relations russo-américaines ont été initiées non pas par nous, mais par la partie américaine. Les membres du Congrès sont des personnes pleines de ressources, je ne sais pas ce qu’ils vont encore inventer.

Journaliste : Alexandre Gamov, Komsomolskaya Pravda. Je ne sais pas si vous êtes au courant ou non, notre équipe a battu les Finlandais, 1-0.

Vladimir Poutine : Bien joué ! Félicitations !

Question : Si nous évaluons, disons, la rencontre entre Biden et Poutine du même point de vue, quel est le score de cette rencontre ?

La deuxième question. Avant le voyage à Genève, les Américains ont dit presque tous les jours : nous ferons pression sur la Russie, nous ferons pression sur Poutine. Avez-vous ressenti cette pression, et comment l’avez-vous gérée ? C’est probablement la principale question qui intéresse la Russie, me semble-t-il : comment notre Poutine s’est-il comporté à Genève ? Je pense que c’est tout, en principe.

Vladimir Poutine : Je le pense aussi.

Réplique : Merci.

Vladimir Poutine : Nous n’avons ressenti aucune pression, bien que la conversation ait été directe, ouverte et sans détour diplomatique inutile par rapport aux sujets donnés. Je le répète une fois de plus : il n’y a eu aucune pression, ni de notre part ni de la leur, et cela n’a aucun sens, ce n’est pas pour cela que les gens se rencontrent.

Quelle est la première partie de votre question ?

Réplique : Quel est le score ?

Vladimir Poutine : Le score. Je pense qu’avant notre rencontre, le président Biden a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une compétition sportive, et je suis tout à fait d’accord avec lui sur ce point. Qu’est-ce qu’on va faire ici, déterminer le score ? D’une manière générale, la réunion a été productive. Elle était substantielle, elle était concrète, et elle s’est déroulée dans une atmosphère propice à l’obtention de résultats, et le principal d’entre eux était les étincelles de confiance dont nous venons de parler avec votre collègue d’Euronews.

Question : Stephen Rosenberg, BBC News.

Vladimir Vladimirovitch, Joe Biden appelle à des relations stables et prévisibles avec la Russie. Mais à l’Ouest, on pense que l’imprévisibilité est une caractéristique de la politique étrangère russe. Êtes-vous prêt à renoncer à l’imprévisibilité au nom de l’amélioration des relations avec l’Occident ? Merci.

Vladimir Poutine : Vous êtes un grand compilateur et vous avez atteint un certain niveau d’art dans ce domaine, on peut vous envier. La première partie de votre question : en Occident, on pense… Et la deuxième partie : êtes-vous prêt à renoncer à cela ? Ce n’est pas parce qu’ils le pensent en Occident, que c’est vrai.

Permettez-moi d’abord de répondre à la première partie de votre question. Vous avez dit que l’Occident pense que la politique étrangère russe est imprévisible. Laissez-moi vous renvoyer la balle. Le retrait des États-Unis du traité ABM en 2002 était totalement imprévisible. Pourquoi avaient-ils besoin de faire cela, de détruire la base de la stabilité internationale dans la sphère de la sécurité stratégique ? Puis le retrait du traité sur les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée en 2019. Qu’est-ce qui est stable dans tout ça ? Rien n’est stable. Retrait du traité ciel ouvert – qu’est-ce qui est stable ? Il ne reste presque rien dans le domaine de la stabilité stratégique. Dieu merci, le président Biden a pris la décision absolument appropriée de prolonger START de cinq ans.

Si vous prenez la situation avec l’Ukraine, avec la Crimée – c’est ce qui fait trembler tout le monde, n’est-ce pas ? La question est de savoir ce qui est stable dans le fait de soutenir un coup d’État en Ukraine, alors que l’ancien président Ianoukovitch avait accepté toutes les demandes de l’opposition. Il était prêt, en fait, à se retirer et à annoncer de nouvelles élections trois mois plus tard. Non, il a fallu procéder à un coup d’État sanglant, qui a entraîné les conséquences bien connues – le sud-est et la Crimée ensuite.

Et vous pensez que nous sommes imprévisibles ? Non, je ne pense pas. À mon avis, nous nous comportons de manière absolument adaptée aux menaces qui se présentent à nous. Je pense que pour que la situation soit vraiment stable, nous devons nous mettre d’accord sur les règles de conduite dans tous les domaines que nous avons mentionnés aujourd’hui : cela inclut l’instabilité, cela inclut la cybersécurité, cela inclut la gestion des conflits régionaux.

Je pense que tout cela peut être négocié, c’est en tout cas l’impression que j’ai eue aujourd’hui lors de notre rencontre avec le président Biden.

Donnons la parole à l’une des publications étrangères. Bloomberg, allons-y et terminons sur cela.

Question : Bloomberg News, Ilya Arkhipov.

Vladimir Vladimirovitch, en 2016, après avoir rencontré Trump, les sanctions américaines ont été adoptées très rapidement, un nouveau train de mesures. Lors de vos entretiens d’aujourd’hui avec Joe Biden, avez-vous obtenu l’assurance que les États-Unis ne prendront pas de sanctions contre la Russie dans un avenir proche ?

Et comme vous l’avez dit à propos des résultats, il y a quelques étincelles de confiance. Avez-vous davantage confiance en Biden en ce qui concerne la faisabilité des accords initiaux dont vous avez parlé aujourd’hui, qu’il sera en mesure de le faire parce que le gouvernement américain est considéré comme plus en phase avec la politique du président maintenant qu’il ne l’était sous l’administration de Donald Trump ?

Et les points que vous avez mentionnés concernant les consultations sur la cybersécurité, les consultations sur l’Ukraine : je ne comprends pas, y aura-t-il des groupes de travail sur la cybersécurité mis en place ? Et ces « lignes rouges » dont vous avez parlé : les avez-vous définies précisément l’un à l’autre et pouvez-vous encore nous en parler ? Merci.

Vladimir Poutine : J’ai déjà parlé à plusieurs reprises des « lignes rouges ». Cette compréhension naît au cours des processus de négociation sur les domaines clés de l’interaction. Il ne sert à rien de se faire peur mutuellement. Lorsque les gens se rencontrent pour négocier et établir des relations, ce n’est jamais le cas, sinon il n’y a pas besoin de se rencontrer.

En ce qui concerne les sanctions et les restrictions économiques, j’ai déjà dit que nous ne connaissons pas l’humeur politique interne là-bas, nous ne connaissons pas l’équilibre des forces, c’est-à-dire que nous savons, mais nous ne pouvons pas comprendre en détail ce qui se passe là-bas. Il y a des opposants au développement des relations avec la Russie, il y a des partisans – quelles forces l’emporteront là-bas, je ne peux pas le dire.

Mais si les étapes que vous avez mentionnées en 2016 commencent après notre rencontre, cela signifierait une autre occasion manquée.

Je vous en prie. Et nous terminerons.

Question : Bonsoir. M. le Président, merci beaucoup. Tamara Alteresco, Radio Canada.

Vous avez dit à mes collègues : vous aimeriez qu’on vous pose des questions honnêtes, des questions impartiales. Une question de ma fille de neuf ans. Je suis partie pour couvrir l’événement et elle m’a demandé : « Quel est ce sommet ? Pourquoi est-ce si important ? » Que répondriez-vous à une fille de neuf ans ? Répondez-moi comme vous répondriez à une fille de neuf ans. Pourquoi les relations entre la Russie et les États-Unis sont-elles si compliquées ? Elle veut savoir, je veux savoir. Pourquoi les jeunes ne sont-ils pas autorisés à manifester, à descendre dans la rue pour protester ?

Vladimir Poutine : C’est formidable que votre fille de neuf ans s’intéresse à ces questions. La réponse est très simple. Il faut regarder autour de soi et dire : « Tu vois comme ce monde est beau ? Des hommes adultes, les dirigeants de deux pays, les plus grandes puissances nucléaires, se réunissent pour faire de ce monde un endroit sûr, sécurisé et prospère pour tous les habitants de notre planète. Ils discuteront des questions liées aux armes terribles qu’il convient de limiter et d’élaborer des règles communes de non-utilisation. Ils parleront de la protection de l’environnement, du fait que les rivières sont propres, que les mers sont propres, qu’il n’y a pas d’inondations, pas de sécheresses, afin qu’il y ait suffisamment de nourriture pour tous les habitants de la planète, où qu’ils soient. Ils parleront des questions de santé, afin que les enfants, une fois adultes, soient moins malades, qu’ils puissent apprendre et envisager l’avenir avec confiance ».

Je souhaiterais, Mesdames et Messieurs, que vous abordiez notre réunion d’aujourd’hui à la lumière de ces considérations.

Merci de votre attention. Bonne journée !


source : http://kremlin.ru

traduit par Christelle Néant pour Donbass Insider

via https://www.donbass-insider.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils