Le mythe du « diffuseur asymptomatique » a pris un nouveau coup dans l’aile cette semaine

Le mythe du « diffuseur asymptomatique » a pris un nouveau coup dans l’aile cette semaine

par P.A. Jandrok.

Depuis le début de la crise pandémique au début de l’année 2020, les responsables gouvernementaux et de la santé publique ont affirmé sans ambages que toutes les mesures difficiles prises l’étaient dans le but de  « contrôler la propagation du virus » ou de  « stopper la maladie ». Ainsi, une litanie d’interventions dites non pharmaceutiques, mais également pharmaceutiques – ont été considérées par le consensus comme des mesures essentielles pour lutter contre la propagation de ce qui était qualifié de maladie asymptomatique.

Plus d’un an plus tard, quelques spécialistes de la « santé publique » ont eu le courage de vérifier cette hypothèse fondamentale. Récemment, au Royaume-Uni, des responsables ont organisé et surveillé neuf événements de grande envergure, dont un match de la finale de la FA Cup et la remise des Brit Awards, tous deux exemptés des règles habituelles du COVID. Les résultats de ce test devraient être salués comme une bonne nouvelle, mais pour ceux qui sont fortement investis dans le récit, il s’agit ni plus ni moins d’un effondrement :

Peu ou pas de « cas » de coronavirus ont été détectés.

Les responsables ont réussi à rassembler seulement 15 « cas » ou « infections » présumés (considérés comme tels simplement en raison d’un seul « test positif ») sur un total de quelque 60 000 participants.

Le résultat de cette expérience a porté un coup fatal au mythe central sur lequel repose toute la crise de la « pandémie mondiale » du COVID-19, à savoir le mythe de la propagation asymptomatique et les fameux « super-épandeurs » tant décriés.

Sky News UK rapporte…

Neuf événements de grande envergure ont été organisés dans le cadre du plan gouvernemental visant à permettre le retour des grandes foules cet été. Ceux qui y ont participé ont été exemptés de certaines règles relatives au coronavirus, comme la règle des six.

Le gouvernement a confirmé à Sky News que 15 cas de COVID avaient été enregistrés sur près de 60 000 personnes ayant participé aux événements, ce qui « correspond à la population générale ».

Les derniers chiffres montrent que le taux de personnes testées positives au COVID au Royaume-Uni est de 22 infections pour 100 000 personnes.

Les événements pilotes comprenaient trois matchs de football au stade de Wembley – la finale de la FA Cup à laquelle 21 000 supporters ont assisté, une demi-finale de la FA Cup et la finale de la Carabao Cup.

Graphique animé tiré de l’article de propagande de NPR d’avril 2020 intitulé « What We Know About The Silent Spreaders Of COVID-19 ».

Combinez ce dernier aveu britannique avec le récent retour en arrière du Dr. Anthony Fauci et du CDC, le Centre américain de Contrôle des Maladies, sur les masques et les transmissions asymptomatiques, il est clair que les responsables n’auront d’autre choix que de renoncer à soutenir le mythe non scientifique du diffuseur asymptomatique ou des « diffuseurs silencieux », et il n’est pas difficile de voir à quel point cette hypothèse largement répandue devient problématique, de nombreux médecins et responsables de la santé publique étant désormais confrontés à ce qui ne peut être décrit que comme un effort de propagande collective déployé par le gouvernement, les médias et l’industrie médicale au cours des 14 derniers mois.

 

 

Fauci fait à nouveau volte-face, cette fois sur la propagation asymptomatique :
« les asymptomatiques… le niveau de virus est si bas qu’il est extrêmement improbable…
la probabilité qu’ils transmettent le virus est très, très faible ».
C’était sa position au début de 2020.

La littérature évaluée par les pairs est également claire, avec des études à grande échelle menées, y compris à l’épicentre supposé de la pandémie à Wuhan, en Chine – toutes ces études n’ont montré aucune preuve de la prétendue propagation asymptomatique du « nouveau » coronavirus. Voir leurs résultats ici : sciencedirect.com/article ; ici : nature.com/articles ; et ici : jamanetwork.com/jamanetworkopen/fullarticle

Bien sûr, rien de tout cela ne devrait surprendre un médecin honnête ou un vrai scientifique. Nous avons toujours su que toute maladie nécessite d’abord des symptômes. Mais d’une certaine manière, le bon sens a été complètement abandonné pendant la crise du Covid.

De toutes les hypothèses largement répandues et de l’hystérie entourant la crise du COVID, aucune n’a été plus déterminante que le mythe de la « propagation asymptomatique » pour lester chaque politique « d’intervention sanitaire » sans précédent, notamment :

  • la distanciation sociale
  • les tests de masse
  • Le recours à la PCR non diagnostique et aux tests de flux latéral.
  • la biosurveillance de type Track and Trace
  • Verrouillage
  • Mise en quarantaine des personnes en bonne santé
  • Masques
  • Fermeture des frontières
  • Fermeture des entreprises
  • Fermeture des écoles
  • Vaccinations de masse
  • Passeport-vaccin

Il est étonnant de constater que chacune de ces mesures d’urgence repose sur le mythe largement répandu et non scientifique de la propagation asymptomatique.

Ce qui est peut-être encore plus choquant, c’est que personne au sein du gouvernement, des médias ou des légions « d’experts en santé publique » nouvellement couronnés – n’a pris la peine de remettre en question cette hypothèse clé, peut-être par peur, ou plus probablement parce que c’était politiquement et économiquement opportun pour les parties prenantes du récit de la crise actuelle.

Il n’est pas rare de voir la ribambelle d’experts et de présentateurs de médias, tous répétant ad nauseum des déclarations présomptives telles que :

« Un tiers des personnes infectées par le coronavirus SRAS-CoV-2 ne présentent aucun symptôme mais sont tout aussi infectieuses que celles atteintes du COVID-19. »

Pour démêler l’ontologie trouble du mythe du propagateur asymptomatique, nous pouvons citer un article informatif publié récemment dans Lockdown Skeptics et intitulé

« Comment une maladie sans symptômes a-t-elle pu envahir le monde ? » Une question juste, et en fait une question nécessaire aussi.

L’article répond à cette question tout simplement – c’est tellement évident et encore profond si l’on prend le temps de considérer combien de soi-disant experts et de ministres de la santé ont systématiquement évité d’appliquer toute véritable épistémologie ou méthode scientifique aux affirmations sauvages de « pandémie » qui sont devenues si courantes au cours des 14 derniers mois :

« Étant donné que tout cela est d’une évidence aveuglante pour quiconque s’est approché d’un manuel de biologie, la seule conclusion raisonnable que nous puissions tirer de la création d’une maladie asymptomatique est que cela n’a pas été fait par un biologiste mais plutôt par des individus (probablement au sein du Scientific Pandemic Insights Group on Behaviours (SPI-B)) dont l’agenda n’est pas de transmettre des informations exactes au public mais quelque chose de différent : la peur et l’incertitude. »

Cela fait 14 mois, et le monde a été mis sens dessus dessous, et la classe des milliardaires a atteint de nouveaux sommets en matière de richesse et de consolidation du pouvoir et de l’influence, tandis que tous les autres ont glissé vers le bas.

Il y a des comptes à rendre. Il est temps de parler de la vraie science – qui ne soutient pas, même de loin, le récit exagéré de la « pandémie mondiale ».


source : https://cogiito.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *