Robert F. Kennedy Jr : « Le programme de vaccination globaliste et dictatorial de Bill Gates »

Robert F. Kennedy Jr : « Le programme de vaccination globaliste et dictatorial de Bill Gates »

 

 Esprit Qritique met en image le “Post Instagram censuré de Robert F Kennedy Jr” du 9 avril 2020 :

Les vaccins, pour Bill Gates, sont une philanthropie stratégique qui alimentent ses nombreuses activités liées aux vaccins (y compris l’ambition de Microsoft de contrôler une entreprise mondiale de vaccin d’identification) et lui donnent un contrôle dictatorial sur la politique de santé mondiale – le fer de lance du néoimpérialisme d’entreprise.

L’obsession de Gates pour les vaccins semble alimentée par une conviction messianique qu’il est ordonné de sauver le monde avec la technologie et une volonté divine d’expérimenter la vie de petits humains.

Promettant d’éradiquer la poliomyélite avec 1,2 milliard de dollars, Gates a pris le contrôle du Conseil consultatif national indien (NAB) et a prescrit 50 vaccins antipoliomyélitiques (contre 5) à chaque enfant avant l’âge de 5 ans. Qui a paralysé 496000 enfants entre 2000 et 2017.

 On s’arrête un instant sur ce score effroyable de Bill. 496000 ???

Là est l’objet de la censure et c’est via ce détail que de nombreuses vidéos comme celle-ci sont Fact-checkées pour motif “partiellement faux”, remettant en question tout le contenu de cette dénonciation totalement fondée.

Tout ce qu’avance Robert F. Kennedy sur ce post est vrai, sauf le nombre de 496000 enfants paralysés.

C’est un piège de l’état profond qui a lui même diffusé cette désinformation en gonflant ce chiffre, minimisant l’impact des vrais chiffres.

Le chiffre réel était proche de 49500, 10 fois moins important mais tout autant alarmant.
49500 gamins c’est pas rien !

Ne cherchez pas la source de cette correction dans Google, l’OMS à tout supprimer du net. Stratégie oblige.

Bref, reprenons la citation.

En 2017, le gouvernement indien a reculé le régime de vaccination de Gates et expulsé Gates et ses copains du NAB.
Les taux de paralysie de la poliomyélite ont chuté brutalement.

En 2017, l’Organisation mondiale de la santé a admis à contrecœur que l’explosion mondiale de la polio était principalement une souche vaccinale, ce qui signifie qu’elle provenait du programme de vaccination de Gates.

Les épidémies les plus effrayantes au Congo, aux Philippines et en Afghanistan sont toutes liées aux vaccins de Gates.

En 2018, ¾ des cas de polio dans le monde provenaient des vaccins de Gates.

En 2014, la Fondation Gates a financé des tests de vaccins expérimentaux contre le VPH, développés par GSK et Merck, sur 23000 jeunes filles dans des provinces indiennes éloignées. Environ 1 200 ont souffert d’effets secondaires graves, y compris des troubles auto-immunes et de fertilités. Sept sont morts.

Les enquêtes du gouvernement indien ont accusé les chercheurs financés par Gates d’avoir commis des violations éthiques omniprésentes : faire pression sur des filles vulnérables du village lors des procès, intimider les parents, falsifier des formulaires de consentement et refuser des soins médicaux aux filles blessées.
L’affaire est maintenant devant la Cour suprême du pays.

En 2010, la Fondation Gates a financé un essai du vaccin antipaludique expérimental de GSK, tuant 151 nourrissons africains et causant des effets indésirables graves, notamment paralysie, convulsions et convulsions fébriles, chez 1048 des 5049 enfants.

Au cours de la campagne Gates 2002 MenAfriVac en Afrique subsaharienne, les agents de Gates ont vacciné de force des milliers d’enfants africains contre la méningite. Entre 50 et 500 enfants ont développé une paralysie.

Les journaux sud-africains se sont plaints :
«Nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments.»

Le professeur Patrick Bond, ancien économiste principal de Nelson Mandela, décrit les pratiques philantropiques de Gates comme «impitoyables» et immorales ».

En 2010, Gates a engagé 10 milliards de dollars à l’OMS en promettant de réduire la population, en partie, grâce à de nouveaux vaccins. Un mois plus tard, Gates a déclaré à un Ted Talk que les nouveaux vaccins «pourraient réduire la population».

En 2014, l’Association des médecins catholiques du Kenya a accusé l’OMS d’avoir stérilisé chimiquement des millions de femmes kényanes réticentes grâce à une fausse campagne de vaccination contre le «tétanos».

Des laboratoires indépendants ont trouvé la formule de stérilité dans chaque vaccin testé.

Après avoir nié les accusations, l’OMS a finalement admis qu’elle développait des vaccins contre la stérilité depuis plus d’une décennie.

Des accusations similaires sont venues de Tanzanie, du Nicaragua, du Mexique et des Philippines.

 

 

Suite de la citation en image sur la page Facebook d’Esprit Qritique 👇
https://www.facebook.com/100695258525354/posts/114195427175337/

 

Source : https://www.kla.tv/16418

 

Retrouvez Esprit Qritique en 1ère ligne sur le front de la “matrice” 👇
https://www.facebook.com/Esprit-Qritique-100695258525354/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils