Xi Jinping lit l’acte d’émeute multilatéral au Davos virtuel

Xi Jinping lit l’acte d’émeute multilatéral au Davos virtuel

par Pepe Escobar.

Xi montre le contraste entre la relative sérénité de l’Asie et le chaos qui règne dans les principaux centres de pouvoir occidentaux.

L’Agenda de Davos virtuel est enfin en marche, de lundi à vendredi cette semaine, promu par le Forum économique mondial (FEM).

Non, ce n’est pas la grande Réinitialisation. Du moins, pas encore. L’Agenda est l’apéritif avant l’apothéose de la grande Réinitialisation lors de la réunion annuelle spéciale du FEM, qui aura lieu au printemps prochain à Singapour.

Le thème de l’Agenda pour 2021 est « Une année cruciale pour reconstruire la confiance ».

Oups. Davos, nous avons un problème : la confiance se gagne, elle ne se construit jamais.

De toute façon, dans le langage de Davos, la confiance doit toujours mener vers – quoi d’autre – la grande Réinitialisation, présentée ici dans un clip TikTok truffé de slogans accrocheurs tels que « un nouveau tableau de bord pour la nouvelle économie » ou « les bonnes personnes, au bon endroit, au bon moment ».

Le message est « s’accorder, s’activer, s’impliquer », empruntant sans vergogne au Timothy Leary des années 1960.

Il a manifestement échappé aux producteurs du clip que leur campagne de relations publiques admettait indirectement des élections truquées et une censure généralisée sur les médias sociaux.

Le blitz de relations publiques de l’Agenda doit avoir du mal à écarter la perception prédominante selon laquelle tout tourne autour de l’Homme – et de la Femme – de Davos perdant le sommeil à cause de l’inégalité des richesses mondiales, tout en étant applaudi avec enthousiasme par une bande de sociopathes de la haute société.

Les sessions se poursuivent.

Voici votre nouveau contrat social

Le premier jour, un « Groupe de Direction » a examiné comment restaurer la croissance, en conseillant les secteurs public et privé sur la manière de construire un « nouvel agenda économique ». Les platitudes soporifiques étaient la norme.

Les sessions de l’Agenda du FEM ne peuvent pas aborder l’impératif de fer : l’implosion de l’ancien ordre économique sous un camouflage vert, mené par des sages auto-proclamés, sub-platoniques, qui font parti des plus riches du monde, ne bénéficiera qu’à ce 0,0001%.

La grande Réinitialisation n’est pas un mouvement de base organique coordonné et bénéficiant aux plus des 99%. Elle conduira inévitablement au techno-féodalisme, comme je l’ai déjà dit. Herr Schwab, l’Oracle de Ravensburg et le supremo de Davos, insiste dans ses écrits sur le fait que « vous ne posséderez rien ».

Un graphique du FEM – Les dix retombées les plus probables pour le monde – devrait en fait être interprété comme les cibles ultimes de la grande Réinitialisation. Ce n’est pas un avertissement : c’est la feuille de route qui nous attend.

Une session sur l’avancement du nouveau contrat social s’est mêlée à une discussion sur le « capitalisme des actionnaires ». C’est une publicité intelligente de relations publiques – quoi d’autre – pour le nouveau livre de Schwab : « Le capitalisme des actionnaires », qui promeut une économie mondiale « plus durable, plus résistante et plus inclusive » et plaide pour – quoi d’autre – un « contrat social clairement défini » qui permettra « aux gouvernements, aux entreprises et aux individus de produire les résultats les plus optimaux ».

Voici donc comment cela fonctionne. On ne gagne pas la confiance : on la reconstruit (mes italiques). Cette confiance se métastase dans le contrat social – ce qui est absolument nécessaire pour la grande Réinitialisation. Pour vendre ce nouveau contrat social, il s’agit de donner au turbocapitalisme une nouvelle image globale, celle d’un « capitalisme à enjeux », ou d’un capitalisme à visage humain.

Pas un mot sur la grande Réinitialisation en tant que mécanisme d’expansion débridée du pouvoir des méga-entreprises, assurant/servant hermétiquement les 0,0001%, qui ne souffrent pas et ne souffriront jamais de la grande Dépression.

Dépouillé jusqu’à l’os, c’est aussi l’un des thèmes clés de la Quatrième Révolution industrielle : consolider, écraser et conduire les masses de la classe ouvrière dans l’économie instable du gigantisme, commandée par des dirigeants « émotionnellement intelligents ».

Les Who l’ont saisi il y a un demi-siècle : voici le nouveau patron, le même que l’ancien (meet the new boss, same as the old boss).

Une realpolitik stupéfiante

On ne sait toujours pas ce que la Chine, la Russie et l’Iran – les véritables Trois Souverains de ce meilleur des Mondes et les nœuds clés de l’intégration progressive de l’Eurasie – vont contre-proposer face à la grande Réinitialisation.

Dans ce mélange toxique, on retrouve nul autre que le président Xi Jinping, le leader de la superpuissance mondiale en devenir. Au lieu de platitudes sur la Réinitialisation, son discours sur l’Agenda de Davos a été un véritable coup de théâtre de realpolitik.

Xi a souligné que « construire de petits cercles ou commencer une nouvelle Guerre froide, rejeter, menacer ou intimider les autres, imposer délibérément le découplage, des interruptions d’approvisionnement ou des sanctions, et créer l’isolement ou l’éloignement ne fera que pousser le monde dans la division et même la confrontation (…) Nous ne pouvons pas relever les défis communs dans un monde divisé, et la confrontation nous mènera à une impasse ».

Xi pourrait être perçu comme aligné sur Herr Schwab. Pas vraiment. Xi a souligné que les solutions à notre situation actuelle doivent être multilatérales ; mais la clé est de savoir comment les mettre en œuvre sur le plan géopolitique.

On ne sait pas très bien comment la nouvelle administration américaine – impérialistes humanitaires, oligarques démocrates, Big Tech, Big Pharma, Big Media – va réagir à l’appel de Xi : « L’approche malavisée de l’antagonisme et de la confrontation, que ce soit sous la forme d’une guerre froide, d’une guerre chaude, d’une guerre commerciale ou d’une guerre technologique, finira par nuire aux intérêts de tous les pays (…) La différence en soi n’est pas alarmante. Ce qui est alarmant, c’est l’arrogance, les préjugés et la haine ».

Xi a mis l’accent sur une définition directe du multilatéralisme :

« Traiter les affaires internationales par la concertation et décider de l’avenir du monde par tous ensemble (…) Supplier son voisin, faire cavalier seul et glisser dans un isolement arrogant sera toujours un échec ».

Ce que Xi a mis en évidence, une fois de plus, c’est le contraste aigu entre la sérénité et la stabilité relatives de l’Asie et le chaos volcanique qui engloutit les principaux centres de pouvoir de l’Occident. La façon dont cela s’imbrique – en termes de realpolitik – avec le meilleur des Mondes de Schwab sera un travail en cours. Pour l’instant, Xi vient de lire l’acte d’émeute multilatérale de Davos. Tout le Sud global prête attention.

 

Pepe Escobar

source : https://asiatimes.com

traduit par Réseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils