Bill Gates le “multi-tâches” en remet une couche : du carbonate de calcium

Bill Gates le “multi-tâches” en remet une couche : du carbonate de calcium

Cellule44 : cet article n’est pas le fruit de l’imagination de dérangés de la cafetière, mais bien d’un épisode du feuilleton  Gates.  Après l’achat massif de terrains aux USA, le voilà déployant ses chimères dans la stratosphère( carbonate de calcium) après les avoir répandue dans le monde—Bill Gates, promoteur du confinement, finance tranquillement un plan pour diminuer les rayons du soleil—


Par Rusty Weiss − Le  2 Janvier 2021 − Source The Mental Recession

A project conducted by Harvard University scientists and funded largely by Microsoft founder Bill Gates to test sun-dimming technology to cool global warming is quietly moving forward in Sweden.

Un projet mené par des scientifiques de l’université de Harvard et financé en grande partie par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, pour tester la technologie de réduction de l’ensoleillement afin de refroidir le réchauffement climatique, avance tranquillement en Suède.

 

Nous savons ce que vous pensez – cela ne peut pas être réel.

Eh bien, mes amis, c’est pourtant bien le cas.

Reuters rapporte que le projet de Harvard « prévoit de tester une théorie controversée selon laquelle le réchauffement climatique peut être stoppé en pulvérisant dans l’atmosphère des particules qui réfléchiraient les rayons du soleil ».

En Suède, des plans pour faire voler un ballon d’essai l’année prochaine sont déjà en cours.

Le ballon d’essai ne libérera aucune particule dans l’atmosphère, mais « pourrait être une étape vers une expérience, peut-être à l’automne 2021 ou au printemps 2022 ».

Ces expériences pourraient voir « jusqu’à 2 kg de poussière de carbonate de calcium non toxique » rejetée dans l’atmosphère.

 

Le plan controversé financé par Bill Gates pour réduire les rayons du soleil avance tranquillement.

– TheBlaze (@theblaze) 28 décembre 2020

Le plan de Bill Gates pour réduire les effets du soleil est une mauvaise idée

Bill Gates est la preuve vivante que ce n’est pas parce que vous avez fait quelque chose de très intelligent pour laisser votre marque dans le monde que vous êtes nécessairement une personne intelligente.

Avoir le culot de jouer à Dieu en atténuant les rayons du soleil et penser que cela ne conduira pas à des problèmes drastiques et imprévisibles rend ce cas plutôt évident.

Reuters note que le projet – appelé Expérience sur les perturbations contrôlées de la stratosphère (SCoPEx) – joue avec « quelque chose qui comporte des risques potentiellement importants et difficiles à prévoir, comme des changements dans la configuration des pluies à l’échelle mondiale ».

« Ce test n’a aucun mérite, sauf celui de permettre la prochaine étape », a déclaré Niclas Hällström, directeur du groupe de réflexion suédois WhatNext ?

Il a ajouté : « Vous ne pouvez pas tester le déclenchement d’une bombe et dire « Cela ne peut pas faire de mal » ».

 

Il est important de noter que le professeur David Keith à Harvard, un partisan convaincu du blocage du soleil par les aérosols de soufre, reçoit des fonds de Bill Gates depuis 2007.

– Ned Nikolov, Ph.D. (@NikolovScience) 28 décembre 2020

Selon M. Gates, la vie après le COVID ne reviendra pas à la normale avant 2022

Bill Gates, un fan d’ingénierie sociale, a fait parler de lui au début du mois lorsqu’il a voulu, au sens figuré, assombrir la société en suggérant que les mesures de confinement des pandémies pourraient et devraient être étendues.

Cet « expert » a exprimé son soutien à la fermeture des bars et des restaurants pour une période supplémentaire de six mois, et a indiqué que les mesures de confinement pourraient se poursuivre jusqu’en 2022.

 

@BillGates sur Covid : Même en 2022, nous devons nous préparer à ce que la vie ne revienne pas à la « normale ».

Il dit que « malheureusement » il est « approprié » que les bars et restaurants ferment au cours des prochains « quatre à six mois »

– Tom Elliott (@tomselliott) 13 décembre 2020

« Il est certain que d’ici l’été, nous serons bien plus proches de la normale qu’aujourd’hui, mais même au début de l’année 2022, si nous n’aidons pas les autres pays à se débarrasser de cette maladie et si nous n’obtenons pas un taux de vaccination élevé dans notre pays, le risque de réintroduction sera présent », a prévenu M. Gates, devant le présentateur de CNN, Jake Tapper.

De nombreux Américains ont montré qu’ils n’étaient pas prêts à poursuivre la mascarade du confinement. Nous ne savons pas non plus combien d’entre eux seront ravis que M. Gates soit le maître du soleil.

Rusty Weiss est un journaliste indépendant qui se concentre sur le mouvement conservateur et son programme politique.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 

Source : https://lesakerfrancophone.fr/bill-gates-promoteur-du-confinement-finance-tranquillement-un-plan-pour-diminuer-les-rayons-du-soleil

 

Cellule44 : Après les pluies acides de la pollution,  Gates nous préparerait-il des pluies de cailloux de calcaires ?

Voir ici

 

Vous avez dit :  Carbonate de calcium, voici une lecture très intéressante concernant (en bas de l’article ) la chaux-vive et son indice carbone

 

Le carbonate de calcium (CaCO3) est composé d’ions carbonate (CO32-) et d’ions calcium (Ca2+). Cette substance blanche a une masse molaire de 100,1 g/mol.

Le carbonate de calcium est le composé majeur des calcaires comme la craie, mais également du marbre. C’est aussi le constituant principal des coquilles d’animaux marins, du corail et des escargots, ainsi que des coquilles d’œufs des amniotes (à l’exception bien sûr des mammifères thériens dont les œufs, internes, sont sans coquille).

Ca2+ + CO32– → CaCO3.

Le carbonate de calcium cristallise naturellement avec deux formes cristallines principales : l’aragonite et la calcite. Les deux autres formes cristallines sont plus rares : la vatérite et un hexahydrate, forme intermédiaire peu stable qui évolue vers la calcite. Il peut se présenter, dans les processus de cristallisation, sous forme de colloïde contenant de fins cristaux des formes plus stables.

L’ion bicarbonate HCO3, également appelé hydrogénocarbonate, est à la base de la formation du carbonate de calcium CaCO3 qui est faiblement soluble dans l’eau et est le constituant principal du calcaire (le calcaire minéral à l’état non pulvérulent est non soluble, le calcaire à l’état pulvérulent (de 2 à 20 μm) est faiblement soluble) :

Ca2+ + 2 HCO3 → CaCO3 + H2CO3.

En milieu acide, en revanche, le carbonate de calcium se convertit en bicarbonate de calcium Ca(HCO3)2, très soluble dans l’eau. Cette transformation se fait en milieu naturel à partir du gaz carbonique CO2 plus ou moins dissous dans l’eau H2O, suivant la pression partielle en CO2 et la température, qui forme de l’acide carbonique H2CO3. Dans ces conditions, les carbonates sont exposés au double équilibre réversible :

CO2 (gaz) + H2O ⇋ H2CO3 (soluble)
CaCO3 (insoluble) + H2CO3 (soluble) ⇋ Ca(HCO3)2 (soluble)

Une présence de dioxyde de carbone dans l’eau entraîne donc une dissolution des carbonates ; mais la quantité de carbonate dissoute dépend de la dissolution du gaz carbonique, et donc de son équilibre avec l’atmosphère. Inversement, une restitution du dioxyde de carbone (induite par des changements de température ou de pression, ou par la présence de micro-algues) inverse la réaction et fait précipiter les carbonates.

C’est donc formellement un sel, d’une base faible (Ca(OH)2, pKa = 12,6) et d’un acide faible (H2CO3, pKa = 6,35), capable de réagir avec les acides forts pour donner des sels de calcium, de l’eau et du dioxyde de carbone, qui est à la pression atmosphérique et à température ambiante, gazeux et volatil :

CaCO3 + 2 HCl → CO2 + H2O + CaCl2 ;
CaCO3 + 2 RCOOH → CO2 + H2O + Ca(RCOO)2.

À partir de 800 °C survient une réaction de décomposition fortement endothermique :

CaCO3 → CaO + CO2.

CaO est la chaux vive, qui fait l’objet d’une très grande industrie, la deuxième après le raffinage du pétrole en termes de quantités et de tonnes de CO2 produites, soit 800 kg de Gaz à Effet de Serre (GES) pour une tonne de ciment, représentant 5 % des émissions de GES au niveau mondial. C’est d’ailleurs pour cette réaction que le carbonate de calcium porte, dans certaines industries, le nom de carbonate de chaux, qui était l’ancien nom avant que le calcium ne soit isolé.

 

 

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carbonate_de_calcium

 

Philippe Ehua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *