USA: Jusqu’où ira la chasse aux sorcières? Nigel Farage repart au combat!

USA: Jusqu’où ira la chasse aux sorcières? Nigel Farage repart au combat!

 

Le 12 janvier, le Daily Mail au Royaume-Uni a révélé que des informations importantes sur l’Institut de virologie de Wuhan avaient été supprimées en grand nombres, au moins plusieurs centaines de pages.

Plus de 300 projets de recherche ont été supprimés, y compris d’importantes données de recherche de Shi Zhengli du Centre de recherche de l’Institut de Wuhan sur les maladies infectieuses émergentes.

L’Associated Press a rapporté la semaine dernière que des documents internes du Parti communiste chinois montraient que l’administration de Xi Jinping avait ordonné un contrôle strict de toutes les recherches sur le coronavirus.

Pour rester en Angleterre, Nigel Farage, le chef du parti du Brexit, et héros du Brexit, a publié une vidéo sur sa chaîne youtube le 1er janvier.

Il a pris la parole pour souhaiter une bonne année à ses supporters et aussi fêter la signature de l’accord sur le Brexit.

Il a déclaré que pour lui personnellement, c’était «un moment de très grande joie», puisque l’œuvre de sa vie était terminée.

Je cite : «Maintenant, beaucoup de gens me demandent: et ensuite?» «Eh bien, je vais vous dire où est le prochain grand défi… c’est la Chine.»

«Ce Parti communiste chinois représente une menace massive pour le monde, une menace pour nos libertés, une menace pour notre mode de vie.»

La prochaine campagne de Farage consistera donc à «s’assurer que les gens comprennent qui est la Chine, ce qu’est le Parti communiste chinois, ce qu’il fait à son propre peuple, [et] ce qu’il veut faire au reste du monde.»

A New York, le gouverneur Andrew Cuomo a prêché le “verrouillage quasi étatique” depuis mars ou avril de l’année dernière.

Mais le 11 janvier, il a changé radicalement de discours : «Nous ne pouvons tout simplement pas rester fermés jusqu’à ce que le vaccin atteigne une masse critique. Le coût est trop élevé. Nous n’aurons plus rien à ouvrir. Nous devons rouvrir l’économie, mais nous devons le faire intelligemment et en toute sécurité. »

Les gens sont étonnés, voir écoeurés par la déclaration de Cuomo : pendant des mois, il s’est opposé à l’approche du président Trump, et finalement il reprend son argumentation principale : « Le coût est trop élevé. Nous n’aurons plus rien à ouvrir. »

Le 12 janvier, le président Trump s’est rendu dans la petite ville d’Alamo à la frontière du Texas.

Avant et après le voyage, le président Trump s’est entretenu avec le public au moins deux fois.

Le 10 janvier, 60 Minutes de CBS a diffusé une interview avec Pelosi dans laquelle elle a expliqué son but et a parlé des autres menaces du président Trump.

En plus de la répression et de la censure du président Trump et du discours conservateur, les alliés de Trump sont également menacés.

Les sénateurs républicains Hawley et Cruz, qui ont tenu parole et contesté l’élection du 6 janvier, subissent des pressions de la gauche pour qu’ils démissionnent, qui les qualifie de “terroristes”.

Les rédacteurs en chef du magazine de gauche Forbes ont lancé un avertissement à toutes les entreprises de ne pas embaucher de personnes ayant travaillé comme responsables de la communication à la Maison Blanche sous Trump : y compris Spicer, Conway, Sanders, McEnany et d’autres.

 

 

Source : de source bien informée ( Carrefour du monde)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils