Le point sur les vaccins ARN – On joue aux apprentis sorciers dit le docteur Fouché

Le point sur les vaccins ARN – On joue aux apprentis sorciers dit le docteur Fouché

vaccins à ARN sur Wikipedia

coupe d’une cellule

 

 

 

selon les décodeurs Le Monde mise à jour 27 /11/20

Selon le décompte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 48 vaccins visant à protéger la population du Covid-19 sont actuellement en phase d’essais cliniques.

Onze vaccins aux caractéristiques différentes sont les plus avancés :

Parmi les 11 vaccins, 4 vaccins sont de type vaccins ARN  messager(Pfizer-BionTech , ModernaCureVAC,Sanofi) (Une séquence génétique du virus (ADN ou ARNm) est injectée et entre à l’intérieur de la cellule humaine. Celle-ci va l’utiliser pour produire la protéine virale associée qui va faire réagir le système immunitaire.), 2 vaccins ADN (INOVIOJ&J3 de type vecteur viral,(Astrazeneca,CanSINO, MSD) (  Un virus atténué spécialisé (= vecteur) est utilisé pour véhiculer les éléments nécessaires à la future protection (la ou les protéine(s) d’intérêt et/ou sa ou leurs séquence(s) génétique(s)     et à base de protéine recombinée (GSK, SANOFI)(Le coronavirus possède à sa surface des pointes « spicules » qui lui permettent d’entrer en contact avec les cellules à infecter. Ces pointes sont des protéines virales qui ont pu être isolées en laboratoire. Elles peuvent être fabriquées et injectées pour faire réagir le système immunitaire à ces molécules étrangères)

sur journal des femmes.fr

Le médecin en chef de Moderna précise que son vaccin protégera la personne vaccinée mais n’empêchera pas celle-ci de transmettre le virus.

Il faut au minimum 3 mois d’observations en phase 3 pour voir la durée d’efficacité et pour Pfizer nous en sommes à 28 jours – première communication le 9/11–

Sur le déploiement du vaccin : il faut qu’il soit autorisé par l’Agence Européenne du médicament en fonction des normes d’inocuité et efficacité.

Cette autorisation permettra une répartition des commandes par état en fonction de leur population.

 

sur Médecine/Sciences -18/10/20

La vaccination utilisant des acides nucléiques s’est développée au cours des dernières décennies. Elle représente une méthode prometteuse et particulièrement attractive pour prévenir ou guérir des maladies infectieuses ou cancéreuses. Cette approche a suscité un regain d’intérêt mondial au cours de ces dernières années, suite aux progrès réalisés dans la compréhension du système immunitaire humain. Les vaccins à base d’acides nucléiques reposent essentiellement sur deux types de molécules, ADN et ARN messager (ARNm), qui, lorsqu’elles sont injectées chez un individu, permettent la synthèse de la protéine immunogénique. La principale différence entre les vaccins à ADN et à ARNm réside dans le compartiment cellulaire où ces molécules doivent parvenir pour être actives : le noyau pour l’ADN, et le cytoplasme pour l’ARNm. Les difficultés communes rencontrées afin de rendre ces vaccins efficaces sont le franchissement de la barrière cellulaire par les acides nucléiques pour pénétrer à l’intérieur de la cellule, et la nécessité d’augmenter leur immunogénicité.

conclusion : La vaccination à base d’acides nucléiques repose sur un processus complexe, où deux éléments doivent être pris en compte pour optimiser à la fois la production de l’immunogène et la stimulation de l’immunité innée créant un environnement propice à l’activation d’une réponse immune spécifique de l’immunogène. Les molécules d’ADN plasmidique et d’ARNm doivent respectivement transiter directement par le cytoplasme et par les endosomes des cellules cibles. Compte tenu de ces contraintes spatiales et des propriétés physico-chimiques différentes de l’ADN et des ARNm, deux systèmes synthétiques de délivrance différents ont été inventés, reposant respectivement sur des polymères amphiphiles en forme d’étoile et sur des lipides dérivés de sucres naturels

sur mesvaccins.net :  L’ARN est-il l’avenir des vaccins ?-22 novembre 2020

…L’ARN entrant dans la composition de tous les être vivants, il n’est pas normalement lui-même un antigène reconnu par le système immunitaire. S’il peut être utilisé dans un vaccin, c’est parce que, lorsqu’il se retrouve à l’intérieur des cellules, il peut diriger la synthèse des protéines ou fragments de protéines contre lesquels on veut obtenir une réponse immunitaire. Les conditions à remplir sont d’identifier la protéine qui fera le meilleur vaccin (elle doit être non seulement une cible pour des anticorps capables d’empêcher l’infection mais aussi un bon « stimulant » de l’immunité), de synthétiser l’ARNm avec la séquence correspondante, et de trouver un moyen de faire pénétrer cet ARN dans les cellules qui produiront ainsi elles-mêmes l’antigène vaccinant. On dispose pour cela de plusieurs procédés, l’un des plus efficaces étant d’encapsuler ou d’enrober l’ARN dans des vésicules lipidiques microscopiques, des liposomes ou des nanoparticules, qui peuvent fusionner avec la membrane des cellules, elle aussi lipidique, pour libérer leur contenu à l’intérieur. Cette méthode est bien adaptée pour l’ARN car la couche lipidique le protège des enzymes qui pourraient le détruire. Elle autorise en principe de nombreuses variations, car il est possible d’insérer en surface des particules des molécules qui vont les guider vers des cellules ou des compartiments cellulaires précis.

sur Fututra sciences :

…Comme elle est récente, cette technologie présente des inconvénients qui sont surtout liés à un manque de recul scientifique sur son utilisation. Comme expliqué plus haut, la vaccination à ARN messager active aussi bien la réponse immunitaire adaptative qu’innée. Mais la forte production des interférons, conséquence de l’activation des TLR7, augmenterait aussi l’activité des ribonucléases, des enzymes qui découpent les ARN. Les ARN messagers vaccinaux qui perdent leur bulle lipidique ou ne sont pas encapsulés au moment de l’injection auraient donc plus de chance d’être détruits avant même d’entrer dans les cellules.

Certaines études cliniques ont rapporté des évènements indésirables de grade 3, c’est-à-dire qui invalident totalement ou menacent la vie du patient, pour deux vaccins à ARNm destinés à lutter contre la rage et les virus H10N8 et H7N9 alors qu’ils étaient en phase 1.

sur actualité.com : Faut-il avoir peur des vaccins à ARN ?   4/11/20

De nombreuses personnes craignent que les vaccins utilisant l’acide ribonucléique puissent donner des maladies auto-immunes, voire qu’ils modifient notre patrimoine génétique. Fausse nouvelle ou vraie préoccupation ?

Avec un vaccin constitué d’une partie de l’ARN du virus, on peut donc lancer directement dans notre corps la production de la protéine qui va stimuler l’immunité. Ce type de vaccin est considéré comme très prometteur, parce qu’il est beaucoup plus facile, rapide et sécuritaire à produire que ceux faits de protéines ou de virus atténués. Des dizaines de vaccins à ARN sont en phase d’essais cliniques, mais aucun n’a encore été approuvé.

Il est strictement impossible que l’ARN d’un vaccin change nos gènes : d’une part, l’ARN ne pénètre pas dans les noyaux des cellules où se trouve l’ADN ; d’autre part, il est très vite dégradé par les cellules. C’est d’ailleurs pourquoi il a fallu bien du temps pour mettre au point des vaccins à ARN, cette molécule ayant la fâcheuse habitude de se décomposer avant de commander la production de protéines.

On craint par contre que l’ARN puisse dans certains cas induire une surproduction des interférons de type 1, qui régulent le système immunitaire. Ces médiateurs chimiques peuvent accroître l’inflammation et sont aussi en cause dans certaines maladies auto-immunes.

Jusqu’à présent, les essais cliniques, qui ont porté sur des milliers de personnes, sont très rassurants : on a trouvé que les vaccins à ARN n’entraînent pas de réactions indésirables sérieuses. Mais tant que les études ne seront pas terminées, et que les personnes vaccinées n’auront pas été suivies pendant plusieurs semaines après avoir été immunisées, on n’aura pas la certitude qu’ils sont complètement sans risque.

 

sur rtbf .be Coronavirus : le vaccin pour le Covid-19 est-il dangereux ? Quels sont les arguments des anti-vaccins ? –publié le 22 novembre 2020

 

Le vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être distribué après à peine un peu plus d’une année de l’apparition du Covid-19. Alors que l’élaboration d’un vaccin s’échelonne habituellement sur une période 10 à 15 ans, ces nouveaux vaccins arriveraient à peu près plus d’un an seulement après l’identification du SARS-CoV-2 (nom scientifique du Covid-19). Le vaccin développé le plus rapidement jusqu’à ce jour est le vaccin contre Ebola, qui a exigé cinq ans d’efforts.

Ce n’est pas un secret, l’enjeu financier de la mise sur le marché d’un vaccin contre le Covid-19 est majeur pour les entreprises pharmaceutiques engagées dans la course. Le coronavirus ayant des répercussions majeures sur la société et l’économie mondiale, les candidats au développement d’un tel vaccin sont nombreux, 47 projets sont d’ailleurs actuellement recensés par l’OMS.

Certaines étapes qui concernent la validation par les autorités sanitaires ont également été accélérées pour permettre une mise sur le marché européen plus rapide qu’en temps normal. « A partir du moment où le processus est fourni à l’agence européenne du médicament, elle s’engage à examiner ces données en priorité« , explique Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19.

Reuters a interviewé Mark Lynas, un chercheur invité du groupe « Alliance for Science de l’université Cornell« . Celui-ci a déclaré qu’aucun vaccin ne peut modifier génétiquement l’ADN humain. « Ce n’est qu’un mythe, souvent répandu intentionnellement par les militants anti-vaccination pour générer délibérément confusion et méfiance« , a déclaré Lynas à Reuters. « La modification génétique impliquerait l’insertion délibérée d’ADN étranger dans le noyau d’une cellule humaine, et les vaccins ne le font tout simplement pas« .

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plusieurs vaccins candidats différents sont en cours d’essais cliniques dans le monde, mais aucun d’entre eux ne modifie l’ADN humain et ils ne contiennent pas de technologie permettant de relier les personnes à une interface d’intelligence artificielle.

Et puis, hors du contexte du Covid-19, il y a les arguments plus classiques portés par les groupes anti-vaccins. Parmi les éléments avancés par ces derniers, il y a régulièrement cette question des adjuvants et de l’aluminium présent dans certains vaccins qui serait dangereux pour la santé.

Pour certains types de vaccins, selon la technique, un adjuvant est parfois indispensable pour conférer aux particules vaccinales un pouvoir immunisant suffisamment puissant et assez étalé dans le temps. L’un des adjuvants peut être l’aluminium, c’est le plus décrié par les antivax. Ces anti-vaccins accusent notamment l’aluminium de causer des lésions musculaires, ce qui n’est pas scientifiquement prouvé.

13 études ont démontré que les adjuvants, composants de certains vaccins, n’avaient pas de conséquences sur la santé. De plus, comme le souligne le pédiatre David Tuerlinckx, « les quantités d’aluminium présentes dans les vaccins sont inférieures aux quantités d’aluminium qu’on ingère dans notre vie quotidienne ».

POSITION DÉFAVORABLE AU VACCIN ARN -VIDÉO DU 26 NOVEMBRE 2020

Le docteur Louis Fouché , anesthésiste-réanimateur à l‘hôpital de la Conception à Marseille s’entretient le 26 novembre avec Fabien Moine naturopathe sur l’obligation ou non de vaccination et les conséquences de celle-ci notamment en ce qui concerne les vaccins ARN.

D’abord des éléments de réflexion sur la communication autour de l’arrivée des vaccins.

Bien sûr , cette arrivée des vaccins est conduite par des communicants.  Pour y parvenir on pose des truismes pour que le cerveau acquièce et soit déjà dans le « oui ». Et puis on arrive à « une seule solution c’est le vaccin ». Compte-tenu de la puissance d’impact de l’épidémie cette solution est validée.

Puis on balance une punch line : « le vaccin est efficace à plus de 90% ».Mais personne  ne sait ce qui est derrière cette efficacité.

Alors arrive la question de savoir si on le rend obligatoire. A ce stade c’est déjà un choix illusoire.

Mais la vaccination est un dogme fortement établi. Si on discute dans les médias,  où on dispose de quelques minutes,  de l’opportunité d’un vaccin comparée à d’autres solutions on est immédiatement taxé d’ »anti-vax« . Il n’y a pas de nuance possible : être pour un vaccin dans certaines circonstances ou maladies et contre dans d’autres cas.

Pourtant  contrairement aux éléments recueillis ci-dessus il apparaît que ces vaccins ARN messager constituent un réel danger.

Voici quelques idées issues de cet échange :

Le virus SARS-COV 2 de type ARN est un virus qui mute beaucoup. Nous en sommes à la troisième épidémie en 7 mois.

cf là : https://www.ucl.ac.uk/news/2020/sep/analysis-coronavirus-mutations-what-weve-learned-so-far

Une mutation signifie simplement une différence; un changement de lettre dans le génome. Alors que la population de Sars-CoV-2 était génétiquement essentiellement invariante lorsqu'elle est entrée dans son premier hôte humain à la fin de 2019, plus de 13000 de ces changements se trouvent maintenant dans les 100000 Sars-CoV-2 séquencés à ce jour. Pourtant, deux virus de deux patients quelconques dans le monde ne diffèrent en moyenne que de dix lettres. Il s’agit d’une infime fraction des 30 000 caractères du code génétique du virus et signifie que tous les Sars-CoV-2 en circulation peuvent être considérés comme faisant partie d’une seule lignée clonale.

Lorsqu’on dit que le vaccin est fiable à 90% cela veut dire que l’on a trouvé des anti-corps du vaccin dans 90% des personnes vaccinées. Mais on ne sait pas si ces anti-corps sont protecteurs ou non et combien de temps ils durent.

D’ailleurs souligne Fabien Moine, Le Dr Fauci , directeur de l’Institut des maladies infectieuses aux USA a dit que même avec des vaccinations répétées le vaccin n’empêcherait pas de porter le masque.

En période d’épidémie la vaccination est dangereuse. Ce fut le cas à Bergame – la cohorte de Bergame -où l’on a vu se superposer la vaccination contre le virus de la grippe  et la vaccination contre la méningite avec l’arrivée  du coronavirus. Et ça a été explosif.

Le vaccin qui entraîne la production d’anti-corps n’est pas forcément la bonne solution car la réponse immunitaire ne passe pas forcément par les anti-corps mais est cellulaire.

D’autre part un vaccin qui immunise contre une première vague peut provoquer lors d’une seconde vague où le virus est modifié une sur-réaction qui peut être délétère. Par exemple Sanofi Pasteur en février 2016 clamait qu’il s’agissait d’un moment historique quand son vaccin, le Dengvaxia, a été lancé aux Philippines. Un lancement en fanfare pour ce vaccin, le premier au monde contre la dengue. Au total, 837 000 écoliers ont reçu une ou plusieurs doses du vaccin. Mais fin 2017, la campagne a été interrompue face à la crainte que le vaccin, plutôt que de protéger, n’aggrave les infections chez des sujets n’ayant jamais été touchés par la dengue jusque-là.

L’explication réside peut-être dans le fait que le virus de la dengue regroupe quatre sérotypes différents, qui peuvent toucher une même personne au cours de sa vie. « Imaginons le cas d’un individu qui va contracter le sérotype 1. Il sera alors immunisé contre cette souche. Mais un ou deux ans plus tard, il peut s’infecter avec le sérotype 2. Et il peut alors se produire ce qu’on appelle un mécanisme immunitaire de facilitation : plutôt que de combattre l’infection, l’organisme va favoriser son avancée et la personne a alors un risque de faire une forme plus grave que la première fois », explique Éric Leroy, directeur de recherches à l’Institution française publique de recherche (IRD). La Croix mars 2019.  

  Le 1/3/2019 on apprenait que le gouvernement philippin avait porté plainte contre 6 responsables de Sanofi  suite à une enquête qui a révélé le décès d’une vingtaine d’enfants ayant reçu le vaccin contre la dengue.

En fait, on ne sait rien de la réponse immunitaire et si celle-ci passe beaucoup ou peu par les anti-corps.

Par ailleurs les adjuvants, souvent des métaux lourds sont là pour agresser le corps et stimuler sa réaction mais ils constituent aussi un danger pour celui-ci . L’aluminium vaccinal qui n’a rien à voir avec l’aluminium commun rentre dans le cerveau et laisse des traces.

-cf là la vidéo sur les dangers de l’aluminium des vaccins –

Le vaccin ARN trouvé en 8 mois ce n’est pas possible qu’il soit fiable. Certes, il présente une belle inventivité qu’il faut saluer sur ce point. En outre, il  peut être produit rapidement et de façon peu onéreuse. Mais ce  vaccin,  produit en si peu de temps, c’est un travail d’apprentis sorciers car on ne peut pas en si peu de temps en mesurer toutes les conséquences.

D’ailleurs il y a une incertitude sur la prise en charge des risques consécutifs à la vaccination par les laboratoires. Il serait possible que ces risques ne soient pas pris en charge par les laboratoires mais par l’état ou l’Europe. cf France TV info 2/10/2020

L’article 1245 et suivants du Code civil sur la responsabilité du fait des produits défectueux affirme que « le producteur est responsable du dommage causé par un défaut de son produit, qu’il soit ou non lié par un contrat avec la victime » (art. 1245), à moins, comme l’a rappelé la ministre, qu’il prouve que « l’état des connaissances scientifiques et techniques, au moment où il a mis le produit en circulation, n’a pas permis de déceler l’existence du défaut«  (art. 1245-10). ( cf sur RTL.fr)

On ne sait pas maîtriser la production des anti-corps par les cellules. Si elles en produisent trop on devient malade et si elles n’en produisent pas assez, on n’est pas vacciné.

De surcroît, cet ARN messager peut rentrer dans l’ADN et nous avons 8% de notre ADN qui vient de modifications due à l’ARN ce qui permet à l’organisme de s’adapter ainsi à un nouvel environnement. Donc cet ARN peut venir modifier  artificiellement  notre ADN et il est même possible qu’il atteigne le génome germinalcf lignée germinale.

S’agissant de  l’obligation vaccinale il y a déjà des journalistes comme Christophe Barbier, des politiques comme Jadot,   qui sont favorables à l’obligation vaccinale ou à minima refuser certains droits d’accès aux personnes non vaccinées. Ceci est très dangereux et nous fait penser au crédit social chinois.

Il y a aussi des informations inquiétantes concernant l’ajout de nano-particules et des tests faits au Malawi  et au Kenya sur un carnet vaccinal qui est une forme de traçage.  La puce informatique de traçage est ici remplacée par un enzyme réactif bioluminescent alors détectable. Ces tests ont été fait par des ingénieurs du Massachusetts Institute of technology – MIT- Le vaccin avec nano particules peut être détecté par un smartphone. Ces expériences sont financées par la Fondation Gates.  cf là l’article du Monde du 19/12/2019

Par ailleurs, le rapport de la commission d’enquête sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la grippe H1 N1 met en lumière les corruptions systémiques.

par exemple page 12 du rapport  : « M. François Autain, président ( parti de Gauche et médecin)- Merci.
On peut ne pas être d’accord avec la première partie de votre exposé mais cela
nécessiterait de créer une nouvelle commission d’enquête.
Vous avez évoqué la probité. Je suis d’accord avec vous. Je pense que ce serait
encore plus facile à appliquer si les experts qui conseillent les laboratoires n’étaient pas
les mêmes que ceux qui conseillent les instances publiques et les autorités sanitaires ! 

…page 11 : M. François Autain, président – Vous n’avez pas tout à fait tort et j’aurais
tendance à suivre les avis de la commission de la transparence puisque selon eux, 95 %
des médicaments qui sont mis sur le marché aujourd’hui ne sont pas plus efficaces que
ceux qui existent déjà ! Ce que je comprends moins, c’est que ces médicaments qui ne
sont pas mieux que les autres sont vendus beaucoup plus cher ! 

Il y a beaucoup d’autres chemins possibles en dehors du vaccin et il est dommage que les sommes investies ne le soient pas au minimum pour renforcer notre système de santé.

sur le refus de vaccination :

La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 dite loi Kouchner :

Art. L. 1111-4. – Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé.
« Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en oeuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables.
« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment.

 

 

2 Replies to “Le point sur les vaccins ARN – On joue aux apprentis sorciers dit le docteur Fouché”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils