Biden exhorté à supprimer la certification des écoles chrétiennes qui ne respectent pas les « normes des programmes d’études scientifiques »

Biden exhorté à supprimer la certification des écoles chrétiennes qui ne respectent pas les « normes des programmes d’études scientifiques »

24 novembre 2020

L’ancien vice-président Joe Biden est exhorté par la Campagne pour les droits de l’homme (CDH) à signer un décret si jamais il devenait président. Un des principaux dirigeants universitaires baptistes du Sud affirme que ce serait « une bombe atomique » sur les écoles chrétiennes.

La CDH, un groupe de défense des homosexuels, veut que Joe Biden exige que les écoles religieuses « qui pratiquent la discrimination ou qui ne répondent pas aux normes des programmes d’études scientifiques » perdent leur accréditation.

« C’est une tentative manifeste de fermer tout ce qui pourrait ressembler à un collège ou une université chrétienne qui aurait l’audace de fonctionner à partir d’une vision chrétienne du monde », a écrit le président du Séminaire théologique baptiste du Sud (SBTS), Albert Mohler Jr., dans une chronique du 18 novembre.

« En termes d’accréditation, c’est une bombe atomique. En clair, pour que le monde entier puisse le voir, la CDH appelle l’administration Biden à refuser l’accréditation – ou, au moins, à faciliter le refus d’accréditation – aux institutions chrétiennes, aux collèges et universités chrétiens et, d’ailleurs, à toute autre institution ou école religieuse ne répondant pas aux exigences de l’orthodoxie LGBTQ. »

« Cela signifierait l’abandon des standards bibliques dans l’enseignement, l’embauche, les admissions, le logement et la vie étudiante. Cela implique également que les écoles chrétiennes ne seraient plus chrétiennes. »

Albert Mohler s’est d’abord fait connaître au niveau national dans le mouvement de renaissance des conservateurs pendant l’ère Reagan, qui a rétabli les doctrines baptistes orthodoxes et la direction de la Convention baptiste du Sud (SBC) et de ses six séminaires.

Les baptistes du Sud sont la plus grande confession protestante du pays. M. Mohler est devenu président du SBTS en 1993, et il est candidat pour devenir le prochain président du SBC lors de la prochaine réunion de Nashville en 2021.

La recommandation de la CDH concernant l’accréditation a été incluse dans le « Blueprint for Positive Change 2020 » (plan d’action pour un changement positif en 2020) de l’organisation, une compilation de 24 pages présentant des propositions de changements et d’initiatives politiques.

Sous l’égide du ministère de l’Éducation, le rapport de la CDH a inclus cette recommandation :

« Veiller à ce que les politiques de non-discrimination et les programmes d’études scientifiques ne soient pas compromis par des dérogations religieuses au regard des normes d’accréditation :

« Les termes relatifs à l’accréditation des institutions religieuses de l’enseignement supérieur figurant dans la loi sur les possibilités d’enseignement supérieur pourraient être interprétés comme exigeant des organismes d’accréditation qu’ils accordent leur agrément aux institutions religieuses qui pratiquent la discrimination ou qui ne répondent pas aux exigences applicables aux programmes d’études scientifiques.

« Le ministère de l’Éducation devrait publier un règlement précisant que cette disposition, qui exige des agences d’accréditation qu’elles ‘respectent la mission déclarée’ des institutions religieuses, n’exige pas l’accréditation des institutions religieuses qui ne répondent pas aux normes d’accréditation neutres, y compris les politiques de non-discrimination et les exigences applicables aux programmes d’études scientifiques. »

Un porte-parole de la CDH n’a pas répondu à une demande de clarification formulée par le journal Epoch Times quant à la façon dont l’organisation définit les « normes applicables aux programmes d’études scientifiques ».

Une opposition déterminée

Si la recommandation du Conseil des droits de l’homme est adoptée, elle rencontrera une opposition déterminée au Congrès parmi les républicains.

Le représentant Jim Banks (Parti républicain, Indiana), le nouveau président du Comité d’étude républicain (RSC), qui est l’un des plus grands groupes parlementaires du Congrès, a déclaré au journal Epoch Times le 23 novembre qu’il s’intéressait personnellement à cette question.

« La proposition de la CDH constitue une atteinte délibérée à la liberté religieuse et est clairement inconstitutionnelle. Ce sont des totalitaires anti-chrétiens qui se sentent menacés par une pensée religieuse indépendante, c’est pourquoi ils ne se contentent pas de limiter leur endoctrinement au système scolaire public », a déclaré M. Banks.

« Je suis profondément reconnaissant de l’éducation que j’ai reçue dans une petite université chrétienne de l’Indiana, et si la Campagne pour les droits de l’homme pouvait réussir, mon expérience deviendrait impossible. »

De même, le député Ted Budd (Parti républicain, Caroline du Nord), diplômé du Séminaire théologique de Dallas (DTS), a déclaré au journal Epoch Times le 23 novembre que « c’est une nouvelle tentative de la gauche de mettre en œuvre un programme laïque radical pour s’attaquer aux personnes de foi. Incroyablement, les mêmes organisations qui prétendent défendre l’égalité des droits sont celles qui ne voudraient rien de plus que d’intimider et de marginaliser les croyants de notre pays ».

« Ces organisations ignorent le fait que la recherche scientifique est basée sur le fait que la Création peut être découverte et étudiée et que les croyants ont été les garants des grandes victoires morales comme l’abolition de l’esclavage.

« Malheureusement, il ne s’agit pas d’un débat sincère sur les droits de l’homme ou la science, mais d’organisations qui veulent nous diviser davantage afin d’accroître leur propre pouvoir. »

Brian Darling, ancien conseiller juridique du sénateur Rand Paul (Parti républicain, Kentucky) et fondateur des affaires gouvernementales de Liberty, a déclaré au journal Epoch Times le 23 novembre : « Si Joe Biden approuve ces recommandations, il donnera un coup de pouce à la gauche pour lui permettre de gérer l’agenda académique des écoles religieuses. »

Et M. Darling a déclaré que si cela se produit, « les démocrates seront le parti qui coupera le financement de la police et décrédibilisera les écoles religieuses, et ils retourneront très bientôt dans le désert politique ».

Richard Manning, président du groupe conservateur Americans for Limited Government (américains pour un gouvernement limité) a déclaré le 23 novembre qu’une telle recommandation, si elle est mise en œuvre, pourrait inciter les États à cesser d’accepter l’aide fédérale à l’éducation.

« Selon de récentes vérification, un président n’a pas le pouvoir de retirer l’accréditation des universités, mais l’idée même que les collèges et les universités seraient soumis à des tests de vérité politique est la raison exacte pour laquelle les États et les universités privées devraient se retirer de tout contrôle du gouvernement fédéral », a déclaré M. Manning.

« Certains étudiants pourraient ne pas fréquenter [un établissement de formation spécifique] si le gouvernement fédéral décidait de retenir [pour ceux-ci] les prêts garantis par le gouvernement fédéral ou d’autres aides. À l’inverse,  débarrasser les réseaux de collèges et d’universités des réglementations fédérales et autres restrictions libérerait des fonds qui compenseraient ces pertes d’aides fédérales. »

Nouvel Horizon – Élections américaines : des millions de votes frauduleux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils