Le gouvernement français confronté à une vague de plaintes

Le gouvernement français confronté à une vague de plaintes

par Christine Riche.

L’analyse de ce qui s’est passé autour de la prétendue « pandémie » de Covid-19 s’approfondit chaque jour.

Le lynchage organisé du protocole à l’hydroxychloroquine est honteux et immoral.

On ne peut pas laisser passer ça.

 

Mais tout d’abord un bilan des plaintes en justice :

– Quatre actions vont être engagées en justice par les avocats de noublionsrien.fr.

À ce jour il y a 13 000 contributeurs inscrits. Elle est axée sur la liberté de prescription.

La dernière action ira en Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Ils installent sans doute un début de procédure pour le scandale qui s’est déroulé en Ephad en commençant pudiquement par un sondage auprès des familles.

– Du côté des trois dossiers de plaintes pénales initiées généreusement par Bruno Gaccio plaintecovid.fr, je n’ai pas trouvé combien de dépôts ont réellement été déposés auprès du juge.

Pour se faire une idée :

  • 87 238 téléchargements de la notice explicative
  • 135 384 téléchargements plainte par personne non malade
  • 25 019 plainte pour personne malade
  • 25 416  plainte pour personnel médical et leurs syndicats professionnels
  • Une soixantaine de plaintes seraient déposées contre des ministres devant la Cour de Justice de la République.
  • Des plaintes groupées de médecins, etc… envers Buzyn et Veran

C’est considérable et on comprend mieux l’enjeu du lynchage du protocole Chloroquine.

Jean-Dominique Michel :

« Pour les gouvernements (et le gouvernement français en particulier), l’efficacité du traitement de Marseille ouvrirait la porte à des poursuites massives pour non-assistance à personne en danger et même homicide involontaire ou par négligence. À nouveau, rien dans l’ordre juridique et le droit de la santé ne peut justifier la privation du droit de prescrire faite aux médecins-généralistes. Si des milliers de morts en ont résulté, c’est « case » Cour d’Assises pour les ministres et directeurs de la santé impliqués. Le nombre de poursuites qui se profile à l’horizon est impressionnant, et on comprend que c’est devenu struggle for life, peu importe les moyens pour ces (ir)responsables. La vérité n’entrant plus en ligne de compte dans cette priorité. Pour l’industrie pharmaceutique, l’efficacité de l’hydroxy-chloroquine mettrait un terme définitif à toutes les juteuses perspectives de gain, que ça soit au moyen d’un médicament novateur (le Remesdivir a été un fiasco) ou d’un vaccin imposé à la population mondiale : 8 milliards de doses à $x un joli panier de pépettes. »

On comprend pourquoi Olivier Veran s’est précipité sur cette étude.

L’étude du Lancet

Qui a financé l’étude du Lancet ? Que des entreprises et organismes de santé privés qui ont intérêt à discréditer cette molécule tombée dans le domaine public. On y trouve évidemment la Fondation Bill et Mélinda Gates et Marc Zuckerberg, lequel censure tous les articles disant du mal de l’OMS et les articles critiquant certains vaccins.

(Au passage, nos médias ne relaient pas que les laboratoires pharmaceutiques ont dû verser 4 milliards de dollars d’indemnisations aux victimes américaines des vaccins qui ont détruit leur santé.)

Philippe Douste-Blazy démonte la méthodologie de l’étude publiée par The Lancet sur BFM TV :

« L’hydroxychloroquine était donné certes 2 heures après le diagnostic mais à l’hôpital et donc dans une phase déjà avancée de la maladie. Or nous savons que cette molécule y est inefficace.

La deuxième chose était que les deux groupes n’étaient pas comparables : celui qui était sous hydroxychloroquine était composé de personnes qui avaient plus de comorbidités. Or nous savons que la mortalité dépend en partie de ce facteur ».

Cet ancien ministre de la santé ! … fait aussi allusion aux conférences Chatham House à Londres. Ce sont des réunions d’experts qui se font à huit-clos sans aucune transparence, aucun enregistrement, aucune photo ou vidéo n’y sont admises, et qui décident de la santé … Philippe Douste-Blazy relate que le directeur du Lancet s’est plaint que plus aucune étude indépendante n’est maintenant possible.

D’autres médecins critiquent cette étude publiée par The Lancet, leurs témoignages filmés disparaitront bientôt du net comme celui de Douste-Blazy. D’après certaines personnes qui l’ont vu en entier la fin de son propos est coupé par BFM.TV. L’archive ne rend pas compte de tout ce qu’il a osé dire.

« Prenez soin de vous et de vos proches » rabâchent-ils depuis deux mois … Prenons soin des personnes qui osent dire la vérité car ça va se déchainer …

 

source : http://www.cielvoile.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :