Bill Gates en pole position pour un vaccin contre le nouveau coronavirus

Bill Gates en pole position pour un vaccin contre le nouveau coronavirus

Par Philippe Ehua

On peut lire aujourd’hui sur le média suisse 20Minutes : USA: résultats encourageants d’un vaccin expérimental( à la position 21h 16)

 

Extrait du média 20 Minutes :

Partie parmi les premières dans la course mondiale au vaccin contre le nouveau coronavirus, la société biotechnologique américaine Moderna, financée par Washington, a annoncé lundi des résultats très préliminaires mais encourageants pour son vaccin expérimental chez huit volontaires, avant des essais à grande échelle prévus en juillet.

La jeune société, dans laquelle le gouvernement américain a investi 483 millions de dollars, a annoncé des «données intérimaires positives» de la phase initiale des essais cliniques: chez huit personnes, le vaccin expérimental baptisé mRNA-1273 a déclenché une réponse immunitaire similaire à ce qu’on observe chez les gens qui ont été naturellement contaminés par le virus qui cause le Covid-19.

On pourrait se réjouir, mais une petite recherche sur internet nous apprend que Moderna est également financée par ….la Fondation Bill Gates. A la lecture de cet article qui date de 2016 : La Fondation Gates mise beaucoup sur la technologie d’ARNm de Moderna

On comprend que non seulement Gates est encore dans la course pour un vaccin contre le COVID-19 mais qu’il bénéficie d’une grande avance. Il a su semble -t-il, beaucoup, beaucoup, anticipé. Voir ici.

Voici un extrait édifiant  de l’article datant de 2016 concernant les relations de  la société Moderna et d’autres, et de la fondation Gates.

Au cours de l’année depuis son lancement, Valera a démontré l’efficacité préclinique des vaccins à base d’ARNm de Moderna dans plusieurs modèles de maladies virales. En janvier, Moderna a annoncé qu’une étude de phase 1 était actuellement en cours en Europe pour l’ARNm 1440, un vaccin contre les maladies infectieuses développé par Valera pour une cible et une indication non divulguées. La société a également annoncé qu’une nouvelle demande de drogue expérimentale avait été déposée auprès de la Food and Drug Administration des États-Unis pour un deuxième vaccin contre les maladies infectieuses non divulgué, l’ARNm 1850, et qu’une étude de phase 1 devrait commencer au début de cette année.
L’annonce de la subvention de la Fondation Gates intervient quelques semaines seulement après que Moderna a révélé deux nouveaux partenariats axés sur l’exploitation de sa plateforme d’ARNm. Merck autorisera un programme de vaccination de Moderna à utiliser contre une cible virale non divulguée, et AstraZeneca a conclu une collaboration avec Moderna pour découvrir, co-développer et co-commercialiser des candidats thérapeutiques d’ARNm pour le traitement d’une gamme de cancers. Les deux accords s’appuient sur des collaborations en cours avec les deux sociétés pharmaceutiques.

Il n’y aura pas de vaccin gratuit comme proposé par la suissesse Ruth Dreiffus. L’ancienne conseillère fédérale faisait partie d’un groupe de 150 personnalités qui appelaient à la gratuité de possibles vaccins et traitements contre le coronavirus voir ici.

 

Voici quelques vidéos très explicites, surtout la première qui concerne la Suisse et son rôle dans ces projets de vaccinations globales au travers de la compagnie Lonza établie en Suisse, en Valais. Sur  wikipédia on est en mesure de lire sur Lonza :

 

Produits

– synthèses exclusives et produits bio-pharmaceutiques, produits de fermentation microbiologique, cultures de cellules.

– produits de chimie fine organique et de performance destinés aux produits alimentaires, d’hygiène, de soins, de traitement des eaux, d’entretien de bois.

– dosage de produits biopharmaceutiques, de médicaments et de produits de nutrition.

Histoire

Fondée en 1897 à Gampel en Valais, l’entreprise s’installe finalement à Viège en 19092. En 1973, Lonza est absorbée par Alusuisse ce qui aura pour conséquence la naissance en 1990 de la holding Alusuisse-Lonza Group3 qui deviendra Algroup en 1998. À la suite de la proposition de fusion à trois entre Alcan, Algroup et Pechiney (qui sera finalement refusée par la commission de la concurrence), le conseil d’administration d’Algroup propose le , la séparation des activités chimie, savon et énergie (Lonza) de celle des activités aluminium et emballage (Alusuisse)4. Le , l’assemblée générale extraordinaire d’Algroup approuve la séparation ce qui aboutit à la naissance de Lonza Group. La nouvelle société entrera en bourse la même année5.

En 2011, l’entreprise suisse rachète Arch, société spécialisée dans les biocides, et qui dispose notamment d’une usine à Amboise dans le Val de Loire6.

En , Lonza annonce son intention d’acquérir Catalent, un concurrent américain, mais ce dernier refusa cette tentative7. En , Lonza annonce l’acquisition de InterHealth Nutraceuticals, entreprise américaine spécialisée dans les ingrédients nutritionnels, pour 300 millions de dollars8. En , Lonza annonce acquerir Capsugel, entreprise américaine spécialisée dans les gélules, pour 5,5 milliards de dollars9,10. .

En , Lonza et Sanofi lancent le chantier de leur future usine commune de médicaments biologiques en Suisse, à Viège, devant être opérationnelle d’ici 202011. En , Lonza annonce la vente des ses activités liés aux traitements de l’eau au fonds Platinum Equity pour 630 millions de dollars12.

Pollution au mercure dans le Grossgrundkanal à Viège

En est révélée une pollution au mercure de la part de Lonza sur des parcelles le long du Grossgrundkanal à Viège. L’entreprise a déversé plusieurs tonnes de mercure dans le Grossgrundkanal entre 1930 et le milieu des années 197013. Le , une émission de Temps présent intitulée « Le Léman : une agonie surveillée » s’interrogeait sur l’augmentation de la concentration mercurielle dans le canal de Turtig et dans le Rhône, où l’entreprise Lonza, notamment, figurait parmi les responsables de la pollution au mercure dans les eaux14. Préfinancés par l’entreprise, les travaux d’assainissement des sites pollués débutent en (terrains habités, zones agricoles, canal), mais la question de la répartition des frais d’assainissement, ainsi que les conséquences sanitaires, sont toujours en discussion15. En , le tribunal cantonal valaisan estime que le rapport d’investigation historique de la pollution au mercure doit être rendu public, allant à l’encontre du gouvernement valaisan et de son service de l’environnement16.

 

 

Concernant le mercure déversé dans la nature  par l’entreprise suisse :  il semblerait que la fabrication de vaccins  devrait solutionner ce problème. Dans le monde froid et calculateur dans lequel nous vivons cela ne serait pas étonnant…..

 

 

 

 

Cellule44

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :