Publicités
Un nouveau site Web Credder cherche à lutter contre les fausses nouvelles et promouvoir le vrai journalisme

Un nouveau site Web Credder cherche à lutter contre les fausses nouvelles et promouvoir le vrai journalisme

par Alan Macleod

Faites-vous confiance aux médias ? La plupart des gens ne le font pas. Une étude menée en 2017 dans neuf pays occidentaux a révélé que, dans aucun d’entre eux, la majorité des gens ne pensaient que les nouvelles traditionnelles ou les médias sociaux faisaient bien la distinction entre les faits et la fiction. La confiance dans les médias diminue depuis les années 1970, et particulièrement depuis quelques années, depuis que les médias alternatifs remettent en question le discours mainstream et que des entreprises comme Facebook et Google AdSense privent les médias traditionnels de revenus publicitaires.

Proportion de personnes estimant que les médias d’information/médias sociaux font un bon travail en aidant à distinguer les faits de la fiction.

Les fausses nouvelles ne sont pas réservées uniquement aux sites Web de mauvaise qualité. Quelque 72 % des Américains sont d’accord pour dire que les médias traditionnels rapportent constamment des histoires qu’ils savent être fausses ou délibérément trompeuses pour des raisons politiques ou financières. Même certains des médias les plus fiables, comme la BBC, ont dit à leur personnel « d’imiter Buzzfeed » dans la production d’articles et de vidéos à caractère viral pour collecter des clics. Peut-on enrayer cette baisse radicale de qualité et de précision ? Ou bien l’avenir des médias est-il plutôt celui de la « malbouffe de nouvelles », comme le craint Mickey Huff, de Project Censored ?

« Comme Yelp, mais pour les nouvelles »

Credder, un site Web et une extension de navigateur lancé cette semaine, vise à déclencher une révolution dans le journalisme de haute qualité et une riposte de la population contre les fausses nouvelles. Credder est un service d’agrégation de nouvelles où les utilisateurs peuvent consulter et évaluer les nouvelles et les articles d’opinion pour leur exactitude et leur crédibilité. La note globale est affichée pour informer les lecteurs du jugement de la communauté sur les articles, les sites Web et les journalistes individuels. Les utilisateurs et les journalistes vérifiés peuvent évaluer n’importe quel article des sites qui ont accepté d’être classés sur la plate-forme.

La page d’évaluation de Credder pour un article de CBS

Credder a été fondée par trois passionnés de l’information : Jared Fesler, Austin Walter et Chase Palmieri. Mint Press News s’est entretenu avec Palmieri, qui nous a dit que l’idée était née de son expérience dans la restauration :

« J’ai vu comment lorsque Yelp est arrivé dans la restauration, cela a vraiment changé le comportement des restaurateurs ; les clients qui cherchaient des bons restaurants ont radicalement changé leur comportement et ont permis à un petit restaurant comme le nôtre de se démarquer, car nous avions maintenant une réputation sur Internet et étions compétitifs sur la qualité de l’expérience« .

En tant que consommateurs de nouvelles, les trois ont vu la montée du sensationnalisme et de la course au clic et se sont rendu compte, étant donné le modèle publicitaire des médias grand public, que le problème allait bientôt devenir la norme. Palmieri a dit ça à l’époque :

« Les seules solutions proposées étaient la censure de Google ou de Facebook sur notre compte ou des IA pour des nouvelles qui viendraient remplir les journaux. En fin de compte, toutes les solutions proposées consistaient à externaliser notre pensée critique. On s’est dit : « Et s’il y avait un Yelp pour les nouvelles, pour connecter les consommateurs de nouvelles ?«

Depuis lors, les trois ont passé deux ans à travailler pour arriver au point où ils étaient prêts à lancer la plate-forme. Tout comme Yelppromeut et met en valeur les restaurants les mieux notés d’un endroit, Credder affiche et encourage les articles les plus fiables et de la plus haute qualité tout en pénalisant les pièges à clic de mauvaise qualité et les fausses nouvelles, quel que soit le site sur lequel il est hébergé. Ainsi, espère Chase :

« Credder fera en sorte que les nouvelles se fassent concurrence pour la confiance au lieu des clics, et ensuite nous dirigerons le trafic vers les sources les plus fiables« .

Cela pourrait être une aubaine pour les petits médias indépendants et même pour les blogueurs solitaires qui luttent pour rivaliser avec la portée et le pouvoir massifs de la presse grand public, en les aidant à développer une réputation de bon journalisme et à rivaliser, tout comme Yelp aide les petits restaurants à se mesurer aux grandes chaînes. Si vous pensez que votre blog ou votre site Web peuvent rivaliser avec les grands en termes de qualité et de précision, alors Credder peut vous aider.

Mickey Huff – qui, en plus de diriger Project Censored, est président de la Media Freedom Fondation et expert critique en éducation aux médias – a déclaré à Mint Press News :

« L’idée de Credder mérite d’être expérimentée et de faire l’objet d’un traitement équitable afin de voir si elle peut donner les résultats escomptés par l’équipe, en renforçant la crédibilité de son programme pour les journalistes qui font des reportages véridiques, transparents et factuels« .

Palmieri présente Credder comme une alternative à la censure que Google, Facebook et Twitter ont mise en place en réponse à la crise – qui a principalement touché les médias alternatifs et promu les médias d’entreprise, quelles que soient leur qualité – et l’approche « mal nuancée » de ses concurrents.

NewsGuard : votre cher vérificateur de faits (géré par la CIA)

Palmieri se réfère ici diplomatiquement à NewsGuard, une extension de navigateur lancée l’année dernière en grande pompe dans la presse mainstreamNewsGuard prétend également lutter contre les fausses nouvelles en ligne en utilisant un système de feux de signalisation, jugeant les médias crédibles (verts) ou indignes de confiance (rouges). Les sources fiables reçoivent un bouclier vert à côté de leurs liens tandis que les fausses nouvelles sont accompagnées d’un symbole d’avertissement rouge.

Contrairement à Credder, ces jugements sont décidés par la propre équipe privée de NewsGuard, composée « d’analystes formés » qui considèrent Fox News et pratiquement tous les médias d’entreprise comme dignes de confiance. Dans le même temps, de nombreux médias alternatifs sont marqués d’un symbole d’avertissement rouge. Après avoir publié un article sur l’entreprise, Mint Press News a été jugé « indigne de confiance » par NewsGuard. Ainsi, les évaluations de NewsGuard sont exactement ce à quoi on pourrait s’attendre lorsqu’on examine le conseil consultatif du groupe, qui est un who’s-who de hauts fonctionnaires de l’État, dont :

  • Tom Ridge, premier secrétaire à la Sécurité intérieure sous George W. Bush
  • Richard Stengel, sous-secrétaire d’État à la diplomatie publique sous Obama
  • Don Baer, ancien directeur de la communication de la Maison-Blanche
  • Anders Fogh Rasmussen, ex-secrétaire général de l’OTAN
  • Général Michael Hayden, ancien directeur de la CIA et de la NSA.

Quand des gens comme eux décident pour les Américains ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui est réel et ce qui est une fausse nouvelle, c’est la censure de l’État sous un autre nom. Lors d’une table ronde sur la lutte contre les fausses nouvelles au Conseil des relations extérieures en mai 2018, M. Stengel s’est décrit lui-même comme le « propagandiste en chef » du département d’État et a explicitement recommandé l’utilisation de la propagande sur les citoyens américains. Pire encore, NewsGuard est également lié à une agence de relations publiques chargée de blanchir le bilan du gouvernement saoudien en matière de droits humains et son rôle dans le génocide du Yémen.

« C’est tellement cynique, c’est comme mettre Henry Kissinger en charge de la Commission sur les attentats du 11 septembre », a déclaré Huff à propos de NewsGuard. « Il y a beaucoup de magouilles dans les coulisses et pas beaucoup de transparence ; ça pue la malhonnêteté« .

NewsGuard s’est associé à Microsoft et l’extension est intégrée à Microsoft Edge, le navigateur du géant de la technologie sur les appareils iOS et Android. La société fait pression sur les agences gouvernementales pour qu’il soit installé en standard dans les bibliothèques publiques, les écoles et les universités, ainsi que sur tous les smartphones et ordinateurs vendus aux États-Unis. Hawaii est récemment devenu le premier État à l’installer sur ses ordinateurs dans les bibliothèques publiques.

Palmieri distancie son nouveau produit de l’entrée de Microsoft sur le terrain, expliquant :

« Là où NewsGuard se trompe, c’est qu’ils essaient de construire une solution de confiance pour les consommateurs de nouvelles sans laisser les consommateurs de nouvelles participer. Credder adopte une approche ascendante« .

Il explique que lui et ses collègues essaient d’uniformiser les règles du jeu :

« Avant Yelp, les gens allaient prendre leur petit déjeuner chez IHOP ou Denny’s ou McDonald’s parce qu’ils savaient ce qu’ils allaient prendre. Ce n’est que lorsque les petits restaurants ont acquis une réputation en ligne grâce à Yelp qu’il est devenu moins risqué pour les consommateurs de dépenser leur argent dans des restaurants indépendants plus petits. Certains des restaurants les plus fréquentés dans n’importe quelle ville sont les petits restaurants indépendants, et ils peuvent rivaliser avec le marketing et la reconnaissance du nom de IHOP ou Denny’s parce qu’ils ont maintenant une réputation que les gens peuvent voir en ligne. Et c’est ce que nous essayons de créer pour les auteurs indépendants et les médias« .

Des ennuis à venir ?

Il y a certainement beaucoup d’obstacles à surmonter pour devenir le Yelp des nouvelles. D’une part, il y a le problème des critiques de mauvaise foi et des gangs de trolls qui s’acharnent sur des sites d’évaluation similaires. Par exemple, les anti-féministes ont voté en massepour descendre le dernier film Ghostbusters entièrement féminin sur Rotten Tomatoes et IMDB.com. Les évaluateurs de Credder sont à la fois des journalistes vérifiés et des utilisateurs qui sont encouragés à vérifier facultativement leur identité afin d’améliorer leur propre cote de crédibilité d’évaluateur. Les utilisateurs ne peuvent évaluer que les articles, et non les sites Web ou les journalistes individuels, ce qui pourrait réduire les critiques malhonnêtes. De plus, la communauté peut aussi voter à la hausse ou à la baisse les évaluations des examinateurs, ce qui signifie que les opinions des examinateurs de mauvaise foi auront moins de poids dans l’algorithme. L’équipe de Credder espère que ces mesures dissuaderont ces mauvais comportements, mais cela reste à voir.

Le seuil de rentabilité posera un autre défi, et Palmieri calcule qu’il aura besoin de 10 000 utilisateurs pour atteindre une masse critique et rendre le projet viable. Son plan pour gagner de l’argent est de « devenir le Patreon des médias d’information« , permettant aux utilisateurs de donner directement un pourboire à leurs médias ou journalistes préférés et tout en prenant une part de la transaction. Les articles publiés par des médias ou des particuliers, qui permettent aux gens de partager leur travail avec des publics ciblés avec lesquels ils pensent trouver un écho, sont également évaluables, mais ces articles seront alors à la merci des utilisateurs et encourageront les diffuseurs à promouvoir uniquement leur travail de qualité supérieure.

« L’un des principaux défis à relever consiste simplement à le faire connaître en termes de visibilité et à faire en sorte que les gens viennent sur la plate-forme et l’utilisent pour qu’ils puissent voir à quel point elle peut être efficace« , a déclaré Huff, qui est également professeur de sciences sociales au Diablo Valley College et a conseillé Palmieri :

« Atteindre une masse critique et passer au travers des attaques sera leur plus grand test. Mais Credder est le premier sur la scène des médias contestés par la population et ils ont vraiment travaillé sur les bugs depuis quelques années« .

Dans ce nouveau monde en ligne, il y a un besoin urgent d’une éducation aux médias plus critique. Avec la désinformation qui nous entoure, la bataille pour les moyens de communication fait rage silencieusement dans le cyberespace. Credder espère jouer un rôle dans ce combat. Mais que nous ayons affaire à un Yelp pour les nouvelles reste à voir.

Source : New Website Credder Aims to Fight Fake News, Promote Real Journalism

traduit par Réseau International

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :