Publicités
Cellule44 > Blog > Afrique > Crises Africaines > CPI : l’affaire Gbagbo est «une immense défaite de l’accusation»

CPI : l’affaire Gbagbo est «une immense défaite de l’accusation»

Par Arnaud Vaulerin (mis à jour à )

Au lendemain de l’acquittement de l’ex-président ivoirien et de son bras droit, Charles Blé Goudé, le juriste Julian Fernandez détaille les faiblesses de la Cour pénale internationale tout en pointant ses maigres résultats.

[mise à jour, 16/01/2019, 23h00]La Cour pénale internationale (CPI) a suspendu mercredi soir la remise en liberté de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, après un nouvel appel déposé par le procureur. Les juges avaient ordonné plus tôt sa remise en liberté après son acquittement retentissant la veille d’accusations de crimes contre l’humanité. Selon la CPI, M. Gbagbo doit «rester sous la garde de la CPI» jusqu’à ce que l’appel du parquet contre sa libération soit entendu.

Au lendemain de l’acquittement de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes Patriotes, les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye ont indiqué qu’ils feraient appel. Juriste, spécialiste de justice pénale internationale, Julian Fernandez est professeur à l’université Paris-II. Il explique les raisons de cette décision surprenante et revient sur les conditions d’exercice de la CPI.

 

Lire la suite : Libération

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils