Publicités
Cellule44 > Blog > Economie > La Russie annonce un nouveau système monétaire

La Russie annonce un nouveau système monétaire

Par Tom Luongo

Deux routes se séparaient dans un bois et…

J’ai suivi celle qui était la moins fréquentée,

Et cela a fait toute la différence.

Robert Frost

 ——————————-

MISE À JOUR: La validité de cette histoire est sérieusement mise en doute. Lisez ce rapport ici. Pour ce qui est de tout ce qui a été dit dans cet article, s’il s’avère que ce n’est pas vrai que la Russie cherche à acheter 10 milliards de dollars en Bitcoins, alors considérez cet article comme une feuille de route indiquant ce qui se produirait et ce que cela signifierait.

En 2017, j’ai longuement parlé de l’histoire d’amour grandissante entre la Russie et les crypto-monnaies. Du Petro vénézuelien au crypto-rouble annoncé, il y a eu beaucoup de fumée quand il s’agit de crypto-monnaies réellement utilisées pour faciliter les transactions dans le monde réel, mais peu de réel feu.

Les Russes viennent d’en allumer un énorme.

En annonçant qu’ils investiraient 10 milliards de dollars de leurs réserves de change (sur plus de 460 milliards de dollars) en Bitcoins, la Russie légitimera totalement le bitcoin sans aucun support quelconque.

Si on écoute la rhétorique issue de Wall St., tout ce qu’on entend, c’est : « Eh bien, le Blockchain c’est bien, mais le Bitcoin c’est terrible ». Pourquoi cela ? Parce que Wall St. veut contrôler la forme que prennent les crypto- monnaies dans le système monétaire mondial.

Dans leur esprit, cela devrait prendre une forme qu’ils approuvent ou, à tout le moins, qu’ils peuvent contrôler. Et ils ne contrôlent pas le Bitcoin.

La Russie voit la situation différemment. Il voit à juste titre Wall St. et Washington D.C. comme des ennemis, parce qu’ils le sont. Et ils savent que la clé de la santé économique et financière à long terme de la Russie réside dans la possibilité de faire du commerce avec qui ils veulent, quelle que soit la nature de la transaction sur laquelle ils s’accordent.

Il n’y aura pas de négociations avec les États-Unis sur le rôle futur de la Russie dans le système monétaire actuel. Soit la Russie se soumet au contrôle de Wall St. et de Washington, soit elle en sera retirée.

Trump est sans espoir sur cette question car son plan est de simplement remplacer l’invasion physique et les occupations infinies par la répression financière et le bellicisme.

L’Empire revu à la baisse, en d’autres termes.

Pour la Russie, chaque cas d’ingérence des États-Unis dans son économie – sanctions, intimidations, lois contre le blanchiment d’argent et le crime organisé (lois AML et KYC) – est coûteux. Cela retarde la croissance pendant qu’ils construisent des solutions de contournement et des systèmes alternatifs.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont recours à ces tactiques pour entraver la croissance de la Russie en créant des dysfonctionnements dans son commerce.

Mais s’il existe une chose qui fait que les crypto-monnaies, malgré tous leurs défauts, réussissent bien, c’est de réduire la complexité liée au transfert de fonds d’un endroit à un autre. Une fois que vous savez le faire, il est rapide de transférer de l’argent avec Bitcoin ou toute autre crypto-monnaie.

Peu importe que vous achetiez une barre chocolatée ou que vous régliez quelques centaines de contrats à terme sur le pétrole, la transaction prend à peu près le même temps.

Donc, vous aurez compris que la principale raison pour laquelle les États-Unis sont en colère contre la Russie, est que celle-ci a la témérité de dire « non » aux États-Unis. Rien de plus, rien de moins. Poutine a refusé que la Russie soit minée par des gens comme Bill Browder, qui lui-même n’est rien de plus qu’une façade pour les banques qui soutiennent nos politiciens.

Alors, à la fin, quelqu’un peut-il s’étonner que le président russe Vladimir Poutine ait approuvé ce passage au Bitcoin ? Rappelez-vous, au début de 2017, Poutine avait rencontré le designer d’Ethereum Vitalik Buterin qui a expliqué son potentiel à Poutine.

Et après cela, l’hostilité de Poutine (ou plutôt son ambivalence à ce moment-là) à l’égard des crypto-monnaies a diminué et il était un converti quant à la façon dont les crypto-actifs pourraient être utilisés pour améliorer tous les aspects de la société russe, particulièrement dans la réforme de l’administration du gouvernement russe.

Mais cela va bien au-delà de la simple capacité de la Russie à résister aux sanctions américaines. Une fois ce fonds établi, la Russie peut devenir un nœud de stabilité pour quiconque souhaite faire des affaires avec elle et ses banques qui sont sous la menace de sanctions de la part des États-Unis pour une raison quelconque.

C’est par le biais d’une réglementation bancaire de plus en plus stricte que les États-Unis et l’Europe ont imposé le statu quo en matière de flux de capitaux. Les lois AML et KYC font de chaque transaction un cauchemar potentiel de conformité pour toute banque européenne souhaitant faire des affaires avec la Russie ou avec à peu près n’importe qui d’autre que les États-Unis n’approuvent pas.

Le potentiel de représailles politiques est très élevé. La poursuite de la banque danoise Danske, par exemple, a probablement eu un effet dissuasif majeur sur d’autres banques faisant affaire avec la Russie. Et l’espoir est qu’il sera plus facile pour l’administration de Trump d’empêcher la construction du pipeline Nordstream 2.

Mais maintenant, les Russes peuvent et vont compenser les transactions en dehors du système bancaire si nécessaire. Les États-Unis et l’UE vont-ils continuer à harceler les entreprises ? Bien sûr que oui. Mais il sera beaucoup plus difficile de suivre les transactions à travers la chaîne de blocs Bitcoin que par le biais de SWIFT et du système bancaire normal.

Et le coût des opérations de vérification s’inversera. Les coûts pour la Russie chuteront alors que ceux des États-Unis vont monter en flèche.

Les Russes, avec cette décision et bien d’autres, déclarent qu’ils rejettent le système bancaire mondial actuel et les solutions proposées à la crise financière à venir.

Ils comprennent à juste titre que le FMI est la voie privilégiée par le club de Davos pour résoudre la prochaine crise. Et cette voie n’est qu’un prolongement de celle sur laquelle nous nous sommes engagés depuis des décennies.

La Russie a décidé de forger la sienne.

Source : https://tomluongo.me/2019/01/14/russia-announces-new-monetary-system/

Traduction AvicRéseau International

Gold Goats ‘N Guns
Dire la vérité, détruire les récits sur la politique, les marchés et la culture

Aller au contenu

Accueil
Politique
Crypto
Argent
Médias
Compostages
Podcast
Blog privé
Bulletin

La Russie annonce un nouveau système monétaire
14 janvier 2019 / Tom Luongo

En 2017, j’ai longuement parlé de l’histoire d’amour croissante entre la Russie et les crypto-monnaies. De la Petro du Venezuela à la Crypto-rouble annoncée, il y a beaucoup de fumée quand il s’agit de crypto-monnaies réellement utilisées pour faciliter les transactions dans le monde réel, mais de précieuses incendies.

Les Russes en ont allumé un énorme.

Par En annonçant qu’ils diversifieraient 10 milliards de dollars de leurs réserves de change (sur plus de 460 milliards de dollars) en Bitcoins, la Russie légitimera totalement le Bitcoin sans aucune condition.

Si vous écoutez la rhétorique qui sort de Wall St., tout ce que vous entendez est: «Eh bien, la blockchain est bonne, mais le Bitcoin est terrible.» Pourquoi cela? Parce que Wall St. veut contrôler la forme que prennent les crypto-monnaies dans le système monétaire mondial.

Dans leur esprit, il doit prendre une forme qu’ils approuvent ou, à tout le moins, qu’ils peuvent contrôler. Et ils ne contrôlent pas Bitcoin.

La Russie voit la situation différemment. Il considère à juste titre Wall St. et Washington DC comme leurs ennemis, car ils le sont. Et ils savent que la clé de la santé économique et financière à long terme de la Russie réside dans sa capacité à effectuer des transactions commerciales avec tous ceux qui le souhaitent, pour ce qu’il accepte.

Il n’y aura pas de négociations avec les États-Unis sur le rôle futur de la Russie dans le système monétaire actuel. Soit la Russie soumis à Wall Street et au contrôle de Washington, sinon ils en seront exclus.

Trump est sans espoir sur cette question car son plan est de simplement remplacer l’invasion physique et les occupations infinies par la répression financière et la guerre.

Empire sur le bon marché, en d’autres termes.

Pour la Russie, chaque ingérence des États-Unis dans leur économie – sanctions, intimidation, lois relatives à la LBC et au KYC – est coûteuse. Cela retarde la croissance tout en créant des solutions de contournement et des systèmes alternatifs.

Cela fait partie du sens de cette tactique des États-Unis; entraver la croissance de la Russie en créant des inefficacités dans son commerce.

Mais s’il existe une chose qui fait que les crypto-monnaies, malgré tous leurs défauts, réussissent bien, c’est de réduire la complexité liée au transfert de fonds d’un endroit à un autre. Une fois que vous savez le faire, il est rapide de transférer de l’argent avec Bitcoin ou toute autre crypto-monnaie.

Peu importe que vous achetiez une barre chocolatée ou que vous régliez quelques centaines de contrats à terme sur le pétrole, la transaction prend à peu près la même chose. quantité de temps.

Donc, une fois que vous comprenez que la principale raison pour laquelle les États-Unis sont en colère contre la Russie, c’est parce qu’elle a la témérité de dire aux États-Unis «Non». Rien de plus, rien de moins. Poutine a refusé de permettre à la Russie d’être minée par des gens comme Bill Browder, qui n’est lui-même qu’un front pour les banques qui soutiennent nos hommes politiques.

Donc, à la fin, est-ce que quelqu’un est surpris que le président russe Vladimir Poutine ait approuvé cette décision dans Bitcoin? Rappelez-vous qu’au début de 2017, Poutine avait rencontré le concepteur d’Ethereum, Vitalik Buterin, qui lui avait expliqué son potentiel.

Après cela, l’hostilité (ou l’ambivalence réelle à ce moment-là) de Poutine vis-à-vis des monnaies cryptées s’est estompée et il s’est converti à la façon dont les fonds cryptographiques pourraient être utilisés pour améliorer toutes les facettes de la société russe, en particulier lors de la réforme de la bureaucratie gouvernementale russe.

Mais cela va bien au-delà de la capacité de la Russie à résister aux sanctions américaines. Une fois ce fonds créé, la Russie peut constituer un nœud de stabilité pour quiconque souhaite faire des affaires avec elle et ses banques qui sont sous la menace de sanctions de la part des États-Unis pour une raison quelconque.

C’est grâce à la réglementation sans cesse croissante des banques que les États-Unis et l’Europe ont imposé le statu quo des flux de capitaux. Les lois AML et KYC font de chaque transaction un véritable cauchemar en matière de conformité pour toutes les banques européennes souhaitant faire affaire avec la Russie ou pour toute autre personne que les États-Unis n’approuvent pas.

Le potentiel de rétribution politique est très élevé. Les poursuites contre la banque danoise Danske, par exemple, ont probablement eu un effet dissuasif important sur les autres banques faisant affaire avec la Russie. Et l’espoir était de permettre à l’administration Trump d’arrêter plus facilement la construction du pipeline Nordstream 2.

Mais maintenant, les Russes peuvent et vont effacer les transactions en dehors du système bancaire si nécessaire. Les États-Unis et l’UE vont-ils continuer à harceler les entreprises? Bien sûr. Mais il sera beaucoup plus difficile de suivre les transactions à travers la blockchain de Bitcoin. passe par SWIFT et le système bancaire normal.

Et le coût de la conformité s’inversera. Les coûts de la Russie chutent tandis que les États-Unis montent en flèche.

Avec ce mouvement et beaucoup d’autres, les Russes déclarent qu’ils rejettent le système bancaire mondial actuel et les solutions proposées pour faire face à la crise financière à venir.

Ils comprennent à juste titre que le FMI est la voie privilégiée par The Davos Crowd pour résoudre la prochaine crise. Et ce chemin n’est que la continuation du chemin que nous suivons depuis des décennies.

La Russie a décidé de se forger la sienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :