La Cour Suprême de Côte d’Ivoire veut traîner une nouvelle fois Simone Gbagbo devant les Assises

Acquittée le 28 mars 2017 par la Cour d’Assises d’Abidjan de l’accusation de crimes contre l’Humanité, Simone Ehivet Gbagbo est toujours incarcérée à l’Ecole de la Gendarmerie Nationale suite à une première condamnation (le 10 mars 2015) à 20 ans de prison pour complot contre l’autorité de l’Etat et divers troubles à l’ordre public.
Or le 26 juillet 2018, le verdict d’acquittement – qui pourrait certainement favoriser sa remise en liberté – fut ni plus ni moins cassé par la Cour suprême.
Au moment où il n’échappe à aucun observateur que le rapport de forces politique est en train de tourner en défaveur du régime en place (échec de la campagne pour l’enrôlement électoral, refus de la fusion RDR / PDCI par le parti d’Henri Konan Bédié, structuration de l’opposition, impasse de la CPI dans le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé… ), Simone Gbagbo, otage, est victime de représailles.

Rappel : Mardi 31 juillet 2018 :
Journée nationale de la Femme Africaine, Solidarité avec Simone GBAGBO

Source : http://www.lesamisdelaurentgbagbo.com/actualite-530-harcelement-judiciaire-et-represailles-contre-simone-gbagbo.html

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.