Publicités
Bernard Tanoh-Boutchoué : Qu’est-ce qui a tué l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à l’Onu ?

Bernard Tanoh-Boutchoué : Qu’est-ce qui a tué l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à l’Onu ?

, nouvel ambassadeur de Côte d’Ivoire à l’Organisation des Nations-unies () est décédé d’un malaise, dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 avril 2018. Un décès brusque qui suscite des interrogations, notamment qu’est-ce qui l’a tué ?

L’information a été donnée par l’AFP qui évoque un « malaise » piqué, il y a deux jours, consécutif à un rappel à l’ordre qui l’a profondément « affecté ». En effet, début avril, Bernard Tanoh-Boutchoué avait été rappelé, en Côte d’Ivoire, pour consultation, par , ministre des Affaires étrangères.

A lire aussi : Mort de Stephen Hawking, « il aurait été traité de sorcier dans certains pays d’Afrique » 

En cause : un vote déterminant de la Côte d’Ivoire, membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’Onu, sur la . Le 19 mars 2018, sur instruction de sa hiérarchie, Tanoh-Boutchoué avait décidé, à la dernière minute, de voter l’abstention, un geste qui a empêché l’audition d’un exposé sur la situation des droits de l’homme en  et qui avait suscité la colère de la France. Selon l’agence française, , ambassadeur de la France, à l’Onu, avait émis une vive protestation auprès d’, ministre de la Défense, présent à New York du 23 mars au 2 avril, en rappelant le rôle diplomatique joué par son pays, en vue de l’admission de la Côte d’Ivoire au sein des membres non permanents.

Bernard Tanoh-Boutchoué : diplomate respecté

Bernard Tanoh-Boutchoué ici avec le président du KirghistanBernard Tanoh-Boutchoué ici avec le président du Kirghistan, en mars 2017
Bernard Tanoh-Boutchoué, 67 ans, était un diplomate respecté dans le milieu. Il est arrivé à New York, en septembre 2017, en provenance du Tadjikistan, où il avait ouvert, six mois plus tôt, la première mission diplomatique de Côte d’Ivoire. De l’Egypte à la Russie, en passant par l’Azerbaidjan et l’Ukraine, Tanoh-Boutchoué n’avait commis aucune faute diplomatique connue.

Lors de sa dernière intervention, qui remonte à la semaine passée, suite à l’éclatement de l’affaire dite de l’utilisation des armes chimiques en Syrie, il s’était exprimé à la tribune des Nations-Unies, en rappelant que « le recours à la force doit être autorisé par le conseil de sécurité ». Ajoutant : « La Côte d’Ivoire exprime ses vives préoccupations, au regard de l’incapacité de notre conseil à relancer le dialogue en Syrie et à faire reculer les partisans de la solution militaire ». Ce fut sa dernière apparition publique et son dernier discours.

Emmanuel Gautier

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :