MAV: C’est passionnant… et si terriblement vrai !- J’ai toutefois ôté des passages historiques qui concernaient surtout les Anglais, l’article étant particulièrement long – Version originale anglaise: www.banner.org.uk

DES PIERRES DISPERSÉES

« Eh quoi! L’or a perdu son éclat! L’or pur est altéré! Les pierres du sanctuaire sont dispersées aux coins de toutes les rues! Les nobles fils de Sion, estimés à l’égal de l’or pur, sont regardés, hélas! comme des vases de terre, ouvrage des mains du potier! » Lamentations 4 :1-2

C’est déjà arrivé à deux reprises: les pierres du Temple précieux de Dieu, le lieu de Son habitation, ont été dispersées et brisées. L’or, placé avec amour dans le Temple par ceux qui sont dévoués à Dieu, a été volé, fondu et refait en bijoux et en breloques.

Quel symbole de la corruption et du sort du peuple de Dieu! Anciennement pur et dévoué à Dieu seul, il brillait tel quelque chose de sacré et de spécial. Mais lorsqu’il a détourné sa pensée et son cœur vers des dieux païens, vers la sensualité, la possession de terrain et vers la soif de pouvoir et le désir de dominer sur les autres – lorsque ces éléments ont corrompu les adorateurs dans le Temple de Dieu, cela les conduit à leur chute.

Ceux du peuple de Dieu de l’Ancien Testament en qui ils avaient mis leur confiance pour enrichir leur vie devinrent plutôt les pilleurs de leur Temple et les instruments de leur exil.

Les pierres du Temple furent brisées et dispersées et les « pierres vivantes » du Temple furent également séparées, asservies et exilées loin de leur demeure.

LE PILLAGE DU TEMPLE

Nous revivons encore cette situation! Nous sommes témoins du pillage du Temple vivant de Dieu, l’Église. Il ne s’agit pas d’un jour de réveil, comme certains aimeraient nous faire croire, mais d’un jour ténébreux de corruption et de dispersion des pierres. De par toute la terre, le cri de ceux qui aiment vraiment Dieu est celui-ci :

« nous sommes brisés, isolés et secs; nous recherchons une réelle communion fraternelle mais nous la trouvons rarement. »

Les « pierres » sont éparpillées ici et là et ne sont plus unies au sein de structures solides mais se rencontrent plutôt en tant que groupes d’individus disparates.

La raison de cette situation est la même qu’auparavant : des dieux païens sont adorés dans le Temple et la convoitise de l’excitation, l’aventure, les expériences sensuelles, la puissance et la popularité ont éclipsé l’adoration de Dieu. Les dirigeants savent (je crois) que le péché érode les fondations mais, à l’instar de l’Empire Romain décadent, ils gardent le peuple occupé avec “du pain et des jeux”.

Très peu de gens posent des questions pertinentes au milieu des piles de livres et de divertissement constant.

C’est là une description parfaite de l’Église des temps de la fin, celle de Laodicée. Tel que mentionné par le Seigneur Jésus, sa condition serait celle de l’arrogance, de l’indifférence et de l’auto-satisfaction.

« Car tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien; et tu ne connais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu.” (Apocalypse 3 :17)

QUE S’EST-IL PASSÉ?

La saine (quoique collet monté) Église évangélique des années pré ’60 a subi une transformation qui l’a menée d’un formalisme poussiéreux au fait de manquer le réveil. En l’espace de 30 ans, la condition, la doctrine, la pratique et l’ordre de l’Église évangélique ont presque été entièrement changés au point de laisser plusieurs anciens membres complètement ahuris devant les résultats.

D’une minorité en déclin, les évangéliques sont devenus une histoire de succès, s’emparant des convertis et devenant le seul secteur à jouir d’une croissance numérique soutenue.

Malgré cela, le degré de foi et d’engagement authentique parmi les Chrétiens est maintenant épouvantable et les modes populaires telles que fut celle de Toronto consument la plupart de ces églises. Ce que Dieu offrait pour le réveil dans les années ’60 a été saisi par certains, qui l’ont perverti et qui en ont fait la pire forme d’esclavage. Que s’est-il passé?

Nous, Chrétiens d’une autre époque, (pré-berger!) nous souvenons d’une Église que nous avons peine à reconnaître aujourd’hui. Autrefois, nous pensions aux « mauvais jours » précédant la révolution Charismatique des années ’60 et ’70, dû au traditionalisme et aux attitudes parfois suffocantes qui éteignaient l’Esprit.

Les évangéliques (qui, en ces jours, représentaient ceux qui étaient nés de nouveau et non ceux qui se disaient Chrétiens) étaient en minorité et impopulaires. À ma nouvelle naissance en 1965, j’ai connu une Église où les Évangéliques méprisés luttaient pour leur existence dans un monde gouverné par les libéraux. La prédication était soporifique et contenait rarement un message évangélique. Les sorties évangéliques étaient peu sérieuses et peu s’y joignaient. L’adoration était ennuyeuse et manquait de conviction.

Quelques rares personnes (telles que moi) désiraient un style d’adoration plus détendu. Par conséquent, lorsque Youth Praise (Jeunesse Adoration) fut publié en 1966, nous nous y sommes accrochés. Ce livre de musique d’adoration pour la jeunesse était un vent d’air frais dans une pièce étouffante.

En ces jours, l’hérésie dans l’Église se limitait à y voir une guitare et une copie de ce livre musical. Nous étions vraiment jugés pour ces choses!

Cependant, si nous avions su les conséquences de l’éveil du Mouvement Charismatique, nous aurions probablement été plus satisfaits de ce que nous avions déjà, malgré le formalisme. Laissez-moi vous partager le contraste entre les croyances générales des vrais évangéliques de ces jours et celles des supposés évangéliques du Mouvement de Restauration d’aujourd’hui.

CARACTÉRISTIQUES DU CHRÉTIEN ÉVANGÉLIQUE – ANCIEN STYLE

Prêcher l’Évangile du salut personnel à chaque opportunité est une priorité

Être évangélique signifiait que vous désiriez témoigner à tous de l’amour et du salut trouvés en Jésus-Christ. La forme d’expression la plus importante témoignant de la vie d’un évangélique était de prêcher l’Évangile puisqu’il n’y avait aucun autre espoir pour l’homme.

« L’évangile social » de l’Église libérale était perçu comme étant opposé à l’Évangile car il cherchait à transformer la nature de l’homme et la société en général sans faire référence à l’expérience biblique de la justification par la foi.

L’absolue nécessité de l’expérience de la nouvelle naissance pour être sauvé


Personne n’ayant définitivement conscience d’être converti selon Jean chapître 3 n’était compté parmi les Chrétiens. « J’ai grandi en tant que Chrétien » n’était pas acceptable. La doctrine diluée des Anglo-Catholiques et particulièrement le credo des bonnes œuvres de Rome étaient anathème aux yeux d’un vrai évangélique. Les Chrétiens de nom qui croyaient aller au ciel parce qu’ils fréquentaient une assemblée et qu’ils menaient une vie sans reproche étaient majoritairement dans certains courants traditionnels.  Ils étaient les plus difficiles à convertir. L’insistance sur une réelle conversion était la marque d’un « évangélique ».

L’amour de la Parole de Dieu et la connaissance de la Parole de Dieu

Les évangéliques prenaient la Bible très au sérieux, la croyaient littéralement et ne permettaient pas qu’on en dévie le moindrement. Toute prédication était jugée pour s’assurer qu’elle était saine selon les Écritures et faisait l’objet de discussions après l’assemblée. Avec raison, la Bible était perçue comme la fondation de la vie et de l’existence du Chrétien et, mieux vous la connaissez, mieux c’était pour vous. La première chose qui m’est arrivée en tant que nouvelle Chrétienne fut de m’inscrire à un cours d’étude biblique sérieuse afin d’apprendre les doctrines contenues dans la Parole de Dieu. Le « temps tranquille » de prière quotidienne et d’étude biblique, utilisant des notes prises lors d’un ministère bibliquement sain, était vu comme obligatoire et sa négligence était le signe d’être rétrograde.

Le désir de la pureté doctrinale

En obéissance au commandement “d’examiner toutes choses”, les évangéliques d’alors n’acceptaient jamais d’emblée des ministères, des livres ou des prédications. Ils les passaient par le feu. Les ministres excentriques qui venaient parler à notre église étaient souvent invités à une réunion après l’assemblée et se faisaient griller. S’ils ne s’alignaient pas selon la doctrine scripturaire, ils étaient comptés parmi les hérétiques. Un ministre à la jeunesse, hautement respecté dans son ministère et envoyé chez nous sous la recommandation du Comité à la Jeunesse du Diocèse, a admit ne pas savoir qui était le Saint-Esprit. Estomaqués par cette révélation, nous l’avons invité à quitter les lieux.

L’aversion des croyances libérales et une bonne connaissance des erreurs de Rome

Nous n’avions rien en commun avec Rome! Et puisque les Catholiques parmi nous étaient des Romains déguisés, nous les rejetions également. Dès le début de notre conversion, nous étions éduqués sur les claires différences entre l’Évangile biblique de la justification par la foi et les croyances Romaines. Rome était la Grande Prostituée et le Pape était l’Antichrist. Pas d’arguments. Nous connaissions toute l’histoire de la Réforme – en fait, puisque nous vivions près d’Oxford, nous marchions souvent à l’endroit où les martyrs étaient brûlés vivants. Nous étions donc bien au courant des horreurs de Rome. Parmi toutes les hérésies, l’œcuménisme était à peu de choses près la pire d’entre elles.

L’unité spirituelle des saints sans compromettre la doctrine

En dehors de l’œcuménisme, nous aimions et pratiquions l’unité des croyants nés de nouveau venant de dénominations différentes. Dans notre ville, il y des chrétiens de divers dénominations. Ensemble, nous organisions des événements évangéliques (dans lesquels nos églises respectives ne participaient pas !). Toutefois, notre unité était spirituelle car nous connaissions tous le Seigneur. Je crois que cela était une expérience commune parmi les évangéliques du temps. (Le Renouveau Charismatique s’est lancé sur la rampe de ces réunions de maison informelles et s’est appelé le Mouvement de l’Église Maison pendant un certain temps.)

La marche quotidienne gouvernée par les principes bibliques

Puisque les évangéliques connaissaient et aimaient la Parole de Dieu, il n’est pas surprenant qu’ils avaient la conviction de vivre une vie sainte. Ceci voulait dire une séparation d’avec le monde dans le sens d’éviter la chair et l’excès. Il n’était pas acceptable de fumer ou de boire de l’alcool, la modestie vestimentaire était encouragée, la convoitise était péché et l’humilité et un style de vie simple étaient précieux. Ceux qui ne manifestaient pas de façon évidente un style de vie saint étaient considérés suspects et, si quelqu’un s’égarait, tout le groupe priait pour l’individu et l’exhortait.

Reconnaître la condition des rétrogrades et la correction au sein de l’Église

Bien sûr, nous ne permettions pas aux authentiques rétrogrades de déchoir de la grâce sans rien dire. Le péché ne passait pas inaperçu et était confronté dans les églises. Tout ministre ayant une conduite honteuse devait quitter le ministère sans quoi il était frappé d’ostracisme par les évangéliques.

Être rempli de l’Esprit-Saint était relié à la sanctification et non aux dons et aux manifestations

Bien que le baptême du Saint-Esprit n’ait pas eu lieu pour la première fois dans ces jours-là, plusieurs personnes en avaient vécu l’expérience. Cependant, les enseignements du temps sur la plénitude étaient centrés sur la sanctification et non sur les dons ou les manifestations du Saint-Esprit. Le chemin à une vie plus profonde était la recherche de la sainteté et une entière soumission à la seigneurie de Jésus-Christ. Quiconque désirait recevoir l’Esprit s’attardait donc à la réflexion personnelle, traitait le péché et les obstacles et engageait sa vie entière à Dieu.

L’adoration traditionnelle scripturaire, sans excès

Dans la plupart des dénominations, l’adoration était compressée entre un cantique et la prière, ne laissant aucune place à l’inspiration ou à la spontanéité. Conséquemment, il y avait peu de place pour la réalité spirituelle dans l’adoration. Toutefois, du côté positif, les chants étaient bibliquement solides, en général. Plusieurs d’entre eux avaient été écrits par des Chrétiens profondément engagés, des missionnaires et des martyrs, et il y avait évidemment les chants composés par les frères Wesley. Tous ces hymnes étaient des prédications chantées et ne ressemblaient en rien à ceux d’aujourd’hui. Les chants pouvaient donc être un moyen réel d’adoration venant du cœur. Le toit de l’assemblée pouvait s’élever à l’occasion, simplement par l’utilisation de l’orgue et de la chorale. De plus, le culte Anglican du dimanche offrait régulièrement des lectures bibliques, une variété de prières, la confession des péchés et un temps de réflexion tranquille dans une atmosphère de révérence.

Une eschatologie pré-millénariste et la prévision de l’apostasie avant le Retour du Seigneur

La position doctrinale évangélique était majoritairement pré-milléniale, sinon pré-tribulationiste. Bien que l’eschatologie ne fût pas souvent au menu de notre enseignement, nous lisions la Bible de manière littérale. Nous nous attendions à voir un déclin dans les standards, l’apostasie et un gouvernement mauvais comme des signes du retour du Seigneur. Les Frères, en particulier, étaient des Dispensationalistes et une distinction était faite entre Israël et l’Église.

Un but céleste; les yeux sur les récompenses au ciel au lieu de sur la terre

Les évangéliques croyaient que cette vie en était une de labeur et de tribulations, travaillant au champ, mais que les récompenses au ciel leur étaient incomparables. Les hymnes et les chants reflétaient cette réalité : « De noires épreuves de tous côtés, et nous ne comprenons pas comment Dieu nous conduira à la Terre Promise… » L’idée de dominer dans cette vie, sur cette terre, était une risée car non seulement nous voyions la Tribulation à venir mais aussi si peu de gens étaient vraiment intéressés à accepter l’Évangile du salut, qui après tout était le seul moyen de changer le cœur de l’homme. Le but grandiose à venir était celui du Royaume céleste et sa représentation terrestre pendant le Millénium. Ce n’était qu’après la mort, au ciel, que nous jouirions de la perfection et de la paix.

COMMENT TOUT S’EST ÉCROULÉ PAR LES ASSEMBLÉES DE LA RESTAURATION

Il y eut un changement de focus, c’est-à-dire de Dieu au “moi” presqu’au début du mouvement charismatique. Bien qu’il fût peu apparent au départ, la discipline biblique personnelle, la foi, la sainteté, la prédication de l’Évangile et tout ce qui avait démarqué les évangéliques en tant que Chrétiens authentiques disparaissait de jour en jour et se voyait remplacé par une adoration excitante et le parler en langues aux réunions. Même dans ce temps-là, plusieurs se plaignaient de ce qui prévalait chez les charismatiques, en comparaison de “l’ancien style” Chrétien.

Bien que le renouveau ait servi à raviver des saints, il a également amené le désir de se réjouir à l’église aux dépends des fondements bibliques Chrétiens. Non seulement l’esprit de plusieurs était ravivé, mais également leur chair!

Le pire était à venir. La doctrine changeait aussi. Peu à peu, la Bible était mise de côté, la vérité était éclipsée par les faux enseignements et une nouvelle révélation était introduite.

Voici les changements qui eurent lieu, en contraste avec ce qui était :

L’Évangile devient une transformation sociale et l’évangélisme se perd

La prédication de l’Évangile en rapport avec la nécessité de la conversion et du salut personnel est au bas de la liste des priorités au sein des fraternités de la Restauration. En effet, cet Évangile est parfois critiqué et étiqueté comme faisant partie du vieil ordre. En fait, amener le plus grand nombre à se joindre ou à coopérer avec une assemblée locale dont le but est de transformer la société, et ultimement le monde, est la nouvelle priorité. Des déclarations grandioses concernant le rôle de l’Église en tant que sel et lumière du monde cachent ce changement à un évangile social, où le bénévolat (appelé « évangélisme en service ») remplace l’authentique prédication de l’Évangile. L’aspect spirituel de l’évangélisme se limite maintenant à une adoration hautement stimulée dans laquelle les gens sont invités à « expérimenter Christ », peu importe leurs croyances ou leur situation courante.

Une conversion personnelle biblique n’est plus requise pour être membre

Le salut corporatif est maintenant plus important que le salut individuel. La déchéance s’est installée lorsque “la couverture spirituelle” a exigé que toute personne sauvée soit également un disciple afin d’être un vrai Chrétien. Devenir membre de l’église était la porte au Royaume et les dirigeants en détenaient les clés (comme le pape!!). L’emphase était mise sur l’obéissance à l’église plutôt qu’à Dieu et à Sa Parole.

Les leaders ont développé une attitude de relâche face à la conversion et ont enseigné que “nous cheminons spirituellement” au lieu d’insister sur la nécessité de la nouvelle naissance qui, en fait, est plutôt une situation de « crise ».

Il y avait également le concept de vivre la conversion au moyen d’une expérience spirituelle dans laquelle une personne « rencontrait » Christ, suivi bien sûr du discipolat sous l’aile de l’apôtre local.

Pour la grande majorité, le salut vient maintenant par des expériences spirituelles, en ayant un festival d’amour avec “l’esprit de Christ” ou simplement en devenant membre d’une assemblée locale. Ceci importe peu dans une église où le focus principal n’est pas vraiment le salut mais plutôt l’unité et la glorification de l’Église. Là où le but est de préparer l’Église à gouverner, les Chrétiens, en tant qu’individus, se font demander d’obéir et de se conformer au Plan. Le Corps Corporatif sur la terre est tout; l’individu n’est seulement qu’une cellule du Corps. Et voilà pour l’importance du salut individuel et biblique!

La Bible est presque disparue

Du début, le mouvement charismatique était critiqué pour son emphase sur l’adoration au détriment de l’emphase sur la Parole, toutefois les Chrétiens connaissaient la Bible et elle avait de la valeur à leurs yeux. Cependant, au fil des années, il semble y avoir eu un effort concentré pour reléguer la Bible à l’arrière-plan. Les jeunes convertis n’étaient plus encouragés à étudier les Écritures comme autrefois. Dans plusieurs réunions du mouvement de la Restauration, la Bible est rarement ouverte, encore moins prêchée. Le message n’est pas fondé sur la Parole; il est sous forme d’anecdotes, rempli de témoignages personnels et d’expériences. Les révélations reçues par les prophéties, et les visions, sont comptées de valeur égale à la Parole écrite de Dieu et, dans certains cas, sont considérées plus importantes que la Bible. De plus, de nouvelles versions suspectes de la Bible telle que « Le Message » sont souvent utilisées par les dirigeants.

Même aux premiers jours de la couverture spirituelle, les “disciples” se font enseigner que les décisions de leurs leaders sont de la plus haute importance bien que ces derniers, dans certains cas, s’opposaient à ce que l’Esprit de Dieu dit dans la Parole. Les longues années d’obéissance à leurs dirigeants ont amené les croyants de la Restauration à ne plus penser par eux-mêmes. De nos jours, ceux qui s’appliquent à étudier les doctrines bibliques sont perçus comme des gens religieux pris dans un vieux paradigme.

La doctrine est perçue comme une division

Parce qu’il n’y a pas d’absolus, nous nous retrouvons avec un chaos doctrinal au lieu de la pureté doctrinale et certains remettent même en question le jugement éternel. Blanc et noir sont devenus gris, la quête de la saine doctrine a été abandonnée pour être éventuellement cataloguée comme une source de division. Ainsi, éprouver toutes choses à la lumière de la Parole de Dieu est devenu démodé au sein des assemblées de la Restauration.

Rome devient un partenaire de foi au lieu d’un ennemi


La tendance à l’œcuménisme au sein de la Restauration et d’autres nouvelles fraternités a été bien documentée. David Du Plessis a été l’un des premiers Pentecôtistes à courtiser Rome, suivi de près par le mouvement du Renouveau Anglican en Grande Bretagne. Chez les Charismatiques non-dénominationnels, la mise en garde contre Rome a été perdue en l’espace de 10 ans. Non seulement l’histoire et la foi de Rome ont été balayées sous le tapis mais la base de la communion fraternelle s’est élargie pour inclure quiconque avait été baptisé du Saint-Esprit et déclarait “aimer Jésus ». Conséquemment, la porte était grande ouverte à l’entrée de supposés Catholiques Charismatiques et leurs doctrines ont été réintroduites parmi les Protestants. Aujourd’hui, les Restaurationistes réimpriment dans leurs magazines des articles écrits par des Catholiques et se joignent à eux lors de pèlerinages, sans sourciller.

L’unité visible de toutes les dénomations devient nécessaire

Les Restaurationistes sont passés d’une unité spirituelle biblique à “l’unité à tout prix”. Selon leur compréhension, une entière unité visible est nécessaire pour que l’Église puisse conquérir le mal et établir le royaume de Dieu. Afin d’accomplir cela, ils ont rejeté tout obstacle. Évidemment, le premier obstacle était la saine doctrine.

La marche quotidienne des croyants de la Restauration est mondaine

Aussitôt que la Restauration s’est mêlée aux assemblées Charismatiques, la marche vers la mondanité s’est installée, pour deux raisons. Premièrement, la conviction du péché a été perdue lorsque la Bible n’avait plus un rôle prédominant dans l’adoration et dans la discipline de l’Église. Deuxièmement, l’idéologie de la Restauration était le succès terrestre et l’avancement. Ils ont cherché à transformer le monde actuel et les gens au lieu d’en faire des convertis pour le Ciel. Par conséquent, les croyants devaient retourner dans le monde et influencer les autres à “se joindre à l’Église”.

La séparation d’avec le monde était critiquée et vue comme une doctrine « gnostique » et de longs articles étaient écrits, condamnant ceux qui faisaient une distinction entre ce qui est sacré et ce qui est profane. Le résultat était de forcer les disciples de la Restauration à retourner à leur ancien mode de vie, qu’ils avaient abandonné pour suivre Jésus. J’en connais plusieurs qui se sont plaints d’avoir été forcés à retourner prendre une bière dans un pub. Les démarcations entre le péché et la justice ont été si embrouillées que le péché sexuel, la consommation de drogues, l’homosexualité, l’avortement et plusieurs autres valeurs du monde ont été importées dans les fraternités et accommodées sans trop d’opposition.

L’impureté n’est plus un obstacle à devenir membre

Le modèle biblique avant c’était de mettre les pécheurs non-repentants au défi et, ultimement, les excommunier de la fraternité. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ceux qui se taisent en rapport avec leur vie privée s’en tirent. D’autres, plus ouverts, sont approchés de façon sympathique, en tant que victimes de leur éducation et de leur environnementLe travail social et la psychologie ont largement remplacé le Conseil biblique, ce qui implique que les problèmes ne sont pas confrontés au niveau spirituel. Les leaders de la Restauration ont créé un si grand environnement de bienvenue pour les pécheurs que le péché a cessé d’être la plus grande menace à leurs assemblées. Au lieu de cela, c’est le désaccord qui est un crime. S’opposer à l’enseignement du dirigeant est presque devenu la seule raison d’excommunier un membre.

Obtenir l’onction a remplacé le vrai baptême de l’Esprit

Tel que mentionné auparavant, le concept d’une vie spirituelle plus profonde, au 19 e siècle, était relié à la sanctification et à la soumission à la volonté de Dieu Le changement apporté par le mouvement Charismatique a été dévastateur. Il reliait le baptême de l’Esprit aux dons plus qu’à l’auteur. Soudainement, les gens ont désiré la puissance et l’excitation, et y ont vu le moyen facile des les obtenir. La justice n’était plus importante; presque n’importe qui pouvait vivre une manifestation spirituelle sans le besoin de sanctification. Avec le temps, ceci signifiait qu’obtenir « l’onction » était la clé d’une vie spirituelle profonde. Toronto et Brownsville ont misé sur ces erreurs, offrant des expériences spirituelles aux masses, à aucun prix.

L’adoration devient du divertissement

Au départ, le mouvement Charismatique chantait des hymnes utilisés lors d’anciens réveils au moment de l’adoration mais dans leur quête d’un “plus” spirituel, ils ont vite été remplacés par des nouveaux chants banals et répétitifs. Au fur et à mesure qu’entraient de nouvelles doctrines, elles étaient incorporées dans les chants. La spontanéité de l’adoration ancien-style, composée de chants simples est devenue chose du passé.

Le focus de l’adoration s’est déplacé des Écritures vers des déclarations concernant l’Église – sa victoire, sa puissance et son importance – ainsi que des promesses concernant le royaume. La louange et la consécration à Dieu ont été remplacées par des chants « d’amour-émotionnel » à Jésus. Le focus étant sur soi et non sur Dieu, l’adoration est devenue un spectacle. Le monde s’est infiltré avec le rock, le heavy métal et les styles Celtique et Nouvel Age.

L’autre aspect de la musique, c’est-à-dire l’habileté à manipuler les pensées et les cœurs des gens, a été employée avec succès pour préparer la congrégation à recevoir des nouvelles doctrines. Il semble maintenant impossible d’ouvrir des réunions Charismatiques sans passer deux heures « d’adoration » accompagnées de musique très forte et intense.

Les autres aspects de l’adoration Chrétienne tels que la tranquillité, la révérence, la prière, la lecture de la Bible et celui de dispenser droitement la Parole de Dieu ne sont presque plus présents.

Les dons de l’Esprit ont été pervertis en des opportunités pour de l’endoctrinement, les prophéties reçues par de simple membres doivent être contrôlées par les anciens. Bien qu’un service « du bout des lèvres » soit apporté dans le ministère au sein du Corps, la majeure partie de « l’adoration » est gérée par ceux sur l’estrade et les anciens.

Le pré-millénarisme a été remplacé

Quoique certains leaders se déclarent pré-millénaristes, cette doctrine a presque disparu au sein des assemblées de la Restauration. Un changement majeur de paradigme vers une doctrine triomphaliste post-millénariste s’est infiltré dans les années ’70 et le but est devenu d’établir le Royaume sur la terre.

Les doctrines concernant l’Enlèvement de l’Église, la Tribulation, l’apostasie des derniers temps et un Antichrist physique ont été dénoncées comme étant des séductions.

De plus, Israël a été remplacé par l’Église.

Le but est maintenant de conquérir les nations pour Dieu

Vu le changement de paradigme vers le post-millénarisme, il était inévitable que le focus deviendrait la terre plutôt que le royaume au Ciel. Conquérir les nations était le but et non se réjouir des récompenses célestes. L’Église avait la mission de gagner le monde au Christianisme et d’équiper des leaders pour le règne du millénium. Évidemment, ceci représente un énorme changement d’intérêts! Les Chrétiens se soumettraient au discipolat et abandonneraient leur individualité s’ils croyaient que la chose la plus importante était de gouverner sur une terre restaurée.

Par ailleurs, puisque le monde s’attend au gouvernement, le besoin d’une structure et d’ordre est évident. Ne croyant pas à une Tribulation à venir, il n’y a aucun besoin de vigilance et en l’absence d’apostasie, il n’y a aucun besoin de craindre la séduction. Le désir des choses célestes s’est estompé et les Chrétiens de la Restauration n’ont plus leurs regards fixés « en haut ». Ils regardent autour d’eux pour considérer comment transformer le monde.

COMMENT LE « RENOUVEAU » EST DEVENU LA « RESTAURATION »

Il est clair qu’un gouffre énorme s’est établi entre le Pentecôtisme classique et les nouvelles églises. Les doctrines ont changé au point de ne plus les reconnaître. Au lieu de renouveler l’Église existante, la Restauration a tout balayé pour établir ce qui ressemble à une secte. Ce mouvement a grandi de façon exponentielle en renversant des dénominations. Il s’est emparé du marché de la publication, de l’enseignement, de la musique, de l’évangélisme et de l’adoration. Bien plus, il a fait plier l’Église nationale à sa volonté et a envoyé des ondes de choc dans tous les domaines du Christianisme, forçant même ceux qui étaient originalement anti-Charismatiques à devenir leurs alliés.

Comment cela a-t-il pu se produire? __Comment un désir d’une vie renouvelée, venant de Dieu, a pu dégénérer en la camisole de force étouffante du Dominionisme?

  • Note MAV. J’ai retiré la longue deuxième partie, qui relatait surtout les transformations survenues via certains hommes au cours du dernier siècle… J’ai aussi écourté certain passages de la troisième partie

3e Partie – Le Mouvement de La Pluie de L’Arrière-Saison et le Mouvement de La Restauration en Grande-Bretagne (et ailleurs)

INTRODUCTION

La Couverture Spirituelle (nous l’examinerons plus tard dans cet article) fut un tournant doctrinal majeur. Cette révélation tint une voie parallèle à la majeure partie de la doctrine traditionnelle de l’Église. Tandis que les évangéliques s’occupèrent à voir des âmes sauvées, cet enseignement, que j’appellerai le « Restaurationisme », fixa ses regards sur un but plus grandiose – celui de transformer l’Église en Un Homme Nouveau, Christ incarné dans Son Corps.

La restauration des dons spirituels, de la puissance, de l’autorité et de la structure de l’Église primitive, accompagnée de l’emphase sur un renouvellement des apôtres et des prophètes en tant que leaders qui amèneraient l’Église en une unité visible, une pureté et une gloire complètes – le but supposé de la « plénitude »-, fut une partie nécessaire à cette transformation. Les « vainqueurs » de cette super-église atteindraient ultimement une sainteté parfaite, sans péché, afin de régner en tant qu’Agent Exécutif de Christ sur la terre, ce qui aurait pour résultat la restauration de toute la création et un âge d’or de paix et de justice pour tous.

LE COURANT CACHÉ

Dans les années 50 et 60, le mouvement des Églises-Maison passa presque inaperçu aux côtés du Mouvement du Renouveau et des groupes Pentecôtistes indépendants.

À première vue, les différences entre le mouvement du Renouveau et celui des Églises-Maison n’étaient pas apparentes. Il s’y trouvait le même désir de participer à des réunions informelles, celui de la liberté d’expression, les nouveaux chants, l’adoration et le ministère au Corps. Des membres de chaque groupe déclaraient avoir reçu une nouvelle immersion du Saint-Esprit et de pratiquer les dons. Mais dans l’arrière-plan, un grand changement au niveau doctrinal s’installa. 

LA PLUIE DE L’ARRIÈRE-SAISON ARRIVE EN EUROPE

…Arthur Wallis (1923-88) qui plus tard fut connu sous le nom de « père du Mouvement Charismatique », incorpora dans son enseignement les croyances de la Pluie de l’Arrière Saison concernant un déversement extraordinaire dans les derniers temps qu’il identifiait comme étant le « déversement sur toute chair » de Joël. S’il devait y avoir un âge d’or eschatologique dans lequel les croyants seraient remplis de puissance et unis et que des milliers seraient moissonnés dans l’Église, alors ceci s’étendait bien au-delà du renouveau personnel ou même du renouveau des structures existantes. L’idée commença à circuler qu’une toute « nouvelle outre » devait être amenée à l’existence afin de pouvoir contenir le vin nouveau du réveil charismatique. La situation allait du « Renouveau » vers la ‘Restauration »…

L’un de ses leaders (Lillie) déclarait:
Notre but n’est pas la Pentecôte mais le Royaume de Dieu… la parole prophétique qui nous a été donnée par les apôtres et les prophètes qui se tenaient à la porte du nouvel âge, pointe vers l’avant, d’une confiance inébranlable, vers l’aube de ce jour nouveau lorsque les saints, vainqueurs, s’empareront du royaume…(2)

Selon lui, les vieilles institutions soit la » Babylone, la Grande Prostituée » devaient être éliminées. Un nouveau Corps universel se lèverait, « une Église glorieuse, sans tache ni ride », perfectionnée et transformée en Un Homme Nouveau, le Christ Corporatif, qui devait amener le Royaume.

« Le renouveau spirituel… est peut-être l’aube annonciatrice du jour nouveau de l’Église. Il reste encore à L’Homme Nouveau de paraître dans la splendeur au sein des églises – telle une lumière luisant dans les ténèbres de ce monde! » (3) Dans la pensée de Lillie, le Nouvel Age du Règne du Royaume serait introduit par ces Chrétiens glorifiés, après une victoire décisive sur les puissances célestes et « même les puissances de la mort ne pourraient les vaincre. » (4)

Ces idées touchèrent la doctrine conventionnelle pentecôtiste/évangélique.

Lillie écrit:
« … les dispensationalistes et d’autres croient que nous sommes arrivés à la période finale de Laodicée, où les églises sont marquées par l’indifférence. (ni chaud, ni froid) … cette interprétation déprimante utilisée par les partisans du syndrome de l’échec n’a vraiment rien qui l’appuie selon l’exégèse…il n’y a rien d’inévitable concernant l’apostasie…nous ne sommes pas enfermés dans un sombre tableau d’apostasie universelle ou encore dans une « tiédeur Laodicéenne » simplement parce que ces conditions furent trouvées parmi certaines églises mentionnées dans Apocalypse 2 et 3. (5)

Lillie déclare que le Renouveau Charismatique « n’a rien à voir avec des stratégies pour remettre à neuf les structures dénominationnelles, ni des tentatives d’ériger une sorte de super-Église charismatique. Il est plutôt question du rassemblement du peuple de Dieu, tel que mentionné dans la vision des os secs dans le livre d’Ézéchiel. »

UN DÉVERSEMENT PUISSANT

C’est en 1956 qu’Arthur Wallis termina son premier livre intitulé « Au Jour de Ta Puissance« . Encore aujourd’hui, son livre est reconnu comme étant très important au Mouvement de la Restauration. Les premières éditions contenaient un chapitre sur « La Promesse de la Pluie de l’Arrière Saison » dans lequel Wallis prêchait la prophétie classique « du déversement sur l’Église. » Il écrit: « …nous devrions nous attendre à une saison de déversements puissants, avant la venue de Christ, éclipsant tout ce que l’Église a expérimenté depuis la Réforme et seulement comparable en caractère et en puissance avec la pluie de l’Église primitive. »

Dans l’ensemble, le livre de Wallis suit le modèle établi par les revivalistes de la Pluie de l’Arrière Saison, bien qu’il évite les hérésies plus profondes de l’enseignement des Fils de Dieu Manifestés. Il inclut des sections sur la restructuration de l’Église, la préparation du Ministère d’Élie, le combat spirituel dans les lieux célestes, l’Église qui remplace les dirigeants spirituels dans les cieux et le jugement pour ceux qui rejettent le Réveil qui s’en vient. Concernant le dessein de Dieu pour l’Église, Wallis écrit:

« Dieu a un dessein plus grandiose pour cet âge que de simplement sauver des âmes de l’enfer; Il est en voie d’amener « des fils dans Sa gloire »…Il est à forger un instrument, glorieux et saint, qui règnera et gérera le monde dans l’âge qui vient… » (10)

Ainsi, à l’instar de David Lillie, il enseigna que l’Église devait être purifiée, unifiée et restaurée afin qu’elle puisse devenir « une Église glorieuse, sans tache ni ride, ni autre chose de la sorte… »(Ephésiens 5:27)

Bien que tout ceci nous soit maintenant familier, c’était alors formulé en un zèle revivaliste qui semblait très attrayant.

LA COUVERTURE SPIRITUELLE ARRIVE !

Il y eut des opportunités au début des années 70, particulièrement après l’échec flagrant de l’Anglicanisme à prendre soin du réveil spirituel envoyé par Dieu afin de réveiller l’Église à ses dons et ses responsabilités. Bien que plusieurs bénéficièrent alors de ce que Dieu accomplit, il n’en demeure pas moins que le verdict de l’histoire fut (comme par autrefois) des peurs et des faux enseignements. Les désirs de la chair s’élevèrent au-dessus de la direction du Saint-Esprit et le feu s’éteignit.

Le modèle semble être celui-ci: suite aux premières tentatives non-coordonnées de chercher et de soutenir le renouveau dans l’Église, la bureaucratie et l’autorité s’en mêlent pour « organiser » les choses pour Dieu. D’un côté nous avons le spectacle du leadership empressé de maintenir son pouvoir et son autorité sur les gens et de l’autre, nous avons les Chrétiens dans les bancs qui ont peur de s’aventurer, cherchant à être pris en charge et assez paresseux pour s’établir dans une routine ecclésiastique plutôt que de suivre le Saint-Esprit sans pouvoir prédire d’avance « d’où Il vient et où Il va ». (Jean 3:8)

C’est ainsi que le concept de « couverture spirituelle » s’intégra rapidement et changea la direction du renouveau charismatique.

Je crois que « la Couverture Spirituelle« , connue également sous le nom de « discipolat », est issue de la peur – LA PEUR DE TOMBER DANS L’ERREUR THEOLOGIQUE.

Au temps où la controverse sur la couverture spirituelle se déclencha, un nombre croissant de Chrétiens qui n’étaient pas partisans de l’expérience charismatique sortirent de leurs églises. Certains crurent que ces derniers avaient besoin de se soumettre à un leadership organisé afin d’éviter l’erreur et le péché. (En réalité, si un croyant s’attend à Dieu et qu’il est ouvert à la correction, il ne devrait entretenir aucune crainte dans sa marche Chrétienne. Son discernement spirituel le guidera. C’est à se demander quel degré de discernement spirituel opérait au sein du groupe Fort Lauderdale Five dans ce temps-là.)

Cinq hommes développèrent la théorie que s’ils se soumettaient à la couverture de l’un et l’autre, ils seraient ainsi protégés de l’erreur. Au moyen de leur soumission mutuelle et de leur autorité déléguée, la possibilité d’enseigner ou d’agir contrairement à la volonté de Dieu serait évitée.

Bientôt, les Chrétiens se firent enseigner que le « discipolat » était obligatoire, en plus du salut, et à moins d’être « sous leur couverture », ils étaient hors de la volonté de Dieu et, en termes spirituels et pratiques, excommuniés de la communauté. C’était aller bien au-delà de l’enseignement biblique sur le sujet.

Des structures pyramidales de leadership furent mises en place dans plusieurs communautés et elles exigèrent aux brebis de se soumettre en toutes choses et en tout temps à leur supérieur appointé comme « couverture ». Ceci mena inévitablement à des abus. Nous pouvons lire des histoires racontant que des Chrétiens se font commander par leurs bergers de déménager, de changer de carrière ou de se marier. Certains dictaient même les plus petits détails de la vie de leur troupeau.

Étonnamment, le système de couverture ne put être ébranlé par des arguments théologiques ni par des histoires scandaleuses d’abus. Il se répandit, amenant des milliers de Chrétiens sous le contrôle d’une poignée de leaders qui se disaient Apôtres de l’Église. Ceux qui autrefois jouissaient de la liberté d’adoration et de l’exercice des dons spirituels dans leur assemblée se virent muselés, ne pouvant pas ouvrir leur bouche sans la permission de leur berger. La contre-attaque de Satan pour régner dans le renouveau était en route.

Jusque dans les années 70, les Chrétiens à la recherche d’une communauté charismatique se sentaient libres de se joindre à un groupe local indépendant, de se réunir dans des maisons et d’assister occasionnellement à une conférence sans aucune obligation aux organisateurs et en demeurant non-affiliés – étant simplement un membre du Corps au sens large mais n’ayant aucune part au côté organisationnel.

Toutefois, le discipolat brisa le tout avec leurs menaces d’excommunion ou pire encore, contre celui qui manquerait de se soumettre au nouveau leadership appointé, i.e. les Apôtres et les Prophètes du Nouvel Ordre. Ce n’était plus suffisant d’être sauvé et de faire partie d’une assemblée locale. Le fait de ne pas être en lien avec eux revenait à manquer le grand réveil des temps de la fin.

Par crainte de désobéir à Dieu et de perdre la communion fraternelle, plusieurs charismatiques se soumirent, qu’ils ressentent que ce soit bien ou pas. Ils devinrent une audience captive pour les nouvelles doctrines, incapables de s’objecter, car les leaders étaient plus près de Dieu qu’eux et avaient directement reçu une révélation de la vérité. De plus, la « rébellion » contre le leadership appointé était l’équivalent de la « sorcellerie » et se tenait au rang du pire crime contre le Gouvernement de Dieu.

Seul un petit nombre de croyants osèrent défier la puissance du mouvement de la Restauration. Un après l’autre, les petits groupes furent engloutis. Les groupes indépendants étaient visités localement par les anciens de la Restauration, se faisaient persuader, contraindre ou leurrer à se joindre au Grand Système.

CONCLUSION

Bien qu’il ne soit pas possible de couvrir l’histoire subséquente du leadership Restaurationiste en détail, il est caractérisé par d’amères disputes doctrinales, des affrontements de personnalité, des séparations, de la rivalité et des scandales impliquant de nombreux membres haut-placés du leadership. Aujourd’hui, le Mouvement de la Restauration a plusieurs « clans », chacun possédant une emphase doctrinale différente, bien qu’ils soient généralement en accord sur les points principaux.

Ce qui commença par un groupe de sept leaders charismatiques est devenu une irrépressible influence, écrasant tout sur son passage, et attirant l’Anglican, le Baptiste, le Méthodiste et d’autres églises dénominationnelles au sein de son cheminement.

Ils sont devenus œcuméniques, presque libéraux et sont en réseau avec chaque groupe d’assemblée imaginable.

Les communautés de la Restauration, avec les communautés Pentecôtistes Elim, étaient aux premières loges des controverses de Toronto, des Promise Keepers et de Pensacola, comme ils avaient promu les Prophètes de Kansas City auparavant.

Les enseignements de la Restauration sont responsables d’avoir infecté presque toutes les branches de la vie de l’Église et leur plan d’une unité visible semble atteindre davantage son but à chaque année, au fur et à mesure que d’autres églises succombent à leur influence.

Nul doute que les leaders voient cela comme l’accomplissement d’une prophétie, justifiant leur vision de plénitude et de gloire.

Toutefois, le seul accomplissement de prophétie que peuvent identifier ceux en-dehors du Grand Système est celui de l’apostasie et de la persécution – et l’ultime séduction systématique de l’Église, la conduisant vers les bras de l’Antichrist.

Malgré tout, comme toujours, il demeure un Reste fidèle, encore une fois une poignée de croyants cachés et méprisés, au sein et en-dehors des églises conventionnelles, désirant jouir de la communion fraternelle et d’adorer Dieu d’une façon différente que celle dans le Grand Système.

Nous avons fait le tour et sommes revenus aux jours de l’aube du renouveau. Pouvons-nous cette fois-ci éviter tout le parcours vers l’esclavage religieux?

Encore une fois, des croyants authentiques prient d’être libérés du Système et d’avoir la liberté d’adorer simplement en tant que Corps de Christ, de pouvoir exercer les dons du Saint-Esprit sous la direction de Dieu sans que les autorités soufflent dans leur cou et de rejeter un enseignement faux sans être cloués au pilori.

Peut-être avons-nous appris des leçons de l’histoire. Cette fois-ci, peut-être, nous résisterons aux pressions de nous conformer à des structures autoritaires, éviterons de nous faire piétiner par d’arrogants bergers qui se sont appointés eux-mêmes et irons-nous de l’avant dans le territoire inconnu du Saint-Esprit, là où Sa volonté est tout.

Peut-être – enfin, je prie! Qui sait?


NOTES

(1) « bread and circuses » – « pain et cirques » traduit du Latin « panis et circenses », les seuls intérêts de la population Romaine, selon le poète satirique Juvenal 140 AD) et signifie: de l’entertainment donné aux dépens du public; aussi un palliatif offert pour éviter un mécontentement potentiel.
(2) Lillie, « Beyond Charisma » Paternoster Press 1981, (Dedié à G. H. Lang) P.123
(3) Ibid. P.108
(4) Ibid., P. 114
(5) Ibid., P. 120
(6) « Is Restoration Still On God’s Programme? » (« La Restauration est-elle encore le plan de Dieu? » David Lillie page 86 Kyrtonia ExPress, Devon, 1994
(7) « Renewal » issue 52, page 16. (« Le Renouveau ») Ce numéro contient deux articles sur l’avenir du Mouvement Charismatique; l’un de David Watson urgeant à la patience et à demeurer au sein des églises historiques et l’autre de Wallis, argumentant le contraire.
(8) Plus tard, David Lillie se détacha des groupes principaux charismatiques de la Restauration puisque selon lui, ils avaient manqué d’accomplir la vision pour la restauration telle qu’il la comprenait. Aujourd’hui, Lillie n’approuve pas le « renouveau » de Toronto ni les abus spirituels qui découlèrent de « la couverture spirituelle » (discipolat non-biblique). Il demeure engagé à l’Église de l’Homme Nouveau qui, selon lui, émergera des cendres du « renouveau » actuel.
(9) Wallis, « In The Day of Thy Power » (« Au Jour de Ta Puissance ») CLC 1956, Page 41
(10) Ibid., p.215
(11) Voyez « Can The Elect Be Deceived » (Les élus peuvent-ils être séduits? » MacPherson cité par Ern Baxter à la conférence National Men’s Shepherds Conference, Kansas City, Sept 1975.
(12) « In The Day Of Thy Power », (« Au Jour de Ta Puissance ») p.216
© 2003 Tricia Tillin de Banner Ministries. Tous droits réservés. Site web : Cross+Word : http://www.banner.org.uk/ Ce document est la propriété de l’auteur et ne doit pas être affiché sur d’autres sites, redistribué, vendu, réimprimé ou reproduit en format quelconque sans permission. Des sites webs peuvent inclure un lien qui réfère à l’article en autant qu’ils donnent l’information correcte du titre et de l’auteur. Une copie peut être faite, gardée ou imprimée pour fin de recherche personnelle.

========================================================================================================================

AU-DELÀ DE TORONTO
Auteur: Tricia Tillin

ORIGINE ET ABOUTISSEMENT DE LA « SECONDE PENTECÔTE »

Beaucoup de gens considèrent les manifestations actuelles associées à l’église de Toronto (NdE : il en est de même pour celles de Pensacola) comme un mouvement nouveau et spontané du Saint-Esprit. Mais on ne parle pas de l’aboutissement de ce « renouveau, » ni des enseignements qui en sont à l’origine. Les discussions ne portent que sur la puissance qui anime ce mouvement.
Certes, nous sommes tous intéressés par les manifestations de puissance. Mais prenons un peu de recul, dressons un inventaire, et regardons au-delà des manifestations.

LE FRUIT

Les partisans de cette « Seconde Pentecôte » encouragent toujours les objecteurs à « considérer le fruit. »
C’est ce que nous ferons dans cet article. Mais nous suivrons la définition biblique du « fruit, » c’est-à-dire ce qui est produit par la vie d’un arbre. Il nous faut donc considérer d’abord les racines de la « Bénédiction de Toronto » et déterminer la nature de l’arbre, pour évaluer ce que ces racines ont produit. N’oublions pas que Jésus a dit :

« Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits »(Matthieu 7:18).

Avant d’aller plus loin, il est bon de répéter que le seul moyen valable d’évaluer tout enseignement et toute expérience spirituelle est de les comparer à la Parole de Dieu.
On entend dans le réveil actuel beaucoup de témoignages de « bons fruits. » Mais ces témoignages tournent toujours autour de certaines expériences surnaturelles (paralysie, insensibilité des membres, immobilité, pleurs, rires, chutes, etc…), ou autour des effets supposés de ces expériences (guérison, assurance nouvelle, sentiments de paix, d’amour, de bonheur, etc…)

Beaucoup d’expériences sont dignes d’intérêt et bénéfiques. Cependant, elles ne constituent aucunement des preuves de quoi que ce soit. Nous n’avons pas besoin d’offenser ceux qui prétendent avoir été bénis par ce « réveil, » en mettant en doute leurs expériences. Nous avons simplement besoin de considérer une autre preuve de l’authenticité spirituelle de ce mouvement.

Dans d’autres religions, sectes religieuses, ou même thérapies diverses, on peut rencontrer des gens qui nous diront qu’ils ont vécu ou expérimenté des choses semblables. On peut rencontrer plus d’un adepte heureux dans le parti de la Loi Naturelle, ou dans la lévitation yogique. Nombreux sont ceux qui ont reçu une guérison par la Réflexologie. De nombreux médiums ou occultistes prétendent guérir ou donner des prophéties par la puissance de Dieu. De nombreux adeptes de religions non-chrétiennes affirment avoir fait des rencontres surnaturelles, qui ont révolutionné leur vie.
Rien de tout cela ne prouve qu’ils fussent dans la volonté de Dieu. C’est la doctrine et elle seule qui nous permet d’affirmer que tout mouvement est authentiquement inspiré par Dieu.

Dès le premier livre de la Bible, nous avons la clef.
L’erreur commise par Eve fut de considérer que le fruit était « bon à manger, » alors que la volonté expresse de Dieu était qu’elle ne le mange pas.

« La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea » (Genèse 3:6).

La bonne qualité, l’aspect agréable et l’apparence de sagesse ne garantissent aucunement qu’une chose soit dans la volonté de Dieu. On ne peut trouver la volonté de Dieu que dans Sa Parole, en considérant Son Plan dans son ensemble.

LES MIRACLES

De même, la Bible affirme qu’il est possible d’accomplir de grands miracles, et de se comporter d’une manière tout à fait charismatique, sans être nécessairement dans la volonté de Dieu. On ne peut donc considérer les miracles comme une preuve.

« Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7:22-23).

Comment pouvons-nous donc connaître quelle est vraiment la volonté de Dieu ? Nous devons nous tourner vers Sa Parole !

LA PAROLE DE DIEU

On peut clairement remarquer, dans le renouveau actuel, que la Parole de Dieu est marginalisée. Souvent l’Evangile n’est même pas prêché, même quand les non-convertis sont nombreux. On utilise souvent quelques versets éparpillés dans la Bible pour valider certains arguments ou certaines manifestations. Mais on ne donne aucun enseignement cohérent de la Bible. Ce renouveau n’est fondé sur aucun rocher. La Parole de Dieu n’est pas son fondement.Est-il bâti sur le sable ? Cette bénédiction ne vient pas de Toronto !

On devrait plutôt l’appeler la « manifestation de Rodney Howard-Browne » ! Car c’est lui qui est presque entièrement responsable de la propagation de ce phénomène dans les églises. Il travaille dans les Etats-Unis depuis 1987. Il est apparu à la télévision et dans des conférences. Au cours de la seule année 1992, il a conduit 550 « réunions de réveil » en Amérique. Mais son ministère particulier est venu sous les feux de la rampe après qu’il eut conduit une série de 15 réunions, en mai 1993, dans l’Eglise de la Maison du Charpentier, à Lakeland, en Floride, dont le pasteur était Karl Strader. Ce fut au cours de ces réunions que les manifestations associées à son ministère s’intensifièrent, et que l’on commença à parler du « réveil du rire. » (Voir le dossier publié dans le Magazine Charisma, en août 1993).

Si l’église de Toronto fut impliquée dans ce « réveil, » ce fut surtout par ses contacts avec Rodney Howard-Browne. Randy Clark, un ami du pasteur John Arnott de Toronto, a assisté à des réunions de Rodney Howard-Browne en 1993. Après avoir appris la réaction enthousiaste de Randy Clark, John Arnott l’a invité à tenir une série de réunions dans son église de l’Aéroport de Toronto, pour « transmettre l’onction. » C’est ce que fit Clark avec succès, en janvier 1994.

Vous verrez un peu plus loin pourquoi ce fut Toronto, et non les Etats-Unis ou Rodney Howard-Browne, que l’on a présenté comme étant le point de départ de ce « renouveau. »

Antérieurement au ministère de Rodney Howard-Browne, les mêmes manifestations s’étaient déjà produites dans des réunions conduites par John Wimber, dès l’année 1991. En janvier 1991, Wimber dirigea la Conférence « Revival Fire » (Le Feu du Réveil) à Anaheim, en Californie. Selon un rapport de cette conférence, John Wimber (comme le font aujourd’hui beaucoup de prédicateurs, en opposition aux recommandations de l’Ecriture) avait pris l’habitude de commander au Saint-Esprit de « venir. » Les gens commençaient alors à sangloter d’une manière incontrôlable, à rire d’une manière hystérique, à sauter, à trembler et à faire des bruits d’animaux.

CE NE SONT PAS « DES TEMPS DE RAFRAÎCHISSEMENT »

Dès que le manque de conversions fut devenu évident, les responsables de ce mouvement l’ont rebaptisé, pour dire à présent qu’il s’agissait d’un « temps de rafraîchissement, » selon l’expression d’Actes 3:19-21 :

« Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu’il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. »

Tout d’abord, nous devons comprendre que ce discours de Pierre s’adresse à des Juifs non convertis. Il les appelle à se repentir, afin qu’ils puissent participer à la restauration du Royaume d’Israël, quand Jésus reviendra sur la terre. Le contexte démontre clairement que les temps de rafraîchissement concernent l’époque du retour du Seigneur Jésus ! Cette promesse concerne Son retour ! Elle ne concerne pas du tout l’annonce d’un renouveau dans l’Eglise. Comparez avec 2 Thess. 1:7 :

« Et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance. »

Paul n’attend le repos et la délivrance de toutes les persécutions qu’au retour de Jésus.

En second lieu, il est encore plus important de souligner que les « temps du rétablissement de toutes choses, » dont ont parlé les prophètes de l’Ancien Testament, concernent de manière spécifique la restauration de la nation Juive. Le mot grec utilisé est « apokatastasis. » Ce mot n’est utilisé que dans Actes 3:21 et Actes 1:6 :

« Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? »

Ce mot signifie « restauration. » Il est composé de « apo, » qui signifie « à nouveau, » et de « kathistemi, » qui signifie « mettre en ordre. »
Un concept similaire est celui de « régénération. » Il est utilisé dans Matthieu 19:28, où Jésus parle du « renouvellement de toutes choses, » quand, au moment de Son retour, Dieu « oindra Son Roi sur Sa Montagne Sainte » (Psaume 2:6).
C’est alors qu’Israël, qui se trouve à présent dans l’apostasie, sera restauré et redeviendra une bénédiction pour la terre, sous le règne de Jésus le Roi.

C’est un nouvel exemple de la « théologie de la substitution, » selon laquelle les promesses particulières faites à Israël sont subtilisées au profit de l’Eglise.

On les spiritualise, pour leur donner une signification complètement différente !

UN PLAN SECRET

On parle très peu des doctrines, des origines, et de l’objectif final de ce « nouveau mouvement. »
Je crois que la plupart des églises et responsables chrétiens ignorent complètement ces choses.
Certains responsables du mouvement promettent bien une montée en puissance du réveil mondial, mais restent très circonspects sur la manière dont cette transition va se produire. D’autres suggèrent que « quelque chose est en train d’être mis au monde dans l’Eglise, » et que « Dieu est en train de lever une Grande Armée. »
Dans l’ensemble, cependant, on insiste surtout sur le fait qu’il ne faut pas « analyser, » comme l’a demandé un conducteur du mouvement. « Laissez simplement les choses se passer, sans vous poser de questions ! Laissez les gens se réjouir et faire la fête ! On verra plus tard ce que tout cela signifie ! »

Eh bien, je vais quand même « analyser, » et expliquer ce que tout cela signifie. La vérité, la voici : tous ces événements, ainsi que la manière dont ils sont conduits par les responsables du mouvement, nous ramènent aux enseignements de la « Pluie de l’Arrière Saison » (PAS).

LE MOUVEMENT DE LA PLUIE DE L’ARRIÈRE-SAISON (LE « PAS »)

Vers la fin des années 40 et au début des années 50, au cours du réveil Pentecôtiste de la guérison divine par la foi, sont apparus au grand jour un certain nombre d’enseignants, qui ont développé un ensemble de doctrines réunies sous l’appellation « mouvement de la Pluie de l’Arrière Saison » (PAS).

L’un de ces enseignants se nommait Paul Cain, qui refit surface au cours des années 90, comme l’un des Prophètes de Kansas City. Il vint se placer sous la direction spirituelle de John Wimber, et s’intégra aux églises Vineyard. Les enseignements de Paul Cain, comme ceux des Prophètes de Kansas City, sont exactement ceux de la PAS.

Les enseignements de la PAS ont été officiellement rejetés comme hérétiques par les Assemblées de Dieu, en 1949. Cette décision était justifiée, car la PAS insistait sur le fait qu’un groupe d’élite (les Vainqueurs) dominerait sur toutes les nations, et régnerait dans les « lieux célestes. » Ils participeront au sévère jugement de tous ceux qui feront encore partie de « l’ancienne génération, » c’est-à-dire les membres des dénominations traditionnelles.
Les enseignements de la PAS annoncent l’effusion d’une « Seconde Pentecôte, » qui confèrera les pleins pouvoirs à ce groupe d’élite, et qui permettra à Christ de « S’incarner » en eux. Ce revêtement de puissance les rendra parfaits et invincibles, au point même de leur permettre de déloger de leur ciel les puissances des ténèbres.

Plusieurs prophéties ont annoncé que cette « Seconde Pentecôte » commencerait au Canada, et qu’elle se répandrait ensuite dans le monde entier.
En 1987, Richard Riss a rédigé un livre intitulé « La Pluie de l’Arrière Saison. » La préface de ce livre a été écrite par James Watt. Celui-ci fut le pasteur associé d’Ern Baxter, à Surrey, en Colombie Britannique, au Canada. Nous verrons plus loin ce que signifie cette association avec Ern Baxter.

Dans sa préface, James Watt écrit ceci :
« En un sens, ce furent les trompettes qui retentirent à North Battleford qui sonnèrent le rassemblement pour la Fête des Tabernacles… Nous sommes sur le point d’assister au renouvellement de toutes choses… Selon Paul Yonggi Cho de Corée, et vingt autres prophètes, cette dernière grande action de l’Esprit commencera au Canada. Après avoir touché 70 villes canadiennes, ce mouvement s’étendra aux 210 nations de la terre, avant le retour de Jésus. »

Marc Dupont, membre de l’église de Toronto, a écrit qu’il considérait que Toronto était l’une des principales sources du réveil mondial. Il prétend avoir reçu une importante prophétie en mai 1992 et juin 1993, annonçant une puissante vague de l’Esprit, qui jaillira de Toronto et se répandra jusque dans l’Ouest canadien. Il compare le présent renouveau au ministère de Jean le Baptiste, et croit qu’il conduira à un puissant réveil dans toutes les nations occidentales, entre les années 2.000 et 2.005. (Articles publiés dans « Mantle of Praise » et le magazine « Alpha » en septembre 1994).

Puis il fait cette curieuse déclaration : « Ce mouvement de l’Esprit, en 1994, n’est pas une simple expérience charismatique ou pentecôtiste qui concerne seulement la puissance et les dons. C’est une chose que d’être revêtu de puissance. C’en est une autre que d’être habité par la Personne de Dieu. »

La Première Pentecôte avait permis aux Chrétiens d’être revêtus de la puissance d’En Haut. La Seconde Pentecôte concernera « l’incarnation » de Christ dans Son Corps !

Tous les enseignants de la PAS doivent spiritualiser les Ecritures pour justifier leurs doctrines, comme lorsqu’ils parlent du Retour de l’Arche dans le Temple !

Ils parlent du retour (invisible) de Christ dans Son Temple Vivant, l’Eglise. Selon cette doctrine, cela se produira lors de la « Fête des Tabernacles, » qui célèbrera « l’incarnation » du Seigneur dans Son peuple, pour y demeurer. Quand cela se sera produit, le Seigneur Jésus, la Tête, ne sera plus dans le Ciel, alors que Son Corps (les Chrétiens) doit rester sur la terre. Mais il n’y aura plus qu’Un Seul Homme Parfait, qui sera à la fois dans le Ciel et sur la terre.

Voilà où doit conduire cette effusion finale de l’Esprit dans l’Eglise, selon les enseignements de la Pluie de l’Arrière-Saison !

LES ENSEIGNEMENTS DU MOUVEMENT DE LA RESTAURATION

Il est impossible de comprendre les événements actuels, si l’on ne les rapproche pas des enseignements des hérésies de la PAS et du Mouvement de la Restauration.
Peu de gens comprennent combien a été profonde l’influence du mouvement de la PAS, et combien les enseignements de la PAS sont restés profondément enfouis dans les églises charismatiques.
Ern Baxter a été l’instrument du développement du Mouvement de la Restauration en Grande-Bretagne. Il y a aussi répandu la doctrine de la « Couverture Spirituelle. » À l’époque, il faisait partie du « groupe des cinq » à Fort Lauderdale.

(NdE Parole de Vie : Le « groupe des cinq » était composé de Don Basham, Ern Baxter, Bob Mumford, Derek Prince et Charles Simpson. Ils demeuraient à Fort Lauderdale, en Floride. Ils publiaient une revue intitulée « Le Vin Nouveau. » On les appelait « Les Bergers, » car ils ont contribué à répandre la fausse doctrine de la « couverture spirituelle. » Selon cette doctrine, toute brebis du Seigneur doit nécessairement dépendre totalement d’un « berger » humain, sous peine de s’égarer ou de se perdre. On voit l’usage que les hérésies peuvent faire de cette doctrine !)

Ern Baxter a aussi travaillé avec William Branham, à l’époque du réveil de la PAS. George Warnock, dont nous allons parler plus loin, fut longtemps le secrétaire personnel d’Ern Baxter. Se peut-il qu’il n’ait pas été imbibé des enseignements de ces derniers ?

L’un des principaux dirigeants du renouveau charismatique des années 60 et 70 fut John Poole, fils de Fred Poole, qui était l’un des principaux dirigeants de la PAS. Au début des années 70, John Poole écrivait fréquemment des articles dans la revue « Le Vin Nouveau, » qui était la revue la plus importante de ce renouveau charismatique.

On pourrait souligner beaucoup d’autres liens.
Je me contenterai de citer Richard Riss, qui a écrit un livre favorable au mouvement de la Pluie de l’Arrière Saison. Voici ce qu’il écrit :
« Il serait impossible d’évaluer pleinement l’étendue de l’influence (de ces pionniers de la PAS). Il semble toutefois qu’un vaste mouvement souterrain se soit développé dans l’ensemble du mouvement charismatique, grâce à tous ceux qui avaient accepté ces « vérités des temps de la fin, » et qui avaient été touchés au cours du réveil de la PAS. »

Quels sont donc ces principaux enseignements de la PAS, qui se sont infiltrés à ce point dans le renouveau charismatique et dans le Mouvement de la Restauration ? De manière plus pertinente, comment le « réveil » actuel se rattache-t-il à ces enseignements, et où nous mène-t-il ?

George Warnock a rédigé un « manuel » à l’intention des partisans du mouvement actuel. Il l’a intitulé « La Fête des Tabernacles. »

En utilisant ce manuel comme outil de base, bien que d’autres livres traitent du même sujet, nous découvrons le détail de ces enseignements :


  • Théologie de la Substitution : L’Eglise a remplacé Israël.
  • Rejet des doctrines pré-millénaristes, c’est-à-dire des doctrines classiques concernant l’Enlèvement, la *Grande Tribulation, le Retour de Christ et le Millénium.
  • Ce sont les « méchants » qui seront « enlevés, » c’est-à-dire jugés. L’Eglise n’est plus physiquement enlevée.
  • La doctrine de la Domination : le Corps de Christ reçoit à présent le mandat de « posséder la terre » et de « dominer sur la terre, » avant le retour de Christ.
  • Le combat spirituel : Les Chrétiens doivent renverser les puissances sataniques célestes et prendre leur place, afin de pouvoir régner sur la terre.
  • Une nouvelle révélation de doctrines secrètes : Cette révélation ne sera accordée qu’aux Vainqueurs, seuls capables de les comprendre.
  • Une Eglise sans tache ni ride : L’Eglise doit être complètement purifiée et perfectionnée avant que le Seigneur puisse demeurer en elle. L’incarnation du Seigneur dans Son Eglise doit lui permettre de manifester cette absolue perfection.
  • La restauration des Apôtres et des Prophètes : Il est absolument nécessaire que tout le Corps de Christ soit placé sous la couverture spirituelle de ses Bergers, ou des Anciens, auxquels l’Eglise doit se soumettre. C’est grâce à cette soumission qu’elle pourra parvenir à la perfection.
  • L’unité visible de tous les Chrétiens : Elle est vitale et nécessaire, car Jésus ne pourra pas venir S’incarner dans un Corps divisé.
  • La manifestation des Fils de Dieu : elle marquera la glorification et l’achèvement de l’Eglise, le jour où Christ sera « pleinement formé » dans Son peuple. Ce peuple constituera « l’Armée du Seigneur, » ou « l’Armée de Joël. » On décrit aussi cette manifestation des Fils de Dieu comme la « naissance du Fils » (Apocalypse 12), par laquelle les Vainqueurs de l’Eglise atteindront littéralement « la mesure de la stature parfaite de Christ. » Ils deviendront même « le Christ Glorifié, » le « Corps de Christ aux membres multiples, » et rempliront la terre de la Gloire de Dieu. On les décrit aussi comme les « sacrificateurs selon l’Ordre de Melchisédek, » un sacerdoce rempli d’une gloire, d’une vie, d’une puissance et d’une autorité éternelles. Cet « ordre nouveau » s’opposera à l’ordre ancien, celui du sacerdoce d’Aaron, qui doit être détruit. Ces Vainqueurs formeront la « compagnie d’Elie et de Moïse. » Ils auront le pouvoir de juger les ennemis de Dieu, et de détruire tous ceux qui refusent de « se repentir. »
  • La Fête des Tabernacles : Spirituellement, elle est considérée comme la Fête de la Moisson, de la joie et de l’allégresse, quand l’Arche retournera dans Son Temple Vivant, quand la Nuée de la Gloire reviendra dans le Temple, et quand Christ apparaîtra au milieu de Son peuple. Ce sera l’incarnation de Christ dans Son Corps, le retour invisible et spirituel de Christ. C’est ainsi que la PAS interprète « le Royaume de Dieu en vous. » Ce sera aussi l’accomplissement de la Pluie de l’Arrière Saison annoncée par le prophète Joël, la Seconde Pentecôte, qui verra Christ demeurer dans Son Corps tout entier, alors que la Première Pentecôte n’a rempli que des individus.
  • Les signes et les prodiges étonnants : Ils seront accomplis par les Vainqueurs, les « Fils de Dieu » pleinement manifestés. Leur action conduira à la glorieuse Moisson mondiale des temps de la fin, au moment où les Vainqueurs se répandront sur la terre pour engranger la Moisson.
  • La mort de « l’ancienne génération religieuse » : Ce sont les Chrétiens de toutes les dénominations, qui rejetteront les enseignements nouveaux. On les appelle aussi les « Saul, » contrairement aux « David » du nouvel ordre. Ils n’entreront pas dans la « terre de la promesse. » Ils n’atteindront pas la « plénitude. » Mais ils mourront dans le désert, c’est-à-dire qu’ils seront détruits pendant la Tribulation, alors que les Vainqueurs règneront sur la terre depuis leur position dans les lieux célestes. Le Jugement doit commencer par la Maison du Seigneur.
  • La destruction de la Mort : L’Eglise doit régner jusqu’à ce que tous les ennemis de Dieu soient détruits, et que la terre soit devenue Son marchepied. Jésus ne reviendra pas physiquement sur la terre, tant que tous les ennemis de Dieu ne seront pas détruits. Le dernier ennemi à être détruit sera la Mort.

Il est inutile de dire que tous ces enseignements sont complètement opposés à la révélation de la Parole de Dieu.
Chacun des points ci-dessus pourrait être réfuté en faisant correctement référence à la Bible. Ce n’est pas mon propos de le faire ici. Cela a été fait par ailleurs. On peut se procurer beaucoup de livres et de documents sur ce sujet. Je recommande en particulier le livre d’Al Dager : « Vengeance Is Ours » (La vengeance est à nous), Sword Publishers, Redmond WA, USA.

ON APPELLE À LA RESCOUSSE LE MOUVEMENT DE LA RESTAURATION

George Warnock croyait qu’il s’écoulerait 40 ans « de traversée du désert » entre le réveil de la PAS et le moment où la nouvelle génération se lèverait pour « posséder la terre. » Le réveil de la PAS a commencé à North Battleford en 1949. Quarante ans plus tard, Paul Cain, dont le ministère avait été « gelé » pendant toutes ces années, est réapparu sur la scène. La Communauté de Kansas City a lancé « Grace Ministries » (Les ministères de la Grâce), dont l’objectif déclaré est « de pleinement restaurer l’Eglise dans la Gloire qui est décrite dans la Parole de Dieu. »

Toutefois, ils n’ont pas eu à se donner beaucoup de peine ! Car le Mouvement de la Restauration a fait le travail pour eux. Toutes les doctrines hérétiques de la PAS, presque sans une seule exception, sont à présent enseignées par le Mouvement de la Restauration ! Lentement, mais sûrement, sans faire trop de remous, ces enseignements de la PAS ont été introduits dans l’Eglise, jusqu’à ce que presque toute l’Eglise Charismatique en soit envoûtée, tout au moins ici, en Grande-Bretagne.

Il s’est produit un profond changement au cours des vingt dernières années. Alors que ces enseignements avaient autrefois été reconnus comme hérétiques par les Assemblées de Dieu et avaient été rejetés, ils ont été subrepticement réintroduits, sous une autre forme, et ont fini par être adoptés par la grande majorité des Chrétiens évangéliques, qui marchent victorieusement vers l’accomplissement de cette fausse Fête des Tabernacles !

Le journal de Rick Joyner, The Morning Star, a publié un article sur le réveil actuel, sous le titre « Au-delà de la Pentecôte. » Il donne un enseignement sur la « Fête des Tabernacles » qui suit presque mot à mot les enseignements que George Warnock développe dans le livre que nous avons cité. Les auteurs de cet article affirment que ce à quoi nous assistons n’est que le début de « la grande pluie du Saint-Esprit. » Ils associent la Fête des Tabernacles à « l’entrée d’Israël dans la Terre Promise » et prédisent qu’une grande moisson va se produire.

LE BUT FINAL

Le problème, c’est qu’ils ont raison, du moins en partie. Car il y aura bien un réveil mondial de la louange et de l’adoration.
L’humanité va bien se tourner vers le « christ, » qui accomplira sans aucun doute des signes et des prodiges étonnants, avec l’aide de son Eglise apostate.

Hélas, les enseignements de la Pluie de l’Arrière-Saison ne constituent pas une simple doctrine humaine sans puissance.
Mais il apparaît qu’ils constituent un véritable Plan pour instaurer le royaume de l’Antichrist. _
Ils mettent en œuvre de puissantes forces spirituelles !!

Je relis cette déclaration de George Warnock dans son livre :
« Le jour solennel approche ! Ce système ecclésiastique est condamné !… Le Seigneur que nous attendons apparaîtra soudain dans Son temple. Il s’assiéra et purifiera l’argent. Il purifiera les fils de Lévi, les purifiera comme on le fait pour l’or et l’argent… Il vient dans Son Temple, l’Eglise du Dieu vivant !… Il y a ici plus que Salomon ! Il y a ici une gloire plus grande que celle du Temple de Salomon ! Une gloire plus grande que celle du Temple de Salomon sera révélée à l’heure de l’apparition du Seigneur, au milieu de Ses saints ! »

Je ne peux m’empêcher de penser à 2 Thessaloniciens 2:3-4, qui dit :

« Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. »

CONCLUSION SUR LE RÉVEIL ACTUEL

Je ne veux en aucun cas laisser entendre, à propos du réveil actuel, que ceux qui l’ont accepté et tous ses partisans, soient ouvertement au service de Satan, ni qu’ils s’efforcent de promouvoir consciemment la séduction qui ouvrira le chemin à l’Antichrist.
Je suis certaine que rien ne pourrait être plus éloigné de leurs pensées. Ils ont un zèle sincère et servent Dieu avec dévouement.
Au milieu des excès et des témoignages attristants, il se produit parfois de véritables miracles et des conversions réelles. Toute séduction présente toujours un mélange, pour convaincre les imprudents que ce mouvement, dans l’ensemble, n’est pas aussi mauvais que cela, et pour persuader les hésitants de « ne pas réfléchir » et de s’engager avec insouciance dans la mauvaise direction.

Afin de discerner si un réveil ou un renouveau dans l’Eglise est un authentique mouvement de Dieu, que l’on peut accepter sans réserve, nous devons examiner avec soin ses origines (ses racines) et ses enseignements (son fruit), en les rapprochant des Ecritures.

Peu nombreux sont les partisans de ce « réveil » qui connaissent l’origine réelle des expressions qu’ils utilisent, comme la « Seconde Pentecôte, » ou la « Pluie de l’Arrière Saison. »
Peu de responsables savent réellement l’origine des concepts qu’on leur enseigne ! Certains n’ont peut-être jamais entendu parler de la Pluie de l’Arrière-Saison. Ils affirmeraient qu’ils n’ont rien à voir avec de telles doctrines. Pourtant, ils ont accepté depuis des décennies de se laisser subtilement endoctriner par les enseignements dont parle cet article.
L’ignorance n’est pas une excuse, car de tels enseignements sont clairement opposés à la Parole de Dieu.

Tout responsable, comme tout Chrétien, doit exercer sa responsabilité personnelle pour examiner soigneusement toute « nouvelle révélation. »

Nous ne devons pas l’accepter et la répandre, pour la simple raison que tout le monde le fait !

LA SEULE BONNE RÉPONSE

Il nous faut revenir à l’enseignement de la Bible.

Il faut proclamer que Jésus est entièrement suffisant pour nous.
Il faut annoncer la venue d’une grande apostasie, et exposer toutes les richesses de la Première Pentecôte.
Alors les Chrétiens ne seront plus stériles. Ils ne mourront plus de soif. Ils n’auront plus besoin de faire la queue pour recevoir une expérience qui va « au-delà de la Pentecôte. » Mais ils seront mentalement et spirituellement équipés pour rejeter les hérésies de la Pluie de l’Arrière-Saison.

 

Source : https://www.michelledastier.com/pain-jeux-le-renversement-des-essentiels-par-tricia-tillin/

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.