Publicités
Cellule44 > Blog > Angleterre > De la Ghouta à Londres: le club Atlantiste a déclaré la guerre à la Russie

De la Ghouta à Londres: le club Atlantiste a déclaré la guerre à la Russie

Près de 12 000 civils ont pu fuir la barbarie des islamistes dans la Ghouta Orientale grâce aux corridors humanitaires mis en place et protégés par les armées syrienne et russe, contre les menaces occidentales. La réaction du bloc atlantiste ne se fait pas attendre, presses et institutions main dans la main: il est urgent de faire tomber Assad et la Russie doit se retirer « et la fermer », pour citer les paroles du ministre britannique de la Défense. Pourquoi cette hystérie? Et s’il s’agissait d’un projet beaucoup plus profond: remettre en cause l’ordre international issu de la Seconde Guerre mondiale et garantir l’avènement de l’Atlantisme, support politique du globalisme. De la Ghouta à Londres, le but final semble être le Conseil de sécurité, qui entérinerait l’Atlantisme triomphant.

De la Ghouta Orientale

Après de longues et difficiles négociations, la Russie et le Gouvernement syrien légitime ont réussi à convaincre les terroristes de la Ghouta Orientale de laisser passer des civils. Hier, un flot continu de personnes harassées a pu s’enfuir de cet enfer et venir se réfugier dans les zones contrôlées par l’armée régulière. Bref, ils ne fuient pas « le régime d’Assad’, ils viennent trouver sa protection.

11 700 personnes. Qui détaillaient devant les caméras les traitements qu’ils avaient dû subir par les « opposants modérés » de l’Occident, la violence quotidienne, les menaces, le régime de terreur. Plusieurs ont même déclaré que sans être spécialistes en armes chimiques, il n’y a eu aucune attaque chimique de la part de l’armée syrienne dans la Ghouta Orientale, aucune brûlure, aucun étouffement. Tout cela, selon leurs dires, n’est que de la propagande anti-Assad.

Il faut dire que l’armée syrienne continue à avancer, et fait des découvertes intéressantes. Par exemple, un atelier clandestin de production de substances chimiques a été retrouvé dans le village de Cheïfounia, dans la Ghouta Orientale.

Cela explique peut-être la réaction tant de la presse, que des Etats-Unis, qui voient leurs plans dévoilés.

Ainsi, la presse française semble particulièrement désespérée de voir ces citoyens quitter les terroristes pro-occidentaux pour venir se réfugier « chez le tyran sanguinaire soutenu par un Etat-terroriste ». A la Une sur Google:

Снимок экрана (515)

Une « fin tragique ». Pour qui? Le « régime » avance, les civils fuient … vers les terres contrôlées par Assad. Passons. La presse ne fait que soutenir la position officielle de la France, qui n’a plus de politique étrangère et suit bêtement et aveuglément les Anglo-saxons. Les déclarations plus radicales les unes que les autres de la porte-parole du Département d’Etat américain expliquent la position des médias « indépendants »:

Снимок экрана (518)

La position américaine est totalement décalée de la réalité. Comme un scénario qui a déjà été écrit et qu’il faut mener à son but. Par ce discours, ils veulent réécrire la « réalité », une réalité augmentée à laquelle la dimension idéologique a été ajoutée. Dans cette réalité, la Russie est le mal, donc elle ne peut faire que le mal comme ceux qu’elle soutient, donc les civils les fuient, donc elle utilise des moyens inhumains – est-elle encore « humaine »?

Au scandale de Skripal

Ce décalage est aussi parfaitement visible au sujet du scandale, qui ne fait que monter en puissance, de l’empoisonnement de l’ancien espion retourné Skripal et de sa fille à Londres, on ne sait par qui, et finalement on ne sait comment – tous les jours de nouvelles versions plus fantaisistes les unes que les autres sont diffusées (dans la valise de la fille, par la future belle-mère non contente du mariage, etc). La séance au Conseil de sécurité a été très significative. Le représentant russe, Nebenzia, a un discours parfaitement logique:

1) Si la Grande-Bretagne accuse d’avoir utilisé le produit chimique Novichok, cela signifie qu’elle en possède la formule, ce qui a permis son identification; 2) L’usine soviétique de production des substances chimiques se trouvait dans la république soviétique d’Ouzbékistan et a été démontée par les Etats-Unis dans les années 90, qui donc sont en mesure de produire cette substance toxique.

La Grande-Bretagne refuse de transmettre un échantillon à Moscou, comme l’y oblige la Convention internationale sur les armes chimiques, mais a directement saisi l’organe de contrôle des armes chimiques, en contournant Moscou, cet organe qui refuse de se déplacer en Syrie et suit les conclusions des Casques blancs. Les résultats promettent d’être sans surprise.

La réaction des Etats-Unis, elle, montre le degré de conflit qui a été atteint.

Снимок экрана (516)

Et Nikki Haley de déclarer en plein Conseil de sécurité de l’ONU, comme si le représentant russe n’avait pas expliqué que tant les Etats-Unis que l’Angleterre elle-même pouvaient produire cette substance, comme s’il était prouvé qu’Assad, aidé par la Russie, utilisait les armes chimiques contre son peuple:

« If we don’t take immediate concrete measures to address this now, Salisbury will not be the last place we see chemical weapons used, » said Haley. « They could be used here in New York or in cities of any country that sits on this council. »

Les hostilités sont ouvertes contre la Russie

La Russie est l’ennemi, la Russie est le mal. Tant que l’affaire restait au niveau de Londres, il était possible de penser que les buts poursuivis étaient plus ciblés. De nouvelles sanctions, pour protéger l’hégémonie politico-économique atlantiste et attaquer l’unité du pouvoir en Russie. Conduire à boycotter le Mondial, afin que les citoyens ne puissent saisir la différence entre la propagande médiatique et la vie réelle en Russie. Réduire les relations diplomatiques, pour limiter les espaces de frictions et libérer l’espace de propagande, mais tout en gardant le lien – un lien de pression.

L’attaque prend une tout autre dimension, le but final ne peut être aussi précis.

Nous avons tendance à penser le droit international comme un élément stable. Celui que nous connaissons n’est que le résultat de la Seconde Guerre mondiale, qui a posé un rapport de forces stabilisées entre les Etats-Unis (avec le boc occidental) et l’URSS (avec le bloc socialiste). Le second n’existe plus, les Etats-Unis ne voient plus pour quelles raisons ils doivent partager le pouvoir. Tant que la Russie faisait profil bas, il n’y avait pas de problème. Maintenant, elle n’est plus tolérable.

La Russie se trouve dans une situation délicate, comme nous l’avons plusieurs fois écrit, elle refuse de reconnaître le conflit, hésite à réagir et se confine dans une position légaliste accompagnée de réactions mesurées et asymétriques. Oui, les Etats-Unis violent le droit international et ils ne vont pas arrêter de le faire parce qu’on leur dit. Ils sont en position de force, ils utilisent cette force à leurs fins.

Inviter les enfants des diplomates américains à l’arbre de Noel, s’excuser pour le dopage, continuer à rester dans le Conseil de l’Europe et justifier l’application des décisions de la CEDH, participer aux JO sous drapeau neutre, et je dois en oublier, est certes une preuve de grandeur d’âme. Mais qui est interprétée comme de la faiblesse par le clan Atlantiste. Insister à chaque fois sur la violation des règles est juste, cetes: il faut montrer la différence entre ce qui devrait être et ce qui est. Mais ce n’est pas suffisant. Et chaque nouvelle portion va plus loin. Frappe plus fort. cette position légaliste est un piège.

Le droit, surtout international, ne fonctionne que lorsque le rapport des forces est stabilisé. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Il faut reconquérir le terrain et ce ne sont pas les appels récurrents au droit qui sauvera la situation. Une réponse systématique, symétrique et plus forte est le seul moyen de mettre un terme à cette escalade. Seule la force arrête la force.

Il serait naïf de penser que les guerres ne se mènent qu’avec des chars, entre deux armées étatiques. La guerre est déjà déclarée contre la Russie: soit elle se plie aux exigences atlantistes et pourra continuer à profiter de la globalisation, des nouvelles technologies et de tous les fantasmes du monde post-moderne, soit elle résiste mais ramasse le gant et cesse de le regarder avec un étonnement toujours renouvelé.

Si dès le départ la Russie était sortie, par exemple, du Conseil de l’Europe, ils seraient venus à plas ventre implorer son retour. La Russie est un Etat fort, elle a existé et elle existera sans cette structure. L’on ne plie pas genoux devant plus faible que soi. Le Conseil de l’Europe ne peut exister sans les Etats, c’est sa faiblesse. Nier son importance, c’est le conduire à sa perte. De même pour le reste, tous les pions de ce système, qu’il s’agisse du CIO ou les pions étatiques de l’Atlantisme ont besoin que la Russie reste dans le jeu, sinon ils vont se transformer en club privé. Et ne pourront plus être globaux. C’est la faiblesse fondamentale de ce nouvel ordre totalitaire.

C’est en acceptant le conflit, ce conflit qui de toute manière existe en dehors de sa volonté, que la Russie pourra éviter le pire. Et le pire est à venir.

Ce qui s’est passé avec le Conseil de l’Europe ressemble à s’y méprendre à une répétition pour le Conseil de sécurité de l’ONU. L’URSS a payé sa place de 25 millions de morts. La position de la Russie est contestée, car objectivement plus faible que ne l’était l’URSS. Elle n’a pas de « clan » comme l’avait l’URSS et ses alliances sont conjoncturelles, plus qu’idéologiques puisqu’en tant que tel, elle ne remet pas en cause l’économie globalisée, elle y participe.

Selon les règles actuelles, il est impossible de retirer à la Russie son droit de véto, son siège permanent au Conseil de sécurité. Si la Russie devient l’incarnation du mal absolu, ne deviendrait-il pas légitime de modifier les règles du jeu? Et ainsi de réécrire le droit international. Il existerait toujours, mais serait autre. Résultat de la nouvelle situation des rapports de forces, entériné par le Conseil de sécurité. Ce n’est pas pour rien que cette coalition autour de l’affaire Skripal concerne essentiellement les membres du Conseil de sécurité.

Cette décision conduirait à une nouvelle période de déstabilisation majeure de l’équilibre mondial, déjà très mal en point, la Russie étant l’un des rares pays à éviter l’interventionnisme à tout crin des pays de la coalition atlantiste. Et c’est justement pourquoi la guerre est ouverte. Contre la Russie. Sur tous les fronts. Seul l’affrontement militaire direct fait encore peur.

Karine Bechet-Golovko

source:http://russiepolitics.blogspot.fr/2018/03/de-la-ghouta-londres-le-club-atlantiste.html

Publicités

Une pensée sur “De la Ghouta à Londres: le club Atlantiste a déclaré la guerre à la Russie”

  1. il est compliqué d’accepter que TRUMP se soit couché devant le Deep-State et le Lobby Militaire Américain, mais celà semble être le cas….
    Voir Micron en Petit Toutou Atlantiste s’engager ainsi contre la Russie au nom de 70 millions de français qui ne veulent pas de tout cette daube instrumentalisée qu’on nous prépare, est tout simplement répugnant.
    Comme si certains montaient les nations les unes contre les autres tel que ce fut fait avant la 1ere guerre mondiale, les manipulateurs de l’ombre étaient alors les banquiers et les marchands d’armes…Aujourd’hui ce sont les USA, l’Europe de Bruxelles, L’OTAN et le Lobby Militaro-industriel.
    Quand aux Buzz dans les médias « aux ordres », plus la ficelle est grosse, plus les moutons la gobent…
    De Gaulle avait Raison : il faut que La France reste en dehors de l’OTAN,
    donc il faut ressortir La France au plus vite de l’OTAN,
    et ce n’est sans doute pas la marionnette qui est actuellement aux commandes qui le fera,
    mais c’est urgent.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :