La Russie nie les informations selon lesquelles des «dizaines» ou des «centaines» de Russes ont été tués dans un raid aérien américain à l’est de l’Euphrate

Par ALEXANDER MERCOURIS

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a vigoureusement démenti les informations diffusées dans les médias occidentaux selon lesquelles des dizaines, voire des centaines de mercenaires russes auraient été tués lors de la récente frappe aérienne américaine en Syrie contre des combattants de tribus pro-syriennes à l’est de l’Euphrate.

Ces articles sont parus dans BloombergThe New York Times et The Guardian.  Ils ont été suivis par un autre rapport de l’Agence France-Presse et dans The Guardian, qui a été soumis à l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé en Syrie et basé à Jihadi, selon lequel quinze autres mercenaires russes ont récemment été tués à la suite d’une explosion à leur base dans la province syrienne de Deir Ezzor.

Le démenti de Zakharova ne touche pas à l’explosion de la base, mais répond en détail aux affirmations de « dizaines », voire de « centaines » de morts parmi les mercenaires russes à la suite de l’attaque aérienne américaine antérieure.

« Les rapports sur la mort de dizaines et même de centaines de ressortissants russes sont un exemple classique de la désinformation. Il n’y en a pas eu 400, 200, 100 ou même dix (qui sont morts), selon des informations préliminaires, dans un affrontement dont la cause fait l’objet d’une enquête. Cinq personnes, qui auraient été des citoyens russes, auraient été tuées. Plusieurs personnes ont subi des blessures, mais il faut vérifier si elles sont toutes de nationalité russe. »

Zakharova a ajouté que les Russes qui ont été tués dans l’attaque aérienne américaine étaient des contractants civils privés (c’est-à-dire des mercenaires) qui n’avaient aucun lien avec l’armée russe et dont les mouvements en Syrie n’étaient pas coordonnés avec l’armée russe et n’étaient donc pas totalement connus des autorités russes.

« Je tiens à souligner que ce ne sont pas des militaires.  L’administration présidentielle russe et le ministère de la Défense ont rapidement clarifié qu’il n’y avait pas de militaires russes dans la région visée par la coalition dirigée par les Etats-Unis…….

Il y a un grand nombre de personnes du monde entier dans les zones de conflit, y compris en provenance de Russie et des États membres de la CEI.  Ils ont plusieurs raisons d’être là, y compris leur participation à des activités militaires. Ils ne se tournent pas vers les agences étatiques lorsqu’ils se dirigent vers les zones de conflit et utilisent des itinéraires illégaux. Il est difficile de savoir qui fait quoi, mais le ministère russe des Affaires étrangères et d’autres organismes publics ont étudié tous ces cas, car l’un de nos objectifs est de protéger les ressortissants russes à l’étranger. »

Quant à savoir qui était responsable de la diffusion des  » dizaines ou même des « centaines » de mercenaires russes tués lors de l’attaque aérienne américaine, Zakharova a pointé du doigt les « djihadistes syriens » (à savoir Al-Qaïda ou Daech) tout en accusant les autorités américaines et les médias occidentaux d’avoir répandu ces histoires.

Des djihadistes syriens luttant contre le gouvernement avaient été les premiers à répandre cette désinformation par leurs canaux.  Dieu sait pourquoi ils ont utilisé une image du paysage martien, en ajoutant une photo de matériel militaire détruit, qui pourrait être ukrainien (une enquête est en cours) qui remonte à juin 2014.  Nous pouvons comprendre la raison pour laquelle les terroristes internationaux répandent de telles rumeurs, ainsi que la raison pour laquelle les médias américains le font. Cette campagne d’information a été alimentée par Washington, qui accuse Moscou de s’ingérer dans les élections présidentielles américaines.

Le rapport sur les quinze mercenaires russes tués dans l’explosion de Deir Ezzor provient incontestablement de sources djihadistes, comme le montre le fait qu’il provient de l’Observatoire syrien des droits de l’homme pro djihadiste.

Le fait que les informations faisant état à la fois de l’attaque aérienne et de l’explosion à la base concernent des événements survenus dans l’est de la Syrie, une zone où Al-Qaida n’a pas de présence significative, suggère que les personnes qui sont à l’origine de ces informations proviennent de Daech, qui est connu pour mener une opération sophistiquée de propagande et de désinformation, et dont le cœur est situé à l’est de la Syrie.

Comme je l’ai déjà indiqué, un faux rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme sur la mort du dirigeant de Daech, Ibrahim Abu-Bakr Al-Baghdadi, confirme que l’Observatoire syrien des droits de l’homme entretient des contacts avec Daech, même si cela ne semble pas inquiéter les médias occidentaux qui rediffusent ses rapports.

Cela tend à corroborer l’affirmation de Zakharova selon laquelle il s’agit d’une campagne de désinformation orchestrée par les djihadistes au sujet des victimes russes dans l’est de la Syrie, selon toute vraisemblance menée par l’Etat islamique.

Malheureusement, il ne fait aucun doute que les membres de l’opposition libérale « non système » de la Russie ont également joué un rôle dans la diffusion et la validation de cette histoire.  Le rapport de Bloomberg sur l’histoire le montre malheureusement trop clairement.

Les rapports faisant état de « dizaines », voire de « centaines » de Russes morts en Syrie – à la fois en raison de la frappe aérienne américaine et de l’explosion de Deir Ezzor – ont en fait tous les signes évidents d’une opération de désinformation.

Premièrement, s’il ne fait aucun doute qu’il y a beaucoup de mercenaires russes en Syrie, il n’est guère crédible que des « dizaines », voire des « centaines » de mercenaires russes, soient rassemblés en un seul endroit.

Au-delà, il serait inhabituel qu’une seule frappe aérienne tue des « dizaines » voire des « centaines » de personnes – en particulier des soldats dispersés sur une vaste zone et se mettant à couvert.

Les rapports syriens ont en fait indiqué que le nombre total de combattants – syriens et russes – tués par les frappes aériennes américaines s’élevait à 25, chiffre qui semble encore être le plus plausible et fiable.

South Front, dont l’analyse et les rapports sur le conflit syrien sont à la fois fiables et remarquables, a identifié les rapports de  » dizaines  » voire de  » centaines  » de mercenaires russes tués dans la frappe aérienne comme un cas évident d’une opération de désinformation et l’a dit avant même que Zakharova ne le réfute.

Le 7 et le 8 février, les grands médias anglophones, comme Politico, Reuters, CNN, diffusaient des informations selon lesquelles plus de 100 combattants pro-Assad auraient été tués dans des frappes américaines. Tous les rapports étaient basés sur des sources anonymes et ont été mélangés avec des déclarations du Pentagone et du ministre de la Défense pour avoir l’air plus fiables. Selon ces rapports, un groupe de 300 à 500 combattants du gouvernement, soutenus par des chars de combat et de l’artillerie, ont été impliqués dans l’attaque présumée contre les SDF.

Le 8 février, des personnalités tristement célèbres et des médias de la sphère médiatique russe ont commencé à diffuser des informations selon lesquelles les SMP russes auraient subi des pertes énormes lors de l’incident du 7 février. Les rapports contradictoires, également basés sur des sources anonymes, incluaient des estimations telles que « deux camions chargés de cadavres », 10-20 tués, 100, 200, 300, 600.

Le 10 février, la chaîne de télégramme russe WarGonzo a publié 5 enregistrements audio d’une conversation présumée entre 3 membres des SMP. L’une des voix donne le nombre de 177 tués. Ces enregistrements sonores avaient également été reçus par un certain nombre de journalistes russes depuis le 7 février et constituaient très probablement une contrefaçon.

En date du 14 février, les rapports indiquaient un nombre général de 10 à 600 membres des SMP morts.

En attendant, l’analyse des informations ouvertes, dont des rapports de parents et amis des membres des SMP impliqués dans l’opération, a permis à toutes les parties concernées d’apprendre que 5 Russes seraient morts au cours de la période susmentionnée. Cependant, aucun détail n’est disponible.

Des journalistes indépendants ont également noté qu’aucun avion, qui aurait pu être impliqué dans le transfert des SMP tués et blessés, n’avait été aperçu à la base aérienne de Hmeymim depuis le 7 février. Les correspondants et les sources de South Front à Damas et Deir Ezzor ne peuvent pas non plus confirmer les informations concernant les centaines de membres de SMP tués.

Les experts militaires de South Front qui connaissent la situation disent que le nombre possible de victimes pourrait être supérieur à 5, mais pas plus de 15-20.

Toute l’histoire sur les pertes massives de soldats des SMP russes est basée sur des données non confirmées et fausses, qui incluent quelques faits réels comme les frappes américaines, certaines pertes de soldats des SMP et la participation des chasseurs de Daech à l’incident. Le reste est une campagne orchestrée dans le respect des meilleures traditions de propagande.

Dont les objectifs seraient que:

  • les Etats-Unis sont capables de se battre contre les Russes en Syrie;
  • La Russie n’est pas capable de défendre ses intérêts;
  • le Kremlin ne s’inquiète pas des citoyens russes tués ou n’est pas en mesure de riposter.

À cela, je voudrais ajouter qu’à mon avis, le principal motif de cette désinformation des médias occidentaux et des membres de l’opposition libérale russe « non système » qui donnent foi à cette désinformation est le troisième des trois éléments cités par South Front: « le Kremlin ne se préoccupe pas des citoyens russes tués ou n’est pas en mesure de rendre la pareille. ».

Le premier tour des élections présidentielles russes aura lieu le 18 mars 2018.  Propager et donner de la crédibilité à ce qui semble avoir été à l’origine une campagne de désinformation de Daech à propos de  » dizaines  » voire de  » centaines  » de mercenaires russes tués dans l’est de la Syrie semble une tentative évidente pour créer une controverse au sein de la Russie sur l’intervention russe en Syrie à la veille des élections.

Il suffit de considérer par exemple ce que Bloomberg rapporte sur les propos tenus sur cette histoire par Vladimir Frolov – un chroniqueur du Moscou Times, un journaliste de l’opposition farouchement pro-libérale.

C’est un grand scandale et une raison pour une crise internationale aiguë. Mais la Russie prétendra que rien ne s’est passé.

Il est clair qu’un certain nombre de mercenaires russes – ou peut-être des volontaires – ont été pris dans la frappe aérienne américaine qui a eu lieu à l’est de l’Euphrate et qu’un certain nombre d’entre eux ont été tués.

Le nombre pourrait être plus élevé que les cinq signalés par Zakharova.  Elle a admis que ce nombre est basé sur les premiers rapports, et que le total final pourrait être plus élevé.

Cependant, il n’y a pas lieu de croire qu’il se rapproche des chiffres fantastiques qui ont été rapportés dans les médias occidentaux.

Il n’est pas surprenant que Daech – ou le groupe djihadiste responsable de cette désinformation – ait grandement exagéré le nombre de Russes tués dans l’attaque aérienne.

Il n’est guère inhabituel en temps de guerre que l’une des parties exagère le nombre de victimes subies par l’autre.  Dans le conflit syrien, ça arrive tout le temps.  Toutes les parties, y compris les militaires américains et russes, en sont coupables.

Ce qui est inquiétant, c’est que cette histoire non vérifiée et incroyablement invraisemblable de  » dizaines, voire de « centaines » de Russes tués en Syrie, s’est répandue comme un feu sauvage dans les médias occidentaux comme si elle était vraie.

Un exemple de plus sur le fait que, pour les médias occidentaux, dès lors qu’il s’agit des informations sur la Russie, tout est permis.

Source : http://theduran.com/russias-foreign-ministry-reports-of-scores-of-russians-killed-in-syria-are-disinformation/

Traduction : Avic– Réseau International

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.