Rien ne va plus à la Cour pénale internationale suite aux révélations de Mediapart sur la corruption qui la gangrène et le complot ourdi par la CPI, Ocampo, Sarkozy, et Ouattara contre le Président Laurent Gbagbo afin de l’arrêter et l’écarter durablement du pouvoir.

C’est en ce moment la confusion totale au sein du bureau du procureur. Dernière confusion en date : 22 témoins viennent de prendre la poutre d’escampette. Si on compte bien, depuis le début du procès de Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre le procureur, c’est au total un tiers des témoins qui ont lâché Fatou Bensouda.

Un désaveu cinglant et une grande humiliation pour celle qui au départ affirmait avoir des preuves contre les accusés et suffisamment de témoins pour prouver le plan commun de Gbagbo.
A ce jour, aucune preuve n’a jamais pu être fournie par la procureure. Pis, ce sont les témoins qui la quittent en cascade.

Une hémorragie de témoins

Lorsque s’ouvre le procès Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre le procureur au mois de janvier 2016, Fatou Bensouda annonçait disposer de 138 témoins qui viendraient prouver le plan commun mis en place par le Président Gbagbo afin de confisquer le pouvoir.

Mais de l’eau a depuis coulé sous le pont si bien qu’au moment où elle s’apprête à clôturer les auditions de ses témoins à charge le 15 décembre 2017, le nombre de ces derniers s’est réduit comme peau de chagrin. Le tiers parmi eux au total a déjà, comme on l’a dit, désisté et la majorité de ceux qui sont restés sont devenus hostiles une fois à la barre.

Déjà le 12 avril 2017, la Cour annonçait le désistement de 21 témoins à charge.
Puis début octobre 2017, suite aux révélations de Mediapart sur le complot de la CPI et de la France contre Laurent Gbagbo, c’est au tour de 22 autres témoins de prendre la clé des champs. Ont-ils eu peur d’être éclaboussés par le scandale révélé par Mediapart ? Assurément selon une source proche de la CPI. Toujours est-il qu’il ne reste plus beaucoup de témoins à la procureure, une vingtaine tout au plus. Ce qui l’a poussé à procéder à un important réaménagement dans le passage de ses témoins d’où la reprise annoncée pour le 06 novembre prochain.

Une certitude, d’ici la fin de l’année 2017, le passage des témoins de l’accusation prendra fin. Ce sera alors place au passage des témoins de la défense, à partir du 15 janvier 2018.

Michèle Laffont

Source : http://www.moacinter.com/index.php?option=com_k2&view=item&id=4847:cpi-sale-temps-pour-bensouda-22-temoins-viennent-de-la-lacher-suite-aux-revelations-de-mediapart&Itemid=179

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.