Trump va-t-il fermer la frontière avec le Canada ?

En rétorsion, les présidents des Etats-Unis ont régulièrement imposé des droits sur le Canada, négociant des d’accords à court terme visant à résoudre le problème. L’expiration récente de l’un de ces accords, signé en 2006, est la cause immédiate de l’annonce de Trump de nouveaux tarifs douaniers. Les critiques de cette nouvelle mesure soulignent que les coûts du nouveau tarif vont largement retomber sur les Américains qui achètent de nouvelles maisons ou qui entreprennent des rénovations intensives au bois. Il n’est, par ailleurs, pas certain que Donald Trump puisse contrôler la Commission américaine du commerce international qui doit évaluer les dangers du bois canadien pour l’industrie américaine. La partie n’est donc pas terminée.

Donald Trump déclare la guerre commerciale au Canada, principal partenaire économique des Etats-Unis. Après avoir imposé lundi soir des taxes sur l’importation du bois de construction canadien, il menace maintenant de taxer les produits laitiers. Le président américain a tweeté, mardi, à l’aube : «Le Canada a rendu l’activité de nos producteurs laitiers du Wisconsin et d’autres Etats frontaliers très difficile. Nous ne tolérerons pas cela. Vous allez voir»

Un peu plus tard, il a justifié ces menaces en expliquant que les «gens ne réalisent pas que le Canada a été très dur avec les Etats-Unis». «Pendant des années, ils ont été plus malins que nos dirigeants», a-t-il ajouté. Mais, en frappant le bois de construction, appelé bois d’oeuvre au Canada, Donald Trump réveille un vieux dossier qui divise les deux voisins depuis 35 ans.

L’ensemble des importations de bois de construction canadien aux Etats-Unis se sont élevées en 2016 à 5,66 milliards de dollars, a précisé le ministère du Commerce américain en annonçant lundi soir des taxes à l’importation allant de 3,02% à 24,12% selon les produits. Mais certains seulement, sur ce total, sont visés. Les producteurs américains accusent leurs homologues canadiens d’exporter ce matériau aux Etats-Unis à un prix de dumping, c’est à dire inférieur aux coûts de production.

Les autorités canadiennes ont condamné l’initiative des Etats-Unis. «Je suis poli mais je suis aussi très ferme dans la défense des intérêts du Canada», a déclaré Justin Trudeau dans un entretien à la chaîne CTV News, ajoutant qu’il allait «engager respectueusement, mais fermement», un dialogue avec les Etats-Unis.

Le gouvernement américain a cédé «aux pressions du puissant lobby forestier des Etats-Unis en se repliant vers le protectionnisme», a déploré mardi Alexandre Cusson, vice-président de l’Union des municipalités du Québec, en estimant que l’impact financier pourrait dépasser les 200 millions de dollars pour la seule industrie forestière québécoise.

Dès lundi soir, le gouvernement canadien avait dénoncé des «droits (de douane) injustes et punitifs» sur ses exportations de bois. Si ces mesures réjouissent les producteurs américains de bois, elles inquiètent le secteur de la construction. Selon certaines estimations, le coût de construction d’une maison aux Etats-Unis pourrait augmenter de 12% en raison des taxes.

Le Mexique semblait jusqu’à présent la cible privilégiée de Donald Trump, mais il a donc choisi de tourner plutôt dans l’immédiat ses canons commerciaux vers son voisin septentrional. Le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross, a résumé la situation lundi soir en affirmant que «cela a été une mauvaise semaine pour les relations commerciales américano-canadiennes».

ob_01489c_index«Lundi dernier, il est apparu que le Canada veut bloquer le dernier produit laitier exporté des Etats-Unis. Aujourd’hui, dans un dossier différent, le département du Commerce a déterminé qu’il y avait besoin d’imposer des droits compensateurs sur environ un milliard de dollars d’exportations canadiennes de bois de construction vers chez nous. Ce n’est pas notre idée d’un accord de libre-échange qui fonctionne bien», a-t-il asséné. Car le lait est un autre des dossiers que l’administration américaine veut mettre sur la table.

Déjà, la semaine dernière, alors qu’il était en visite dans le Wisconsin, un Etat du nord des Etats-Unis grand producteur de lait et de fromage, Donald Trump avait qualifié de «honteuses» des mesures canadiennes de limitation des importations de concentré de protéines de lait. Celles-ci placent les producteurs de lait américains dans une situation difficile alors que les Canadiens affirment qu’elles ne visent qu’à enrayer les effets d’une surproduction de l’autre côté de la frontière.

Les relations entre le président républicain et le Premier ministre canadien Justin Trudeau semblaient plutôt bonnes. Mais, fidèle à ses promesses de campagne, Donald Trump est passé à l’offensive contre des accords commerciaux, qui, selon lui, désavantagent les Américains.

ob_d80065_indexCes salves américaines entrent en effet dans le cadre du souhait de Donald Trump de renégocier l’Aléna. Il a dénoncé pendant la campagne cet accord conclu en 1994, le qualifiant de «désastre» pour l’économie américaine et l’accusant de la disparition de millions d’emplois. Cette offensive menace aussi d’autres secteurs et partenaires. Donald Trump a notamment évoqué la semaine dernière de possibles mesures dans le secteur de l’acier, affirmant que la baisse de la production nationale du fait de la hausse des importations menaçait la sécurité nationale du pays.

Réunis, avec le Mexique, par l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), les Etats-Unis et le Canada ont un volume d’échanges commerciaux annuel de près de 545 milliards de dollars, se traduisant, selon les chiffres américains, par un déficit de 11,2 milliards de dollars aux dépens de Washington.

Bob Woodward

source: http://www.decryptnewsonline.com/2017/04/trump-va-t-il-fermer-la-frontiere-avec-le-canada.html

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :