France 5 s’attaque à Sputnik mais s’emmêle dans ses accusations

Alors que France 5 s’en prend à Sputnik, «financé à 100% par le gouvernement de Vladimir Poutine» et censé prétendument influencer la présidentielle française, Sputnik invite à revenir sur les faits et rappelle que France Télévisions, dont fait partie la chaîne, est détenue à 100% par l’État français.

« La Russie cherche-t-elle à influencer le résultat de l’élection française ? », « Pour qui vote Sputnik en 2017 ? », les questions ont été posées crûment dans le programme C Politique sur France 5 qui n’a pas pu se retenir de s’en prendre ouvertement à l’agence russe, présentant « une certaine idée de vérité » censée influencer la présidentielle française. Ce malgré que le programme ait accueilli entre autres le journaliste de Sputnik France Edouard Chanot.Bien que la société France Télévisions soit détenue à 100 % par l’État français via l’agence des participations de l’État (APE), le programme s’est attaqué à Sputnik l’accusant d’être « financé à 100 % par le gouvernement de Vladimir Poutine » ainsi que d’être non objectif à l’encontre des candidats à la présidentielle française. Or, il y a aussi parmi les chaînes françaises celles auxquelles on reproche une position biaisée : telle que par exemple France Télé dont la patronne, Delphine Ernotte, s’est vue récemment accusée par Marine Le Pen de faire campagne en faveur d’Emmanuel Macron.

 

Quant à Sputnik, ses prétendues préférences pour les candidats à la présidentielle François Fillon et Marine Le Pen ont été étayées de façon peu ordinaire par C Politique. Pendant une heure d’antenne, l’animateur et les chroniqueurs sont revenus sept fois au minimum sur le sujet de Fillon et les téléspectateurs ont ainsi pu apprendre plusieurs informations intéressantes notamment que, parmi les soutiens de Fillon, on trouvait des catholiques radicaux et des hommes âgés souffrant d’arthrose (mot que les journalistes du programme ont visiblement trouvé fort amusant) venant le soutenir à ses meetings.

De même, les partisans de Fillon ont dessiné une caricature représentant Macron, ressemblant, selon des « experts », à de la propagande antisémite. Puis, le candidat de la droite s’est avéré également impliqué dans un scandale portant sur l’achat de costumes. En outre, C Politique a accompagné l’annonce de Juppé sur son refus de se porter candidat de légendes censées faire rire sur Fillon : « Il est nul » et « Fillon, je t’ai à œil ».L’animateur a également cité un article du média russe datant du 9 février, accusant ce dernier de l’avoir appuyé d’une photo de « correspondants français en Russie » portant des T-shirts En Marche ! — ce alors qu’en cliquant sur le lien, il est facile de voir que la photo est accompagnée de la légende suivante : « Les membres du mouvement « En Marche Moscou »» et ne mentionne pas de journalistes français.

Sputnik n’a jamais affirmé que sur la photo il y avait des journalistes français accrédités séjournant à Moscou. En fait, les T-shirts de la discorde ont été évoqués dans un communiqué de presse des Républicains Russie et dans l’entretien d’Alexis Tarrade (le SoundCloud est disponible dans l’article). M. Tarrade n’est jusqu’ici pas revenu sur ses propos. Le communiqué de presse quant à lui reste toujours disponible sur le compte Twitter des Républicains Russie.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201703131030445419-television-france-sputnik/

Publicités