En attendant Yalta-2 – Ce que le pacte passé entre Kerry et Lavrov laisse espérer


[Note du traducteur : Le cri de désespoir silencieux des néocons a suscité, à juste titre, l’incrédulité. À la fin de cet article, le commentaire de Hawky, que je remercie particulièrement, donne l’URL d’un article – traduit pour l’essentiel ci-dessous – qui précise l’incroyable réalité cachée.]

***

J’ai reçu des questions sur l’Ukraine, et ce qui suit… Soit les gens ne me lisent pas, soit ils ne tiennent aucun compte de ce que j’écris. Je pourrais continuer à écrire la même chose, mais c’est ennuyeux et je dois terminer un livre très intéressant.

Il y a un mois, j’ai mentionné que le projet Ukro des néocons washingtoniens est mort, que les USA et l’UE l’ont abandonné et qu’il est retourné à la Russie, avec tous ses défauts. Peu importe comment ce cloaque fasciste est mis en branle, ce qu’il mijote et l’agitation effrayante qu’il produit. Il va continuer sa fermentation contenue pendant quelque temps, jusqu’à ce que la Russie juge que le temps est écoulé et commence à tout nettoyer. Les mutants de Kiev ont perdu leurs grands parrains washingtoniens, et l’UE tente de se distancer d’eux. La guerre imposée au Donbass par la junte militaire ne changera rien, sauf que le sort de ces criminels de guerre est engagé.

Si vous voulez entendre parler de ce qui ne vient pas de moi, mais d’experts, voici quelques traductions et interprétations d’articles de Cat Motja et d’Andrey Manoylo, professeur à l’université de Moscou et membre du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie. Il décrit bien la situation générale, mais tire des conclusions erronées, car il ne comprend pas que Poutine a toujours raison.

Manoylo, quelle qu’en soit la raison, qualifie l’accord entre les USA et la Russie de pacte Molotov-Ribenthrob, même si c’est manifestement un nom inadéquat. Cat Motja l’appelle « Yalta 2 », et c’est le nom que nous utiliserons.

Voici en bref ce que dit Andrey Manoylo :

Réalisant que les USA et la Russie sont parvenus à un accord, l’Europe tremble. Le 23 mars, se présentant à Moscou avec un porte-documents, Kerry montrait qu’il venait avec une sorte d’« accord ». Cet accord n’est toujours pas dévoilé, mais tout a déjà été décidé entre les USA et la Russie, derrière le dos de l’UE et des autres « alliés » des USA. Il est possible que le monde ait déjà été divisé entre deux centres d’un nouveau monde multipolaire. Il est possible aussi qu’il existe une nouvelle ligne en Europe qui divise ces deux sphères d’influence. À en juger par la réaction des hellites européennes, qui ont tout à coup été prises de frénésie, comme une fourmilière dérangée, l’accord est, pour ainsi dire, fait et convenu. Pour le moment, les USA tentent de brader les propriétés toxiques, comme l’Ukraine, contre autre chose, comme la permission russe de demeurer d’une façon ou d’une autre au Moyen-Orient. Ukraine et Syrie ont été deux champs de la bataille entre la Russie et les USA, et nos adversaires [les USA] réalisent à présent que notre puissance les domine de loin.

Les USA ne reconnaissent pas la souveraineté des pays européens. À Washington, l’UE est quasiment traitée comme une colonie, avec qui ils font ce dont ils jugent bon. Les pays qui seront dans la sphère d’influence de la Russie ne sont pas encore connus. Très probablement une partie des Balkans et les pays baltes. L’OTAN tente de renforcer sa présence là-bas, mais nous comprenons cela comme une tentative visant à augmenter le prix de cette « propriété ». En substance, comme la Russie a rompu presque tous les accords commerciaux avec eux, les économies des pays baltes se sont détériorées. La situation balte devient de plus en plus critique. L’Union européenne a détruit l’agriculture et les industries qu’ils avaient héritées de l’Union soviétique. En ce moment, l’OTAN transforme les pays baltes en camp militaire, en zone militarisée. Si la Russie refuse de les « acheter », les USA finiront probablement par les abandonner à la Russie. Les hellites occidentales tentent désespérément de maintenir l’apparence des affaires coutumières, alors que nous savons tous qu’après la conclusion de l’accord, tout a changé.

Scénario possible : Les régimes baltes sont extrêmement hostiles envers la Russie. Ils utiliseront la présence de troupes de l’OTAN pour la provoquer. La Russie répondra par de sérieux avertissements et des protestations. Les USA diront que l’OTAN n’est là ni pour participer à des provocations, ni pour se battre avec la Russie, et [l’OTAN] se retirera. Ils diront simplement que c’est à la Russie de maintenir la stabilité dans la région.

Il y a actuellement un travail secret visant à réaliser l’accord. Dès qu’il sera connu, ce sera la panique. Pour l’instant, comme les alliés des USA pensent obtenir un morceau du gâteau, tout est calme. En réalité, le gâteau c’est eux.

Le journal The Truth in Journalism promet de publier d’autres révélations de Manoylo dans les jours à venir. Vous pouvez essayer le traducteur yandex.ru pour vérifier ce que j’ai omis. Je tiens à ajouter une chose oubliée par Manoylo : La sphère d’influence de la Russie s’accompagne du respect mutuel de la souveraineté nationale de toutes les parties, et de la puissance économique combinée de la Russie, de la Chine, de l’Inde, de l’Iran et du Kazakhstan, ainsi que d’une grande partie du Moyen-Orient. Elle s’accompagne des projets en cours de développement de la route de la soie, de la reconstruction de la Syrie, de l’Irak, de l’Afghanistan et de l’Ukraine. Et d’autres petits et très grands projets. La sphère d’influence des USA inclut le TTIP, le remplacement des productions locales, comme le fromage et le vin français, par des machins US. Si vous préférez, les OGM remplaceront les aliments bio. Si vous ne voyez pas de différence entre le brie de Saint-André et le brie de supermarché US, qui n’est pas du tout du Brie, et si vous pensez que le chocolat suisse est le même que celui des confiseries Hershey, à base d’« arôme chocolat véritable » provenant de lait aigre qui vous donne envie de vomir, c’est que vous êtes prêt à vivre dans la sphère d’influence US.

Je parlerai des autres principes du nouveau monde. Mais voici les plus importants :

  1. Les révolutions colorées ne sont plus autorisées. Fin 2014, la Russie et la Chine ont pris le parti de travailler à cela. Personne ne pourra venir renverser le gouvernement d’une nation, piller les pays et détruire les économies. Les canaux financiers servant à accumuler et transférer ces fonds sont démantelés.
  1. Les intérêts et opinions des sionistes et des lobbies pro- sionistes ne seront plus pris en considération. Par exemple, nul n’écoute les néocons crier au sujet du « terrible Iran malveillant ». Le monde continue simplement à les ignorer et le ciel n’est pas encore tombé.
  1. Comme je l’écris, les USA sont expulsés économiquement d’Europe et d’Asie. La Chine et les entreprises locales défendent les intérêts nationaux. Le Pindostan (nom donné par les Russes à l’Amérique du Nord) sera autorisé à commercer avec ses voisins, Canada et pays d’Amérique latine. Commercer est ici un mot-clé. Les USA ne seront pas autorisés à organiser d’autres révolutions colorées et « changements de régime ». Il est temps pour les Étasuniens d’apprendre à gagner leur vie, de travailler pour de l’argent, comme l’ont fait la Russie, la Chine et l’Inde.

Comme dit Cat Motja, les habitants du Pindostan doivent commencer à apprendre à gagner de l’argent, et abandonner leur conduite consistant à piller, voler et rouler les autres nations. Il faut qu’ils commencent à travailler pour gagner de l’argent, comme la Russie, la Chine et l’Inde.

Ne pas se soucier de tous ces déménagements insensés et forcenés de chars otaniens, ni d’aucune déclaration de l’OTAN, qui ne se rendra jamais et n’admettra jamais sa défaite. Ce n’est que danse rituelle visant à détourner l’attention du public de la dernière phase de la Troisième Guerre mondiale (hybride). Étant dans la dernière phase, nous assisterons après à la fin complète de cette guerre.

L’Afghanistan a été entièrement intégré dans le domaine d’influence russe, malgré les bases militaires US. Des négociations sont en cours pour séparer les bons des mauvais Talibans. Les bons Talibans se sont battus contre l’occupation US et les mauvais Talibans ont combattu les Afghans pour perpétuer l’occupation des USA et protéger leur commerce d’héroïne.

Voir : La Russie a cessé de considérer les Talibans comme des terroristes s’ils acceptent les conditions de réconciliation nationale

Historiquement, selon une règle non écrite, quand les USA posaient leurs bottes sur le sol d’un pays inoffensif, ce dernier était à eux. Chose que personne n’osait contester, ce pays était considéré appartenir au domaine d’influence US. Maintenant, il y a toujours des bases militaires US en Irak, mais des militaires russes sont désormais aussi là-bas. Ils exercent leurs activités sous le nez des Étasuniens, qui regardent les militaires russes travailler, et qui ne peuvent rien y faire. Les Étasuniens sont restés littéralement sans voix, quand les Russes sont arrivés un jour avec leur manière polie, nonchalante. Et maintenant l’Afghanistan…

C’est pourquoi vous entendez chaque jour de nouvelles déclarations bizarres de membres retraités et presque retraités de la communauté militaire US. Ils piquent des crises. Ils veulent dire quelque chose, mais ils savent que leur opinion n’a plus d’importance. C’est pourquoi la présence de l’US Army dans un pays comme l’Afghanistan, n’empêche pas les autres d’être là aussi. Tout le monde veut être là en ce moment, Russes, Chinois, troupes iraniennes, « combattants du désert » isolés, mystérieuses brigades autonomes de Syrie et du Liban, etc.

Voir : Attaque de soldats de l’OTAN par des Roumains en uniformes afghans

À un moment, les Étasuniens ont tenté de « vendre » leur retrait, mais les Russes leur ont présenté la facture des pertes subies par la Russie à la suite du commerce d’héroïne et d’opium parrainé par les USA. Après un coup d’œil sur la note, les Étasuniens n’ont plus pipé mot, et ont entamé leur retraite avec des tronches solennelles. Les zélites afghanes, même celles qui ont été soudoyées par les USA, ont complètement abandonné leur ancien « allié » et leur ont savonné le chemin vers la porte de Ramzan Kadyrov.

Voir : Kadyrov: Le vice-président afghan a déchiré le progrès de paix en Tchétchénie

Les Étasuniens, comme il fallait s’y attendre, ont tenté au moment opportun de hurler et d’utiliser des attentats sous fausse bannière pour les mettre sur le dos des combattants talibans. Tout ça n’a servi à rien.

En Afrique du Sud, on refuse catégoriquement d’avoir quelque chose à voir avec le Pindostan, car on préfère subsister le mieux possible. L’opinion générale est qu’après la libération de la Libye, les Sud-Africains, ainsi que les Italiens et les Chinois, aideront les Libyens à revenir à la raison et à reconstruire la coalition africaine.

Lors d’une réunion informelle des membres du Conseil de sécurité sur la situation dans les territoires palestiniens occupés, l’envoyé de la Russie à l’ONU, Vitaly Churkin, a déclaré que les Palestiniens ont besoin d’une protection internationale. Il a dit cela d’une manière telle qu’il est évident que la Russie organise cette protection. Quand le moment sera venu, vous verrez…

Après la reconnaissance de la Palestine, il faut s’attendre à ce que la Cour Pénale Internationale soit saisie d’un important procès. Des wagons de documents détaillant les crimes d’Israël contre l’humanité, les crimes de guerre et le génocide, ont été rassemblés. Ces témoignages n’ont pas été recueillis seulement par les Palestiniens. Nous allons assister à un spectacle énorme : Comment les perpétuelles victimes, les sionistes, s’avèrent être des bourreaux à temps plein.

Il est très intéressant d’observer la manière dont les mass médias des sionistes rapportent la réalité. Ils ont déjà commencé à préparer le terrain en distordant la réalité, surtout en Russie. Après avoir conchié des décennies durant la Russie et les Russes, ils « pondent soudain des documentaires » qui inversent les faits. Ils essaient de se préparer à l’examen au microscope de leurs agissements. Par exemple, Yakov Kedmi, un agent du Mossad de triste renommée, sioniste et acteur du coup d’État en Ukraine, s’est présenté aujourd’hui à la télévision russe avec un film sur le « Mossad héroïque » recrutant des néonazis pour le « bien universel ». Savez-vous pourquoi ce jour-là, avant la Journée de la Victoire, Kedmi a réussi à se frayer un chemin sur le territoire russe et dans la chaîne de télévision nationale russe ? Parce qu’ils tentent désespérément d’éviter la Saint-Barthélémy du sionisme, le jour où nous commencerons à publier l’énorme quantité de preuves de leur coopération avec l’Allemagne nazie.

C’est pourquoi ils ont déjà commencé à façonner l’opinion publique de manière à faire que cette coopération avait pour but exclusif le bien universel. Nous devons les croire, n’est-ce pas ?

Surtout après qu’ils nous aient défié en nous qualifiant de « putains d’orthodoxes ». …

[Passage non traduit à cause des textes cyrilliques, NdT]

… Les Somaliens sont aussi des nôtres. Kadyrov et la République de Tchétchénie sont en train de livrer des vivres et des fournitures médicales à la Somalie. La sécheresse et les pluies torrentielles qui ont suivi, ont détruit 90% des récoltes du pays et des troupeaux entiers de bétail.

La fondation humanitaire régionale, Akhmad Kadyrov, a déjà livré 350 tonnes de nourriture et apporté directement aux gens affamés dans des camps de réfugiés à la frontière avec l’Ethiopie. Il s’agit de 150 000 colis contenant chacun de la viande ou du poisson en conserve, du riz, du sucre et d’autres aliments. Cette aide humanitaire est organisée directement sous la supervision du ministère russe des Affaires internationales. Selon les autorités locales, cette aide est beaucoup plus importante que l’aide fournie par l’ensemble de la structure onusienne et des pays arabes voisins. Les colis de nourriture sont remis directement aux affamés, et non pas à des intermédiaires, comme le font les USA et l’ONU. La fondation demande instamment aux pays du Golfe persique, à tous les pays arabes et musulmans, de contribuer aux mesures d’assistance. Il est contraire à l’éthique de dépenser des milliards de dollars dans les guerres, alors qu’ici même, mille personnes meurent de faim chaque jour.

Obama fait sérieusement traîner la livraison de chasseurs au Qatar, au Koweït et au Bahreïn.

Les nécons ont déjà inventé des besoins, des plaintes et des menaces. Si ce ne sont pas les USA, et bien cela veut dire que les Russes livreront les « marchandises ». MAIS… Obama, d’un calme louche, considère que les USA ont besoin d’argent en ce moment.

Israël s’est retrouvé dans une situation très particulière. D’un côté, Obama les a mené en bateau. De l’autre, ils ont énormément conchié la Russie et les efforts de Poutine pour reconstruire le pays. C’est pourquoi ils n’ont aucune chance de trouver l’entente dont ils ont besoin en ce moment sur l’un des deux bords.

En ce moment, en état d’aveuglement, ils rêvent en espérant qu’un nouveau « bon » président, un comme il n’y en a jamais eu, défendra Israël depuis Washington. Ils refusent de comprendre que cela ne changera rien à la situation. Le Pindostan mettra des décennies à se remettre, si, et c’est un grand SI, il reste tel qu’il est. Beaucoup en doutent.

The Saker, Scott, 8 mai 2016

Original : thesaker.is/waiting-for-yalta-2-or-what-the-kerry-lavrov-pact-brings-to-the-table-by-scott/
Traduction Petrus Lombard

%d blogueurs aiment cette page :