Verrouillage planétaire, géo-ingénierie et État profond

Par Elana Freeland – Le 13 février 2017 – Source Global Research

De même que, à l’aube d’une nouvelle ère géologique, le monde entier s’effondre dans une fissure gigantesque, de nouvelles montagnes s’élèvent tandis que des abysses béantes s’ouvrent et que de nouvelles plaines et mers se forment, la structure actuelle de l’Europe est en train de chavirer dans un immense cataclysme. La seule chance pour l’Allemagne de résister à cette pression serait de prendre l’initiative et prendre le contrôle de l’inévitable bouleversement d’où viendra une nouvelle aube de l’histoire. – Hermann Rauschning, Hitler parle / Voix de la destruction, 1939

Nous avons mis sur pied une société de la science et de la technologie, dans laquelle personne ne comprend rien au sujet de la science et de la technologie, et ce mélange inflammable d’ignorance et de pouvoir, tôt ou tard, va nous exploser au visage. Je veux dire, qui dirige la science et la technologie dans une démocratie, si les gens ne savent rien à ce sujet? – Carl Sagan à Charlie Rose, le 27 mai 1996


La course au contrôle de l’espace a débuté en 1945 lorsque l’Opération Paperclip 1 a amené aux États-Unis des ingénieurs, des techniciens et des scientifiques nazis pour élaborer leurs merveilles pendant la ruse hégélienne connue sous le nom de Guerre froide. Un exemple, parmi les 10 000 nazis qui se sont réfugiés aux États-Unis, était Arthur Rudolph, ancien collègue de Wernher von Braun, ingénieur aérospatial et directeur à la NASA du Marshall Space Flight Center.

Rudolph avait été directeur de l’usine de fusées souterraine de Mittelwerk surnommée l’Enfer de Dante, où 52 000 prisonniers ont produit 6 000 fusées V-2. De 1951 à 1961, Rudolph a travaillé pour Martin Marietta à Waterton, Colorado. En 1995, Martin Marietta a fusionné avec Lockheed Corporation pour former Lockheed Martin. Initialement en charge de la R & D pour le missile Pershing, Rudolph, devenu citoyen américain, a dirigé le projet Saturnpour la NASA, et a reçu le Distinguished Service Award. En 1984, il renonce à sa nationalité américaine et retourne en Allemagne, après avoir fidèlement œuvré au transfert du Troisième Reich aux États-Unis.

C’est ainsi que, à travers le complexe militaro-industriel, le cheval de Troie du nazisme amoral et cryptique a pénétré des États-Unis riches en ressources. Bref, la Loi sur la sécurité nationale, la formation de la CIA et la Guerre froide ont suivi. Les roquettes, les satellites, les ordinateurs, le programme de manipulation du cerveau MK-ULTRA et les engins de propulsion exotiques [sic ? , NdT] ont poussé le XXe siècle vers le XXIe, un nouveau millénaire.

Star Trek, la « dernière frontière » de l’ère spatiale a commencé avec la nécessité de dominer l’espace aérien, l’espace proche autour de la Terre et le climat. Les recherches militaires sur le contrôle des conditions météorologiques ont été maintenues silencieuses tout au long de la guerre froide, tandis que des avertissements terribles concernant une « petite période glaciaire », des « gaz à effet de serre », la « désertification », puis les « conditions climatiques extrêmes » jusqu’au « réchauffement climatique » ont été dispersés pour garder le robinet de dollars grand ouvert.

Aujourd’hui, c’est le « changement climatique », plus neutre, accompagné de conférences internationales spectaculaires, regroupant des doctorants qui recommandent des « solutions » coûteuses dans le domaine de la géo-ingénierie, la manipulation intentionnelle des systèmes climatiques de la planète (Stanford Environmental Law Journal) pour faire de la météo un « multiplicateur de force » 2 pour les sept opérations militaires décrites dans mon précédent livre Chemtrails, HAARP et domination totale de la planète Terre :

  1. Modification climatique, modification environnementale / géophysique
  2. Manipulation électromagnétique
  3. Domination militaire totale
  4. Manipulation biologique
  5. Intelligence / surveillance
  6. Détection / masquage de technologies de propulsion exotique. 3

Contrôle du climat

Le gouvernement fédéral a été impliqué pendant plus de 30 ans dans un certain nombre d’aspects de la modification du climat, à travers les activités du Congrès et le pouvoir exécutif. Depuis 1947, des projets de loi sur la modification des conditions météorologiques portant sur le soutien à la recherche, aux opérations [militaires, NdT], des études de politique générale, des règlements, des responsabilités, des rapports d’activités, l’établissement de comités et les préoccupations internationales ont été présentés au Congrès. Il y a eu des audiences sur plusieurs des mesures proposées, et des auditions de surveillance ont également été menées sur les programmes en cours pertinents. 4

L’infiltration et la cooptation, la compartimentation, les ententes de confidentialité, les ententes de couverture, les menaces, les pots-de-vin, les recherches biaisées, les comités d’examen par les pairs, les médias internationaux intégrés – on ne peut que s’émerveiller des tours de passe-passe et de la tromperie qu’il faut pour diriger les conférences internationales, les points presse et les programmes d’études universitaires et élémentaires, afin de construire une vaste House of Cards mondiale construite en détournant le carbone, l’élément constitutif de toute la vie, en une cause célèbre pour expliquer le fait que notre atmosphère et notre climat sont modifiés par la manipulation militaire de l’ionosphère. En outre, les taxes sur le carbone et les échanges de droits d’émission impliquaient de prélever plus d’argent de l’environnement, devenu une arme économique. C’est tout à fait le cas, étant donné que le CO2 n’est que juste au-dessus du minimum pour soutenir la vie des plantes 5 et que les nations devraient augmenter le CO2 au lieu d’être pénalisées pour celui qu’elles émettent. 6

Mais alors, l’empereur est nu. Le premier rapport du Congrès sur la géo-ingénierie à la Chambre des représentants des États-Unis n’a été publié qu’en octobre 2010, juste avant l’annonce du moratoire sur la géo-ingénierie lancé par la 10e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP10) à Nagoya au Japon. C’est un moratoire que les États-Unis n’avaient pas l’intention de ratifier. 7 Les délégués de 193 nations étaient-ils conscients du fait que la géo-ingénierie se pratiquait depuis plus de dix ans aux États-Unis et dans d’autres pays de l’OTAN? Quatre mois après le moratoire de Nagoya, un tremblement de terre géo-ingénié a frappé le Japon.

Depuis le moratoire, les médias intégrés ont accru la confusion météorologique dans l’esprit du public, accusant les voitures et les polluants industriels tout en ignorant assidûment les plus grands pollueurs et propagandistes de tous : l’armée américaine sur-gonflée avec le complexe militaro-industriel et les services secrets qui la dirigent. En 2013, le cinquième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) indiquait que la gestion des rayonnements solaires (GRS) était déjà en cours : « Si les GRS étaient supprimés pour quelque raison que ce soit, il y a de très bonnes raisons de croire que les températures à la surface de la terre atteindraient des valeurs compatibles avec le forçage des gaz à effet de serre. » 8

Le forçage des gaz à effet de serre est le dernier de nos soucis. Qu’en est-il des militaires voyous transformant notre atmosphère pour leurs propres programmes de domination totale?

De temps en temps, des scientifiques comme le physicien des particules du CERN Jasper Kirby 9 et l’héliophysicien du Goddard Space Flight Center de la NASA, Douglas E. Rowland disent qu’ « il y a différents types de chemtrails comme vous le savez sans doute » 10. Mais leur avis est tacitement ignoré par les médias traditionnels. Un sénateur italien appelle à la déclassification des documents sur les chemtrails 11, un ministre de l’Agriculture et de l’Environnement chypriote s’est engagé à examiner les chemtrails 12 – et depuis, plus rien.

À maintes reprises, les agences gouvernementales proches de la plaque tournante du « changement climatique » (NASA, NOAA, EPA, etc.) ont été pris en flagrant délit de mensonges, mais les médias intégrés ont ignoré les faits. La NASA a proclamé juillet 2012 le mois le plus chaud jamais enregistré et le National Climatic Data Center de la NOAA a convenu : la moyenne de température de juillet de 2012 était de 77.6ºF soit 3.3ºF au-dessus de la moyenne du XXe siècle et 0.2ºF au-dessus de celle de juillet 1936 (pendant les années des tempêtes de poussières ). Cependant, lorsque le météorologue Anthony Watts a vérifié les données de la NOAA, il a constaté que juillet 1936 avait été rétabli comme le mois le plus chaud jamais enregistré. « Vous ne pouvez pas obtenir une preuve plus claire que la NOAA ajuste les températures passées« , a écrit Watts.

Ce n’est pas seulement une question de grille, ou d’anomalies, ou de méthode, mais la NOAA n’est pas en mesure de présenter une information sur l’historique climatique des États-Unis avec précision […] Ce n’est pas acceptable. Ce n’est pas honnête envers le public. Ce n’est pas scientifique. Cela viole la Loi sur la qualité des données. 13

David L. Lewis, ancien microbiologiste du Bureau de recherche et développement de l’EPA, a écrit dans Science For Sale : Comment le gouvernement utilise des sociétés puissantes et des universités de premier plan pour appuyer les politiques gouvernementales, fait taire les meilleurs scientifiques, met en danger notre santé et protège les profits des multinationales(Skyhorse Publishing, 2014) que les dirigeants de l’EPA manipulent systématiquement la science. Un incident s’est produit en 2003, lorsque l’ancien administrateur adjoint intérimaire Henry L. Longest II a fait lire aux gestionnaires intermédiaires de l’EPA les commentaires de Margaret Wheatley Turning to One Another,  exhortant les écologistes « à abandonner la science occidentale en faveur de la ‘nouvelle science’ […], « l’idée de ne pas savoir » et l’ « abîme ». En traversant l’abîme, les nouveaux scientifiques jettent leurs croyances religieuses et leurs inhibitions sexuelles, puis se tournent les uns vers les autres 14. Les candidats aux postes de gestion devaient ensuite remplir un questionnaire confidentiel sur leur promiscuité, leur religion, leur moralité et leur volonté de garder des secrets. (Qu’était l’EPA jusque dans les années Bush II?)

On a ajouté le meurtre à la propagande, à la manipulation des colloques internationaux, à l’obligation d’avoir des histoires sexuelles pour forger des liens de secret, faire chanter les nations avec des menaces météorologiques géo-ingéniées. Le représentant des États-Unis, Dennis Kucinich (Ohio), a lutté pour la HR2977, la Loi sur la conservation de l’espace de 2001 qui, au cours des années suivantes, a été bloquée comité après comité, avant sa mise à mort finale. Le 19 décembre 2007, le jeune frère cadet de 52 ans de Kucinich a été retrouvé mort. L’année suivante, le 12 novembre, sa sœur de 48 ans est décédée d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë. Coïncidence ou ont-ils payé l’addition?

Le 9 août 2010, le sénateur américain Ted Stevens (Alaska) enquêtait sur le projet HAARP à la demande du pilote alaskien Theron «Terry» Smith, quand son avion s’est écrasé, tuant Stevens et Smith, mais pas l’administrateur de la NASA Sean O’Keefe, qui était également à bord. Associé au fait que le gendre de Smith avait été tué quelques jours auparavant, lors de l’accident d’un C-17 à la base aérienne d’Elmendorf, l’« accident » ou la « coïncidence » semble très improbable. Le Bureau national de la sécurité des transports (NTSB) a établi que l’accident était dû au « manque de réaction temporaire du pilote pour des raisons qui n’ont pu être établies » 15.

D’étranges purges sont en cours. Le Canada a licencié 2 000 scientifiques et arrêté des centaines de programmes qui surveillaient les émissions des cheminées industrielles, des inspections alimentaires, des déversements de pétrole, la qualité de l’eau, le changement climatique, etc., tout en fermant sept des onze bibliothèques Pêches et Océans :

[…] un document classé comme « secret » obtenu par Postmedia News a mentionné « la récupération des matériaux » comme le motif principal pour cette diminution des bibliothèques […] des rapports ont été retirés des étagères et empilés dans des bennes à ordures. 16

Ainsi, après des décennies de subterfuges, de manipulations et d’une « expérience » climatique extrême de temps à autre, au vu et au su des nations, les citoyens ne croient plus en leurs propres perceptions. Ils cherchent plutôt des interprétations météorologiques dans les médias. Comme je l’ai écrit, les ouragans Matthew et la tempête tropicale Nicole ont généré des profits pour les capitalistes des catastrophes, le long de la côte atlantique Floride-Géorgie-Carolines. On en est venu à voir le mouvement globaliste soumettre les nations à la volonté de l’ONU contrôlée par les États-Unis, maintenant qu’une arme climatique fiable est enfin à portée de main.

Glissement des rapports de force à l’ONU

La participation des États-Unis et de la Chine est importante, car ces deux pays représentent plus de 40% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’accord entrera en vigueur une fois que 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales l’auront signé officiellement […] Les parties prenantes de l’accord devront encore passer par le processus d’adhésion à l’accord qui, pour la plupart, exigera des processus d’approbation dans leur pays d’origine […] 17

Lors de la Journée de la Terre 2016, l’accord-cadre sur le climat de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques a été signé. Le message a été élaboré au cours de plusieurs conférences, culminant à la COP21 à Paris, du 30 novembre au 11 décembre 2015. La Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP17) de 2011 à Durban, en Afrique du Sud, a tenté d’inclure une disposition du Tribunal international de la justice climatique 18, mais elle avait disparu de la COP21.

C’était avant tout un spectacle. Les porte-paroles climatiques ont été soigneusement choisis : le GIEC, les géo-ingénieurs David Keith et Ken Caldeira, des universités prestigieuses, des ONG intégrées, des agences gouvernementales, la Banque mondiale et le FMI et bien sûr les poches profondes de Wall Street et de la City. Les scénaristes ont travaillé sur le sort de la Terre, alors que les caméras faisaient des panoramiques sous des tempêtes de flash avec, en perspective, des tempêtes, des déluges et des sécheresses, des pleurs de bébés, des salles d’urgence d’hôpitaux remplies à déborder… L’ONU doit se voir confier de vastes pouvoirs financiers et réglementaires, pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C.

Une réunion plus calme des Nations Unies a eu lieu à New York, deux mois avant la COP21 : le Sommet du développement durable, se concentrant sur l’Agenda 2030 de l’ONU (L’Agenda 21 rebaptisé), qui devrait coordonner l’arnaque du carbone pour transformer les nations en de simples déclarations :

Par acclamation, sous les applaudissements et probablement avec un peu de soulagement, les17 objectifs globaux qui fourniront le plan directeur pour le développement du monde au cours des 15 prochaines années ont été ratifiés par les États membres de l’ONU à New York vendredi. Après des discours du Pape François et de la lauréate du prix Nobel Malala Yousafzai et des chansons de Shakira et d’Angelique Kidjo, le programme ambitieux – qui vise à lutter contre la pauvreté, le changement climatique et l’inégalité pour tous dans tous les pays – a été signé par 193 pays, au cours d’un sommet de trois jours sur le développement durable de l’ONU […] Le sommet sur les objectifs mondiaux se poursuit jusqu’au dimanche, après quoi tous les regards se tourneront sur les négociations du climat à l’ONU en novembre. Mogens Lykketoft, le président de l’assemblée générale des Nations unies, a été hésitant, affirmant que les buts seront abandonnés sans un accord fort à Paris [COP21], et que les dirigeants devront s’engager davantage que lors des précédentes réunions de la COP. «D’après ce que nous savons et espérons, nous nous rapprochons d’un meilleur accord.» 19

La technologie de la guerre climatique devient les crocs du « développement durable » que l’Agenda 2030 attendait (et c’est sûrement pourquoi les pays en développement avaient courageusement essayé d’inclure un Tribunal international de la justice climatique). Aussitôt après les deux conférences, le Groupe météorologique mixte de défense néerlandais (JMG) a pris la tête « en fournissant des prévisions météorologiques pour chaque exercice ou déploiement de la Force opérationnelle interarmées de très haute disponibilité de l’OTAN » 20. Et si vous pensez que la VJTF ne fait que prévoir le climat…

Pour être juste, certains universitaires réfléchissent sur l’empereur nu. Comment exactement le CO2 doit-il être éliminé de l’atmosphère « en utilisant une infrastructure que nous n’avons pas et avec une technologie qui ne fonctionnera pas à l’échelle nécessaire et enfin pour le stocker dans des endroits que nous ne pouvons pas trouver« ? 21 D’autres reconnaissent que l’idée des taxes carbone est un stratagème pour ratisser en catastrophe des liquidités en cash : 90 000 milliards de dollars en investissements dans les infrastructures énergétiques, 1 milliard de dollars en obligations vertes, une marché des échanges de carbone de plusieurs milliers de milliards de dollars, 391 milliards de dollars dans l’industrie financière autour du climat. 22 Le Fonds Vert pour le climat des Nations Unies, à lui seul, utilisera 100 milliards de dollars par an, censément pour soutenir l’atténuation des émissions de carbone dans les pays en développement. Devrions-nous faire des paris sur le fait que l’argent arrivera aux pays en développement après avoir été filtré par des banques multilatérales et privées, comme la Banque mondiale et la Deutsche Bank? Après tout, l’empereur nu n’est pas connu pour tenir ses promesses.

Les fondations bureaucratiques traditionnelles comme Ford, Rockefeller et Carnegie auraient cédé la place au « philanthro-capitalisme », une nouvelle approche musclée de la charité, où les compétences présumées des milliardaires seraient appliquées aux défis les plus pressants du monde… 23

Trop tard, le public se réveille devant le triste fait que ses institutions, ses agences, ses universités, ses laboratoires et ses tribunaux obéissent aux pouvoirs mêmes qui ont dépouillé les biens publics, la sécurité des travailleurs et des aliments, fait sauter le Bill of Rights, la protection de l’environnement. Le Partenariat transpacifique (TPP) et le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP) ou les fac-similés de celui-ci vont asservir le monde à la féodalité des entreprises sous une domination mondiale oligarchique [Depuis, le TPP aurait été bloqué par Trump, NdT]. Des membres milliardaires du Good Club 24 mettent sur pied des « instituts du cerveau » pour soutenir l’Initiative du cerveau et ses neuro-scientifiques au service d’un avenir transhumaniste. 25

La science est brisée

Depuis deux décennies, des scientifiques indépendants et des esprits scientifiques s’efforcent de sonner l’alarme sur ce qui se passe dans nos cieux et dans l’orbite terrestre, tandis que les laboratoires et les scientifiques universitaires bourgeonnants se cramponnent aux subventions militaires consacrées au tout armement sous le soleil, sinon le Soleil lui-même. Le climatologue de l’Université Rutgers, Alan Robock, raconte comment des consultants financés par la CIA l’ont contacté pour lui poser deux questions : si nous contrôlions le climat de quelqu’un d’autre, pourrait-il le savoir? Les experts du climat pourraient-ils déterminer si une autre nation essayait de contrôler le climat? La CIA – qui n’est pas connue pour être transparente – a financé plusieurs projets visant la domination météorologique (y compris HAARP, par l’intermédiaire de sbires comme Raytheon), dont deux rapports de l’Académie nationale des sciences de février 2015 : Intervention climatique : Suppression et séquestration fiable du dioxide de carbone (154 pages) et Intervention climatique : refléter la lumière du soleil pour refroidir la Terre (234 pages). 26

Le système d’examen par les pairs a été coopté, favorisant certaines théories et certains scientifiques, et bannissant d’autres personnes dans l’obscurité de la non-publication et des carrières confinées. Le biologiste lauréat du prix Nobel Sydney Brenner a écrit:

Je pense que l’examen par les pairs entrave la science. En fait, je pense qu’il est devenu un système complètement corrompu. Il est corrompu à bien des égards, en ce que les scientifiques et les universitaires ont remis aux rédacteurs de ces journaux la capacité d’avoir un jugement sur la science et les scientifiques. Il y a des universités en Amérique et j’ai entendu de nombreux comités, qui déconsidèrent les publications dans les revues à faible impact […] cela remet le jugement entre les mains de personnes qui n’ont vraiment aucune raison d’exercer un jugement du tout. Et tout cela a été fait avec l’aide du marché, parce que ces journaux sont maintenant des organisations géantes faisant de l’argent autour de ce créneau. 27

« Une orthodoxie puissante contre une hétérodoxie marginalisée » est la façon dont Charles Eisenstein décrit l’opposition aux scientifiques de pointe de l’Univers électrique :

Si vous avez foi dans la solidité de nos institutions scientifiques, vous supposez que les dissidents sont marginalisés pour de très bonnes raisons : leur travail est de mauvaise qualité. Si vous croyez que le processus d’examen par les pairs est équitable et ouvert, alors la pénurie de citations révisées par des pairs pour la recherche [de l’Univers électrique] est une accusation accablante de leur théorie. Et si vous croyez que le corpus de la physique traditionnelle est fondamentalement correct, et que la science progresse de plus en plus près de la vérité, vous serez très sceptique envers tout écart important par rapport aux théories standard […] Peut-on faire confiance au consensus scientifique? Pouvons-nous faire confiance à l’intégrité de nos institutions scientifiques? Peut-être pas. Au cours des dernières années, un nombre croissant de critiques d’initiés a exposé de sérieuses lacunes, dans la façon dont la recherche scientifique est financée et publiée, conduisant certains à aller jusqu’à dire : « La science est brisée. »  28.

Entre 1973 et 2013, la prise de décision quant aux articles scientifiques méritant une publication et les autres, est contrôlée par six grands éditeurs (ACS, Reed Elsevier, Sage, Taylor & Francis, Springer et Wiley-Blackwell), tous appartenant à Big Pharma et à l’industrie médicale:

« Tant que la publication dans des revues à haut facteur d’impact est une exigence pour les chercheurs afin d’obtenir des postes, un financement de recherche et une reconnaissance de leurs pairs, les principaux éditeurs commerciaux maintiendront leur emprise sur le système d’édition universitaire», a ajouté le professeur Vincent Larivière, University of Montreal’s School of Library and Information Science].29

Ensuite, il y a le niveau de danger bien au-delà de la perte de carrière, pour les scientifiques travaillant sur des projets classifiés. Au début de l’Initiative de défense stratégique (IDS) Star Wars, qui culmine désormais avec la Space Fence, deux dizaines de scientifiques et d’experts, travaillant pour Marconi et Plessey Defense Systems, ont disparu ou sont morts dans des « circonstances mystérieuses ». Le bilan des morts de scientifiques s’est poursuivi dans les années 1990 et après le 11 septembre. 30 Maintenant, les cibles semblent être des médecins naturopathes et des médecins soucieux de la santé qui s’interrogent, derrière le rideau des vaccinations du Big Pharma, sur l’autisme et le cancer à but lucratif. 31

Prochain arrêt : The SSS Space Fence

Nous sommes loin du rêve et de la résolution du président Kennedy, de mettre fin aux pollueurs chimiques et à la destruction des sols et de la biodiversité. Aujourd’hui, le secrétaire américain à la Défense, Ashton B. Carter, est titulaire d’un doctorat en physique de l’Université d’Oxford et, d’un trait de plume présidentielle le jour de Thanksgiving 2015, il a fait passer la Loi sur la compétitivité des lanceurs spatiaux commerciaux américains (HR2262), c’est-à-dire le Space Act of 2015, qui a fait éclater le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967, effaçant toute séparation fugitive entre les militaires et les entreprises qui s’efforcent de tirer profit de l’exploitation spatiale des astéroïdes et des isotopes de l’hélium-3 sur la Lune.

En Amérique du Nord, la loi sur l’assainissement de l’air a été modifiée et le Plan d’action nord-américain sur le climat, l’énergie propre et l’environnement a été signé en juin 2016 par le Canada, les États-Unis et le Mexique. Le « futur durable » de ces trois nations semble être une union continentale. Le rêve d’Hillary Clinton, a-t-elle dit à une banque brésilienne en 2013, est « un marché commun hémisphérique, avec des frontières ouvertes, dans le futur » 32, ce qui ressemble beaucoup à l’énoncé des plans mis en avant pour le partenariat :

Nos actions visant à harmoniser les politiques du climat et de l’énergie, protégeront la santé humaine et aideront à égaliser le terrain de jeu de nos entreprises, de nos ménages et de nos travailleurs […] qui nous mènent fermement sur la voie d’un avenir plus durable. 33

Traduit du double langage, « protéger la santé humaine » signifie-t-il vaccinations pour tous et « égaliser le terrain de jeu », la mort de la classe moyenne? Pour soutenir quelque chose, il faut le faire durer avec des systèmes de soutien fiable. L’énoncé des dirigeants fait allusion à une clôture spatiale SSS (Space Surveillance System) construite et exploitée par les intérêts de l’Amérique du Nord et de l’OTAN – une grande machine de surveillance dont de nombreux éléments offrent une réelle domination totale, non seulement des conditions météorologiques et de l’environnement proche de la terre, mais de la planète Terre et de ses habitants dans leur intégralité pour des générations?

Il est presque impossible de décrire la résurrection de l’Initiative de défense stratégique (SDI) Star Wars par la Space Fence dans notre atmosphère, maintenant transformée en une antenne sans fil afin de « maîtriser le domaine humain », mais nous devons nous préparer à un verrouillage de l’ère spatiale qui est maintenant construite autour de nous, dans l’air et sur la Terre, ce qui explique pourquoi j’ai écrit mon livre Sous un ciel ionisé : des chemtrails au verrouillage par la clôture spatiale.

Elana Freeland est écrivain, auteur-fantôme, conférencière, conteuse et professeur qui fait des recherches et des écrits sur les questions de l’État profond, y compris les histoires de survivants de MK-ULTRA, d’abus rituels et d’armes électromagnétiques invasives (Nexus, octobre 2014). Elle est maintenant peut-être mieux connue pour ses  travaux sur les chemtrails, HAARP et le Full Spectrum Dominance de Planet Earth, publié en juin 2014 par Feral House. Elle a récemment complété la série Under An Ionized Sky: From Chemtrails to Space Fence Lockdown, publié en septembre 2017. Elle vit à Olympia, Washington.

The original source of this article is Global Research
Copyright © Elana Freeland, Global Research, 2017

Liens

L’ONU lance un nouvel agenda universel pour l’humanité

Raison de la fabrication de la peur du réchauffement climatique

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière [nous sommes en octobre 2015] à Bruxelles, Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a admis que l’objectif de l’activisme environnemental n’est pas de sauver le monde de la calamité écologique, mais de détruire le capitalisme.

Voici ce qu’elle a dit : « C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que nous nous fixons pour tâche de modifier intentionnellement, dans un laps de temps donné, le modèle de développement économique qui règne depuis au moins 150 ans, depuis la révolution industrielle. »

Note du Saker Francophone

Cet article est à prendre avec quelques précautions, car il faudrait lire le livre de cette dame pour le détail de son argumentaire. Il est tout de même intéressant, car elle fait le lien entre les failles de plusieurs domaines qui, pris séparément, peuvent laisser croire à un certain laisser aller de la main invisible du marché mais qui, pris ensemble, laissent plus que songeurs sur un réel mouvement d'ensemble convergeant autour d'un objectif de gouvernance et de contrôle global.
  • Le contrôle du climat, comme arme de guerre utilisée au Vietnam, et qui aurait disparu des écran radars malgré un potentiel incommensurable... et peu visible
  • La financiarisation des marché carbone et leur utilisation politique. On peut d'ailleurs noter qu'il n'est pas forcément besoin de se battre sur la réalité ou non des changements climatiques ou des effets supposés des gaz à effets de serre, mais plutôt de concentrer les efforts sur l'illégitimité de ces élites qui voudraient nous faire croire qu'elles œuvrent à la sauvegarde du genre humain, alors que les mêmes organisent une guerre après l'autre.
  • Le rôle de l'ONU, qui profite de sa bonne image pour travailler en sous-main à établir un cadre normatif, en y enserrant littéralement les petits États qui n'ont pas les moyens de s'opposer ou simplement de contrôler les travaux scientifiques imposés clés en main.
Pour les chemtrails, il ne faut pas perdre de vue que la grande question est que cette opération autour du climat pourrait aussi cacher un second objectif de contrôle des populations, puisque les aérosols retombent sur les récoltes et dans l'eau. On peut prendre l'exemple de notre ami Bill Gates, dont lui et sa famille ont un long passé eugéniste. Il vient d'ailleurs encore de lancer une alerte pandémie.

Et elle ne parle pas des manœuvres autour des DTS, du travail des globalistes et de leurs ONG dans l'éclatement des pays, des familles et même du savoir pour les masses afin de nous amener doucement et sans résistance à accepter leur programme.

Il semble quand même que depuis un an, ça rue dans les brancards à tous les niveaux. Ce genre d'article sera utile à l'avenir, pour corroborer les fuites anti-Système qui ne manqueront pas de nous parvenir, tant il semble y avoir de petites mains que cette approche totalitaire dégoûte. Ce n'est pas avec le Decodex du Monde et une campagne de chasse aux fake news qu'ils vont arrêter le mouvement.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

Notes

  1. L’Agence conjointe des objectifs du renseignement (JIOA) a contourné l’ordre anti-nazi du président Truman et effacé les affiliations nazies, puis leur a accordé de nouvelles identités et des autorisations de sécurité.
  2. Col. Tamzy J. House et al. Le temps en tant que multiplicateur de force: Posséder le temps en 2025, Août 1996. 2025 est une étude conçue pour se conformer à une directive du chef d’état-major de la Force aérienne, visant à examiner les concepts, les capacités et les technologies américaines qui doivent permettre à la force aérienne et spatiale de demeurer dominante à l’avenir.
  3. Ces catégories ont d’abord été rendues publiques par le scientifique indépendant Clifford Carnicom, carnicominstitute.org.
  4. Robert E. Morrison, spécialiste des sciences de la terre, Division de la recherche sur les politiques scientifiques, Service de recherche du Congrès, «Chapitre 5: Activités fédérales dans la modification des conditions météorologiques». Modification météorologique: Programmes, problèmes, politiques et potentiel. Comité sénatorial des États-Unis sur le commerce, la science et les transports, 15 novembre 1978.
  5. P. Gosselin, «Les concentrations atmosphériques de CO2 à 400 ppm sont encore dangereusement faibles pour la vie sur Terre.» NoTricksZone, 17 mai 2013.
  6. « L’écologisation des déserts » pour l’augmentation du CO2. Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), 3 juillet 2013.
  7. Juliet Eilperin, La géo-ingénierie suscite une interdiction internationale, le tout premier rapport du Congrès, Washington Post, 29 octobre 2010.
  8. Rady Ananda, Gestion des rayonnements solaires, géo-ingénierie et chemtrails, Global Research, 5 novembre 2013.
  9. Chemtrails confirmés : les scientifiques climat admettent que les avions épandent des aérosols. Chemtrailsplanet.net, 9 Janvier 2015.
  10. Les scientifiques de la NASA admettent que les chemtrails sont réels, Chemtrailsplanet.net, 11 mars 2016.
  11. Christina Sarich, Le sénateur italien appelle à la déclassification des documents sur les chemtrails,Naturalsociety.com, 15 avril 2014.
  12. Le ministre s’engage à enquêter sur les chemtrails, Cyprus-mail.com, 17 février 2016.
  13. J.D. Heyes, NOAA corrige tranquillement le site Web, après être pris dans un mensonge sur le réchauffement global, admettant que 1936 était plus chaud que 2012. Naturalnews.com, le 1 juillet 2014.
  • David Lewis, Leadership inquiétant de l’EPA, The Oconee Enterprise, 12 mai 2016.
  • Alan Levin, NTSB: l’accident d’avion de Ted Stevens demeure un mystère, USA Today, 24 mai 2011.
  1. Ari Phillips, Le gouvernement canadien démantèle les bibliothèques ‘écologiques’ après avoir renvoyé des milliers de scientifiques, Climate Progress, 10 janvier 2014.
  • « Les dirigeants mondiaux signent un accord sur le climat de Paris », Huffington Post, 22 avril 2016. L’article clôture par « Un groupe d’entreprises, dont Google, Ikea, Starbucks et General Mills, ont apporté leur soutien à la cérémonie de signatures ».
  • Sarah Malm, L’ONU planifie un « tribunal international de la justice climatique » qui permettrait aux nations d’amener les pays développés devant les tribunaux, Daily Mail, 2 novembre 2015.
  1. Liz Ford, Les buts globaux reçus avec ravissement à New York – vient maintenant la partie dure, The Guardian, le 25 septembre 2015.
  • Les Pays-Bas prennent en charge la météorologie pour la Force de réaction de l’OTAN. Communiqué de presse du SHAPE (Quartier général suprême des puissances alliées en Europe), 13 janvier 2016.
  • Jocelyn Timperley, Les universitaires appellent à la préparation de la géo-ingénierie à la suite des ‘failles mortelles’ de l’Accord de Paris, BusinessGreen, 11 janvier 2016.
  • James Corbett, Et maintenant, l’escroquerie climatique à 100 000 milliards de dollars des Banksters … Le rapport Corbett, 24 février 2016.
  1. Jacob Levich, L’agenda réel de la Fondation Gates. Aspects de l’économie indienne, n° 57, mai 2014.
  • Paul Harris, Ils sont appelés le Good Club – et ils veulent sauver le monde, The Guardian, 30 mai 2009.
  • William J. Broad, Les milliardaires avec de grandes idées privatisent la science américaine, New York Times, 15 mars 2014.
  • Daniel Barker, Les nations utilisent maintenant la modification climatique comme une guerre clandestine, avertit la CIA. NaturalNews.com, 19 décembre 2015.
  1. Charles Eisenstein, The Need for Venture Science, Huntington Post, 27 août 2015.
  1. Sean Adl-Tabatabai, Presque tous les documents scientifiques sont contrôlés par les mêmes six sociétés. YourNewsWire.com, 20 juillet 2015.
  • Mark J. Harper, Scientifiques et microbiologistes morts – Liste maîtresse, 5 février 2005, http://rense.com/general62/list.htm.
  • Erin Elizabeth, Une connexion avec les décès des médecins holistiques ? HealthNutNews.com, Février 1, 2016.
  • Amy Chozick et al., Extraits de discours filtrés montrant une Hillary Clinton à l’aise avec Wall Street. New York Times, 7 octobre 2016
  1. Patrick Wood, NAU Reborn en tant que « Partenariat nord-américain pour le climat, l’énergie propre et l’environnement ». Technocracy News, 30 juin 2016.

Source : http://lesakerfrancophone.fr/verrouillage-planetaire-geo-ingenierie-et-etat-profond

Publicités