L’énigme Trump : entre rêve et réalité, il reste un espoir


Il n’y a aucun moyen de faire bonne figure face à ce qui s’est passé. Non seulement parce que cela a montré que Trump n’était pas fidèle à ceux qui lui font confiance, mais parce que cet épisode a quasiment tué ce que j’appellerais le « rêve Trump ». J’ai bien choisi mes mots. Je parle de « rêve Trump » par opposition à la réalité Trump. Laissez-moi expliquer.

Le « rêve Trump »

Quand Trump a remporté les élections, les espoirs sur ses actions futures ont été très grands. Cela va de « Trump va remodeler à jamais le système international, mettre fin à l’Empire et apporter la paix et la prospérité aux États-Unis » à « il ne sera jamais aussi mauvais que Hillary, peu importe ce qu’il fera ». Sur ce spectre, je vais énumérer les éléments clés du « rêve Trump » :

1. Drainer le marécage, renvoyer les néocons dans les bas-fonds d’où ils ont émergé il y a 24 ans, réformer la communauté américaine du renseignement, peut-être même dissoudre la CIA ou tout au moins la subordonner au président.

2. Faire la paix avec la Russie et négocier un « grand accord » qui préciserait clairement comment les USA et la Russie agiraient les uns envers les autres et conjointement contre les menaces communes. À tout le moins, cela impliquerait un accord sur l’Ukraine et la Syrie.

3. Travailler avec la Russie pour créer un nouveau système de sécurité européen qui maintiendrait l’OTAN comme organisation politique mais qui la diluerait dans un nouveau cadre de sécurité allant du Portugal aux montagnes de l’Oural et qui inclurait une version XXIe siècle du traité des Forces conventionnelles en Europe.

4. Cesser de verser des milliards de dollars dans l’Empire et les réorienter vers les États-Unis et leurs infrastructures en décomposition, vers les soins médicaux, l’éducation, les petites entreprises, etc., d’immenses ressources étant actuellement gaspillées dans la guerre, l’agression et la subversion. Jusqu’à ce jour, les secteurs les plus profitables de l’économie américaine étaient le complexe militaro-industriel et la finance. L’espoir était que Trump relancerait l’économie réelle : la production de biens et de services.

5. Mettre fin à ce que j’appellerais la « dictature des minorités » et la remplacer par une restauration de la souveraineté de la majorité du peuple américain sur son pays. Les « Rachel Maddows » qui étaient les « maîtres idéologiques » du régime anglo-sioniste seraient doucement reconduites à la porte et remplacées par des gens auxquels la plupart des Américains pourraient s’identifier.

6. La loi et l’ordre seraient rétablis aux États-Unis et le flux incontrôlé d’immigrants serait finalement réglementé, au moins dans une certaine mesure.

7. Dernier, mais certainement pas le moindre, Trump n’adhérerait pas à cette stupide, contre-productive et auto-destructrice campagne de dénigrement rhétorique de l’Iran et de la Chine. Rappelez-vous, ce que j’énumère ici n’est pas une évaluation réaliste de ce que Trump pourrait faire une fois au pouvoir, mais ce que j’ai délibérément appelé le « rêve Trump » en mettant l’accent sur le premier mot. Bien sûr, il y a sûrement ceux qui voulaient voir Trump proférer des menaces et peut-être même commencer une guerre avec l’Iran ou la Chine, mais je ne les ai pas rencontrés – par ailleurs, ce ne sont pas des gens que j’aime avoir autour de moi. Encore une fois, c’est mon aperçu, subjectif et personnel de ce que je pense être les rêves de beaucoup (la plupart ?) des partisans de Trump, rien de plus.

Après cette dernière semaine, je dirais que, pour l’essentiel, ce rêve est maintenant terminé, en particulier les points 1,2,3 et 5, les points 6 et 7 sont dans le coma et seul le point 4 est fiévreux, avec un écoulement nasal, mais pourrait encore vivre.

Le principal, bien sûr, est le point 1 : le drainage du marais. En d’autres termes, arracher le pouvoir aux néocons et à l’État profond des États-Unis et le remettre à qui il appartient : au président avec le mandat de la majorité du peuple américain. C’est, hélas, la plus grande perte que nous ayons subie la semaine dernière : l’homme qui était censé drainer le marais a reçu une humiliante raclée par un État profond enivré par son infini culot. Le plus gros problème n’est pas que Flynn ait été renvoyé, bien que ce soit une grosse affaire, mais le fait que l’État profond a forcé Trump à trahir publiquement Flynn et à le dépouiller, au lieu de se débarrasser de ceux qui ont été impliqués dans cette révolution de palais.

Ce que l’État profond a démontré cette semaine, c’est que tout le monde au sein du pouvoir exécutif ne sert pas l’intérêt du président, mais celui de l’État profond, y compris probablement Donald Trump lui-même.

En éliminant le second de Trump, les néocons ont maintenant montré au monde que tous les autres, le troisième, le quatrième, etc. et peut-être même le premier, The Donald, sont tous là seulement dans la mesure où les néocons le veulent bien. Je suis personnellement convaincu que si Donald Trump ne trouve pas en lui-même le courage de mener une contre-attaque majeure, les néocons trouveront un moyen pour le virer de la Maison Blanche avant le terme de son mandat. C’est typiquement leur style : envoyer des messages et faire un exemple.

Si Trump se soumet, ils pourraient, peut-être, lui laisser faire un peu des points 6 (la loi et l’ordre) et 4 (rediriger un peu d’argent vers la patrie). En ce qui concerne le point 7 (harcèlement de l’Iran et de la Chine), c’est la seule partie de son programme qu’ils soutiendront avec enthousiasme – ce qui ruine également le rêve de le voir agir contre ce non-sens absolu.

Alors oui ! C’est mauvais, et il n’y aura pas de miracle, le rêve est vraiment terminé.

Cependant, remettons cela en perspective.

La réalité Trump

Si le rêve est terminé, ce n’est pas une raison pour se décourager ou prétendre que le soutien à Trump a été une erreur. Je vous prie de toujours garder à l’esprit que l’alternative était Hillary Clinton.

L’un de mes commentateurs favoris, Ruslan Ostashko a dit brillamment :

« Pas une seule personne raisonnable ne s’attendait à ce que Trump montre une véritable amitié, ou un amour, pour la Russie, ou une reconnaissance immédiate de la Crimée en tant que partie de la Russie. Notre joie à l’élection de Trump était liée à un seul facteur : avec Clinton, nous n’avions aucune chance, aucune, de nous entendre sur quoi que ce soit. Si Clinton était maintenant assise à la Maison Blanche, nous ne discuterions pas de la question de la reconnaissance de la Crimée ou de l’avenir des sanctions américaines. Nous devrions essayer de deviner quand la guerre nucléaire commencera, nous étudierions nos cartes des abris anti-atomiques, comment utiliser un compteur Geiger, et comment doser correctement les comprimés d’iode. »

Il a absolument raison, bien sûr. C’est aussi exactement ce que j’ai écrit le 9 novembre après l’élection :

Ainsi, c’est arrivé : Hillary n’a pas gagné ! Je dis cela au lieu de dire que « Trump a gagné » parce que je considère le premier événement encore plus important que le second. Pourquoi ? Parce que je n’ai aucune idée de ce que Trump fera ensuite. Cependant, j’ai une excellente idée de ce que Hillary aurait fait : la guerre avec la Russie. Trump ne fera probablement pas ça.

Je n’ai jamais cru au « rêve Trump ». J’étais simplement un partisan de Trump, j’avais l’espoir qu’il ne serait pas seulement mieux que Hillary, mais qu’il pourrait livrer, au moins, une partie de son message de « rêve ».

Mais s’il faut choisir entre voir les néocons humilier Trump ou la guerre thermonucléaire – alors je choisis le premier, avec gratitude.

De plus, si désagréable soit cette pensée pour beaucoup d’Américains, c’est un fait indéniable que les États-Unis sont actuellement l’hôte sur lequel le parasite anglo-sioniste se nourrit, et que ce parasite utilise pour essayer de dominer la planète entière.

Ce qui se passe maintenant est que les néocons et l’État profond ont réussi à reprendre le contrôle de leur hôte, mais seulement au prix d’un affaiblissement majeur de celui-ci. Et cela est objectivement bon pour notre planète. Tout comme le coup d’état en Turquie a fini par éviscérer les services militaires et de sécurité turcs, et réduire considérablement leur capacité d’influencer les événements en Syrie – c’est en partie pourquoi Erdogan joue maintenant au ballon avec les Russes et les Iraniens – la révolution de couleur en cours contre Trump a castré la puissance de l’hôte américain et, par conséquent, du parasite anglo-sioniste. D’une part, l’ensemble de l’establishment politique est si profondément impliqué dans la lutte pour le pouvoir aux États-Unis qu’il reste très peu d’énergie bureaucratique pour faire face à autre chose. De plus, sur le plan politique, la Nation indispensable et la Cité sur la colline sont maintenant la risée de la planète. La prochaine fois qu’un propagandiste du Département d’État commencera à régurgiter l’habituel baratin aux classes laborieuses sur la démocratie, les droits de l’homme et les élections justes, il sera accueilli par un rire hystérique et les cris de « Médecin, va te soigner ! » Et, franchement, Dieu seul sait où ce processus peut nous mener ensuite. Pour ma part, je ne voudrais absolument pas exclure la possibilité d’une guerre civile aux États-Unis. Et avant que cette déclaration ne soit saluée par des railleries et l’ensemble habituel de sarcasmes ad hominem, permettez-moi de vous rappeler que j’ai prédit la guerre civile en Ukraine alors que presque tout le monde était dans le déni total (voir ici : Les portes de l’enfer s’ouvrent en Ukraine, écrit le 20 novembre 2013). À l’heure actuelle, je ne prédis pas une guerre civile aux États-Unis, mais je dis qu’elle est devenue une réelle possibilité.

Guerre civile ou non, tous les néocons et l’État profond accélèrent l’effondrement inévitable des USA comme hégémon mondial. Certes, Trump n’aurait pas pu l’empêcher, mais il aurait pu le négocier, en utilisant l’immense pouvoir des États-Unis pour obtenir le meilleur accord possible des autres grands acteurs. Si une personne tombe d’un gratte-ciel, il n’y a aucun moyen de l’empêcher de toucher le sol – mais avoir un parachute ou non fera une énorme différence pour lui sur la façon dont il atterrira. C’est ce que Trump aurait pu faire, descendre debout sur les freins comme le dit l’expression russe. Les compétences nécessaires pour y parvenir sont simples : réalisme, volonté de négocier, capacité de comprendre l’autre, courage d’abandonner ce qui n’est pas viable, etc. Ce sont exactement les compétences dont les néocons manquent totalement. Tout ce qu’ils savent faire c’est échouer et doubler la mise, et encore échouer et doubler la mise, et ainsi de suite. Ce genre d’attitude maniaque mène toujours à la catastrophe.

Quoi qu’il arrive, la grande affaire, pour l’avenir prévisible, sera la lutte à l’intérieur de l’État profond américain. Pourquoi les luttes intestines ? Parce que Trump fait également partie de l’État profond, il est tout simplement sorti soudainement de nulle part, ex nihilo, il avait, et a toujours, de puissants soutiens. C’est, si l’on peut dire, la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle est que la faction de l’État profond qui soutient Trump semble être la plus faible. Et Trump lui-même n’est pas exactement un preux chevalier en armure scintillante, pour le dire gentiment. Pourtant, si nous imaginons que, par une mesure globale de la puissance, les forces anti-Trump à l’intérieur de l’État profond sont, disons, 70% et donc les partisans de Trump 30%, les luttes intestines entre les 70% et les 30% laisseront très peu d’énergie à l’une ou l’autre partie pour traiter avec la Russie, la Chine ou l’Iran.

C’est une douce ironie de voir les grands promoteurs du « diviser pour régner » succomber à leurs propres stratagèmes, vous ne trouvez-pas ?

Conclusion

Il est trop tôt pour se décourager. Oui, le « rêve Trump » est probablement terminé, il était beau aussi longtemps qu’il a duré, mais maintenant la « réalité Trump » prend le devant de la scène et nous avons tous besoin d’apprendre à fonctionner dans ce nouveau contexte. Nous devons étudier soigneusement et systématiquement cette nouvelle réalité et l’analyser dans le détail pour voir tous les risques et les opportunités qu’elle présente pour nous. Et il y a beaucoup de grandes opportunités, avec des risques très réels, à découvrir. Le simple fait que les chefs de l’Empire se soient retournés les uns contre les autres est une bénédiction envoyée par le Ciel ! Nous allons utiliser cela au maximum.

Coïncidence ou pas, mais The Duran rapporte que le président du JCS [État-major interarmes] le général Joe Dunford et le général Valery Gerasimov, le chef d’état-major de l’armée russe se sont rencontrés à Bakou. Il s’agit de la première réunion de ce genre depuis janvier 2014, elle s’est déroulée dans une « atmosphère cordiale ». En fait, Dunford a rassuré Gerasimov qu’il n’y a en fait aucun plan de déploiement de troupes américaines au sol en Syrie – il y a, bien sûr, déjà plusieurs milliers de troupes américaines sur le terrain en Syrie, les deux parties le savent, mais les deux parties savent que Dunford se réfère à des forces armées régulières.

Pouvez-vous imaginer une telle réunion sous Hillary ?

Ce qui s’est passé est vraiment simple. Avec l’élection de Trump, les néocons ont subi une défaite écrasante et il leur a fallu moins d’un mois pour se regrouper et castrer Trump. C’est mauvais et le « rêve Trump » est terminé. Mais nous – la résistance à l’Empire, sommes toujours en très bonne forme. Après tout, Trump n’a jamais été notre candidat, il était le candidat de la partie de l’État profond que nous, adversaires de l’État profond américain dans son ensemble, avons soutenu comme un moindre mal. Et nous avions raison – il était et il est toujours le moindre mal.

En outre, la partie qui a vraiment perdu le plus est celle de l‘État profond qui soutient Trump, et il a maintenant assez de pouvoir – 10, 30 ou 45 pour cent, peu importe – pour se regrouper et se battre. Et si, ou quand, ils décident de se battre, nous devons encore leur donner notre soutien simplement parce que c’est la chose morale et pragmatique à faire. À l’heure actuelle, Trump ressemble à Ianoukovitch, c’est vrai. Mais je pense également que c’est une personne beaucoup plus intelligente et beaucoup plus honorable que Ianoukovitch. Traitez-moi de naïf, mais mon instinct me dit que Trump s’occupe des USA et qu’il veut faire de bonnes choses. Je peux me tromper, bien sûr. Mais au moins jusqu’à présent, je ne vois pas les signes évidents de la pourriture totale et de la corruption que Ianoukovitch étalait. En outre, Trump semble être en apprentissage. C’est très important. Dans sa dernière conférence de presse, Trump a finalement montré qu’il avait des cojones et a contre-attaqué les médias, très efficacement je dirais. Et rappelez-vous à quelle vitesse Trump s’est repris après sa première défaite dans le débat contre Hillary ? Trump pourrait apprendre vite, et si c’est vraiment le cas, alors il pourrait tirer quelques leçons utiles de la totale débâcle dans l’affaire Flynn.

Les espoirs encore permis

image: http://lesakerfrancophone.fr/wp-includes/images/smilies/simple-smile.png

:-)

Donc, les espoirs sont encore autorisés. Pas les attentes – elles sont toujours mauvaises. Mais des espoirs raisonnables, compatibles avec la réalité. Comme tous les humains, les politiciens changent. Si les néocons ne parviennent pas à l’accuser, Trump pourrait encore finir par botter quelques culs, pour ainsi dire. Et s’ils l’accusent, ils affaibliront encore l’Empire. Donc, dans l’ensemble, je dirais que, malgré une très mauvaise semaine, nous sommes toujours en bonne forme.

The Saker

Article original paru sur UNZ Review

Traduit et édité par jj, relu par Catherine pour le Saker Francophone

source: http://lesakerfrancophone.fr/lenigme-trump-entre-reve-et-realite-il-reste-un-espoir

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/lenigme-trump-entre-reve-et-realite-il-reste-un-espoir/#SCmHdl6r1VQtfUGY.99

%d blogueurs aiment cette page :