Un archéologue suisse déterre au Soudan les restes d’un passé mystérieux

Cela fait plus de cinquante ans que l’archéologue Charles Bonnet effectue des recherches au Soudan.

Les pyramides royales nubiennes, à 500 kilomètres au nord de Khartoum, au Soudan. Les découvertes de l’archéologue Charles Bonnet, 83 ans, ont été faites dans cette région du Soudan.

Un archéologue suisse a mis au jour au Soudan trois temples à la forme originale construits il y a des milliers d’années, une découverte qui pourrait apporter un nouvel éclairage sur l’histoire de l’Afrique.

Les structures à la forme ronde et ovale, datant de 2000 – 1500 avant J.C., ont été découvertes cet hiver dans le nord du Soudan, a expliqué Charles Bonnet, 83 ans, dans un entretien avec l’AFP.

Elles sont situées à Dogi Gel (« la colline rouge »), à environ un kilomètre de Kerma, la capitale du royaume nubien où M. Bonnet et son équipe fouillent depuis des décennies.

« A Kerma, l’architecture est de forme carré ou rectangulaire (…). Ici, nous avons des structures rondes », a-t-il dit, ajoutant que les trois temples se trouvaient dans un carré de 50 mètres de côté. « Cette architecture est inconnue (…) il n’y en a pas d’exemples en Afrique centrale ou dans la vallée du Nil », confie M. Bonnet qui a terminé la saison des fouilles.

Nulle comparaison possible en Afrique et dans le monde

« Nous ne connaissons pas beaucoup de temples ronds dans le monde (…) pour comparer », ajoute le Suisse, considéré comme le doyen des archéologistes au Soudan. La découverte de ces trois temples pourrait donner lieu à de nouvelles révélations sur l’histoire de l’Afrique, selon lui.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/10/un-archeologue-suisse-deterre-au-soudan-les-restes-d-un-passe-mysterieux_5077861_3212.html#lZsY3xOUF3Rqev0R.99

Publicités