SATANISME, ABUS D’ENFANTS, RECTITUDE POLITIQUE ET SILENCE

SATANISME, ABUS D'ENFANTS, RECTITUDE POLITIQUE ET SILENCE

Publié le 08 février, 2017 | par Equipe de Pleinsfeux

Par Shirley Edwards – Le 26 novembre 2016

[Ce sont mes opinions en tant que femme vivant en Angleterre, sur la façon dont la culture et l’esprit de mon pays ont changé depuis 50 ans.  Pourquoi le pays ne se sent plus protégé ou plus fort, comment il a perdu et perd toujours ses valeurs et sa décence, et comment nous perdons quotidiennement notre liberté d’expression.]

Les cris de minuit

« C’était un énorme son de tremblement et toute l’école est devenue morte.  Vous pouviez entendre tomber une épingle.  Tout le monde a gelé dans son siège.  Je suis parvenue à me lever pour atteindre le bout de mon bureau quand le bruit se faisait de plus en plus fort, jusqu’à ce que je puisse voir le noir par la fenêtre. Je ne me souviens plus, mais je me suis réveillé pour constater qu’un horrible cauchemar venait juste de commencer devant mes yeux. » (Gaynor Minett)

La ville minière galloise d’Aberfan a perdu beaucoup de ses enfants pendant ce jour fatidique de 1966.  Çà fait maintenant 50 ans, mais, les images déchirantes de parents et de sauveteurs creusant et fouillant à travers les tonnes de boues noires qui avait étouffé les professeurs et les enfants, alors qu’une avalanche de déchets s’était écrasée en bas de la colline sur l’École Junior Pantglas, c’était quelque chose que beaucoup de gens peuvent encore se rappeler vivement.

Pendant 50 ans avant l’incident, la montagne de déchets composée de millions de tonnes de débris miniers avait progressé régulièrement et, pendant presque aussi longtemps, les nombreuses demandes pour son retrait avaient également aussi augmenté.  Il semble y avoir eu une de ces batailles constantes à laquelle nous assistions quotidiennement entre la sensibilité et l’indifférence, où l’indifférence persiste aveuglément et où l’approche du bon sens est rejetée jusqu’à ce que tout soit forcé dans la soumission.

Aujourd’hui, pour ceux qui vivent toujours à Aberfan, et pour tous ceux qui ont survécu, il existe un rappel quotidien, en dehors des célébrations annuelles et des anniversaires ratés, qu’il y a 116 tombes d’enfants portant toutes la même date de leur disparition prématurée.  Il y a aussi le souvenir constant de l’inattendue, de l’incroyable tragédie qui avait été prédite attendant juste qu’elle se produise. Auraient-ils pu faire plus ?

Un des parents, dont l’enfant est mort dans la catastrophe, a demandé que la cause du décès de leur enfant soit consignée comme étant, « Enterré vivant par le National Coal Board ».

Pour d’autres, et en souvenir de ce qui s’est passé à Aberfan, cela s’est tristement reflété par John Adams lorsqu’il a écrit :

« J’avais 14 ans au moment de la catastrophe d’Aberfan.  Mon école était très religieuse, et j’avais essayé de décider à quel point je croyais en Dieu.  Quand la catastrophe a frappé, c’était la pause de l’école et, dans beaucoup de classes, nous discutions avec nos professeurs.  Nous voulions particulièrement savoir pourquoi Dieu permettait à tant d’enfants de mourir.  Les professeurs n’ont pas répondu.  Je me suis détourné de l’idée qu’il y avait un Dieu.  Et, c’est ce que je pense encore aujourd’hui. »

John Adams a écrit un compte rendu réfléchi de la façon dont il voit maintenant Dieu et c’est ce que beaucoup de personnes ressentent lors d’une catastrophe.  En effet, si les gens sont véritablement honnêtes avec eux-mêmes, il y a un rejet et un profond ressentiment en eux, même pour les plus petits déshonneurs, contre un être dont on dit qu’il nous aime.

Des questions plus profondes sur la pertinence d’une force intelligente du Bien qui semble permettre le désastre, contre une force intelligente du Mal créant les catastrophes sont rarement discutées.

Pourtant aujourd’hui, plus que jamais, nous assistons au déclenchement du Mal sous toutes ses formes, d’une manière évidemment invisible.  Comme la montagne de boues noires qui s’accumulait sur la colline d’Aberfan, ceci est ouvert en pleine vue.  Il se glisse à toute vitesse à la maison, à l’école et à l’église de chaque personne.  Pourquoi tout le monde ne le voit-il pas, et pourquoi certaines personnes le font-ils et le protègent-ils ?

On nous dit le mal vient pour tuer, voler et détruire chaque homme, femme et enfant qui a un destin.  Nous avons un adversaire.  Réaliser qu’il y a un certain type de force intelligente orchestrant notre disparition est probablement une des révélations les plus effrayantes que vous puissiez rencontrer.  Réaliser qu’il y a une force intelligente qui peut fonctionner avec une extrême subtilité, patience,  précision et planification, et qui peut également vous utiliser pour détruire les autres est également inquiétant.

Dans votre cri de minuit, le moment où vous découvrez que vous avez été trompé, dupé, utilisé ou abusé, vous devez vous assurer que vous ne rejetez pas l’intelligence qui veut vous aider, qui peut vous révéler cela à la lumière de sa présence ; Sinon vous aurez embrassé ce que le mal a décidé d’accomplir.

Dans la terminologie typique de Star Wars, vous aurez traversé vers l’autre côté de la force.

La bataille pour les âmes commence dès la naissance.

L’avortement sur demande – Quelle que soit la raison.

Dans un monde où l’avortement a pour la plupart du temps été légalisé dans de nombreux pays, nous vivons encore dans un monde où la réalité lamentable de l’avortement sexuel (principalement les meurtres des bébés femelles) suscite toujours de surprenantes réactions.  Même ceux qui croient au choix des femmes d’avorter d’un enfant peuvent encore montrer quelques scintillements de réticence au fait que les bébés femelles peuvent être volontairement disposées en se basant uniquement sur leur sexe et leur responsabilité dans une culture qui voit les hommes et les femmes de cette manière.

Avec la mise en œuvre de machines ultra-sono-graphiques qui sont devenues beaucoup plus avancées dans le balayage du « bien-être » d’un bébé, nous sommes également devenus très habitués à la culture de connaître le sexe d’un enfant avant sa naissance à travers les images 3D que les machines ultra-sono-graphiques fournissent.

Cependant, qui n’aurait jamais pensé qu’un avortement « aveugle » serait tourné contre un avortement de sélection du sexe au Royaume-Uni et que nous ne sachions peut-être pas combien d’avortements de sélections sexuelles ont eu lieu sur la base de fournir les résultats de cette information aux parents.

Dans une enquête secrète en 2012, il est rapporté que le Dr Prabha Sivaraman, basé à Manchester et le Dr Palaniappan Rajmohan, basé à Birmingham, ont été secrètement filmés et enregistrés en train d’offrir des avortements aux femmes qui déclaraient ne pas vouloir leurs enfants sur le fait qu’elles étaient des filles.

Un procès privé amené contre les médecins effectuant cette pratique illégale par une femme chrétienne âgée de 23 ans, Aisling Hubert, a entraîné une facture de £ 36.000, plus les coûts de £ 11.000, pour Mlle Hubert après que la cause contre les deux médecins ait été abandonnée et jugée non pertinente pour « l’intérêt public » de poursuivre l’affaire.

Aisling Hubert doit actuellement se présenter devant le tribunal pour expliquer pourquoi elle ne peut pas payer les accusations portées contre elle.

Actuellement, le Royaume-Uni a différentes politiques au sein des différentes agences pour déterminer si elles permettront aux parents de connaître le sexe de leur enfant à naître ou non.  Cela est fondé sur la réalité des avortements sexuels sélectifs qui existent maintenant dans ce pays et aussi les poursuites privées étant faites contre les hôpitaux qui peuvent donner les mauvais détails.  Les organisations privées effectuent cependant un ultra-sono-graphe pour fournir cette information aux parents et de nombreux parents adoptent cette option.

La nouvelle normalité

Les avortements de sélections sexuelles ne peuvent cependant pas devenir un tel problème un jour si la promotion lourde en « non-identification » d’être né un garçon ou une fille s’implante complètement.  Supprimer la valeur de ce que nous sommes vraiment dans un certain type de considération à ce que nous pourrions un jour être « identifiés » sur ce qui est joué avec les jeunes âmes impressionnables et suggestives.

Malgré les avertissements contre les abus infligés aux enfants par l’éducation sexuelle graphique dans nos écoles, en mettant l’accent sur le plaisir ; La promotion d’une nouvelle façon « normale » de s’identifier à vos propres sentiments s’adresse maintenant aux enfants d’âge scolaire.  Qu’est-ce que nous offrons à nos enfants ?

Déjà, nous entendons maintenant au sujet d’une augmentation des enfants qui téléphonent aux organismes de bienfaisance britannique Childline et NSPCC, avec de très jeunes enfants confondus sur ce qu’ils sont réellement.  Le nombre  aurait doublé au cours des 12 derniers mois.

J’ai personnellement entendu parler d’une petite fille qui, juste parce qu’elle aime le football, expérimente maintenant la croyance qu’elle est « gay » à travers la propagande qu’elle reçoit de l’école, et il a été signalé récemment qu’un petit garçon âgé de 4 ans a été autorisé à s’habiller comme une fille depuis qu’il avait 2 ans à cause de la dysphorie de genre tandis que son frère « jumeau » s’habille comme un garçon.  Ce n’est pas un cas isolé, même si c’est un des cas les plus jeunes à être signalé au Royaume-Uni.  Est-ce que c’est vraiment important ?

Beaucoup de gens ont indiqué que la véritable compassion et la compréhension devraient être dirigés vers tout enfant ayant de tels problèmes, mais, que l’imposition et la promotion de l’acceptation sur la sexualité à des âges aussi tendre importe peu, et que ceci crée une vision distordue et dangereuse qui pourrait nuire à un enfant plus tard.  Les personnes qui demandent une telle acceptation retirent sélectivement ou condamnent toute preuve scientifique contre-agissante fournie contre le danger.

Alors que la mère de l’enfant croit que nous devrions parler de ces questions, nous vivons dans un monde qui rapporte rarement, qui veut savoir, et même réduit au silence les rapports de regrets des transgenres et de transitions.  Il y a une incidence très élevée chez les personnes en transition ; Mais, ils ne trouvent toujours pas le bonheur en pensant le découvrir en essayant de changer leurs corps.

Dans une étude menée en Suède, entre 1973 et 2003, sur 324 personnes ayant reçu une nouvelle affectation sexuelle, les conclusions suivant les procédures ont révélé qu’il existait encore des risques très élevés de mortalité et de comportements suicidaires.

Le problème et la réponse pourraient-ils être spirituels, plutôt que physiques ?

L’auteur Walt Heyer, de son site ‘Sex Change Regret’, offre également une mine d’informations avec des liens vers les recherches et les preuves factuelles que les gens ont besoin de savoir.  Il écrit : « La plupart sortiront de la dysphorie.  N’y a-t-il pas une façon de travailler à travers la détresse plutôt que d’expérimenter sur nos enfants ? »

Fait intéressant, vous constaterez également que beaucoup de gens qui sont considérés comme des LesbiennesGaysBisexuelsTransgenres se sont également distanciés de s’identifier avec ce type de promotion dans nos écoles et notre société.

Ce sont sûrement des choses dont il faut parler, mais malheureusement, un système politiquement correct de faire taire ces questions par l’étiquetage de tout type d’objection comme « radical ou haineux » est de permettre un faux sentiment de culpabilité pour entrer dans la façon dont nous nous soucions les uns des autres. Il conduit à « l’indifférence » et au « hasard » ; Un espoir que votre enfant peut simplement échapper à l’expérience ou de développer de nouvelles façons pour  « l’amour » qui est une contradiction à la bonne façon d’aimer ou de s’occuper des autres.

L’heure finale

Avec des scandales de violences sexuelles des enfants littéralement fourmillant dans les nouvelles au Royaume-Uni, certaines personnes se rendent compte maintenant que les violences sexuelles à l’enfant sont beaucoup plus répandues qu’ils n’auraient jamais pu l’imaginer ; Et il est très difficile de comprendre que tant de personnes dans de telles positions de premier plan peuvent être impliquées dans de tels crimes horribles.  L’abus sexuel d’enfants, autrefois considéré comme une action très rare d’un inconnu localement dérangé est découvert au sein des religions, des écoles, du parlement, des bureaux publics et des divertissements par des personnes que nous avions autrefois jugées comme étant de haut niveau.

Notre dernier scandale à être révélé au Royaume-Uni a été dans l’industrie du football avec plus de 55 clubs de football actuellement en cours d’enquête sur des allégations de violences sexuelles historiques qui peuvent avoir eu lieu depuis les années 1970.

Le couvercle de la fosse a été ouvert lorsque l’ex footballeur Gary Johnson a révélé qu’il avait signé un accord de confidentialité et avait reçu un paiement du club de football de Chelsea, après avoir été soigné et abusé à maintes reprises par un entraîneur de football bien connu alors qu’il était un garçon de 11 ans.

Avec les connaissances que nous avons maintenant sur la façon dont les abuseurs d’enfants peuvent maltraiter un enfant, est-il juste que nous permettions maintenant de continuer le toilettage, la confusion et la sexualisation des enfants dans nos écoles sous le déguisement de l’éducation sexuelle ?

La maltraitance des enfants est aussi souvent liée aux arts occultes ou mauvais comme on les connaissait autrefois.  Pour la plupart, cela est inconnu et maintenu à l’écart du public.  Il est très difficile de comprendre et de lire, mais, nous voyons de nombreuses connexions avec les délinquants sexuels connus, comme Jimmy Saville, (récompensé par la reine) qui était connecté à l’occulte, aux rituels sataniques, aux rituels d’abus et de sacrifices d’enfants.

Si vous ne croyez pas en Dieu, alors vous devez être conscient que le mal existe réellement si vous pouvez supporter de lire l’histoire d’un des pires délinquants sexuels du Royaume-Uni, et de savoir que les gens le protègent, le récompensent et l’adorent.

Les récents soucis médiatiques exprimés à propos de la cérémonie de « célébration » d’ouverture du tunnel du Gothard, en Europe, a été un rituel satanique flagrant auquel ont participé non seulement des personnes qui, une fois de plus, ont participé à l’événement, mais s’en sont réjoui et ont été aveuglés par la cérémonie.  L’événement a été étiqueté de « étincelant » et on a expliqué que c’était un portrait de la réconciliation culturelle Nord-Sud transformée par l’imagerie obscure, introvertie et déformée et avec le symbolisme passant de la lumière et se faisant appeler ‘éclatant’.

Considérez que la cérémonie représentait les mineurs qui ont construit le tunnel en tant que zombies, et qu’un agneau sacrificiel (symbolisant le Christ) devient  un démon-chèvre qui se moque et qui s’accouple avec les esprits des mineurs morts.  Il y a un message spirituellement significatif dans cette cérémonie indiquant que le mal « arrache » la force vivante des autres.

Considérez que la cérémonie a été assistée par les chefs d’état qui ont donné au spectacle une ovation debout.

Se souvenir de Kenneth Hayes

Le révérend Kenneth Hayes avait 36 ans et était ministre de l’Église Baptiste Anglaise de Sion à Aberfan en 1966.  Malgré la perte de son propre petit garçon dans le glissement de terrain de terre noire, il aurait prêché le lendemain de la tragédie et dans les années qui ont suivi, et il a continué à encourager et aider toutes les familles affligées dans le village par l’exemple de sa propre foi inébranlable dans un Dieu d’amour et une vie par la suite.

Je crois qu’en dépit de sa propre douleur, il aura sans doute acheté quelque lumière et espoir dans l’obscurité qui étouffait « Aberfan », un petit village gallois dont les gens portent encore de nombreuses cicatrices mentales.

Il n’avait jamais cessé de parler au sujet de l’enlèvement de la montagne noire qui a tué 144 personnes et, plus tard, il a dirigé une campagne pour enlever ce qui restait.  Un des plus grands scandales connus au Royaume-Uni a été le Conseil du charbon étant autorisé à prendre de l’argent du fonds de catastrophe mis en place pour les victimes pour enlever la montagne restante.  Des années de protestations par Kenneth Hayes a vu le retour de l’argent en 1997.

La pénalisation d’Aisling Hubert pour avoir cherché justice ; Les rapports biaisés sur les questions transgenres ; Le nombre inconnu d’enfants dans les avortements sexuels sélectifs ; Les rituels des abus sexuels d’enfants.  Nous devrions relier les points et nous demander si c’est purement une coïncidence ou une partie diabolique qui sacrifie nos enfants.

Comment pouvez-vous arrêter le glissement, et qui va demander s’il y a une force intelligente du Mal créant les désastres et qui s’exprime contre un système politiquement correct pour la protéger ?  Supprimer le bon sens et le silence de la parole rend des millions d’enfants vulnérables.  Cinquante ans après, Aberfan n’a rien changé.  Où sont les gens comme Kenneth Hayes et vers où se tournent-ils dans leurs propres cris de minuit ?

« Dans ce silence, on ne pouvait pas entendre un oiseau ou un enfant. » (George Williams)

Source : News With Views

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Publicités