De l’assimilation au « vivre-ensemble ».


« Vivre ensemble », voilà le nouveau terme à la mode chez les politiques et les médias. Et plus les tensions dues à l’immigration massive de populations extra-européennes en Europe augmentent, plus on nous exhorte à ne pas nous monter les uns contre les autres mais à accepter, et même promouvoir, le vivre-ensemble.

Par le passé, c’est le concept d’assimilation qui prédominait. L’étranger qui arrive adopte l’identité du peuple qu’il a rejoint jusqu’à ce qu’il en fasse pleinement partie.
Puis, il y a quelques décennies, ce concept a laissé la place à celui d’intégration. Dans ce cas, l’étranger conserve son identité, tout en s’adaptant aux lois et à la culture du pays d’accueil afin de s’y intégrer.
Mais aujourd’hui, on est passé au principe du vivre-ensemble, qui n’est rien d’autre que du communautarisme. Chacun garde son identité, sa culture et ses valeurs, peu importe si celles-ci ne sont pas compatibles avec le pays d’accueil. Tout le monde est tenu non seulement de cohabiter, mais de se tolérer et même de s’apprécier pour vivre ensemble sur le même sol.
Dès lors ce ne sont plus seulement les étrangers qui doivent faire l’effort de s’adapter à notre identité et à notre culture, mais c’est à nous de faire un effort pour nous adapter aux peuples qui nous envahissent.

Ce phénomène est particulièrement visible dans les pays qui subissent une immigration massive d’extra-européens, comme la Suède et l’Allemagne.
Pour exemple, en Suède un spot publicitaire de promotion du multiculturalisme a été diffusé par la télévision. Pour faire comprendre aux Suédois qu’ils n’ont pas le choix : « Il n’y a plus de retour en arrière possible. De nouveaux Suédois vont venir avec leur culture, leur langue et leurs traditions et il est temps de le voir comme une force positive. Être suédois n’est plus une question de couleur de peau et de lieu de naissance. Ça doit être toi, moi et tous ensembles. Ce ne sont pas uniquement les nouveaux Suédois qui doivent s’intégrer. Tout le monde doit s’intégrer, même les Suédois de souche. »

Et en Allemagne, la population a eu droit à un spot publicitaire mettant en scène une Allemande portant un hijab : « Moi aussi je porte un hijab, c’est magnifique ». Le but étant évidemment d’inviter les femmes allemandes à en faire de même. Peut-être pour qu’elles s’habituent en prévision du jour où elles y seront forcées ?

Voilà où nos gouvernements mondialistes nous mènent. A la disparition de nos peuples. Non seulement en nous remplaçant par des populations allogènes, mais en éliminant aussi notre identité, notre culture et nos coutumes.
A moins que les Européens finissent par se réveiller ?

RH39