Ukraine: Trump-Russie, un mauvais début


Ukraine: Trump-Russie, un mauvais début

Dans sa première intervention, le représentant américain à l’ONU Nikki Randhawa Haley, fraichement nommée par Donald Trump, a rendu la Russie responsable de la nouvelle escalade des violences militaires en Novorossya, et a indiqué que la suppression des « sanctions américaines » contre la Russie ne pourrait se faire qu’après que la Crimée « ne retourne à l’Ukraine ».

Selon Haley, la Crimée est « Une autre partie de l’Ukraine souffrant des actions agressives de la Russie ». Sans doute Haley ne comprend-elle pas le sens d’un referendum populaire demandant le retour de la Crimée, alors ukrainienne, à la Russie? Il est vrai que le respect de la volonté populaire aux Etats-Unis est un concept étrange, nous verrons sans doute prochainement quelle réponse le gouvernement américain donnera si les citoyens de la Californie demandent majoritairement leur indépendance.

Concernant la situation en Novorossya, les troupes ukrainiennes ont profité ces derniers mois du respect des accords de Minsk par les troupes de Novorossya pour prendre possession de nombreux villages dans la « zone tampon » et se rapprocher ainsi de Donetsk, en violation de ces accords. Les bombardements sur les quartiers résidentiels de Donetsk par les troupes de Kiev sont maintenant quotidiens, et il est parfaitement clair que Kiev tente de forcer la main à Trump en se positionnant en victime. Dans le même temps, le sénateur américain Mc Cain demande avec virulence l’autorisation de la vente (en fait un simple don puisque l’Ukraine est en faillite) d’armes à l’Ukraine « pour contenir l’agression Russe »!

Selon des informations confidentielles, Donald Trump aurait préparé il y a déjà plusieurs jours un décret annulant les « sanctions » contre la Russie mais se refuserait à le signer et à le publier par peur des réactions d’une partie de la classe politique américaine, à l’heure où, situation inédite aux Etats-Unis, les violentes manifestations d’hostilité contre le nouveau Président se multiplient, soutenues ouvertement par l’ancien président Obama. Des rumeurs insistantes de procédure de destitution de Donald Trump courent, et selon un opposant « si on ne l’obtient pas par les voies légales, il restera d’autres possibilités ».

Dans cette configuration il est clair que Kiev peut compter sur le soutien de certaines forces américaines pour continuer ses provocations en Novorossya. Ce ne sera pas la première fois que la CIA opèrera sans l’accord de la Maison Blanche. Reste à savoir si le Président Trump aura le courage d’imposer la politique pour laquelle il a été élu, ou y renoncera. En attendant, les populations civiles de Donetsk meurent sous les bombes de Kiev.

source: https://rusreinfo.ru/fr/2017/02/ukraine-trump-russie-un-mauvais-debut/

%d blogueurs aiment cette page :