A propos de la rencontre de Tulsi Gabbard avec le Président Assad


Par Ziad Fadel
 Lorsque, finalement, Tulsi Gabbard a admis avoir rencontré le Dr Bashar Al-Assad à Damas, nous sommes devenus libres de dire ce que nous savons de son voyage. Au début, nous avons respecté ses efforts délibérés pour masquer le fait qu’elle a rencontré le Président.

Mais, elle a également rencontré le président élu Trump qui lui a dit qu’il voulait qu’elle livre un message. Le premier message était que le Dr Assad n’avait rien à craindre des États-Unis. Les États-Unis ne feront pas appel à un parti pour changer les gouvernements.

C’est pourquoi Boris Johnson, le ministre des Affaires étrangères du Royaume Uni, vient de déclarer que l’Angleterre n’avait pas d’objection à ce que le Dr Assad se présente de nouveau au poste de président.

Laissons de côté le fait que nous ne nous soucions pas des opinions d’un certain aristocrate limey ou élitiste, nous nous soucions des violations constantes du droit international par le Royaume-Uni en facilitant le terrorisme.
En tout cas, Donald Trump a transmis son message avec succès au Dr Assad.

Le deuxième message a trait à la volonté de Trump d’aider le gouvernement syrien à contrôler l’exode des réfugiés en établissant une « zone sûre » pour les Syriens dans les zones contrôlées soit par l’armée syrienne, soit par l’armée de l’air russe. J’ai été informé que le Dr Assad a accepté ce type d’ingérence bénigne dans la mesure où il a été coordonné avec le gouvernement syrien.

Le troisième message qu’elle a transmis à M. Assad était que les États-Unis s’efforçaient d’effacer tous les vestiges d’ISIS et d’Alqaeda et qu’ils le feraient en coordination avec la Russie et le gouvernement syrien.

Tulsi Gabbard a pris la peine d’obtenir la permission syrienne d’entrer dans la SAR et, ainsi, est entrée légalement et correctement.

 | 27 janvier 2017 | Syrianperspective

Source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8180


Poutine et Trump prêts à «établir une véritable coordination» dans la lutte contre l’EI

Le président américain Donald Trump s’est entretenu par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine. D’après les premières déclarations du Kremlin, ils auraient évoqué la guerre contre Daesh et la restauration des relations commerciales.

Donald Trump et Vladimir Poutine on tenu un premier entretien téléphonique samedi 28 janvier. Le début de l’appel a été annoncé par Sean Spicer, secrétaire de presse de la Maison Blanche, dans un message sur Twitter.

«Les présidents ont appelé à l’établissement d’une véritable coordination des actions américaines et russes pour vaincre l’Etat islamique et d’autres groupes terroristes en Syrie et ont souligné l’importance de la restauration du commerce mutuellement bénéfique et des liens économiques entre les communautés d’affaires des deux pays, ce qui pourrait en outre stimuler le développement progressif et stable des relations bilatérales», a annoncé le service de presse du Kremlin dans un communiqué.

L’un des principaux sujets considérés avant l’appel téléphonique entre les dirigents russe et américain était notamment de savoir si la Maison Blanche comptait lever les sanctions américaines imposées à la Russie après la crise en Ukraine.

Un chercheur du centre d’analyse du Conseil de l’Atlantique, Fabrice Pothier, a tweeté jeudi 26 janvier que l’administration Trump «a un ordre exécutif prêt» pour lever les restrictions sur Moscou, mais le lendemain, vendredi 27 janvier, Donald Trump a déclaré qu’il était «très tôt pour parler de cela».

Toutefois, plus tôt au mois de janvier, Donald Trump a déclaré qu’il envisagerait de lever les sanctions si Moscou coopérait avec Washington sur certaines questions, comme la réduction des armes nucléaires.

Construire une relation de confiance avec Moscou

Donald Trump a maintes fois fait l’éloge des qualités de dirigeant de Vladimir Poutine et dit espérer avoir une «très bonne relation» avec lui. Le président russe a pour sa part déjà qualifié Donald Trump d’«homme brillant et plein de talent», disant apprécier qu’il soit «prêt à rétablir entièrement les relations russo-américaines».

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre britannique, Theresa May, vendredi 27 janvier, Donald Trump avait déclaré qu’il espérait avoir une «relation fantastique» avec le président russe et qu’il souhaitait que Moscou participe à un effort commun pour combattre l’Etat islamique.

«Je ne connais pas Poutine, mais si nous pouvons nous entendre avec la Russie ce serait une grande chose. Ce serait bon pour la Russie, comme pour nous c’est bon pour nous», avait-il également déclaré dans une interview accordée à la chaîne Fox News.

28 janv. 2017

Source: https://francais.rt.com/international/33138-premiere-conversation-telephonique-entre-poutine-et-trump

Publié sur : http://arretsurinfo.ch/a-propos-de-la-rencontre-de-tulsi-gabbard-avec-le-president-assad/

%d blogueurs aiment cette page :