Syrie: des scientifiques allemands démasquent les positions des médias mainstream


Les membres du conseil scientifique de l’organisation Attac Deutschland, qui s’oppose aux processus de globalisation, constatent dans leur Déclaration sur la guerre en Syrie que la Russie et l’Iran « ont d’abord épuisé toutes les chances de parvenir à un règlement politique du conflit » et ce n’est qu’après qu’ils ont eu recours à une intervention armée.

Le Renversement d’Assad était planifié depuis 2001

Les scientifiques qui ont apposé leurs signatures au bas du document, rappellent que, d’après les déclarations de l’ancien commandant des forces de l’Otan en Europe Wesley Clark, tout de suite après les attentats du 11 septembre les États-Unis avaient décidé de renverser les autorités dans sept pays, y compris en Syrie.Depuis 2005 ont été mis en place des conditions dans le but d’atteindre cet objectif, dont « d’innombrables actions médiatiques propagandistes visant le pouvoir d’Assad » et « le financement et la formation d’une armée de djihadistes », qualifiés dans les médias mainstream d’« opposition modérée ».

« Cependant, la majeure partie des forces armées de cette opposition s’apparentaient au système d’Al-Qaïda et aux islamistes radicaux du Front al-Nosra que les médias américains eux-mêmes qualifiaient jusque-là d’organisations terroristes.

Or, ce sont ces mêmes groupes qu’on envisageait d’employer pour renverser les autorités syriennes et iraniennes, dit le texte de la déclaration.La Russie ne s’est pas ingérée dans la situation en Syrie tant qu’il s’agissait d’un conflit interne. Moscou n’a pris parti pour le gouvernement syrien que lorsque l’organisation terroriste Daech a réussi par le biais de la « terreur et avec le soutien militaire et logistique des services spéciaux américains, saoudiens et turcs à prendre le contrôle de larges territoires du nord de l’Irak, y compris la ville de Mossoul ».

Attaque de sarin et désarmement chimique

Les auteurs de la déclaration considèrent que si en août 2013 le président américain de l’époque Barack Obama a pris la décision surprise d’ajourner une frappe sur la Syrie c’est parce qu’il avait compris qu’il serait impossible de prouver l’implication de Damas dans l’attaque chimique perpétrée à Gouta. Les échantillons de sarin prélevés par des experts ont montré que les substances toxiques ne provenaient pas des arsenaux de l’armée syrienne.Le président US a alors emprunté le plan B: il n’y aura pas de frappes si Assad accepte de détruire tous ses arsenaux d’armes chimiques sous le contrôle de l’Onu.

« Au bout du compte, c’est la Russie (…) qui a profité grâce à son habilité diplomatique de ce changement de cap pour détruire tous les arsenaux d’armes chimiques syriennes avec le concours des États-Unis et la surveillance des Nations unies », est-il indiqué. Toutefois, regrettent les auteurs du document, les médias mainstream n’ont même pas cité cet exemple de la politique pacifiste de Moscou.

« Assad ne peut pas partir »

La Russie et l’Iran ont déployé tous leurs efforts pour apporter une solution politique à la crise syrienne, écrivent les auteurs du rapport, rappelant un grand nombre d’initiatives de cessez-le-feu à Alep. Les scientifiques blâment les pays occidentaux et surtout les groupes armés qui ont rejeté toutes les négociations avec le président Bachar el-Assad, posant son départ comme préalable à tout dialogue.Et pourtant, estiment-ils, n’importe que homme politique raisonnable et avisé aurait compris qu’Assad ne peut pas quitter son poste, même s’il le souhaite lui-même.

« Assad représente toutes les confessions et minorités ethniques de Syrie, notamment les alaouites, les chrétiens, les Yézidis et autres — ils soutiennent le régime d’Assad (…) et espèrent qu’il ne cédera pas ses positions et ne libérera pas le champ à Daech qui exterminera inévitablement toutes les minorités religieuses et les alaouites ».

Bonnes et mauvaises bombes

Les auteurs du rapport portent leur attention sur les victimes civiles. D’après leur point de vue, la couverture de ce sujet dans les médias mainstream se caractérise par une étroitesse de vue ainsi que par une position antirusse.

« Bien que nous soyons opposés à une juxtaposition du nombre de morts des deux côtés, suite à une couverture unidimensionnelle et antirusse de ce sujet et à la propagande des médias occidentaux, il convient de rappeler que depuis le mois d’août 2014, 40 000 civils irakiens ont péri sous les bombes de la coalition internationale menée par les États-Unis, soit au moins quatre fois plus qu’à Alep. 15 000 personnes ont trouvé la mort rien qu’à Mossoul », stipule le document.

Et d’ajouter que « depuis 1980 les États-Unis à eux seuls ont attaqué, occupé ou bombardé 14 États musulmans. Au cours des deux derniers centenaires, aucun pays musulman n’a jamais attaqué un État occidental ».Ce sont l’Iran et la Russie qui portent toujours le chapeau des coupables, même lors de l’évacuation des groupes armés d’Alep. Mais lorsque des extrémistes ont mis le feu à huit bus syriens, les médias mainstream ont mangé leur langue.

Politique fatale de renversement de pouvoirs

Les scientifiques sont extrêmement étonnés par le fait que les médias mainstream non seulement ne critiquent pas, mais ne disent pas un seul mot sur la politique « fatale de renversement de régimes au Proche et Moyen-Orient, menée par les États-Unis ».Et pourtant, les « États manqués », terreaux fertiles pour le terrorisme et principale source du flux de migrants vers l’Europe sont les conséquences de la politique de Washington.

En conclusion, les auteurs du rapport se disent préoccupés par l’émergence d’« une nouvelle guerre froide entre l’Occident et la Russie » et exhortent toutes les institutions civiles à prendre part au débat politique et main dans la main avec les partisans du pacifisme à préconiser des moyens de prévention des conflits et des guerres.

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201701271029822007-syrie-experts-allemands-rapport-medias/