Pont trop bas, verglas et collision : les mésaventures de l’armée américaine en Pologne


A défaut de menace russe, les forces militaires déployées par Washington en Europe de l’Est ont découvert des adversaires peu conventionnels : les routes polonaises et les infrastructures est-européennes, méconnues des militaires américains…

C’est ce qu’on appelle un départ sur les chapeaux de roues. A peine déployée ce mois-ci en Europe de l’Est, dans le but affiché de défendre les pays baltes et la Pologne d’une supposée menace russe, l’unité de 4 000 soldats et de près de 90 tanks de l’armée américaine a multiplié les infortunes techniques.

Plusieurs véhicules blindés américains ont été endommagés, a notamment indiqué le Washington Post le 23 janvier, lorsqu’ils sont passés… en-dessous de ponts moins hauts que prévu ! Le choc a eu lieu en Allemagne, alors que les véhicules se rendaient en Pologne depuis le port allemand de Bremerhaven. L’incident logistique est à mettre sur le compte du manque d’informations des Américains sur les infrastructures des pays de l’ancien bloc soviétique, selon le commandant des forces américaines en Europe Ben Hodges.

Le lendemain, le 24 janvier, ce sont les routes de Pologne qui ont eu raison des troupes de l’OTAN. Ainsi, d’après des informations rapportées par la station de radio polonaise RMF FM, un pick-up militaire américain et un bus polonais sont entrés en collision près de la ville de Zagan, où s’est installée une brigade de chars envoyés par Washington. Deux passagers du bus, blessés dans l’accident, ont dû être hospitalisés.

Lire aussi : «On pourrait facilement vivre sans OTAN»

Des munitions éparpillées sur la route

Autre force de résistance à l’OTAN en Pologne : le froid. Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 janvier, un camion du contingent américain dans le pays est sorti de la route en dérapant sur une voie verglacée, a rapporté Varsovie dans un communiqué. D’après le porte-parole des pompiers, deux soldats ont été blessés dans l’accident, et l’un d’eux a dû être transporté à l’hôpital.

La camion en question, rempli de munitions pour tanks M1 Abrams, a déversé son contenu sur la route gelée – contraignant les autorités polonaises à fermer temporairement celle-ci, afin de ramasser les équipements militaires épars.

Lire aussi : La centre finlandais anti-Daesh/anti-Moscou, et autres fables nordiques sur la grande menace russe