Une invitée pro-Trump éjectée du plateau de BFMTV


par gruni dimanche 22 janvier 2017

BFMTV est un média… Non pardon, je m’excuse et je recommence. BFMTV est un « merdia »… Oui c’est comme cela qu’il faut parler pour paraître branché sur le net et les réseaux sociaux. Donc les journalistes… Oups ! Excusez encore mon égarement dans le politiquement correct, je voulais dire les « journalopes » de la chaîne de désinformation en continu (je fais des progrès) avait invité la pro-Trump Évelyne Joslain pour commenter l’investiture du nouveau président des Etat-Unis.

Ceux (très rares) qui suivent BFM, connaissent déjà l’éthique irréprochable de la chaîne. Car en effet, pour les émissions politiques, les chroniqueurs et intervenants sont volontairement choisis avec des idéologies différentes et peuvent débattre entre eux dans une totale liberté d’expression. Enfin presque et à la condition d’une certaine modération dans leurs propos. Pour ne citer que quelques exemples connus, vous avez Philippe Val, Christophe Barbier et l’inimitable Eric Brunet qui a toujours une larme à l’oeil lorsqu’il est question de Sarkozy. En face, la réplique bien-pensante éditorialiste est assurée par Ruth Elkrief, Thierry Arnaud ou encore Appoline de Malherbe. La liste des intervenants est loin d’être exhaustive car les invités et observateurs politiques se bousculent sur le plateau du blabla en continu.

Mais pourquoi l’expulsion polémique d’Evelyne Joslain ?

D’abord, qui est-elle – Evelyne Joslain est présentée comme auteure et essayiste pro-Trump. Quelques ouvrages publiés par l’écrivaine. – Trump pour le meilleur et le pire (2016) – Obama : de la déconstruction de la démocratie en Amérique (2010).

Ci-dessous, la quatrième de couverture de son livre sur Obama.

Le 4 novembre 2008, en élisant Barack Hussein Obama, 52 % des électeurs américains ont installé un inconnu à la Maison blanche, à la consternation des autres 48 %, qui s’étaient au moins donné la peine de se renseigner sur le personnage. Evelyne Joslain, qui connaît de l’intérieur l’Amérique conservatrice et modérée et suit au jour le jour depuis des années ses médias et ses blogs, cherche ici à faire connaître aux Français désinformés comment l’Amérique profonde, la vraie, voit, ressent et analyse les hystéries collectives actuelles qui lui ont valu ce premier président hostile à la démocratie américaine et à la civilisation occidentale.

Ce livre s’adresse aux esprits libres et à tous ceux qui restent sceptiques devant les accents messianiques des adorateurs d’Obama. Il invite à la fois à refuser de se plier plus longtemps au prêt-à-penser politico-médiatique qui asservit et il propose au lecteur d’entrer en contact avec cette Amérique qui s’insurge aujourd’hui contre la vision du monde d’Obama.

Maintenant rentrons dans le mordant du sujet

Mais qu’a osé dire la scandaleuse ? !

« Je remets en cause son patriotisme et sa dévotion à l’église qu’il fréquentait.

Je pense qu’il était en désaccord avec lui-même sur beaucoup de choses. Je pense qu’il était plus musulman dans son cœur que chrétien.

Il n’a pas voulu prononcer le terme d’islamisme radical, ça lui écorchait les lèvres. Je pense que dans son cœur, il est musulman, mais on en a terminé avec lui, Dieu merci »

« Obama, franchement il fait partie des gens qui détestent l’Amérique. Il a servi son idéologie mais pas l’Amérique. (…)

Contacté par le site BuzzFeed, Hervé Béroud a expliqué pourquoi il a viré Evelyne Joslain

« Ce sont des propos scandaleux. On lui a demandé immédiatement de quitter le plateau. Elle nous a été recommandée par les “Republicans Overseas” puisqu’on cherchait à avoir une sensibilité pro-Trump sur le plateau. C’était une mauvaise recommandation. Pour nous ce sont des propos inacceptables sur notre antenne.

Je rappelle pour les oublieux que BuzzFeed est un site chasseur de clics qui n’hésite à user de sa liberté d’expression pour faire le buzz. Dernièrement le site avait publié un dossier explosif sexuellement transmissible mais non vérifié sur Trump, qui laissait supposer que dans l’avenir les Russes pourraient faire chanter le nouveau président américain.

Mais où donc doit s’arrêter la liberté d’expression des uns et des autres?

Nous voilà rentrés dans l’ère de la post-vérité ou chacun est libre de croire ce qu’il veut, où l’objectivité et l’impartialité n’ont plus aucun sens.

Source: Agoravox.fr