Résultat ses responsables politiques commencent l’année 2017 en se prenant les pieds dans le tapis et en s’emmêlant quelque peu les pinceaux. Ainsi histoire d’en rajouter une couche à l’hystérie russophobe ambiante de ces dernières semaines, Irina Guérachtchenko, en voulant ironiser sur le mal que les sanctions anti-russes ont fait à la Russie, a en réalité annoncé sur Facebook le mal qu’elles avaient fait à l’Union Européenne (sic).

En effet, la première vice-présidente du parlement ukrainien, utilisant un article du média Economitcheskaïa pravda comme source, a confondu la Russie avec l’Union européenne, attribuant à la Russie les 17,5 milliards d’euros de pertes qu’a subi l’Union Européenne. Après Porochenko qui décrivait le soir de Noël les soldats ukrainiens comme combattant pas moins que l’Antéchrist, voilà une autre haute responsable politique (cette femme est première vice-présidente du parlement ukrainien quand même… ) qui se ridiculise en public à peine l’année 2017 commencée.

Il faut dire que niveau ridicule, Porochenko a l’habitude, lui qui entre autres choses avait promis la levée du régime des visas avec l’UE pour le 1er janvier 2015, et qui semble bien parti pour devoir continuer de remettre à jour ses promesses en fonction de la bonne ou de la mauvaise volonté de l’UE de valider enfin cette suppression des visas.

C’était lui aussi qui avait promis un avenir radieux pour l’Ukraine avec la signature de l’accord d’association avec l’UE, qui a au final précipité encore plus la chute économique de l’Ukraine en la privant de son marché majeur (la Russie) tout en ne lui offrant que des miettes du marché européen tant espéré.

Résultat Politico déclare que l’Ukraine déchante et commence à se rendre compte qu’elle n’a été utilisée comme un pion sacrifiable sur le grand échiquier mondial, et que l’UE n’a aucune intention ni d’intégrer ni d’aider l’Ukraine à se sortir du bourbier dans lequel elle s’est enfoncé depuis le Maïdan.

Une situation qui ne risque pas de s’arranger après qu’une cour de Moscou ait confirmé que les événements qui ont eu lieu en février 2014 était bel et bien un coup d’état, et qu’à la suite de cette décision l’ex-premier ministre ukrainien, Nikolaï Azarov, ait lancé l’idée de former un gouvernement ukrainien en exil afin d’offrir une alternative au peuple ukrainien. Une initiative qui vient un peu tard selon certains, comme le directeur de l’Institut ukrainien d’analyse et de management Rouslan Bortnik, qui estime que cela aurait dû être fait en 2014 pour que cela puisse marcher.

Quoi qu’il en soit, ces revers à répétition des autorités ukrainiennes sur la scène internationale sapent de plus en plus leur position, et c’est dans le Donbass que les effets s’en ressentent. Car pour éviter de finir avec leur tête au bout d’une pique, quoi de mieux que la guerre, qui occupe les bataillons spéciaux et l’attention médiatique de la population ukrainienne, qui oublie pendant ce temps là que ses hommes politiques lui font les poches tout en lui promettant monts et merveilles.

Ainsi du 7 au 12 janvier 2017, les bombardements qui n’avaient jamais cessé malgré le cessez-le-feu de fin d’année ont augmenté à nouveau de manière drastique, surtout depuis les dernières 48 h, les bombardements ayant de nouveau dépassé les 1 000 par jour entre hier et aujourd’hui :

Des attaques ont aussi eu lieu récemment, entre autre il y a deux jours contre les positions de la RPD à Spartak, et hier soir l’armée ukrainienne a de nouveau lourdement bombardé plusieurs localités dont la zone autour de l’aéroport, Yasinovataya (avec pas moins de 270 obus d’artillerie et de mortier tirés hier soir rien que sur cette localité), Zaïtsevo, et les localités du Sud de la République Populaire de Donetsk. Les Forces Armées Ukrainiennes ont aussi tiré à 10 reprises avec des mortiers sur le point de passage de Mayorsk près de Gorlovka.

À Alexandrovka, en périphérie de Donetsk, ce sont les snipers des FAU stationnés à Maryinka qui sont à l’œuvre depuis quelques temps, tirant sur les civils, parmi lesquels ils ont déjà fait plusieurs blessés, dont une mère de deux enfants et un jeune homme qui y a perdu un bras. Sûrement de dangereux terroristes…

Et hier, les soldats de la RPD en allant chercher les cadavres de trois soldats ukrainiens morts à 500 m des positions de l’armée de la République situées près d’Oktyabr (dans le Sud de la RPD), ont découvert les détails d’une nouvelle tentative d’attaque ratée de la part de l’armée ukrainienne. Une attaque qui a échouée grâce au champ de mines qui se trouve là et à l’incompétence des soldats ukrainiens.

Les soldats de la RPD ont en effet découvert que les trois hommes avaient été tués par l’explosion d’une seule mine à cause du fait, qu’en dépit du bon sens, ils avaient choisi d’avancer groupés. L’un des soldats, seulement blessé au départ, a signalé l’accident par radio tout en essayant de ramper vers les positions ukrainiennes, mais n’y est jamais parvenu et est mort ainsi au milieu du champ de mine sans que ses camarades ne le trouvent et lui viennent en aide. Une véritable armée de pieds nickelés qui aurait de quoi faire rire si ce n’était aussi tragique.

Mais la partie la plus intéressante est venue de l’examen des soldats et de ce qui se trouvait juste à côté d’eux : en plus d’une radio et de trois AK-74, se trouvait des liens de serrage en plastique utilisés habituellement pour menotter des prisonniers. Pour le reste ces soldats étaient très mal équipés.

L’hypothèse du commandement de l’armée de la RPD est que le but de ce groupe de reconnaissance était d’aller jusqu’aux positions de l’armée de la RPD pour y capturer un soldat. Mais entre le manque d’équipement, de compétence, et de préparation de cette unité, cette tentative a tourné au fiasco et révèle un certain nombre d’incohérences entre les discours et les actes de Kiev.

Comme le fait que le commandement ukrainien réfute systématiquement le fait qu’ils mènent des actes de sabotage, des bombardements, ou des attaques contre les positions de la RPD, alors que la découverte des corps de ces soldats près des positions de la RPD et de ce qu’ils transportaient laissent peu de doutes sur leurs intentions qui étaient tout sauf pacifiques.

En tout cas, au vu de la façon dont ces trois soldats ukrainiens ont été envoyés sans équipement ni préparation adéquats à une mort certaine par leur commandement, il semble évident que ce dernier ne cherche pas tant la victoire qu’une diversion à grande échelle. Et cela montre que les autorités ukrainiennes sont belle et bien prêtes à sacrifier leurs soldats comme de la vulgaire chair à canon, et mutiler ou tuer des habitants du Donbass, juste pour pouvoir continuer à piller l’Ukraine encore quelques semaines de plus.

Christelle Néant

DONI actus

Publicités

Une pensée sur “L’Ukraine déchante, panique et poursuit sa fuite en avant sanglante dans le Donbass”

Laisser un commentaire