Liberté de la presse : la police confisque le matériel de 2 journalistes hollandais arrivant de la DNR et LNR

1483897371_153bff94d340ffc2c7c2a21981721077_xl

on: janvier 09, 2017

Le 7 janvier 2016 les deux journalistes hollandais, Michel Spekker et Stephen Beck ont eu la surprise de voir leur matériel être volé par la police en arrivant à l’aéroport en Hollande ! La liberté de la presse n’existe réellement plus dans la zone de l’Union européenne. Les deux journalistes ont réalisé divers entretiens dans la rue et sur des sites sensibles du Donbass et notamment sur le lieu du crash du MH17 qui reste un lieu très sensible pour les autorités européennes et notamment pour les autorités hollandaises. La volonté de censurer les informations libres venant du terrain reste une constante par le système. Encore une fois, nous avons la preuve que le travail de Billy Six et des expertises russes disent bien la vérité et que le MH17 a été abattu par les Ukrainiens. De nouveau, il fallait empêcher cette vérité de sortir dans la presse en Hollande !

Liberté de la presse en danger. Les deux journalistes étaient partis pour deux semaines en reportage dans le Donbass en visitant la DNR et la LNR. Alors que leurs média officiels parlent du danger d’aller dans le Donbass, les deux journalistes on pu découvrir que le danger se trouve dans leur pays pour la liberté de la presse. Les deux journalistes ont, donc, réalisé des entretiens avec des civils dans les villages et dans les villes de Donetsk et de Lugansk, tout comme le journaliste allemand, Billy Six, qui comme eux, s’était rendu sur place sur le site du crash du MH17 afin de trouver des témoins comme nous l’avions écrit dans un article. Billy Six a apporté la preuve du mensonge des média officiels qui dominent encore le marché en zone européenne . Les autorités hollandaises, sachant que la vérité risquait de sortir en Hollande par le travail des deux journalistes hollandais, a décidé de voler les images, les vidéos et le son des journalistes. Les deux journalistes hollandais sont toujours sous le choc de l’intervention à la Gestapo de la police hollandaise.

On se demande si Reporters sans Frontières va dénoncer cette arrestation et le vol des images, des vidéos et du son des deux journalistes hollandais qui ne faisaient que leur métier ?

Olivier Renault

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à la rédaction.