Publié le 6 janvier 2017 – par Jacques Guillemain


La façon dont les politiques traitent notre outil de Défense est pitoyable.

Il est vrai que la grande muette n’est pas syndiquée et n’a pas vocation à défiler ou à envoyer ses casseurs dans les rues ….Elle subit et se tait.

Tous nous disent que nous sommes en guerre, tous nous répètent que cette guerre sera longue. Mais dès qu’il s’agit d’augmenter le budget des armées, nos beaux parleurs observent un silence radio révélateur de leur totale inconscience de la menace.

En 2017, alors que notre armée  est sollicitée comme jamais contre la menace islamiste, en Afrique, au Moyen-Orient  et sur le territoire national, alors que toutes les armées du monde augmentent massivement leurs  budgets défense, nos politiques continuent de “retirer les dividendes de la paix”, trente ans après la chute du mur de Berlin ! C’est irresponsable. La paix n’existe pas dans un monde en mutation constante.

Le CEMA a récemment demandé qu’un effort budgétaire soit consenti pour porter le budget défense à 2% du PIB d’ici 2020. Réponse désinvolte de Hollande : “L’effort est suffisant”.

Quant à François Fillon, il prévoit un budget de 2% du PIB à la fin de la prochaine LPM, soit en 2025 !! Autant dire que le candidat LR entend “Vaincre le totalitarisme islamique” avec de belles paroles, mais sans moyens militaires accrus.

Un bisounours ne devient pas chef de guerre du jour au lendemain. Fillon, c’est 54000 postes supprimés dans les armées et un budget passé de 38 milliards en 2007 à 32 milliards en 2012. L’armée n’est pas la CGT, elle fait le dos rond.

Ce n’est pas un  hasard si la Défense est un sujet secondaire, qui a été survolé à grande vitesse au cours des débats de la primaire de droite !

Nous sommes en guerre, mais la Défense n’est pas une priorité. La priorité, c’est le social ( plus de 700 milliards par an, pour un budget Défense de 32 milliards ).

La priorité, ce sont les  cadeaux fiscaux, alors que plus de la moitié des Français ne paient pas d’impôts sur le revenu (20 millions ne le paient pas, 16 millions le paient).

Il suffirait pourtant d’instaurer le point de TVA défense, soit 7 milliards par an, pour porter instantanément le budget à 40 milliards, sans attendre 2025 !

Les Français ne paient plus l’impôt physique que représentait le service militaire pour assurer la sécurité du pays. Est-il inconcevable de leur demander de financer l’effort de guerre avec 1 point de TVA  supplémentaire ?

Quant aux pleureuses qui vont s’offusquer de cette augmentation, je leur rappelle que la TVA sur les voitures était de 33% il y a quelques années. Elle est de 20% aujourd’hui. Donc pas de quoi se lamenter !

Notre armée est rongée jusqu’à l’os. Nos soldats font la guerre avec des véhicules vieux de 40 ans. La disponibilité des matériels roulants, des avions et des bateaux est tombée à des niveaux catastrophiques. Certains matériels ont un taux de disponibilité de 30% !

Faute de pièces détachées suffisantes, on cannibalise un avion en panne  pour en faire voler un autre. Nos soldats, nos mécaniciens, font des miracles avec rien.

On leur demande de jouer en permanence  les MacGyver en plein désert.

Les effectifs, laminés par la RGPP de Sarkozy, ne permettent plus à nos soldats de s’entraîner correctement entre deux engagements opérationnels.

Le Charles de Gaulle, le fleuron de notre Marine nationale, entre en révision majeure pour 18 mois. Ce navire amiral illustre à lui-seul la désinvolture coupable, avec laquelle nos politiques traitent les questions de défense.

Alors que chacun sait qu’un seul porte-avions ne permet pas de maintenir une permanence opérationnelle à la mer de 100%, nos politiques ont fait le choix du porte-avions à mi-temps. On fait donc  la guerre en fonction du calendrier de maintenance des matériels !! Et la France se targue d’avoir la première et la meilleure armée d’Europe !

Un porte-avions, c’est 3 milliards. Sa durée de vie est de 40 ans.

En 40 ans, en euros constants, nous aurons dépensé 28000 milliards de social, l’équivalent de 9300 porte-avions. Mais notre pays,  qui cumule 2100 milliards de dettes et en ajoute 80 de plus chaque année, n’a pas les moyens de financer 3 milliards pour les 40 années futures. Comprenne qui pourra.

La France emprunte l’équivalent de 26 porte-avions chaque année….

La dette publique, c’est 700 PA.

De Chirac à Hollande, tous les présidents ont botté en touche pour la construction d’un 2ème PA. C’est irresponsable. Nos élus bafouent notre sécurité.

Voilà près de 60 ans que le budget Défense s’effondre. Quelques chiffres :

1960 = 5,79% du PIB

1970 = 3,68%

1980 = 3,1%

1990 = 2,89%

2000 = 2,09%

2015 = 1,79%

Quant au nucléaire, avec ses deux composantes, océanique et aéroportée, sa modernisation devra être confirmée  par le futur président. C’est un dossier aux enjeux stratégiques majeurs et aux implications industrielles massives.

A ce jour, si la doctrine de notre dissuasion nucléaire reste inchangée, le budget de très long terme qu’exige un programme nucléaire militaire, n’est toujours pas sanctuarisé. Certaines personnalités politiques verraient d’un très bon œil la suppression de la composante nucléaire aérienne. Une pure folie.

Dans un pays qui dépense 20 fois plus pour son social que pour sa sécurité, il ne faut pas s’en étonner. Nous sommes en guerre, mais notre budget des armées reste un budget de paix. C’est ahurissant.

Seul le Front National a l’ambition de redonner son rang à la France. Je cite :

“La France est l’une des cinq premières puissances diplomatiques et militaires du monde. Or, nos gouvernements ne considèrent plus la Défense nationale que sous l’angle des économies budgétaires, ou bien de la participation à des interventions multinationales souvent hasardeuses, et dans lesquelles l’intérêt national n’est pas évident. Parce qu’il ne peut y avoir de grande Nation sans grande armée, notre politique de défense se doit d’être à la hauteur de notre ambition nationale et internationale.”

Jacques Guillemain.

Riposte Laïque.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.