La nouvelle «grande démocratie» ukrainienne rajoute une loi pour interdire les livres favorables à la Russie

Porochenko vient de voter une loi pour faire interdire les livres de littérature parlant avec amour de la Russie et de sa culture ! Déjà en 2015, le service ukrainien des média et publications a interdit la vente de plusieurs ouvrages d’auteurs russes. Dès 2014, Porochenko a interdit la langue russe en Ukraine. Ces décisions politiques inédites, racistes, activant la volonté de génocide des Russes, sont aussi appliquées ouvertement dans les pays baltes, là où les populations russophones sont considérées comme des non-citoyens. Pas étonnant, donc, de voir une nouvelle loi antirusse sortir de la manche de Porochenko avec le soutien de l’Union européenne.

Livres positifs sur la Russie. Les autorités ukrainiennes ont décidé d’interdire les livres qui parlent positivement de la Russie en publiant une nouvelle loi . Tout comme en zone de l’Union européenne avec les nouvelles lois qui sortent pour censurer, interdire, les contenus qui informent les lecteurs en dehors des sites officiels, le gouvernement ukrainien dicte ce que la population peut lire. La rééducation, la censure et les menaces de prison, ou même de mort, pour dire des choses librement ou le fait de publier des livres et des documentaires qui s’avèrent positifs sur la Russie, sont devenus la norme en Ukraine et prennent le pas aussi en Union européenne. De la même manière Kiev dit interdire les livres promouvant le coup d’Etat, la haine raciale… ce qui est étonnant car Kiev promeut la haine des Russes et de la langue russe… par des lois ! Les ouvrages d’ Alexander Dugin et d’Eduard Limonov ont déjà été interdits en 2015 en Ukraine.
Dès 2014 Kiev avait interdit la diffusion des films et des séries télévisées russes.

Charlie Hebdo l’outil de propagande. Charlie Hedbo rentre dans la catégorie et dans la panoplie des techniques de répression à rajouter au même niveau que les lois interdisant la littérature russe. La mort des chanteurs du choeur de l’Armée rouge a été la cible du journal Charlie Hebdo. Cette rédaction a réalisé des dessins se moquant des morts (chanteurs, musiciens et danseurs). Charlie Hebdo est dans la lignée des journaux de la Seconde Guerre mondiale qui ont participé à la collaboration et entraîné la guerre en Europe. Le slogan «Je suis Charlie» n’est plus à démontrer comme être un slogan officiel pour imposer la dictature et fomenter la haine. Charlie Hebdo représente le bras droit de ces politiques de guerre menée par Kiev, Bruxelles, contre la Russie et appartient au système de représailles qui se met en place au sein de l’Union européenne. La France soutient Kiev, Charlie Hebdo. Le monde est «Charlie hebdonisé» de Paris à Kiev en passant par Londres et Washington.

Olivier Renault

Publicités