Publicités
Bretagne : ils manifestent contre un migrant agresseur sexuel, ils risquent la prison !

Bretagne : ils manifestent contre un migrant agresseur sexuel, ils risquent la prison !

Publié le 5 janvier 2017 – par

Le procureur de Vannes, François Touron, mis en place par le pouvoir socialiste.

Décidément, l’ambiance devient plus irrespirable que jamais, dans les derniers mois de la France de Hollande-Cazeneuve-Le Roux-Urvoas.

Ce matin, nous apprenions qu’une nouvelle plainte était déposée contre Empedoclates, qui a écrit sans problème 212 articles depuis dix ans sur le site Riposte Laïque.

Le 20 janvier, Pierre Cassen et Christine Tasin seront entendus par le juge d’instruction Dugué : leur crime ? Avoir relayé une vidéo de Maxime Lepante (l’homme qui a révélé l’ampleur des prières musulmanes illégales de la rue Myrha) sur un congrès islamiste organisé en Auvergne par l’association « L’Aube du Savoir », liée à l’UOIF.

Le 25 janvier, c’est Georges Bensoussan, auteur en 2002 du célèbre « Les Territoires perdus de la République », qui sera poursuivi en justice par le CCIF de Marwan Muhammad, qui ne cache pas sa volonté de vouloir islamiser la France. Son crime ? Avoir signalé l’antisémitisme qui se transmet dans les familles arabo-musulmanes.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2016/12/12/nouveau-proces-contre-georges-bensoussan/

Le 1er février, Christine Tasin saura si le fait de demander à Cazeneuve de faire respecter la loi, à Calais, quand des migrants en situation illégale agressent camionneurs, routiers et automobilistes à coups de bloc de béton est une incitation à la violence passible de lourdes sanctions.

Le 9 février, nous saurons si nos avocats ont obtenu gain de cause, sur leur QPC, suite à l’ahurissante condamnation de notre président suisse de l’époque, Alain Jean-Mairet. Les juges français ont décidé qu’à partir du moment où un article internet était disponible en France, il tombait sous le coup de la juridiction française, même si un Suisse validait l’article d’un Tunisien, ce qui était le cas !

Le 1er mars, Christine Tasin sera jugée par la 17e Chambre, pour avoir, au lendemain de l’assassinat des deux policiers de Magnanville, lors d’une prise de parole au Trocadéro, accusé « L’islam assassin » d’être coupable de ce double crime. Nous saurons donc, lors de ce verdict pour un procès inique (plainte de la Licra) si nous sommes entrés dans le droit musulman interdisant toute critique de l’islam, si le délit de blasphème est rétabli, ou si le droit de critiquer tous les dogmes existe toujours en France.

Le 8 mars, une semaine plus tard, ce sera au tour du maire de Béziers d’être traîné devant la 17e Chambre. Le crime de Robert : avoir signalé que le fait d’avoir, dans certaines classes de sa ville, 90 % d’élèves musulmans, pouvait poser un problème.

Mais c’est le 19 janvier prochain, que quatre militants bretons seront jugés à Vannes, dont deux que Riposte Laïque connait bien, puisque notre site les a déjà interviewés : Ronan Le Gall, président d’Adsav, et Nicolas Faure, animateur du site « Le Lien ».

https://ripostelaique.com/les-bretons-dans-la-rue-pour-en-finir-avec-la-mosquee-salafiste-de-brest.html

https://ripostelaique.com/ils-vous-imposent-des-migrants-contactez-liberte-et-entraide-cest-gratuit.html

Riopste laïque.com

Quel crime ont commis ces deux militants ? Scandalisés par l’agression sexuelle commise par un clandestin contre une femme de 67 ans, ils avaient organisé une manifestation virile pour montrer la détermination des Bretons à ne pas laisser de tels faits se multiplier dans leur région.

Il faut savoir que dans notre pays, 62 % des Français sont opposés à l’accueil des migrants (http://www.atlantico.fr/rdv/politico-scanner/62-francais-sont-opposes-accueil-refugies-territoire-francais-plus-haut-depuis-pic-crise-migrants-ete-2015-jerome-fourquet-2819114.html). Malgré tout, l’opposition à l’accueil des migrants est sévèrement réprimée. Manuel Valls, qui était alors Premier ministre, avait déclaré : «Ceux qui se mettront en travers de l’accueil des réfugiés trouveront l’Etat devant eux». (https://twitter.com/renaudpila/status/789870652870320129)

En novembre dernier, le gouvernement français a mis ses menaces à exécution, décidant de frapper brutalement quatre militants bretons, dont les deux leaders, Ronan et Nicolas. Il reproche à ceux-ci les événements qui ont suivi l’agression sexuelle de la Bretonne.

Dès la parution de cet article de Breizh-Info.com (http://www.breizh-info.com/2016/11/13/53083/arzon-migrant-agresse-sexuellement-femme-procureur-confirme) le dimanche 13 novembre, un appel à manifester était lancé sur les réseaux sociaux. Le rendez-vous était fixé le lendemain devant la mairie de la petite ville d’Arzon.

Voir également tous les articles de Résistance républicaine consacrés au sujet ici :

http://resistancerepublicaine.eu/search/Arzon

Deux personnes ont donc pris la parole, Nicolas Faure, responsable d’une association anti-migrants (http://www.libertes-entraide.fr/), et Ronan Le Gall, responsable du parti nationaliste breton Asdav (http://blog.adsav.org/).

Après ces discours, les patriotes français et bretons ont pris le chemin du centre pour migrants. Ils ont scandé des slogans hostiles aux migrants et aux politiciens comme : «Jeunesse bretonne, anti racailles», «Ni Paris, ni l’Afrique, ici c’est la Bretagne», «Jeunesse bretonne, anti gauchistes», «Refugees not welcome», etc.

Arrivés sur place, ils ont allumé des fumigènes et ont tenté d’entrer dans le centre pour migrants, lourdement protégé par la Gendarmerie.

Gazés, les manifestants sont finalement repartis en ayant réussi à obtenir la libération de deux des leurs, rentrés dans le centre.

Le message était passé : les Français ne veulent pas de migrants et ne leur pardonneront aucun dérapage.

Vidéo des incidents  :

https://www.youtube.com/watch?v=jEBuw9j0La4

Article compte-rendu de Breizh-Info :

http://www.breizh-info.com/2016/11/15/53187/arzon-migrants-manifestation-delinquance-agression-sexuelle

C’est alors que les juges socialistes, connus pour leur zèle contre les patriotes et leur grande tolérance pour les antifas, sont entrés en action.

Alors que cette manifestation n’avait causé quasiment aucun dommage (un portail cassé et un coup de poing contre un militant pro-migrant à l’intérieur du centre), la riposte du gouvernement français a été rapide.

Nicolas Faure et Ronan Le Gall ont été mis en examen pour «organisation d’une manifestation non déclarée» et risquent 6 mois de prison ainsi que 5 500 € d’amende. Cette décision des juges est à mettre en parallèle avec les manifestations non-déclarées des clandestins et des gauchistes, qui vandalisent régulièrement les centre-villes de Nantes et de Rennes, en toute impunité. Signalons que l’agresseur a été exfiltré, et qu’à notre connaissance, il n’a toujours pas été entendu par les juges… De quoi confirmer les propos de Maître Pichon, qui, dans cet entretien à Breiz Info, soulignait l’attitude souvent partiale du procureur François Touron.

http://www.breizh-info.com/2016/12/26/56080/arzon-maitre-frederic-pichon-le-procureur-de-vannes-a-toujours-fait-preuve-dun-acharnement-particulier-pour-les-dissidents-interview

Deux autres manifestants ont été mis en examen pour être rentrés dans le centre d’accueil des migrants et l’un d’eux pour avoir frappé un accompagnant pro-migrant à l’intérieur.

Le procès aura lieu le 19 janvier, à Vannes. Problème : Nicolas Faure et Ronan Le Gall n’étaient pas les organisateurs de la manifestation. L’appel à manifester avait été lancé sur les réseaux sociaux avant d’être relayés par la prestigieuse AFP. Ils n’ont donc fait que répondre à cet appel.

Malheureusement, les pressions politiques sont énormes et le gouvernement socialiste a décidé de faire de ces patriotes un exemple. En se montrant injustement impitoyable avec eux, l’Etat veut écraser la moindre tentative de rébellion contre l’accueil imposé de migrants en France, comme le prouvait la multiplication des plaintes dénoncées au début de cet article.

Notre site informera ses lecteurs de toute éventuelle initiative qui serait prise d’ici le 19 janvier, et d’une possible mobilisation le jour du procès, à Vannes.

Jeanne Bourdillon

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :