Publié le 2 janvier 2017 – par

«Quiconque lit le Coran et la biographie de Mahomet et y croit, ne pourra jamais en sortir indemne ni mentalement ni psychiquement».

C’est en 2006 que Wafa Sultan a prononcé, haut et fort, ce triste diagnostic sur la chaîne Al-Jazeera, devant des millions de téléspectateurs musulmans, provoquant ainsi un délire tempétueux dans l’univers de l’islam. Depuis, elle ne cesse de répéter et d’illustrer ce flagrant constat partout dans le monde.

Effarés et stupéfaits de ce verdict, les marchands du temple de l’islam craignent que le scandale mystérieux de leur secte, jusqu’alors hermétiquement verrouillé, éclate en plein jour. Pour faire taire «la femelle, déficiente intellectuellement et religieusement» selon leur prophète, ils organisent contre «cette mécréante» une campagne de diffamation, d’harcèlement.

Ils multiplient à son égard les insultes, les injures et les menaces les plus perverses. Ils cherchent par tous les moyens à la museler, à obstruer ses messages, à oblitérer ses écrits.

Leurs agissements et leurs réactions prouvent que la perversité de leur croyance se métastase dans tout le corps de cette oumma, qui prétend être «la meilleure nation engendrée pour l’humanité» (Coran 3.110) par un dieu pervers, auteur de leur coran. Il s’agit effectivement de ce dieu lunatique dit allah akbar qui «guide – à sa guise -, qui il veut et égare qui il veut» (Coran 35.8), et «châtie – selon son humeur – qui il veut et pardonne à qui il veut» (Coran 5.40).

Or, ce qui les gêne et perturbe dans le discours de cette apostat(e), c’est sa maîtrise à fond de tous les artifices, de la casuistique et des arguties de la doxa islamique. Aucun «savant» musulman, y compris les prétendus «savantissimes doctes d’Al-Azhar», sans évoquer tous les imposteurs, les lèches-babouches et les islamo-collabos en France, n’ose débattre avec elle quant à la doctrine de l’islam, de ses multiples répercussions néfastes, de ses enseignements barbares, de leur impact pathologique sur ses adeptes comme sur le développement de leurs pays.

Que dire aussi de Wafa Sultan, la psychiatre !

Son expérience sur le terrain, ses connaissances profondes de la psyché des musulmans, ses compétences professionnelles l’habilitent à stigmatiser les maladies chroniques de l’islam, à décortiquer ses mélis-mélos, à venir au secours des victimes psycho-pathologiques de l’obscurantisme de cette croyance, et surtout à discerner les différentes composantes de cette école qui fabrique des déséquilibrés.

C’est par amour pour cette société dont elle est issue, qu’elle se dévoue par le dialogue, les débats, l’écriture, les consultations cliniques, les émissions télévisées, les conférences, les publications, pour démasquer les racines de ce virus coranique qui gangrène l’oumma musulmane, pour extirper ce poison de son terrain, et contribuer à guérir ceux qui en sont gravement atteints.

Wafa Sultan s’est rendu compte de la nocivité mortelle de cette prétendue religion capable de transformer les enfants en criminels, les innocents en êtres sauvages, les jeunes en égorgeurs professionnels dans la voie d’un Allah qui «n’aime que ceux qui font la guerre pour sa cause» (Coran 61.4 et 2.244). D’autant plus que ces prétendus «déséquilibrés» sont fiers d’imiter leur «beau modèle», – le messager de cet Allah -, qui menaçait ses détracteurs : «Je suis venu à vous par l’égorgement». (Hadith rapporté dans Musnad Ahmad, 11/609). 

Le cas de la petite Fatima, 8 ans, qui vient de se faire exploser récemment dans un commissariat à Damas en est la preuve la plus frappante, qui cautionne la vision de Wafa Sultan et confirme ses convictions. (Voir Dr. Bernard Dick, Une petite kamikaze de huit ans préparée par ses parents)

http://ripostelaique.com/une-petite-kamikaze-de-8-ans-preparee-par-ses-parents.html

Fonctionnant aux antipodes de la réalité, les médias en France et en Occident n’ont pas daigné en parler, car ils ne veulent pas dénoncer la petite gamine. La raison en est qu’elle est la fille d’un combattant, membre du Front al-Nosra (intégré dans Ahrâr ach-Cham, affilié à al-Qaïda), une organisation islamiste terroriste. Non pardon, «le père est membre d’un groupe de rebelles modérés», dira-t-on dans le jargon diplomatique, oui membre de ces rebelles soutenus et financés par la douce et généreuse France et ses alliés. C’est vrai, qui ne dit pas mot consent, et celui qui aide un criminel l’est aussi. Et que dire encore de ceux qui ne dénoncent pas les vrais criminels, Messieurs les journaleux ?

N’y trouve-t-on pas une preuve supplémentaire qui accrédite «L’islam fabrique des déséquilibrés» dont parle la psychiatre Wafa Sultan dans son nouveau livre ?

Et le cas du tunisien Anis Amri, ce criminel, – «ce déséquilibré» dans le jargon de nos vénérables intellos et des médias subventionnés -, qui vient de faucher avec un camion une foule de citoyens innocents au marché de Noël à Berlin, tuant une douzaine et blessant une cinquantaine, n’est-il pas le produit de la barbarie de cet islam ?

Le livre de Wafa Sultan arrive à temps pour dénoncer une idéologie criminelle qui bafoue et détruit les sentiments de l’innocence, viole tous les droits humains et piétine toutes les valeurs. Telle culture, tel fruit !

Ce livre est maintenant à la disposition des lecteurs francophones, des parents, des enseignants, des éducateurs et des politiciens qui sont confrontés avec les problèmes inextricables de l’islam et des musulmans. Il doit être leur guide chaque fois qu’ils vont parler de l’islam, débattre de ses connivences et prendre des mesures pour dévoiler ses aberrations.

Les musulmans ont urgemment besoin d’une pédagogie curative, d’une thérapie de choc, d’un discours éclairant et pas de promesses alléchantes, chatoyantes, politiciennes, ni de compromissions dégradantes, opportunistes, minables. Ils ont droit à connaître la vérité dont ils sont privés et pas de vivre confinés dans la taqiya ni dans la dissimulation ni dans le mensonge ni dans l’hypocrisie avec eux-mêmes, avec leur société et avec le monde.

Ils ont besoin de se libérer d’une idéologie esclavagiste, qui bafoue des droits humains les plus élémentaires. Ne les privons pas de cette opportunité en Occident ! Aidons-les à s’en libérer ! Ils sont nos frères et nos sœurs dans l’humanité ! Wafa Sultan nous donne le meilleur exemple dans ce livre.

Les menteurs, les hypocrites, les carriéristes, les hypnotisés par la charia, les adorateurs de cet islam qu’ils qualifient de «religion d’amour, de paix et de tolérance», doivent en profiter pour se corriger, pour se repentir, pour sortir de leur égarement, pour cesser de nous enfumer avec leurs palabres, leurs affabulations et leurs mensonges. Que les juges de la République ouvrent enfin leurs yeux, secouent leurs cerveaux et osent s’interroger avec Wafa Sultan comme avec tout esprit libre, lucide, conscient du grand danger de l’islam :

– Jusqu’où devons-nous s’agenouiller devant cette idéologie obscurantiste venant du désert arabique, d’une culture qui ne connait que l’égorgement, les invasions, les conquêtes, le terrorisme, le butin, le pillage, le viol, la captivité des femmes, des enfants et leur réduction en esclavage ?

– Jusqu’à quand l’Occident doit-il ignorer que Daech ne fait qu’appliquer exactement les préceptes de l’islam, de son prophète, de ses califes et de tous les grands maîtres de l’exégèse coranique, preuve qu’aucune instance musulmane, y compris «la très éminente université islamique d’al-Azhar», n’ose condamner ?

– Jusqu’à quand faut-il sacrifier nos valeurs, notre culture, notre patrimoine, notre science, notre progrès scientifique pour se comporter en véritables dhimmis, «en toute humiliation», devant les détenteurs des pétrodollars qui, depuis plus d’un siècle, n’ont pas su profiter de cette manne inattendue pour se développer économiquement, socialement et culturellement, voire pour se libérer de leur tribalisme, de l’archaïsme de leur croyance, source de leur enlisement dans la misère et la régression totale ? Par contre, ils manigancent et réussissent avec leurs ruses et leur louvoiement à tromper, à aveugler les responsables occidentaux par leur argent, à acheter leurs consciences, à imposer le politiquement correct aux politiciens comme aux médias, à promouvoir les enseignements barbares de l’islam dans le monde.

Wafa Sultan, cette femme exceptionnelle issue de l’islam, manifeste un héroïsme sans faille face à cet obscurantisme institutionnalisé, soutenu et médiatisé.

Jamais le monde musulman n’a connu une personne aussi courageuse, audacieuse, talentueuse, dévouée, qui se livre à une féroce dénonciation des maux de l’islam, de son intolérance, de ses injustices, de sa tyrannie, mettant en exergue des arguments rationnels, convaincants, irréfutables.

Elle ne cherche qu’à libérer les musulmans de leur «dieu qui hait»[1], qui n’a rien à faire qu’à «octroyer à son associé, Mahomet, une superpuissance sexuelle de quarante homme »[2]. Mais Wafa Sultan s’efforce aussi à sonner le tocsin de l’obscurité, de la barbarie et de la haine que propage l’islam.

À l’occasion de la sortie de ce livre, un défi doit être lancé : Quel média français, public ou privé, osera-t-il inviter Wafa Sultan sur son plateau pour débattre de ce livre avec les imposteurs, les faussaires de vérités, «les Turcs de profession» et les collabos qui nous enfument dans les médias avec l’utopisme de leur prétendu «islam de lumières» ? Oui, c’est un défi lancé à tous les médias en France mais aussi à tous les responsables politiques dans ce pays. Bien entendu, ils ne sont pas à la hauteur de répondre à ce défi. Car, la lâcheté, l’intimidation, les groupes de pression, les bailleurs de fonds, ou plutôt les acheteurs des consciences, sont toujours en mesure de les dissuader de ne jamais parler vrai de l’islam.

Malek Sibali

[1] Le titre anglais de son livre «A God who hates», publié en 2010 aux États Unis, traduit dans plusieurs langues et vendu à des centaines de milliers d’exemplaires dans le monde.

[2] Ibn Saad, At-Tabaqât al-kubra (Les Hautes classes), vol. 8, p.192-193

Pour acheter le livre : Envoyer un chèque de 19,50 euros (frais de port compris) à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Source: Riposte Laïque.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.