© Kenny Katombe Source: Reuters
Photo d’archive

Treize civils hutu ont été tués le 25 décembre lors d’une attaque menée par une milice de l’ethnie nande sur la localité de Nyanzale, au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source officielle.

Trois miliciens nande ont été tués pendant l’intervention des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) pour mettre fin à la tuerie de civils dans l’est du pays, a indiqué Alphonse Mahano, délégué local du gouverneur du Nord-Kivu.

A les victims sont la plupart des et des et d’autre victimes etaient ds une eglise pour la messe de

Le 22 décembre, 13 Nandes avaient été tués par une milice hutu dans l’attaque d’un village voisin.

Autorités administratives et militaires se sont toutefois refusées à faire le lien entre les deux attaques.

«Les victimes sont toutes hutu. Il y a une fillette de huit ans, un père de famille, le reste sont des femmes», a seulement précisé à l’AFP Alphonse Mahano, gouverneur de la région.

«Les maï-maï Mazembe [milice nande] et leurs alliés sont venus attaquer Nyanzale dimanche matin. L’armée est intervenue pour rétablir l’ordre», a déclaré le porte-parole local de l’armée, le major Guillaume Djike, selon qui les combats se sont déroulés entre 5h et 7h. Six miliciens Mazembe ont été tués, a-t-il ajouté.

Nyanzale est une localité peuplée majoritairement de Hutus.

Au moins 35 civils ont été tués au Nord-Kivu pendant le weekend de Noël. Dans le territoire de Beni (nord de la province), un massacre imputé par les autorités à une rébellion ougandaise islamiste a fait au moins 22 morts à Eringeti et dans ses environs.

L’antagonisme entre communautés hutu et nande est exacerbé depuis plus d’un an par une série d’attaques de villages par des milices de chaque camp dans une zone couvrant les confins des territoires de Rutshuru, Lubero et Masisi, dans le centre du Nord-Kivu.

13 personnes tuées à hier dimanche, certains civils ont été massacrés das une eglise. Carnage attribué aux mayi mayi Mazembe

Les Hutus, rwandophones, sont largement tenus pour des étrangers par les communautés se considérant comme «autochtones» dans cette région, comme les Nandes ou les Hundes.

Cette querelle sur la «nationalité» se superpose à des conflits fonciers liés à une migration vers le nord de cultivateurs hutu contraints d’abandonner leur terre du Sud de la province pour des raisons économiques liées au prix du foncier ou sous la pression de grands propriétaires.

Lire aussi : R.D. Congo : la police antiémeute bloque les manifestants en colère contre le report des élections