Alep: ce que les télévisions vous montrent, ce que les médias vous expliquent et ce qu’il en est réellement…

Alep: ce que les télévisions vous montrent, ce que les médias vous expliquent et ce qu’il en est réellement…

Alep va être libérée, les djihadistes chassés par l’armée syrienne, mais il y a néanmoins un petit souci: cela ne peut se terminer qu’en massacre, en véritable bain de sang qu’il faut absolument condamner. Il ne faudrait pas que la bonne nouvelle soit totalement bonne non plus…

Scène de liesse pour la libération d’Alep. Source de l’image: TwitterEn fait, le gros problème, c’est que la lutte contre Daech n’a jamais été aussi efficace que depuis que la Russie se battent ensemble, et ceci est intolérable, inacceptable! La véritable puissance militaire censée représenter les héros de ce conflit, ce sont ceux composant la « coalition », arabo-occidentale formée initialement par 22 pays, et qui en compte à l’heure actuelle une soixantaine de pays, dont les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, l’Australie, le Danemark et le Canada, mais aussi des pays arabes comme l’Arabie saoudite, la Jordanie, Émirats arabes unis, le Maroc, etc… Tous les pays n’ayant pas engagé les mêmes moyens.

La lutte contre Daech a commencé il y a longtemps déjà, et ce sont deux pays qui ne font pas partie de la coalition qui ont obtenu les résultats les plus impressionnants en quelques mois seulement, la Russie et les forces gouvernementales syriennes. Le souci, c’est que la Russie est une menace constante et grandissante pour l’OTAN, que ce pays peut être accusé d’ingérence dès que cela a un côté pratique comme c’est le cas actuellement avec la victoire de Donald Trump, que ce pays est visé par moult sanctions qui doivent être maintenues coûte que coûte, et qu’il est hors de question que Poutine et ses troupes soient reconnus pour ses résultats dans le conflit syrien.

Quant à Bachar Al Assad, c’est indéniablement un dictateur fou qui n’hésite pas à s’en prendre à sa population pour lutter contre les contestataires alors qu’il serait si simple pour lui de régler la situation: ne plus être président et laisser sa place à plus démocrate que lui. Le fait qu’il ait été réélu récemment avec 88,6% des voix n’y change rien, ce n »est pas un bon prédisent, et de ce fait, il ne doit en aucun cas être encensé ni félicité pour l’efficacité de ses troupes.

Deux pays qui ont fait mieux qu’une coalition d’une soixantaine de pays, quel affront, surtout pour l’orgueil de l’aigle américain! Alors Alep est pratiquement libérée, mais à quel prix? La réponse à cette question dépend de qui présente la facture (ici elle est surtout présentée par l’ONU), et comme il faut donc minimiser la bonne nouvelle, les médias n’hésitent pas à rivaliser en titres chocs:

  • Francetvinfo.fr: Syrie : à Alep-Est, des habitants racontent « la fin du monde »
  • Le Parisien: Syrie : «massacres», «exécutions sommaires», les témoignages glaçants venus d’Alep: « Les témoignages sur les atrocités commises par les troupes de Bachar al-Assad à Alep se multiplient alors que la ville syrienne est sur le point de tomber aux mains du régime« .
  • Le Monde: A Alep, l’écrasement de la rébellion syrienne: « L’armée syrienne affirme être « dans les derniers instants avant la proclamation de la victoire ». Dans la ville, les combattants anti-Assad ne contrôlent plus qu’une minuscule poche ».
  • Le Figaro: Nuit d’enfer à Alep, entre la vie et la mort: « Encerclés par les miliciens pro-régime, retranchés dans deux quartiers situés à l’Est de la ville, quelques dizaines de milliers d’Alépins ont passé la nuit entre la vie et la mort. Ils racontent leur cauchemar éveillé ».
  • L’Avenir: Alep: l’ONU accuse les forces syriennes d’avoir tué au moins 82 civils dont des femmes et des enfants
  • Le Figaro: «L’humanité semble s’être totalement effondrée à Alep», selon l’ONU
  • RTL: Syrie : l’ONU dénonce des « atrocités » à Alep, sur le point de tomber: « Alors que le régime de Bachar al-Assad est sur le point de reprendre entièrement Alep des mains des rebelles, Ban Ki-moon s’est alarmé lundi sur le sort des civils ».
  • Europe1: Alep : « Nous sommes victimes d’un des pires massacres de l’histoire moderne »

Maintenant, si l’on regarde les médias russes qui certes ne sont pas des plus neutres non plus, nous pouvons avoir un autre son de cloche, et c’est justement en confrontant les différentes regards de disponibles sur l’événement que nous pourrons nous forger une opinion qui nous soit propre. C’est également en écoutant les différents sont de cloche que l’on pourra pointer les incohérences et les faits qui se recoupent.

Après des mois des batailles acharnées, l’armée de Damas a enfin annoncé le 13 décembre que seuls certains quartiers d’Alep «dont la superficie ne dépasse pas trois kilomètres carrés» restaient entre les mains des terroristes.

«L’armée a commencé la libération du dernier bastion des terroristes dans le quartier de Slaheddine. Les terroristes essayent de riposter en utilisant des mortiers. Mais pendant les 48 dernières heures, les troupes gouvernementales ont libéré 11 nouveaux quartiers d’Alep et, pour le moment, Damas contrôle plus de 98% du territoire de la partie est de la ville. Il est possible qu’on assiste à la libération complète d’Alep dans un futur proche. On attend des annonces officielles», a fait savoir le Centre russe pour réconciliation des parties au conflit en Syrie.

D’après les informations présentées, au moins 375 terroristes ont déposé leurs armes et quitté l’Est d’Alep pendant les dernières 48 heures. En outre, 7 796 civils, dont 3 946 enfants, sont aussi passés à la partie ouest de la ville contrôlée par le gouvernement. Tous ont été accueillis dans des centres humanitaires déployés sur place.

Au-delà de la lutte anti-terroristes dans l’est d’Alep, l’armée syrienne poursuit le «nettoyage» des quartiers déjà libérés. Depuis le 12 décembre, un périmètre de 16,3 hectares a été déminé grâce à l’aide des militaires russes du Centre international de déminage, a fait savoir le Centre russe pour la réconciliation.

«Au total, on a déminé 1 225 objets explosifs, dont 1 182 bombes artisanales, 48 bâtiments, dont cinq écoles», a-t-on précisé.

Les manifestations de joie inondent les rues d’Alep

Après l’annonce par Damas que la reconquête des quartiers d’Alep-Est était entrée dans sa «phase finale», des centaines de gens sont descendus dans les rues pour célébrer leur liberté.

Une grande partie d’entre eux défilait dans les rues, les enfants dans leurs bras, scandant «Allah, la Syrie et Bachar» et en brandissant des portraits de Bachar al-Assad et des drapeaux syriens.

Lire aussi : Scènes de liesse et d’euphorie dans les rues d’Alep alors que la libération est «imminente» (VIDEOS)

Les Nations Unies craignent pour les civils

Même si 98% des quartiers d’Alep sont déjà libérés, les atrocités se poursuivent sur ces trois kilomètres carrés occupés par les terroristes. D’après les témoinages des civils cités par l’AFP, dans le quartier d’Al-Machad, toujours sous contrôle de l’opposition dite «modérée», de nombreux civils s’entassaient dehors faute d’abris. Des femmes et des enfants dorment dans la rue, adossés à leurs valises. Les gens ont faim et sont à la recherche de pain.

Le porte-parole du secrétaire de l’ONU sortant, Stéphane Dujarric, a tiré la sonnette d’alarme sur la situation de la population dans les zones insurgées.

Issu de l’article Les troupes gouvernementales syriennes entament la libération des derniers quartiers d’Alep sur Russia Today

À lire également: Scènes de liesse et d’euphorie dans les rues d’Alep alors que la libération est «imminente» (VIDEOS)

À chacun de prendre les informations disponibles et de faire la part des choses, où s’arrête la propagande et où commence la véritable information? Qui croire, qu’accepter et que rejeter? Bien sûr, il y a un autre moyen de s’informer et d’avoir un regard bien plus proche de la réalité, mais cette solution demande un certain investissement: se rendre sur place!

Mais en puisant dans les connaissances acquises au fil du temps sur les différents sujets, en se basant sur les images véhiculées des différents protagonistes, et tout particulièrement de la Russie et de la Syrie, alors on peut se faire une image précise de la situation.

Ce qu’il faut retenir au final, c’est que les troupes d’Al Assad ainsi que les russes sont peut-être responsables de massacres, nous ne le saurons peut-être jamais précisément, mais il ne faut pas oublier quelques petits points importants, entre autres non listés ici :

Alors, Alep libéré, une bonne nouvelle ou pas?

En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2016/12/13/alep-ce-que-les-televisions-vous-montrent-ce-que-les-medias-vous-expliquent-et-ce-quil-en-est-reellement/#KvEl0S1osOxPOe3P.99

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils