Le jeux étrange du Cardinal Schönborn

Le jeux étrange du Cardinal Schönborn

Dernière sortie du cardinal archevêque de Vienne: contre l’avis du curé, il a confirmé à la tête du Conseil Pastoral d’une paroisse proche de Vienne un jeune de 26 ans qui, en plus d’être ouvertement homosexuel vit avec son compagnon. Reportages italiens(5/4/2012)

Cf. Le jeu étrange du Cardinal Schönborn (2)

PAOLO RODARI

Schönborn dépasse Martini (cf. Un cardinal en désaccord avec l’Eglise: oui aux gays dans le conseil pastoral.
Controverse
3 avril 2012
————-

«C’est un choix pour le peuple, non pas contre le peuple, auquel j’ai donné personnellement mon consentement».
Ainsi, le cardinal-archevêque de Vienne Christoph Schönborn, défendait hier devant les caméras de la télévision d’Etat autrichienne sa décision, tonitruante pour beaucoup, de confirmer à la tête du Conseil Pastoral de Stützenhofen, au nord de Vienne, Florian Stangl. Qui est Stangl? Une personne comme beaucoup, mais qui, cependant, en plus d’être ouvertement homosexuel, vit avec son compagnon.

En Autriche, on ne parle que de ça. Les journaux louent le «cardinal généreux»,Schönborn, justement, qui, malgré les vives protestations de groupes de catholiques qui dans les médias sont appelés «traditionalistes», a décidé «d’ouvrir l’église à l’avenir».

Parmi ceux qui s’opposent, il y a le curé de Stützenhofen, le Père Gerhard Swierzzek. C’est lui qui a demandé l’intervention de Schönborn après avoir déclaré l’élection – Stangl a été élu à la tête du Conseil à la majorité de votes des fidèles du lieu – «invalide». Il avait confiance dans le soutien du cardinal, mais il ne s’est pas produit. Avant de se prononcer en faveur de la décision, Schönborn a voulu inviter Stangl et son compagnon à déjeuner. Et puis il dit: «Maintenant je comprends pourquoi la communauté Stützenhofen a voté pour lui. C’est une personne impressionnante, un homme humble et d’une grande foi». Et encore: «Je connais les règles, mais je sais aussi que Jésus est venu pour l’homme et non pas pour les règles. Je pense que ce jeune homme est à la bonne place, et pour cela, je donne mon consentement à son élection».

Ces derniers jours, en Autriche aussi, les propos du cardinal Carlo Maria Martini sur les couples homosexuels (cf. Un cardinal en désaccord avec l’Eglise) dans Il Corriere della Sera ont rebondi: «Il n’est pas mauvais qu’au lieu de rapports homosexuels occasionnels deux personnes aient une certaine stabilité et, par conséquent l’état pourrait aussi les favoriser», déclarait Martini.
Pour de nombreux catholiques en Autriche c’est là que Schönborn lui aussi «veut en venir». Lui qui, en 2010, avait déclaré que «dans le thème de l’homosexualité, on doit également tenir compte de la qualité d’une relation» et que, si cet élément existe, «on peut en parler avec appréciation»

Il n’est pas facile, le magistère de Schönborn, à Vienne. Depuis des mois, la «Pfarrer Initiative» (cf. benoit-et-moi.fr/ete2011/), lancée en 2006 par Mgr Helmut Schüller, pousse le cardinal et le Vatican pour des réformes: surmonter la séparation structurelle entre le clergé et les laïcs dans l’église pour une responsabilité partagée; un dialogue ouvert sur les Écritures pour atteindre la pleine participation des femmes aux ministères ecclésiaux; la possibilité pour les collectivités de célébrer l’Eucharistie et d’animer leur foi dans une pluralité non liée par des règles et des canons historiquement conditionnés; l’abolition du célibat du clergé; la concession de l’Eucharistie aux divorcés remariés et la fin de toute discrimination contre les homosexuels. Et le Vatican? Pour l’instant, il observe tout, mais on dit que, dans le silence, il médite une contre-offensive.

http://www.paolorodari.com/2012/04/03/schonborn-sorpassa-martini-si-al-gay-in-consiglio-pastorale-polemiche

ANDREA TORNIELLI

Un jeune Autrichien qui vit avec son partenaire et a enregistré leur union comme c’est prévu par les lois de son pays, a été élu par une large majorité au conseil pastoral de la paroisse de Stützenhofen, au nord de Vienne. Et le cardinal Christoph Schönborn a ratifié son élection contre l’avis du curé.

Le conseil pastoral est une institution prévue par le Code Canonique, et qui vise à impliquer les fidèles dans la programmation de la vie paroissiale. Stangl a obtenu 96 voix sur 142. Le Curé de Stützenhofen, Gerhard Swierzek lui a demandé de renoncer et il lui a également demandé de ne pas prendre la communion, à cause de sa cohabitation avec un autre homme. «Je suis attaché aux enseignements de l’Église – a dit Stangl – mais la demande de vivre dans la chasteté semble irréaliste».

Dans un premier temps, le diocèse de Vienne a déclaré que le partenariat enregistré dans une union civile ne permettait pas la participation au conseil pastoral. Le jeune homme a demandé une audience au Cardinal Schönborn, qui l’a invité à déjeuner avec son compagnon. Après la rencontre, l’archevêque de Vienne a publié une nouvelle déclaration. Il a admis qu ‘«il y a beaucoup de membres de conseils pastoraux paroissiaux dont le mode de vie n’est pas entièrement compatible avec les idéaux de l’Eglise», affirmant qu’il appréciait «leurs efforts pour essayer de vivre une vie de foi». (ndt: argument stupéfiant de mauvais foi! Quel amalgame!!!)

Schönborn a ensuite rendu hommage à la participation des jeunes à la vie de la paroisse de la petite communauté autrichienne, jugeant que «les erreurs formelles (ndt: en langage juridique, on appelle cela des vices de procédures, et on sait à quoi ils servent en général!!) constatées lors de l’élection ne remettent pas en cause les résultats de l’élection elle-même, dans laquelle le plus jeune candidat, Florian Stangl, a reçu la majorité des voix».

Le loup déguisé…

Cette image, transmise par Carlota en une autre occasion, me semble particulièrement adaptée…

Le cardinal a ensuite dit qu’il avait été «profondément impressionné» par la foi de Stangl, «par son humilité, et la façon dont il conçoit son service», indiquant qu’il comprenait pourquoi ses paroissiens «avaient voté de manière si décisive en faveur de sa participation au conseil pastoral». La décision finale est donc celle de ne pas invalider les résultats, même si «il faudra mettre la main à une révision des règles afin de clarifier les exigences pour les candidats au conseil pastoral».

Les «erreurs formelles» citées par Schönborn concernent le fait que les candidats aux conseils pastoraux diocésains à Vienne devraient signer une déclaration affirmant leur engagement à la foi et la discipline de l’Église catholique, laquelle, on le sait, condamne non pas les personnes mais la pratique homosexuelle, et s’oppose à la reconnaissance des unions homosexuelles.
A Stützenhofen, toutefois, les candidats n’ont pas signé la déclaration exigée.

http://vaticaninsider.lastampa.it/homepage/nel-mondo/dettaglio-articolo/articolo/vienna-wien-austria-14073/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils