Allemagne : les chrétiens réfugiés en danger

Allemagne : les chrétiens réfugiés en danger

ARTICLE | 25/05/2016 | Numéro 2002 | Par Jean-Marie Dumont

migrants musulmans berlin conversion christianisme christ

Des cours d’étude de la Bible (ici, traduite en farsi) sont délivrés pour les migrants afghans et iraniens dans la paroisse de la Trinité, à Berlin.

 

©ZACHARIE SCHEURER.

EXCLUSIF MAG – Plusieurs organisations ont lancé l’alerte sur les mauvais traitements dont font l’objet certains réfugiés chrétiens outre-Rhin.

 

C’est un rapport de l’ONG Portes Ouvertes qui a mis le feu aux poudres.

Publié début mai par l’antenne allemande de cet organisme de défense des chrétiens persécutés, ce document de trente-six pages accessible en ligne évoque des « agressions basées sur des motifs religieux contre les réfugiés chrétiens en Allemagne ».

Présentant les résultats d’une enquête menée auprès de 231 réfugiés, dont 86 % sont des convertis de l’islam au christianisme, il identifie un certain nombre de mauvais traitements qu’ils ont subis dans les centres d’accueil : insultes (42 %), blessures corporelles (37 %), vols (14 %)… et jusqu’à des menaces de mort.

. Les comportements dénoncés sont pour une part non négligeable le fait de personnels travaillant pour ces centres d’accueil. En annexe, sont présentés plusieurs questionnaires complétés qui ont servi à la réalisation de l’étude, dont certains en farsi, 69 % des convertis concernés étant originaires d’Iran.

Dans un communiqué commun daté du 9 mai, plusieurs organismes impliqués dans la défense des chrétiens persécutés et des chrétiens d’Orient ont fermement dénoncé, aux côtés de Portes ouvertes, ces « violences contre les réfugiés chrétiens en Allemagne », sommant la classe politique à prendre « très rapidement » des mesures pour « assurer une protection efficace » des réfugiés, quelle que soit leur confession religieuse.

Cette « protection particulière » est également demandée pour « d’autres minorités religieuses comme les Jezidis ou les Bahai [mouvement issu du chiisme], confrontés à la même problématique ». « Les discriminations et violence contre les réfugiés chrétiens dans les centres d’accueil pour réfugiés se déroulent beaucoup plus souvent que ce que les autorités veulent bien reconnaître », dénoncent les signataires.

► A lire aussi : La situation des réfugiés chrétiens en Allemagne suscite l’inquiétude 

Parmi eux, l’antenne allemande d’Aide à l’Église en détresse (AED). « Nous ne pouvons pas nous taire », déclare son porte-parole pour le pays, Karin Maria Fenbert.

« Beaucoup de ces chrétiens cherchent une protection face à la terreur et à la guerre. Mais au lien de cela, ils subissent de nouvelles restrictions, parfois même de la violence. Les hommes politiques et l’opinion publique ont trop longtemps détourné le regard ou minimisé ce problème. Il faut que cela change ! »

Parmi les propositions énoncées par Karin Maria Fenbert, l’installation des chrétiens et des musulmans dans des lieux distincts. « Les chrétiens et les musulmans, explique-t-elle, ont souvent vécu dans leur patrie en parallèle les uns par rapport aux autres. Maintenant, dans ces centres de réfugiés, ils doivent soudainement vivre ensemble dans des lieux exigus. C’est une lourde contrainte. »

Des propos qui ont suscité, tout comme l’étude menée par Portes ouvertes, des réserves. Une « contre-enquête » publiée par le 22 mai par la Frankfurter Allgemeine Zeitung révèle que près de deux tiers des cas recensés par l’ONG Portes ouvertes dans « toute l’Allemagne » viennent en fait d’un seul lieu, situé à Berlin.

De son côté, Thomas Sternberg, porte-parole du Zentral-komitee der deutschen Katholiken (organisme de représentation des laïcs catholiques allemands), s’est dit opposé à ce que chrétiens et musulmans soient accueillis dans des lieux séparés : « Si on se mettait à accueillir les réfugiés de manière séparée, on accréditerait l’idée que nous ne serions pas capables d’une coexistence pacifique. » Nous ne devons pas « alimenter l’idée fausse suivant laquelle chrétiens et musulmans ne pourraient pas vivre correctement ensemble ».

Source: famillechretienne.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils