Vaud: Des pasteurs appellent à s’ouvrir à l’islam

UNE-CHRÉTIENNE-BRÛLÉE

topelement

Aucun attentat ne saura troubler leur propagande. Ces gens sont incapables de comprendre ce qu’est l’islam mais viennent ici distiller des « conseils » aux autres chrétiens. Alors que le christianisme disparait d’Orient et que les musulmans continuent encore et toujours à avancer leurs pions en Europe, certains pasteurs font mine de ne pas voir ce qui se passe. Le seul but de l’islam est d’imposer la loi d’Allah partout où il passe, comme à Londres.

En outre, on appréciera le terme « chrétien fondamentaliste » usité normalement par les mouvements de gauche pour prétendre que le chrétien est autant dangereux que le salafiste alors qu’on ne compte plus les tentatives d’attentats musulmans en Europe! Même si ces chrétiens ne tuent pas, ils seraient à mettre dans le même sac que des musulmans qui visent notre soumission, la destruction de nos coutumes et de nos libertés. La manipulation vise évidemment à associer des gens qui ne sont pas coupables dans une vaste généralisation confuse.

De tradition chrétienne réformée, le centre Crêt-Bérard, à Puidoux, se penche sur l’islam avec un cycle de quatre conférences qui débute mercredi soir. Timothée Reymond, pasteur en charge du dialogue interreligieux dans l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV), explique les raisons de ce programme.

Cette ouverture, la constatez-vous aussi de la part de la communauté musulmane?

Oui! Les mosquées vaudoises ont largement ouvert leurs portes ces dernières années (ND Christian Hofer: Évidemment puisque la conversion est leur but!). Mais, parfois, leurs voisins renoncent à faire le pas d’y entrer.

On parle d’intégration pour les musulmans, on devrait aussi réfléchir dans le sens inverse: celui qui n’a pas la volonté de rencontrer l’autre, de connaître l’islam, garde ses fausses idées. La population bouge, les traditions et les peuples se mélangent; le choix du repli sur soi n’est jamais porteur.

«La population bouge, les traditions et les peuples se mélangent; le choix du repli sur soi n’est jamais porteur»

Doit-on pour autant accepter les courants de l’islam qui refusent le mariage mixte, voilent les femmes ou adhèrent à certains actes terroristes?

Il ne s’agit pas d’accepter ou d’interdire tel ou tel courant religieux. Nous vivons dans un pays de lois que chacun doit respecter, salafiste, chrétien fondamentaliste (sic!!!) ou membre d’un quelconque groupe sectaire. Ces groupes qui pensent détenir la vérité ne sont pas forcément religieux d’ailleurs, mais présents dans tous les domaines de la vie sociale.

Les chrétiens vaudois sont-ils prêts à faire une place à la communauté musulmane en cas de reconnaissance par l’Etat?

En tout cas, ce partage ne me choque pas du tout. Il est important que les prisons accueillent des aumôniers musulmans, que nous formions des imams ici. Par ail­leurs, très nombreux sont les musulmans en Suisse qui ne pratiquent pas leur religion au quotidien, mais tiennent essentiellement à faire le ramadan. On est loin de l’image que nous renvoient les médias.

Source: lesobservateurs.ch

Une vidéo pour les incrédules

Tareq Youssef Al-Masri est l’imam de la mosquée Oulel Albab de Brooklyn (New York). Dans son prêche du vendredi 9 janvier dernier, il donné à ses fidèles, avec une sincérité rare, une “leçon” dont voici quelques extraits