Le député franco-israélien Meyer Habib intervient à l’Assemblée nationale comme s’il était à la Knesset

Le député franco-israélien Meyer Habib intervient à l’Assemblée nationale comme s’il était à la Knesset

par Zoubida Salhoume

le cerbère, le gardien des enfers de la mythologie grecque, Meyer Habib s’est donné pour mission de veiller à la sauvegarde de l’image bien écornée de son pays natal et de cœur, Israël.
Prenant la parole dans l’hémicycle de la représentation nationale ce 16 décembre, le porte-parole du Likoud Meyer Habib s’est lancé dans un long plaidoyer sur le boycott mené contre les produits en provenance des territoires occupés et les directives européennes imposant l’étiquetage aux produits de « Judée Samarie et du Golan ».
[ Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ] C’est donc dans une longue litanie destinée à attendrir le cœur des députés que le franco-israélien s’en est pris à la « stigmatisation » dont les juifs et les israéliens sont victimes selon ses dires. Voulant par tous les moyens imposer l’amalgame antisionisme = antisémitisme, l’ami proche de Netanyahou n’hésite pas à donner de sa personne, prenant fait et cause pour l’état hébreu.
Le plus étonnant c’est qu’aucun des députés ou même le premier ministre Manuel Valls présents dans une Assemblée de la République française ne semblent choqués par les propos qui auraient plus leur place à la Knesset le parlement israélienne.
Après avoir condamné la campagne BDS, Habib a taclé Jean-Claude Lefort président d’honneur, pour avoir publié un post sur sa page Facebook dénonçant et appelant au boycott des produits cashers fabriqués en France.
Pourtant Jean-Claude Lefort n’a jamais lancé de campagne de boycott contre les produits cashers mais avait supposé par erreur qu’ils venaient d’Israël, méprise qu’il a rapidement rectifié après avoir appris que les articles étaient fabriqués en France. Meyer Habib s’en est aussi pris aux détracteurs de SFR Numéricable qui auraient selon le député franco-israélien demandé le boycott de la marque au motif que le patron est un juif franco-israélien.
Mais la prétendue « affaire Numéricable » pour laquelle il n’aurait reçu aucune réponse de la ministre de la justice, Christiane Taubira après l’avoir relancé à plusieurs reprises, n’existe tout simplement pas. Habib aura tout tenté, même revenir sur l’épisode Coulibaly dans l’espoir que cela pourrait lui venir en aide face à un discours vide de sens.
Une poudre aux yeux destinée à “victimiser” une nouvelle fois Israël qui a de plus en plus de mal à jouer la victime, un rôle remplacé par celui du bourreau dans une actualité toujours aussi terrible pour la population palestinienne.
Le plaidoyer pro-israélien de Meyer Habib, s’il en a fait ricaner quelques-uns, a tout de même trouvé une oreille bienveillante du premier ministre Valls qui a renchéri en rappelant « notre attachement partagé à l’Etat d’Israël ». Il a toutefois eu la décence de souligner le problème de la colonisation et a exhorté (du bout des lèvres) à la création de deux Etats distincts.
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=-uvrSR1JxeE]

Mais ses paroles ont vite été annihilées par le registre habituel et indulgent à l’égard du pays auquel il est « lié de manière éternelle ».
Une allocution qui aura une fois de plus réussi à mettre en évidence le ridicule d’un Meyer Habib plus enclin à défendre un pays situé à des milliers de kilomètres et l’hypocrisie d’une classe politique bien trop effrayée à l’idée de se révolter ou d’émettre la moindre critique de peur d’être taxée d’antisémitisme.

 

Source : http://linkis.com/www.halalbook.fr/UVuNj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils