Il était intéressant d’observer les attaques informationnelles visant l’opération aérienne anti-terroriste russe, lancée pour soutenir l’offensive des troupes gouvernementales syriennes.

En Russie on parlait véritablement de provocations pures et simples, créées pour mettre à mal la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah. Depuis et voyant les capacités du ministère russe de la Défense à répondre concrètement à n’importe quelle attaque informationnelle injustifiée, les instigateurs de la nouvelle phase de guerre d’information visant la Russie et ses alliés se sont un petit peu calmés.

Plus encore, en suivant les succès récents des forces aérospatiales russes et des troupes de l’Armée arabe syrienne sur le terrain, les principaux médias mainstream étaient obligés de reconnaitre les avancées notables de l’armée syrienne depuis le début de la participation directe de la Russie dans la lutte anti-terroriste dans ce pays. Dernier exemple en date: l’annonce faite par l’AFP et relayée (sans joie) par tous les grands médias occidentaux, anglophones comme francophones, de CNN à BBC, de France 24 au Figaro. « Syrie: l’armée brise le siège de l’EI autour d’un aéroport clé près d’Alep », titrait le site de France 24

Avec les indications plus bas: « KWEIRES (SYRIE) (AFP) —
L’armée syrienne a brisé mardi le siège imposé depuis plus de deux ans par le groupe Etat islamique (EI) à l’aéroport de Kweires, près d’Alep, selon un photographe de l’AFP sur place, une information confirmée par la télévision d’Etat. Les troupes du régime sont entrées mardi en fin d’après-midi dans l’aéroport et des soldats tiraient en l’air en signe de célébration, a indiqué le photographe ». Fin de la citation.

On notera bien que cette victoire importante de l’armée syrienne met fin à un siège de plus de deux ans. Et l’autre point essentiel qu’on y lit: l’Etat islamique… N’est-ce pas les mêmes médias qui relayaient massivement « l’information » selon laquelle la Russie et la Syrie combattent principalement d’autres groupes « rebelles » (les terroristes « modérés » en d’autres termes) et non pas l’EI? Heureusement une fois encore que le ridicule ne tue pas. Passons.

Pendant ce temps, les chaines gouvernementales syriennes ont montré de leur côté (avec bien évidemment plus de joie que ceux qui ne sont que forcés de reconnaitre les faits devenus évidents), les soldats syriens célébrant une nouvelle importante bataille remportée dans la reconquête de leur pays, martyrisé depuis plusieurs années maintenant par le terrorisme international et l’arrogance des élites occidentales. Les militaires syriens n’ont pas manqué de saluer leur président Bachar al-Assad, ainsi que de remercier la Russie pour son aide cruciale dans ce combat.

Donc on progresse. Et ce seulement à peine un peu plus d’un mois depuis le début de l’intervention russe. Vous imaginez bien que si c’était la coalition étasunienne qui était arrivée à des résultats ne seraient-ce que semblables, et même en ayant l’avantage évident du timing (plus d’un an de « participation »), tous les médias du mainstream seraient en train de célébrer le rôle « exceptionnel » de la politique US. D’autre part, et cela est tout aussi important de le noter, ces mêmes médias commencent à reconnaitre que côté russo-syrien, c’est bien Daech qui est combattu, au même titre que toutes les autres sectes terroristes salafistes opérant en Syrie, notamment liées à Al-Qaida.Dernier point. En lisant les commentaires sur pratiquement tous les médias occidentaux ayant repris l’annonce faite par l’AFP, on voit clairement de quel côté se penche l’opinion publique internationale. Que ce soit au niveau des lecteurs du Figaro, de France 24 ou des médias US, l’avancée des troupes syriennes, soutenue par l’aviation russe, est accueillie positivement. Ce qui ne fait que confirmer une fois de plus que l’opinion publique occidentale est de plus en plus hostile à la propagande russophobe, relayée depuis plusieurs années et plus particulièrement ces derniers temps par leurs principaux médias. Tout en rappelant aussi, que ce n’est qu’une partie de l’opinion publique globale, dans laquelle les sentiments favorables à la Russie sont encore plus importants.

Certains évidemment tenteront de reprendre le refrain habituel que c’est dû à la « propagande russe ». Mais peut-être que simplement les gens aux quatre coins du monde commencent à analyser sérieusement les processus en cours au niveau de la planète et se poser les bonnes questions? Surtout lorsque d’un côté il n’y a constamment que des accusations sans preuves, et de l’autre une argumentation avec faits réels.
P.S.: Aux derniers sondages menés aux USA, près de la moitié des citoyens US interrogés pensent que les actions de la Russie en Syrie et dans cette région sont « fortes et raisonnables ». Comme quoi, même côté outre-Atlantique, la balance commence à pencher vers la raison.

Publicités

Une pensée sur “Les victoires syriennes font changer l’opinion publique mondiale”

  1. Il y a des changements à peine perceptibles des états qui entretiennent les mercenaires et les terroristes dans le Moyen-Orient, et particulièrement en Irak et en Syrie. En exemple le chargé des affaires étrangères de Grande-Bretagne suggère à ces alliés occidentaux, et à l’Amérique en premier lieu, de prendre de la distance avec les états qui leur sont laquais, comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats Arabes Unies, et leur allié turc. Est-ce là un message déguisé de la part des anglais au monde anglo-saxon. Ce début de changement dans le langage occidental à propos de la Syrie, est du aux victoires consécutives rapportées par l’armée arabe syrienne secondée par l’aviation de guerre russe aux côtés de celle de l’armée de l’air syrienne. Ces pays hostiles à la République Arabe Syrienne qui ont participé à la réunion de Viennes II en Autriche, cherchent encore quelques acquis sur le terrain des combats en Syrie, aux moyens de leurs hommes de main qualifiés par eux d’opposition modérée armée contre l’autorité légitime syrienne, avant la nouvelle réunion Vienne III déjà programmée ne se tienne. Leurs déclarations multiples ne sont que pour tenter d’atténuer l’écho au delà de la Syrie provoqué par la puissance de feu et les victoires militaires de l’armée arabe syrienne au sol. En fait la Grande-Bretagne s’avère être le département d’information et d’orientation politiques de tout le monde occidental, auquel se plie même les états-uniens d’Amérique du Nord, politiquement et diplomatiquement. Maintenant, même si ce monde occidental entêté s’acharne avec une seule volonté pour d’inverser le rapport de force en faveur de ses hommes de main sur le terrain en Syrie, il n’a ni les instruments ni la force pour le faire, car L’armée arabe syrienne secondée par l’aviation de guerre russe dans ce champ de bataille s’est imposée, avec toute le camp de la résistance, Hezbollah, Iran et Irak et Russie. Ce qui me laisse dire que ce discours occidental, durant ces pourparlers qui ont eu lieu, et qui auront encore lieu ne sont que des fanfaronnades adressées à leurs citoyens pour sauvegarder la face, pour que l’histoire ne retienne point un antécédent aussi fâcheux, une défaite aussi cuisante pour l’Occident du à l’action militaire de l’armée arabe syrienne avec à ses côtés l’aviation de guerre russe.
    There are barely noticeable changes of States which maintain the mercenaries and terrorists in the Middle East, and particularly in Iraq and Syria. As an example the charge of Foreign Affairs of Great Britain suggests these Western allies, and America in the first place, to take the distance with the States who are lackeys, as Saudi Arabia, Qatar, United Arab Emirates, and its Turkish ally. Is this a message disguised on the part of the English in the anglo-saxon world. The beginning of change in Western language about the Syria, is the consecutive victories reported by the Syrian Arab Army assisted by Russian war alongside that of the Syrian air force. Those hostile to the Syrian Arab Republic countries who participated in the meeting in Vienna II in Austria, seek still some achievements in the field of fighting in Syria, to the means of their henchmen qualified them to moderate opposition armed against the Syrian legitimate authority, before the new Vienna III meeting already scheduled undaunted. Multiple statements are to try to mitigate the echo beyond the Syria caused by firepower and military victories of the Syrian Arab Army on the ground. In fact Britain turns be the Department of information and political orientation of all the Western world, which folds even the Americans of North America, politically and diplomatically. Now, even if this wayward Western world persists with a single desire to reverse the report force in favor of his henchmen on the ground in Syria, it has neither the instruments nor the strength to do so, because the Syrian Arab Army assisted by Russian war in this battleground has emerged, with any camp strength Hezbollah, Iran and Iraq and Russia. Leaving me to say that this speech Western during these talks that have taken place, and will still occur are that bluster from their citizens to save face, so the story hold point also unfortunate history, defeat also stinging for the West of Syrian Arab Army military action with his side Russian war.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.