AUJOURD’HUI
À qui décerner le premier prix de la bien-pensance ?
Jean-Michel Léost
Professeur honoraire

Rendons hommage à Hélie Denoix de Saint-MarcLongue vie aux œuvres d’Hergé et d’Éric Zemmour !De la grogne à la colère, de la révolte à la révolution

La plupart des dirigeants politiques aiment à s’exhiber sur les tréteaux d’une réunion publique ou les plateaux de télévision. Cette fin de semaine a été particulièrement riche en ce type de spectacle : Nicolas Sarkozy au conseil national des Républicains, Manuel Valls au « Grand Rendez-vous », Jean-Christophe Cambadélis à l’émission « C Politique ».

Un thème commun dans leurs propos : comment rassembler ? Avec la même recette : s’unir contre le Front national.

Nicolas Sarkozy a prôné l’unité, en l’absence de plusieurs ténors de son parti, au calendrier si chargé qu’ils n’ont pu participer, samedi, à une assemblée pourtant prévue de longue date. François Fillon se déplaçait à La Réunion, Alain Juppé a été opportunément empêché par une panne informatique à Orly. Quant à Bruno Le Maire, il s’est éclipsé pour se rendre au salon du Made in France.

Alain Juppé, sur son blog, a résumé le discours qu’il pensait prononcer : « Nous avons à nous battre sur deux fronts. D’abord contre le Front national », désignant ce parti comme l’ennemi public n° 1. Nicolas Sarkozy, sur ce point, a exprimé une position similaire : « Il n’y aura jamais un seul accord entre les dirigeants du Front national et nous, ni au plan cantonal, ni au plan régional, ni au plan national. Jamais », a-t-il lancé.

Manuel Valls a manifesté « optimisme » mesuré et « volontarisme », cherchant à démontrer envers et contre tout que « la France, elle se réforme », que finalement« ça marche » et qu’il fallait se rassembler pour lutter contre le Front national. Et de dénoncer des « propos racistes, antisémites », de rappeler qu’il ne confond pas« la droite républicaine avec [ce parti] », de répéter qu’il faut « tout faire » pour que le FN ne l’emporte pas dans quelque région, sans préciser comment. Il a même confessé qu’il était « désintéressé » : seul l’inquiète l’avenir de la France, c’est bien connu.

Jean-Christophe Cambadélis, lui, veut rassembler la gauche. Il projette de fonder une « Alliance populaire » après les régionales – mais sans le Front de gauche ni les Verts, fidèles à Cécile Duflot. Il assure qu’« il n’y aura pas de désunion de la gauche ». Il s’assimile même au PS en employant le pronom personnel je pour le désigner. Il croit dur comme fer que les listes PS seront bien placées le soir du premier tour des régionales et que le FN sera battu. Pense-t-il ainsi convaincre ? Il a le droit de rêver !

À qui décerner le premier prix de la bien-pensance ? À défaut de pouvoir les départager, on pourrait attribuer un prix spécial à une autre personnalité, le porte-parole de la Conférence des évêques qui, ce même dimanche, a souligné à propos de l’immigration « la tentation du repli sur soi », affirmé qu’il fallait« comprendre la culture de l’autre » et ne pas faire de « distinction » entre les migrants chrétiens et les autres. Une version soft du discours des trois autres.

Il n’est pas certain qu’il traduise totalement la parole de l’Évangile ni même celle de tous ses confrères, lui qui déclarait voici quelques mois : « La société dans laquelle nous vivons est, que nous le voulions ou non, que nous le regrettions ou non, marquée par la mondialisation. Elle est multiculturelle. » Étranges propos de la part d’un évêque, qui semble croire au sens de l’Histoire. Pas sûr, non plus, qu’il rassemble…

Jean-Michel Léost
source: boulevard voltaire
Publicités

Une pensée sur “Concours de la bien-pensance : le palmarès du week-end”

  1. Bonjour, ce prix de la bien-pensance, ne peut être discerné qu’à ceux dont la panse donne une idée de ce qu’ils sont… For me, ils sont tous médaillables!!! leurs capacités à induire le peuple dans la tourmente, ne fait aucun doute… De l’ancien élu, et jusqu’au nouveau venu, nous pouvons affirmer que, leurs politiques est des plus dures, à se buter la tête contre un mur… Voici donc, tous ces oiseaux de mauvais augures, qui pointent leurs becs à fissures, pour de purent et nouveaux coups durs… Et pour terminer, au fur et à mesure que leurs idées(oui celles des plus sures)contaminent le peuple de leurs ordures, il est à craindre pour nous, que nos vies n’en prennent une mauvaise tournure… Et bien, prions tous ensemble l’unique stature!!! oui, celle qui guérit toutes blessures!!! sur ce, la compagnie The Picture vous remercie à tous, pour ce temps accordé à dépeindre toutes ces hideuses peintures!!!(Il me semble déjà soupçonner quelques murmures sur mon compte, me voici condamné à la torture…)JE LE JURE!!! que désormais, j’en n’en ferais plus une cure, et cette union du moi même et jusqu’à la parole maintenant en soudure, je crierais haut et fort à présent: « FUTUR!!! te voici roi sur de prochaines boutures »!!! Bien à vous, et, prenez garde à la garde à vue!!! SALUT!!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.